Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Les hommes de ma vie (2) / le névrosé

Peu de temps après avoir quitté l'entreprise de transport, je réponds à une annonce d'un laboratoire pharmaceutique cherchant une secrétaire pour un de ses directeurs régionaux. Contribuer par mon travail à fournir des médicaments aux malades me rapproche un peu d'un rêve d'enfant celui de devenir Médecin ou infirmière que je n'ai pu réaliser.




Ie me présente très motivée et je suis retenue par le Directeur du Personnel du Siège Social, puis par mon futur patron Monsieur Olivier Masson.


La Direction Régionale est dans un très beau quartier de Paris au Carrefour de l'Odéon, rue de l'ancienne comédie. Nous sommes en rez-de-chaussée. Les locaux sont luxueux et modernes. Je suis dans le même bureau que Monsieur Masson. Il y a deux autres directeurs régionaux et leurs secrétaires ainsi qu'une hôtesse standardiste.


Au début c'ést parfait, j'ai un travail intéressant. Je fais l'interface entre mon patron et son équipe de visiteurs médicaux qui sont bien sympathiques. Je participe aux réunions mensuelles et j'en fais le compte rendu. Je trouve néanmoins Monsieur MASSON particulier., un rien étrange.


A 45 ans environ, de taille moyenne, il est toujours vêtu d'un costume gris clair, d'une chemise blanche et de cravates très sobres.. Il parle peu et est en permanence nerveux et angoissé. Les deux autres directeurs ne le fréquentent presque pas et le critiquent beaucoup, il est très seul mais il s'isole lui-même. Il ne parle jamais de lui et de sa famille.


Perfectionniste, il est très exigeant sur la qualité du travail mais cela ne me gêne pas car je suis très rigoureuse à l'époque. Ce n'est plus le cas aujourd'hui où  ma créativité prend le dessus sur la précision.


Tous les midis il déjeune seul au très beau et ancien restaurant « le Procope » qui est juste en face du bureau.

 

L'intérieur du Procope / Photo flickr


Je le trouve de plus en plus bizarre, déphasé mais à cette époque je ne cherche pas encore à analyser les comportements comme je le fais aujourd'hui. Il ne fait confiance à personne. Il part souvent pour aller contrôler, on pourrait dire espionner, ses visiteurs-médicaux sur le terrain.


Quand il est absent du bureau une journée, le lendemain il me demande de lui décrire par le menu tout ce que j'ai fait la veille. Un jour je lui dis qu'un autre directeur régional m'a demandé de lui taper un document et que je l'ai fait. Il se met en colère subitement et va trouver ce directeur dans son bureau en lui criant « je t'interdis de donner du travail à ma secrétaire ». Il s'en suit une dispute virulente entre les deux hommes.


Aujourd'hui, avec mes quinze ans de relations interpersonnelles en face à face avec des femmes et des hommes de tous âges et de tous niveaux, je dirai que Monsieur MASSON était un maniaco-dépressif parfois même obsessionnel.


Pendant plusieurs mois, je supporte sa méfiance permanente, son manque de confiance, ses colères pour des broutilles. 


Un jour je lui reproche de ne pas me faire confiance .... Il se met très en colère me prend par les épaules et me secoue en criant « je suis gentil, je suis gentil ».  Ce n'est plus supportable.


La violence entraîne la violence. Un autre jour face à une autre de ses crises, j'attrape sur mon bureau impulsivement le premier objet que j'ai sous la main : un rouleau d'adhésif et je le lance dans sa direction. Je crois que je vais être licenciée et bien non, cela curieusement l'a calmé.


Un vendredi matin, je suis malade, des vomissements. Je ne vais pas travailler. Je le préviens par téléphone. Il ne me croit pas et se met en colère. Le lendemain samedi c'ést la réunion mensuelle de la Direction Régionale au siège de l'entreprise au sud de Paris.


Je vais un peu mieux alors j'y vais car je dois prendre des notes en sténo et faire ensuite le compte-rendu. J'arrive dans la salle, il ne répond pas à mon bonjour. Il attend que tous ses visiteurs médicaux soient présents et il me renvoie à domicile en me disant qu'il n'a pas besoin de moi aujourd'hui et que c'était hier que je lui ai fait défaut. Je crie que je vais  retourner chez moi et que je ne reviendrai plus jamais parce que je vais dès lundi démissionner.


