Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Fabrice ou "dans un autre monde"

Fabrice ou "dans un autre monde"

Dans la maison endormie, la cloche a sonné. Fabrice caresse le genou de claire et  lui murmure à l’oreille « bonjour ma loute,» et quelques mots d’amour, confidences trop intimes pour être dévoilées ici.  La discrète Claire encore endormie, lui adresse un joli sourire timide. Un début prometteur pour cette journée de vacances d’été  à la campagne.  Fabrice se lève, ouvre la fenêtre et les volets. Un air si pur et chaud éveille ses sens. Il entend le chant d’un oiseau, c’est une alouette des champs qui s’envole en criant mécontente d’avoir été dérangée. Fabrice se met à chanter une comptine de son enfance qu’il connait par cœur « alouette, gentille alouette, alouette je te plumerai, je te plumerai la tête ». Un rouge-gorge picore le gazon. Le fermier voisin,  Alceste, à bicyclette passe sur le chemin de l’autre côté de la chaîne qui sert de clôture. Il s’arrête quelques instants le temps  de le saluer d’un geste de la main et de lui dire le sempiternel « Bonjour comment ça va, il fait beau aujourd’hui ». Fabrice lui sourit et lui souhaite une bonne journée.  « Tout ça pour ça » pense Fabrice mais curieusement  ces  riens du tout,  ici à la campagne,  lui font chaud au cœur et lui paraissent plus profonds et sincères que les banalités superficielles du beau Monde à Paris dans l’anonymat de la grande ville. Le coût de la vie n’a pas le même sens ici. A la campagne où l’on se jure que rien ne va se passer,  tout peut arriver. Il ne faut jurer de rien.  Tout est matière à étonnement : Par exemple :  la couleur du vent. Vous imaginez que le vent, qui est de l’air, est incolore et bien ici il est de la couleur de ce qu’il transporte, jaune après les moissons quand il soulève les brins de foin coupés, roux à l’automne quand les feuilles virevoltent et dansent enchantant la forêt désenchantée. Il peut même être de toutes les autres couleurs pour le poète qu’est Fabrice

Les nuits de pleine lune Fabrice aime observer les étoiles et planètes avec le grand télescope qu’il installe au jardin. Il rêve d’une vie ailleurs en observant les planètes Mars, Uranus. Souvent il pense qu’il est un extra-terrestre sur terre. Adulte,  Il retrouve ses sensations de gamin. Même les mômes ont du vague à l’âme.

Claire s’approche de lui discrètement et le sort de ses rêveries en lui assénant brutalement un « allez viens prendre ton petit déjeuner et si après nous rentrions à Paris, je m’ennuie ici ».  C’est un choc pour Fabrice qui impulsivement lui répond « oh non Claire t’es folle ou quoi » et s’excusant aussitôt d’avoir exprimé ces propos pour éviter la brouille conjugale, pas de scandale surtout, Fabrice est, dans l’intimité, un taiseux, une potiche qui bout à l’intérieur même s’il est exubérant  en Société. Il aurait tant aimé relire les pièces de Molière ou Asterix et Obelix  installé dans son transat au Soleil de Provence mais  Ils rentreront à Paris et, entre deux audiences au tribunal, dans son habit au col d'hermine, il rêvera  d’un autre monde.

 

Martine / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Fabrice)

 

Je m’étais donnée comme défi personnel d’écrire un texte qui ait du sens avec 30 titres de la filmographie de Fabrice Luchini  et je suis très étonnée d’y être parvenue. La morale de cette histoire, s’il d’oit y en avoir une, c’est que pour progresser et réussir il ne faut pas hésiter à se lancer des défis.

J'ai beaucoup d'admiration pour le grand acteur Fabrice Luchini et pour l'homme d'une grande intelligence, amoureux de la langue française et de la belle littérature. C'est un paradoxe vivant élitiste et populaire, rayonnant et parfois déprimé, excessessif exhubérant dans la forme mais tellement simple dans le fond. On  peut l'aimer comme moi ou le haïr mais il ne laisse jamais indifférent

Ci-dessous un interview de Fabrice Luchini par Laurent Delahousse sur son film Genna Bovary

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

manfield 06/05/2016 15:32

Un défi bien rempli!

