Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Ce siècle s’achève aujourd’hui,

Au pays breton avec lui tu naquis.


Pauvre et Heureuse fut ton enfance,

Tes yeux d’azur brillaient d’insouciance.


Soudain l’année de tes quatorze ans

La guerre vint avec son bain de sang.


Les soldats, tes amis moururent,

Tu  en gardas une vive blessure.


Gouvernante chez les Exelmans,

C’est ainsi que tu servis la France.


Amoureuse d’un jeune facteur

Tu l’épousas pour votre malheur.


Fougueuse et volontaire tu étais

Calme et rêveur, il t’énervait


Dans le Loir et Cher il fut muté,

La Bretagne vous avez quitté


Tu donnas naissance à un garçon.

Tu lui donnas amour et affection.


Tu lui transmis de fortes croyances

Il était prêt pour servir la France


A Paris vous vous installèrent

Pour avoir une vie plus prospère.


A nouveau le monde s’enflamma,

Il ne put partir au combat.


Il lutta pour vaincre la diphtérie

Il gagna mais resta affaibli.


Il dut renoncer à son projet,

Instituteur il ne serait jamais.


La guerre d’Indochine éclata

Sans hésitation il s’engagea.


Il en revint à jamais blessé

D’avoir vu tuer les prisonniers.


La vie devait reprendre le pas

Une belle vendeuse il épousa.


Ils allaient avoir un beau bébé,

Elle accoucha d’un fils mort né.


Il fallait effacer ce malheur,

Et recommencer malgré la peur.


Par un jour froid je naquis

Il fut immédiatement conquis.


Elle aurait préféré un garçon,

Ils te confièrent mon éducation


Tu m’élevas comme une princesse

Avec infiniment de tendresse.


Ma mère était pour moi étrangère

Quand une sœur il me donnèrent.


A six ans, chez eux  je dus revenir,

Laissant chez toi tous mes souvenirs.


Pour sa bonté ma mère on aimait

Pendant que mon père on détestait


Elle donnait tout, même mes poupées.

Chez nous il ramenait les huissiers.


Tu sus qu’il s’était mis à boire

Tu fondas sur moi tous tes espoirs


J’étais dans la vie bien bien mal partie.

Volonté et travail j'ai appris


Mon but ne jamais abandonner

"Mamie merci" je veux te crier.


Un siècle s’achève aujourd’hui

Je suis contente qu’il soit fini


le 1er Janvier 2000
Tag(s) : #Poèmes

Partager cet article

Repost 0