Le lundi matin, je me rends au siège voir le chef du personnel et je lui remets ma démission. Je lui demande de me dispenser de mon préavis car je ne peux plus supporter mon Directeur et que cela pourrait se finir mal. Il m'écoute puis me propose un poste de secrétaire au Siège  me disant que les deux autres directeurs régionaux lui ont dit beaucoup de bien de moi et que j'ai battu un record. Monsieur MASSON a  eu plusieurs secrétaires successivement qui ne sont restées que très peu de temps. Je suis la seule à avoir tenu un an ce qu'il a l'air de prendre pour une performance !


Je le remercie chaleureusement pour sa confiance et cette proposition que je décline,  le 13ème arrondissement est trop loin de chez moi et j'ai envie de me rapprocher de mon domicile.


Je me mets de nouveau à rechercher un emploi mais je suis très déçue de mes débuts professionnels et de mon métier qui a consisté à supporter des comportements anormaux de mes patrons.


Vais je enfin le trouver ce patron qui me ferait confiance et avec qui j'aurais des relations agréables ?


A suivre......

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jackline :0059: 14/05/2010 15:49


Ouf je t'ai retrouvée !! je vais te mettre dans mes liens, ainsi je ne te perdrais plus, et excuse-moi de t'avoir appelée Clémentine sur ton autre blog (cergyrama) j'avais confondu Eglantine et
Clémentine...les deux se terminant aussi par tine, comme Martine d'ailleurs..bon, je vois que tu as eu une patience d'ange avec ce type, qui avait bien besoin d'un suivi psychiatrique, et
certainement de soins médicaux..je suppose qu'il n'a pas dû rester bien longtemps encore dans l'entreprise, en général ils commettent l'erreur fatale qui les fait licencier, et c'est heureux pour
le personnel..je reviendrai te lire plus longuement, car je vois que tu es arrivée à ta période de mariage..bien sympathique tout ça..grosses bises et à très bientôt


MONIQUE 02/07/2009 22:03

Drôle de mec ce chef !!! bisous, Monique

Moni 19/06/2009 20:49

Cela me rappelle où les temps étaient moins difficiles pour trouver du boulot et on pouvait plus facilement changer d'emploi. Moi-même, j'étais sténo-dactylo. La dactylo me sert aujourd'hui pour taper sur l'ordinateur. Quant à la sténo 'out' plus rien, j'ai tout oublié. Bises, c'est intéressant.

liedich 12/06/2009 12:56

J'ai eu moi même des comportements méritocrates longtemps dont je connais exactement la raison ! Oh relation humaine, comme je t'aime pour ta diversité et tout l'amour que l'on peut mettre dedans en essayantde comprendre avant de rejeter. Pardonne mon bavardage. Douce journée.

liedich 12/06/2009 12:55

J'ai souvenir d'une femme "grande gueule" qui vraiemnt prenait la tête à tout le monde avec son MOI excessif.... Nous apprimes que chaque soir elle était battue comme plâtrek par son ivrogne de mari...Elle s'est tuée sur la route en rentrat du boulot (Paix à Toi Marie Claude) et j'ai cru en une délivrance.

liedich 12/06/2009 12:53

Je ne pense pas qu'il s'agisse de comportements anormaux des patrons mais tout simplement d'un rapport de force habituel chez beaucoup d'individus. Je dirai que ce comportement cache bien des choses et que l'homme renfermé ou ouvert de façon importante joue un double jeu. La réaction du jet qui le calme est significative à mon sens. sEULEMENT voilà notre jeunesse et notre incapacité à l'ouverture importante qui vont de pair nous font avoir des réactions comme la tienne. Je ne juge pas. J'ai vu dans ma carrière comme nous tous des choses surprenantes parfois horribles.

enriqueta 08/06/2009 15:31

Et bien! Quelle aventure! Et tu racontes si bien!

