Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Soixante-huit sous les pavés

La plage j’ai enfin trouvée

De nombreuses années ont passé

Qui ont mon ardeur effacée

Amour, travail et certitudes

Le confort d’aveugles habitudes

Les moments bonheur m’ont quitté

Sur le sable je suis planté

Pas le sable de la plage

Celui non choisi du chômage

Je cherche à quitter le sable

Mais cela semble infaisable

La complainte du chômeur âgé

Trop vieux, je n'ai plus le profil

Trop vieux, je suis un indocile

J'aborde la vie de pleine face

Que voulez-vous donc que j'y fasse

Je veux encore travailler

Mais à quoi bon espérer

Quand je serai vraiment enlisé

Sans espoir d’être recasé

Sans envie de vivre garder

Enfin prêt à me suicider

M’insurger avant de crever

Au fond du sable : les pavés

 

Martine / Mars 2017 pour l 'ATELIER 25 DE GHISLAINE  Les mots en gras dans le texte étaient ceux imposés.

C'est un poème très triste j'en conviens mais je suis très sensibilisée au problème du chômage des salariés âgés. Si vous souhaitez comprendre pourquoi, lire un texte écrit en 2011 pour exprimer ma douleur concernant un évènement tragique qui m'a énormément marquée dans ma vie professionnelle de consultante emploi et qui je crois bien est à l'origine de ma prise de retraite anticipée. 

C'est promis lundi pour le défi des croqueurs de mots je vous fais un article beaucoup plus gai.

En attendant Bon week-end. Comme beaucoup d'autres vous l'ont certainement remarqué, je blogue rarement le samedi et le dimanche et ne passe pas commenter vos articles. C'est repos.

Tag(s) : #Poèmes

Partager cet article

Repost 0