Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Le microscope

Après que nous ayons récité comme chaque matin le traditionnel « Notre père », l'institutrice s'assied sort de son cartable un paquet de copies. Elle les dépose sur son bureau et dit d'une voix froide : Je vais vous rendre vos rédactions « Racontez votre dernier Noël ». Comme à chaque fois, elle lit les écrits qui ont obtenu les meilleures notes. Après avoir lu 2 rédactions, elle me regarde d'un air hautain et sévère, s'empare de ma copie et débute sa lecture :

« Le jour commence à poindre derrière les persiennes de métal rouillé, Je reste quelques minutes blottie bien au chaud sous la couverture écossaise, j'hésite quelques instants à quitter cette douce quiétude et affronter la fraîcheur matinale de la pièce mais je me souviens que c'est Noël aujourd'hui. Que vais-je avoir cette année ? Impatiente de découvrir mon cadeau. Cela fait plusieurs jours que je résiste à la grande envie de fouiller les placards du petit appartement. Je me lève et me dirige pieds nus sur le plancher froid vers la salle à manger. Au pied du sapin, je repère très vite mon paquet. Une boîte bien rigide recouverte d'un joli papier cadeau vert sur lequel des pères-noël sont imprimés. Je dénoue avec soin le ruban rouge, enlève le papier et découvre un coffre en bois clair vernis. Que peut-il contenir ? Je l'ouvre religieusement et découvre .... un microscope noir et de nombreuses lamelles de verre. Je n'ose pas y croire, me frotte les yeux. Serait-ce un rêve, On m'a offert le microscope dont je rêve depuis longtemps. Je me retourne, Papa se tient là derrière moi, me regarde comme à chaque fois avec tendresse et fierté. Je me précipite dans ses bras, l'embrasse. Je pose le coffret sur la table de la salle à manger et je sors le microscope. Que vais-je pouvoir observer. Papa va chercher une épingle, la nettoie avec de l'alcool et se pique le doigt, il dépose une goutte sur une lamelle de verre, l'étale et la recouvre d'une seconde lamelle. Il place le tout sous l'optique du microscope et me demande de regarder. Tout est flou, je règle la molette et soudain apparaissent de nombreuses cellules rondes grises et transparentes. C'est magique et merveilleux. Je prends conscience à ce moment-là que nous sommes constitués de cellules et que chacune d'entre elle porte la vie.

Je me souviendrai de ce matin la toute ma vie comme mon meilleur souvenir de Noël »

Le microscope

Après avoir terminé la lecture, l'institutrice se lève de son bureau ma copie à la main,  emprunte l'allée centrale entre les pupitres, s’arrête devant moi jette ma copie sur mon pupitre en éructant :

- "Mademoiselle, bien que cette rédaction soit très bien écrite et qu'il n'y ait aucune faute, vous aurez zéro car vous n'avez pas eu un microscope, vous avez menti comme un arracheur de dents par vanité"

- "Je ne mens pas j'ai bien eu un microscope, je peux l'amener pour vous le prouver".

- "Taisez-vous immédiatement, ne tentez pas de me rouler dans la farine, vous devriez avoir honte. Avouez que vous avez menti. Comment voulez-vous que vos parents qui sont pauvres et qui ne peuvent même pas payer votre scolarité puissent avoir les moyens de vous offrir un microscope ? "

Cette dernière phrase me transperce comme une blessure. Je ne sais quoi répondre à cette injuste et cruelle accusation, une de plus. Si papa ne me retire pas de cette école, à force d’ humiliations publiques successives qui me minent, je risque de perdre la boule comme ma maman parfois. Toutes mes camarades me regardent, certaines avec un méchant air moqueur. Je ne pourrai même pas amener le microscope pour me justifier de peur qu'on réclame à papa de payer ou pire qu’on croit qu’ils l’ait volé. Je préfère passer pour une menteuse. J'ai honte.  