Viviane 07/06/2009 19:01

Ben dis donc! pas gâtée!
J'espère que tuas trouvé le bon?
Bonne fin de journée
Bisous
Viviane

Hazel 07/06/2009 17:26

Bonjour,

Le Hangar (notre blog littéraire) organise un CONCOURS, avec un lot à la clef. Il suffit de nous envoyer via le blog (ou à cette adresse : http://le-hangar.cowblog.fr/contact.html ) votre œuvre, qui peut être une poésie, une courte nouvelle ou un passage de théâtre sans (trop) dépasser les trente lignes; vous avez jusqu’au jeudi 18 juin. Cependant il y a un thème obligatoire: le CORPS. Il est possible d’exploiter tous les sens du mot. A vous de faire preuve d’imagination.
Le samedi 20 juin, seront publiés dans un article sur le blog les cinq meilleurs textes choisis par notre jury, et à partir de cette date les lecteurs du Hangar pourront voter pour le texte qu’ils préfèrent jusqu’au 4 juillet minuit. Les résultats seront connus le 5 juillet, et le gagnant recevra un prix : un livre de Franz KAFKA - Lettres à Milena.

Nous espérons te voir participer, tu as jusqu’au 18 juin pour nous faire parvenir ton texte sur « le CORPS ».

A bientôt, sur le Hangar, http://le-hangar.cowblog.fr [copier/coller le lien dans la barre d’adresse]

Hazel.

arielle 07/06/2009 16:44

pas de chance avec tes patrons ! j'en ai eu quelques uns caractériels, c'est très difficile à supporter.
bon dimanche et bonne fête des mères !
arielle

Jean-Jacques 07/06/2009 16:19

Bonjour Eglantine ,

je te souhaite un bon dimanche

@+

Quichottine 07/06/2009 15:16

Je suis toujours... et je trouve que tu décris très bien le genre de comportement que l'on peut rencontrer dans la vie professionnelle.

J'ai eu l'impression un moment de voir un extrait de "le diable s'habille en Prada".

Bonne journée, Églantine. Il fait beau, je vais en profiter un peu.

Pilouchi 07/06/2009 13:27

Un petit coucou, pour te souhaiter un bel après midi en ce dimanche plutôt doux chez nous ! bises de maria

:0014:dom:0075: 07/06/2009 06:03

Décidément, tu n'as pas eu de chance et ne dit-on pas "jamais deux sans trois" ? J'espère pour toi que ce ne soit pas le cas ... Enfin, on va attendre la suite avec impatience !
Bon dimanche ! Bisoux.

dom

Corinne 06/06/2009 22:38

coucou, c'est pas possible d'être aussi co .
il est patron il se croit tout permis
dommage que la proposition était loin de chez toi

allez vite la suite (lol)

bisous

Bandolera 06/06/2009 21:01

Oh la la, je comprends, tu as pris la bonne décision ... Belle soirée et gros bisous !

Nettoue 06/06/2009 16:11

Juèsqu'à présent tu n'as pas de chance ! J'attends la suite.
Bisous ma petite voisine
Nettoue

Plume 06/06/2009 14:38

Beh on peut pas dire que t'as eu du bol !!! mais quel caractère ! bravo!

Alrisha 06/06/2009 11:40

Du caractère, je savais que tu avais du caractère. Quand tu as décidé quelque chose, tu le fais.
Je t'ai taguée Eglantine. C'est le tag du maquillage, de la féminité de ce qu'est être femme pour toi. Peut-être sauteras-tu le pas pour y répondre et permettre de te connaître encore plus !!! L'article paraîtra lundi en fin d'après-midi.
Bigs bisous Eglantine, passe un bon week-end!

3sites:Panoramax-Quentin-Photomax 06/06/2009 08:14

tu as le droit de mettre son nom ....toi aussi tu as ete dans le transport....tu l'as scotchè lol

FrancoiseduVar 06/06/2009 07:18

Drole de personnage quand même, ce devait être très dur de le supporter

bisous
Françoise

:0014:dom:0075: 06/06/2009 05:16

Petit coucou rapide : J'y vais ...
Bon week end ! Bisoux.

dom

Annick 06/06/2009 02:31

je pense que tu devais être une super secrétaire!
faut-il y ait des gens comme ce Mr Masson et sa "maniaco -dépressivité "?
je suis sure que tu as trouvé un autre travail,mais on va attendre,alors!
bon weekend,bisous.

