Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zazie prends enfin le métro

A la station Saint-Lazare, je rentre dans le wagon et m’assoie sur la banquette, sort mon livre « Zazie dans le métro » de mon sac à main  et en reprends la lecture avec plaisir me réjouissant de la longueur de mon parcours sur cette ligne pour pouvoir en profiter au maximum.  Absorbée par ma lecture, je suis dans mon doux  cocon bercée par le mouvement de la rame et ne voit pas ce qui se passe autour de moi. Soudain on me tape sur mon épaule. Je quitte ma lecture à regret, lève et tourne la tête vers la gauche pour voir quel importun a osé me toucher. Ne supportant pas cette familiarité, je suis prête à exprimer  mon mécontentement. Stupéfaction ! C’est une adorable  petite fille pleine de vie brune aux cheveux mi- longs, aux yeux en amande qui affiche un sourire malicieux. Elle est vêtue d’une veste rouge.

  • Et m’dame je vois que tu lis le livre de mon père
  • Ton père ! mais l’auteur de ce livre Raymond Queneau est mort depuis près de 40 ans, tu ne peux pas être sa fille
  • Mais si madame, je suis Zazie qui devait être dans le métro si on en croit le titre mais qui ne l’a jamais pris pour cause de grève
  • Ne me raconte pas tout je ne l’ai pas fini même si je l’ai déjà lu
  • Tu peux arrêter là ta lecture M’dame, tu vas être déçue si tu t’attends à ce que dans ce roman je prenne le métro.  Ce livre du Raymond se termine en quenouille normal pour un Queneau, perds pas ton temps !
  • Mais je ne comprends pas ce que tu fais là Zazie ? Tu es un personnage pas une petite fille
  • Je ne le suis plus, je suis sortie du livre et suis devenue une enfant en chair et en os, touche mon bras M’dame et appuies bien fort,  tu verras que je ne suis pas Belphégor, il est resté lui dans le livre de son papa.

J’appuie fort comme me le demande Zazie sur son bras

  • Aïe ! tu me fais mal
  • Excuse-moi Zazie. Je te crois maintenant mais que fais-tu dans le métro alors que tu es censée  ne l’avoir jamais pris
  • J’étais trop frustrée de n’avoir pas pris le métro, je suis sortie du livre pour le prendre et ensuite me venger du Raymond qui m’a fait croire avec son titre que je le prendrai. Quelle frustration. Tu me dis que le Raymond a cassé sa pipe, j’espère qu’il est passé sous le métro un jour où il n’était pas en grève
  • Non c’est une maladie, un cancer qui l’a tué. Ce n’est pas bien de vouloir se venger Zazie. Grâce à lui tu es célèbre en France, personne ne t’oublieras, tu es immortelle.  Si tu avais vraiment pris le métro dans le livre, cela aurait été tellement commun que tout le monde t’aurait oubliée.  Les lecteurs ont été tellement frustrés qu’il est impossible qu’ils t’oublient. Ton papa Raymond est un grand écrivain
  • Ce n’est pas con ce que tu dis… Sacré Raymond
  • Tu sais Zazie, les temps ont changé et il n’est pas prudent pour une petite fille de 9 ans de se promener seule dans Paris
  • Même  pas peur, dans le livre du Raymond j’ai bravé un vieux satyre qui me poursuivait et il ne m’a pas attrapé, c’est qui la plus forte, la plus maline c’est Zazie
  • Alors le métro comment tu le trouves Zazie
  • Dis M’dame, c’est quoi la chose qu’ils ont tous dans la main qui fait de la lumière dans laquelle ils braillent ou sur laquelle ils pianotent une symphonie inaudible
  • C’est un téléphone portable Zazie, ils peuvent téléphoner, converser avec leurs amis, lire leurs messages, y répondre par écrit en tapant les lettres sur l'écran clavier,  jouer à des jeux et même lire « Zazie dans le métro » ou le livre qu’ils souhaitent sur leur écran.
  • Est-ce que cela fait miroir aussi
  • Non Zazie
  • Heureusement pour eux  car ils pourraient avoir un malaise à voir leurs faces de chimpanzés tristes qui  font la gueule.

Je sors mon téléphone portable et dit à Zazie

  • Ils peuvent se voir tout de même et se prendre en photo.  Souris  Je vais te montrer

Je prends le selfie et le montre à Zazie

  • Super cool. on sourit comme deux bananes toutes les deux, on ne devrait pas les singes vont nous mordre. S’il-te-plait M’dame tu m’enverras au zoo de Vincennes voir les vrais chimpanzés
  • Si tu veux Zazie mais tu sais ils sont tristes aussi les singes du zoo, d’être enfermés comme les voyageurs du métro qui sont confinés dans cette rame sous terre sans voir le soleil. C’est triste le métro et toi, tu n’as pas répondu à ma question, comment tu le trouves le métro,
  • Beurk, ça pue, c’est sale, c’est la course, ils sont tous pressés de se faire compresser dans les wagons comme des sardines dans une boîte je préfère le bus que j’ai pris dans le livre.  Je me suis même perdue dans les couloirs interminables de la station dont je ne me rappelle plus le nom mais où j’étais la bienvenue. C’est sympa d’écrire ce message sur la plaque de la station
  • C’est la station Montparnasse. Bienvenue n’est pas un message d’accueil  Zazie mais le Nom du Monsieur à qui on doit le métro parisien : Fulgence Bienvenue.
  • Il aurait mieux fait de rester couché le jour où il l’a inventé. Je ne retournerai plus dans le métro et après avoir visité avec toi le zoo de Vincennes, je quitterai paris et j’irais revoir le Berri où je suis née, je préfère les vaches aux singes.
  • Tu ne pourras pas Zazie tout de suite, il n'y a pas que les métros qui sont en grève, cette semaine ce sont les trains qui le sont.

Soudain la voix tonitruante du conducteur de la rame retentit dans le wagon

«La station Ternes est fermée mais Gaité est ouverte et un grand concours de sourire sponsorisé par les Galeries Farfouyettes est organisé. Souriez à votre voisin c’est peut être un des membres du jury  chargés de recueillir les sourires et de les noter »

Je me tourne vers Zazie pour lui dire qu’elle va certainement gagner ce concours avec son si joli sourire mais Zazie n’est plus là, elle n’est venue que dans mon rêve. Je me suis assoupie sur mon livre.

 

Martine / Février 2016 pour le défi 160 des croqueurs de mots animé par Lénaig.

Tag(s) : #Nouvelles

Partager cet article

Repost 0