Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Karina

Mon esprit était bien vide

Devant moi était Karina

Tu avais un joli nom mon guide

Karina

 

Ton visage carré était noir

Ton regard soudain s’alluma

J’y vis une rivière ce soir

Karina

 

Tu parlais en phrases courtes

Pour me guider sur ma route

Je rêvais déjà

Que lorsque je serai sur le pont

Nous y danserions tous en rond

Karina et  moi

 

En face de l’autre côté du gué

L’autre rive soudain m’attira

Tu te mis soudain à m’ordonner

Halte la, halte la

 

Il est trop tard pour un retour

Le pont je vais emprunter

Au beau milieu m’arrêter

Me retourner, adieu mon amour

Je m’en vais,  je te fuis

Karina eructait

 

Si possible faites demi tour

Et à gauche tournez

Et  à  droite tournez

Et  j’en ai pleuré

 

Surtout ne pas t’écouter

Avancer insconsciente

Toujours tout droit confiante

Et Je suis arrivée

 

La mer surgit intrépide

Mon passé soudain me quitta

Je suis restée seule avec mon guide

Karina

 

Plus question de phrases courtes

Ni de guide sur ma route

Est-ce que tu comprends ça

Finis les amours impossibles

Et les guides inflexibles

Ferme la Karina

 

Ta voix m’est insupportable

Je te jette en mer Karina

Des poissons tu seras guide

Tu te noies, tu te noies

 

Martine / Octobre 2009 rediffusion pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots (suite à ma participation au défi 128 du lundi 24 juillet Natacha)

 

J'ai écrit ce poème  un soir après avoir maudit dans la journée mon système de navigation (Karine)  ........et pardon à Gilbert Bécaud que j'aime tant pour avoir parodié sa chanson "Nathalie"

Tag(s) : #Poèmes, #Parodies

Partager cet article

Repost 0