Lilounette 05/06/2009 21:36

je fais partie des personnes qui tiennent le choc, encaissent , se révoltent et tournent talons : j'aurais réagis comme toi, car patiente..bon , la suite , il est comment l'homme : charmant , entreprenant ?? bisous

mrcafe 05/06/2009 21:05

vraiment bizarre ce directeur , j'aurai pas supporté non plus , bise eglantine

Chris spe 05/06/2009 19:54

il y a des baffes qui se perdent je trouve... :-)

Armide 05/06/2009 18:36

Ce Monsieur (dont il serait, je crois, plus prudent de taire le nom) me rappelle une autre personne.
La période des désillusions professionnelle est un sale coup à prendre.
J'espère qu'il ne te donne plus de cauchemars lol

Patrick 05/06/2009 14:51

Je reste abonné à ta newsletter, la seule! afin de connaître la suite.
Bon week-end Martine.

Patrick 05/06/2009 14:51

Je reste abonné à ta newsletter, la seule! afin de connaître la suite.
Bon week-end Martine.

marithe 05/06/2009 14:44

ou la la ...avoir un patron comme ça mais c'est la gzalère et tu as bien fait de partir ..puréeeeeeeeeee !!!

bisousssssssssss

Pilouchi 05/06/2009 13:20

J'adore ton côté positif vois tu et je sure que tu trouveras outre le côté professionnel qui t'es déjà reconnu tu as une qualité celle d'être toi et de savoir ce que tu veux.... Moi j'ai été secrétaire pendant toute ma carrière, 22 ans dans la même mairie et trois ans dans une autre, quand il a fallu, j'ai choisi, je suis partie et j'ai trouvé... reste positive ! bises et bon après midi à toi ! Maria

clementine 05/06/2009 12:42

J'ai été secrétaire pendant six ans. L'on me reprochait mon instabilité, mais en te lisant, je me dis que je rencontrais ce genre de situations et je partais vite fait.. je n'aurais pas tenue un an.. Oui, belle performance.
bon courage..
clem

lylytop 05/06/2009 11:33

les déboires professionnels, je connait oh pas pour moi mais pour mes enfants principalement mon fils, il travaille toujours mais dommage pour lui pas dans ce qui était pour lui a l'époque son truc (cuisinier)
a bientôt
lylytop

loic 05/06/2009 10:55

Bonjour,
Difficile, les relations de travail ! Mais y en a-t-il qui soient sans conflits ? Le conflit est souvent une réaction de la passion ! Et, s’il n’y a pas passion pour le travail, pour ses objectifs, pour ce qu’il construit… Où est-on, alors ? Amicalement. Loic

flolipo62 05/06/2009 10:06

que d'expériences dures mais enrichissantes... et maintenant tu le sais mais ce qu'il faut aux gens comme ton directeur c'est qu'on leur montre comment ils agissent, au début ils crient et n'y croient pas mais on se rend bien vite compte après et là c'est dur... car on se comprend qu'on est responsable et ça on le voulait pas...
bon je m'égare... j'attends la suite
bon weekend

patriarch 05/06/2009 10:05

Tu vas sûrement le trouver . Pour moi, ce fut le dernier chez lequel je suis resté mes 19 dernières années de travail.Dès le début, nous nous sommes mis d'accord sur nos rapports à venir; Il a tenu parole et moi aussi.

Bonne journée.

dgidgi:0040: 05/06/2009 08:56

bien sur que tu ttrouvera!!! puisque tu es une bonne employée
mais toujours très dur à vivre avec ces personnes malades, car la violence engendre malheureusement certains actes irréparables,
ha pôvre églantine heureusement que la suite sera plus agréable
bisous et bon we ** dgidgi

:0009:..:0022:..:0014:..:0038:..:0091:.. 05/06/2009 08:44

hello.....ah ces chefs... !! à suivre....vite la suite

telle 05/06/2009 08:41

Bonjour, et bien pas facile dans ces conditions !
C marrant , moi aussi j'ai appris la sténo, mais je croyais que c'était totalement disparu avec l'arrivée des ordis !!!
Aller bon courage !
bis

Isabelle+Corradini 05/06/2009 08:01

Bonjour,
celui-là c'était vraiment un névrosé ! dur dur de supporter ce genre d'individu.
Bonne journée, Isabelle

Isabelle+Corradini 05/06/2009 08:01

Bonjour,
celui-là c'était vraiment un névrosé ! dur dur de supporter ce genre d'individu.
Bonne journée, Isabelle