Je retiens mes larmes mais je ne baisserai pas les yeux, Papa doit être fière de moi.

Martine / Février 2017 (pour les EXPRESSIONS CLARA du mois de Février. (expressions à utiliser en gras dans le texte). Réédition d'un texte modifié pour ce défi.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jeanne Fadosi 24/03/2017 18:56

Je me souviens de ce texte et de cette humiliation subie pour n'être pas crue. Les profs font quelquefois de sacrées bourdes qui peuvent avoir de graves conséquences. Mais j'irai au-delà ... elle pensait sans doute qu'on offrait des microscopes aux garçons et des trousses de couture aux filles bises

Martine 85 24/03/2017 19:01

Peut être en plus !

Renee 28/02/2017 16:23

Merci à la réca de Clara qui me permet de découvrir ce texte que sinon j'aurais loup. ça uariat été bien dommage car c'est super bon......Bisous

Jak 23/02/2017 04:02

Très beau texte émouvant
Un pédagogue imbus de sa supériorité qui aurait mérité un
blame à copier au tableau noir

P'tit Randonneur 19/02/2017 16:23

Bonjour MartineJ'ai adoré ton texte et de la façon dont il a été écrit. Et j'ai ressenti les même sentiment lorsque j'étais gamin et que mes parents m'on offert aussi un microscope malgré leur revenus modestes.C'est un superbe texte avec des mots juste !j'espère que tu vas bienje te souhaite un très bon dimancheBises@lain

hellebore95 10/02/2017 22:01

Cette maîtresse d'école est une vilaine et mauvaise personne, il en existe parfois, même encore aujourd'hui, où les gens ont l'air d'être "déboussolés " Pour un enfant, c'est terrible de ne pas être cru, j'ai connu cela aussi et c'est très douloureux.

BRAVO pour ce beau texte, malgré tout et BRAVO à la petite fille et sa belle "rédaction", comme l'on disait à l'époque ! Les miennes passaient dans toute les classes, car j'avais un petit don de narratrice et cela a été une grande fierté, je l'avoue et un certain réconfort dans les mauvais moments.
MERCI ma Douce. Bon WE et à bientôt ! Bisous, bisous. Coryphee

Elisabeth 10/02/2017 18:22

Comme c'est dur pour une petite fille de vivre cela. C'est d'une grande et extrême violence. Comment pouvait-elle savoir la vérité, cette institutrice. Elle crachait du venin pour le plaisir de faire mal. Bon week end.

durgalola 09/02/2017 21:40

Histoire qui me rappelle l'ancien temps. Moi aussi chez les soeurs. Avec du recul elles ont été sympa avec moi. En 68 je faisais un exposé a partir de l'humanité... et librement. Serait ce possible aujourd'hui ? Je ne pense pas. Bises

Quichottine 09/02/2017 00:58

Il y a des enseignants qui ne devraient pas exercer... hélas !
Mais ton récit est très émouvant.
Merci pour cette réédition.
Bisous et douce journée.

colettedc 08/02/2017 21:42

Oh ! La ! La ! Ouf ! ... ce qui donne une excellente participation pour relever ce défi, Martine ! Bisous♥

écureuil bleu 08/02/2017 15:51

Ton institutrice était odieuse. Au lieu de te féliciter elle t'a fait honte devant toute la classe en te calomniant. Bisous

écureuil bleu 08/02/2017 15:46

Ton institutrice était odieuse. Au lieu de te féliciter elle t'a fait honte devant toute la classe en te calomniant. Bisous

scoobydu41 08/02/2017 15:23

L'école n'est pas toujours comme on le voudrait, bel écrit!