Quichottine 06/05/2016 10:04

Bravo pour ce défi bien relevé... j'aime aussi beaucoup Luchini.
Bises et douce journée Martine.

durgalola 05/05/2016 18:57

la cuisine est presque finie (des détails) mais je suis à la ramasse sur la visite des blogs !!!! je suis un peu dans la lune.
J'aime le ton de voix de Fabrice Luchini ; il me fait penser à un ancien collègue de travail .. pas toujours facile à vivre et très sensible.
Et bravo ; et c'est drôle comme les contraintes peuvent finalement t'ouvrir des portes inconnues. Bises

Renee 05/05/2016 15:47

Bravo c'est vrai que c'est en essayant qu'on y arrive...Bisous suis en retard

ZAZA 05/05/2016 07:45

Comment se limiter à 30 lignes quand il faut parler de Fabrice Luccini. Un grand bravo Martine.
Je prends mon W-E, mais les articles seront programmés. Bises et bon jeudi - ZAZA.

jazzy57 04/05/2016 21:32

Alors là je te rejoins tout à fait pour Fabrice Luchini , un grand bravo pour avoir intégré un aussi grand nombre de films .. Et je suis bien d'accord aussi pour l'écriture avec défi .
Bonne soirée
Bisous

colettedc 04/05/2016 20:24

Superbe participation, Martine ! Mille et un bravos ! Bonne soirée ! Bises♥

écureuil bleu 04/05/2016 20:02

Bravo pour ce texte avec les films où Fabrice a joué ! Parfois je trouve quand même qu'il en fait trop...

Marie Louve 04/05/2016 19:33

Magistral ! Art, par coeur, on va à la chasse-galerie par musée haut, musée bas jusqu'à la femme du 6e étage. L'irrésolue et le retour de Casanova. Tout ça.... pour ça ! et c,est magnifique. Bravo. Bises amicales.

fanfan 04/05/2016 17:29

Bravo pour ce texte très réussi. Fabrice Lucchini est un comédien extraordinaire qui ne peut laisser indifférent

claire fo 04/05/2016 17:23

Génial et Fabrice et le texte!

Bravo!

Fabrice Parisy 04/05/2016 15:54

Bonjour Martine ! Une idée lumineuse, un exercice exigeant, pour un superbe texte. Défi plus que réussi ! Eh oui, Fabrice, tôt ou tard, il faut rentrer à Paris (qui n'est pas si mal que ça, non plus), redescendre des étoiles, mais, MAIS SURTOUT, ne jamais cesser de rêver !
Bel après-midi, Martine.
FP

Séverine 04/05/2016 15:04

Beau texte et combien vrai. je préfère également la campagne.

Josette 04/05/2016 14:10

Comme il parle bien et répond avec virtuosité à ce journaleux...
je n'ai pas vu tous les films loin n'en faut mais quels bons moments passés avec cet artiste qui sait à la fois séduire et agacer
bravo pour ton défi formidablement réussi

Maria-Lina 04/05/2016 13:33

Superbe, que c'est beau! Bise et bon mercredi tout doux!

Jeanne Fadosi 04/05/2016 09:56

excellent ! et ton texte a vraiment du sens. Je l'aime beaucoup aussi cet acteur y compris quand il se la joue ce qui agace la plupart car c'est rare qu'il ne dise rien d'intéressant. Dans le juge de l'Hermine, il est fabuleux et me permets-tu de compléter ta dernière phrase pour ajouter un 31e film ?
"Il rêvera d'un autre monde" en attendant d'aller se ressourcer auprès des "femmes du 6e étage"
bises et belle journée

Lenaïg 04/05/2016 09:32

Coucou Martine, très réussi et bien agréable à lire, comme si ta nouvelle coulait de source ! Ah oui, Fabrice Luchini, toujours surprenant, intarissable au point d'en être casse-pied mais jamais ennuyeux, une excellente idée ce défi en titres de films. Marie Louve a son Luchini aussi, tu l'as lu, deux pages captivantes. Gros bisous.

clara65 04/05/2016 08:31

Tu as un talent fou ! Luchini ne me laisse pas indifférente mais il est bien vrai que c'est un grand "malade" (rires) !
Bien amicalement.

Jacques 04/05/2016 07:54

Bravo Martine ! Bel exercice..ce n'est qu'en forgrant que l'on devient forgeron !
Continue c'est bien, j'aime beaucoup Fabrice !
Belle journée,

Jacques 04/05/2016 07:56

Veuillez excuser mon erreur de frappe...il s'agit de Forgeant bien entendu ! Oups j'ai glissé ♥

jill bill 04/05/2016 07:38

Bonjour élève Martine, ah ok avec du Luchini dedans... je ne connais tous ces films ! Bien joué alors... Fabrice sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de jill et vive la campagne... même si la ville a ses atouts...

lyly 04/05/2016 07:34

j'ai lu le texte et je n'ai rien remarqué des titres, pas fan de luchini donc voilà pourquoi, mais j'ai aimé le texte
bises a vous deux et à bientôt
lyly