Clara65 07/02/2017 16:02

C'est toujours tellement bien ce que tu écris, Martine ! cela a beaucoup de sens et on voit bien que tu es touchée par des situations sociales difficiles.
Merci infiniment pour cette excellent participation que je note.
Bonne soirée et amitié

Angelilie 07/02/2017 15:19

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. un enchantement. je reviendrai

jazzy57 07/02/2017 13:11

Excellent Martine j'espère juste que ce n'est que pure fiction et que tu n'as pas vécu cet affront indigne d'un professeur , un degré supplémentaire de l'indignation que cela se soit passé dans une école où la certaines valeurs sont sensées avoir cours
Bonne journée
Bisous

Martine 85 07/02/2017 13:27

Et si elle est hélas vécue. Seul le texte de la rédaction ne l'est pas. Je ne l'ai pa conservée

Ulysse 07/02/2017 11:55

Dure et belle histoire sur la méchanceté humaine que l'on trouve hélas parfois dans ceux qui devraient nous ouvrir à la vie et à la beauté du monde

Lenaïg 07/02/2017 11:54

Coucou Martine, que j'ai lue sur mon téléphone intelligent ce matin, ou plutôt relue, sauf que les mots imposés maintenant se sont parfaitement glissés dans le récit. Ah la la, il y a toujours eu des teignes chez les enseignants, qu'ils soient dans le privé ou dans le public. Qu'elle est belle, cette histoire de microscope et quel magnifique souvenir ! Bisous.

Ionard 07/02/2017 09:46

L'histoire du microscope .... il me semblait bien avoir déjà lu un sujet comme ça. Cette histoire est terrible pour l'enfant .
Bien écrit Martine!
Bises
Dany

LADY MARIANNE 07/02/2017 09:20

j'ai connu des brimades -- en primaire-
pas tous des saints dans l'éducation !
bien joué ! bisous-

Azalaïs 07/02/2017 09:11

cela me rappelle de vilains souvenirs, ma grand-père avait fait beaucoup d'efforts pour que je passe mon bac à Albi dans une institution religieuse très aristocratique, j'en ai bavé des ronds de chapeau et avec les profs mais aussi avec les autres élèves! Et puis enfant de divorcés, cela n'arrangeait rien à l'affaire!
c'est un très beau texte
bises

Lilousoleil 07/02/2017 08:51

les instits sont parfois horribles par leur intime conviction... J'ai ai connu moi aussi des humiliations cela n'aide pas à s'intégrer dans un groupe....
avec le sourire et ton texte est magnifique....

ZAZA 07/02/2017 08:49

C'est terrible ces humiliations vécues dans l'enfance. Tu sais, dans un village la pauvreté colle à la peau ! Cela m'est arrivé à l'école primaire ! Mes petites camarades filles de conseillers municipaux, se moquant et me rappelant que ma grand-mère paternelle avait été enterrée an 1942 aux frais de la commune aux indigents, mon oncle étant placé en orphelinat et mon père étant parti rejoindre De Gaulle en Grande Bretagne.Je peux t'assurer que la réaction fut immédiate, pas de honte, c'était mon histoire, mais j'en ai choppé une qui a gardé très, très longtemps la marque de mes dents sur le gras du bras !
Bises et bon mardi
http://zazarambette.fr

lyly 07/02/2017 08:16

cela me rappelle certaines humiliations et j'étais dans une école laïc, mais la rédaction ne méritait pas une 0 , comment pouvait il être ainsi sans cœur, aucune tolérance
bises amicales
lyly

Séverine 07/02/2017 08:04

Eh bien, ps très sympathique la maîtresse !

Mamounette 07/02/2017 07:53

Joli texte pastres charitable cette enseignante

ABC 07/02/2017 07:36

Pas simple, ni encourageant de dire la vérité devant une telle institutrice...

danièle 07/02/2017 06:53

Combien en avons -nous connu des institutrices et professeurs aussi méchants! se rendaient-ils compte du mal causé? bravo pour cet écrit.
bonne journée, bises
danièle

jill bill 07/02/2017 04:55

Ben dis donc, suis allée à l'école catho et dans les instits ou profs ce n'était pas les plus braves, je confirme, envie de dire à bas la calotte.... ;-) merci, bises