Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Les hommes de ma vie / Le vrai boss (2)

L'entreprise où je travaille est une importante société française d'Ingénierie de travaux Publics (électricité, tuyauterie instrumentation) pour des constructions industrielles du type centrales nucléaires en France, plate formes pétrolières, sucreries, raffineries, métros. Elle est aussi sous-traitante du Centre spatial Guyanais.

 



Monsieur F..... à 36 ans est  Directeur des Chantiers français et internationaux. Il a la responsabilité de la préparation et du suivi des chantiers, de tout le personnel (900 personnes grands déplacés, locaux, intérimaires) et du parc matériel et outillage.


C'est une responsabilité importante qui lui donne beaucoup de travail mais il aime cela. C'est un drogué du travail.  Il est très souvent en déplacement dans le monde entier. Diplômé d'une grande école d'ingénieur, il a  commencé sa vie professionnelle  dans l'installation et la maintenance des lignes à haute, très haute tension d'EDF où il faut être disponible jour et nuit.

Il se plaît à dire et à répéter que   « le soleil ne se couche jamais sur nos chantiers.


Après avoir accepté d'être sa secrétaire particulière, je m'installe dans un bureau individuel qui communique avec le sien par une porte que je décide de laisser en permanence ouverte quand il n'a pas de visiteurs. Elle était du temps de Mademoiselle R....constamment fermée. Il ne m'en fait pas le reproche. Je pense qu'il apprécie de n'être plus coupé du reste du service. Chacun de ses collaborateurs peut maintenant en passant par mon bureau aller le voir. Quand ce n'est pas le moment, je leur fais un signe et ils comprennent parce que Monsieur F. a une humeur qui varie beaucoup d'un moment à l'autre, d'un jour à l'autre.


Mes journées sont très longues comme les siennes. Je passe quand il est là de longs moments à ses côtés. Il me dicte son courrier technique et me laisse rédiger beaucoup de courriers et de comptes-rendus.  Il me fait confiance,  j'apprécie vraiment et je m'investis à fond avec enthousiasme comme je sais le faire quand je suis motivée.


Le soir après des journées très chargées, nous nous plaisons à  discuter et échanger sur la vie, nos conjoints, nos enfants, nos loisirs. Il arrive au bureau tôt et part très tard. Souvent son épouse l'appelle le soir et c'est sur moi qu'elle tombe car je filtre tous ses appels.


Un soir elle me dit : Madame dites à Alain que les invités sont arrivés et que nous l'attendons. Il apparaît alors dans le cadre de la porte de communication, je luis dis que c'est son épouse. « Que veut elle me dit il sans prendre le téléphone », je luis dis « que vous rentriez chez vous car vos invités sont là » et sur ce il me répond « dites lui qu'ils prennent l'apéritif et qu'elle me serve un whisky avec des glaçons ».  J'éclate de rire et tout en essayant de garder mon sérieux je traduis à son épouse que cela ne fait pas rire du tout.


Mon Jeff vit très mal mes absences et nos relations s'en ressentent.  Je vis par le travail et pour le travail. Le peu de temps qui me reste le soir et tous les week-ends, je le consacre aux enfants. Je tiens à ce qu'ils ne pâtissent pas de mon peu de disponibilité.


En 1980 quand  la guerre Iran / Irak éclate, nous devons rapatrier notre personnel de la base vie d'un grand chantier en Irak qui a été bombardé. Je passe des soirées, des nuits à aller à Roissy chercher les personnels qui arrivent. Et là au milieu des journalistes nombreux qui les attendent micros à la main, je les récupère hébétés.  Les femmes et les enfants et les chiens de  rentrent sans les époux qui sont restés encore quelques jours pour organiser sur place les rapatriements ou plutôt la fuite.... Imaginez dans ma toute petite voiture toute la famille, les bagages et le molosse (j'ai peur des chiens !), je les véhicule à travers Paris et l'Ile de France pour les ramener qui à l'hôtel, qui chez eux. C'est important qu'un représentant de la Direction des chantiers soit la pour les accueillir et régler différents problèmes de logistique. Monsieur F..... pense qu'il vaut mieux que ce soit une femme qui y aille pour accueillir les épouses et les enfants. Jeff comprend très mal ces absences la nuit tard le soir ou très tôt le matin. Je ne sais pas si il me croit, pense-t'il que j'ai une liaison ?


J'accompagne parfois Monsieur F.... dans ses déplacements en France sur les chantiers de centrales nucléaires. Je me souviens d'un déplacement sur la centrale de Saint laurent des eaux. Invités par un viticulteur de Sancerre à un dîner de vendangeurs avec quelques salariés du chantier, nous mangeons, buvons avec modération (en ce qui me concerne) et chantons.


Un autre jour nous nous déplaçons à Rouen  pour rencontrer un inspecteur du travail afin d'obtenir l'autorisation de licenciement d'un délégué du personnel qui travaille sur la centrale de Paluel et qui a commis une faute sérieuse.

Après l'entretien nous l'invitons à déjeuner, il accepte et choisit lui-même un des grands restaurants de la ville. Après le déjeuner nous sortons et faisons une petite promenade dans le centre historique de la ville. Nous passons devant la belle cathédrale gothique. Monsieur F... qui a le réflexe sécurité s'aperçoit qu'il y a un chantier de ravalement de la façade de la cathédrale et que certains ouvriers travaillent en hauteur sans équipement de sécurité. Il le montre à l'inspecteur du travail qui lui répond qu'il s'en moque parce que ce n'est pas son secteur !!!! ».  Je suis outrée mais je ne dis mot. Il ne dit rien non plus et pourtant la sécurité des hommes sur les chantiers est pour lui ce qui prime avant tout.

Je me souviens d'un accident du travail mortel sur une centrale française. Un de nos intérimaires s'est fait électrocuter. Il a ouvert une armoire électrique consignée. L'écriteau était sur le devant de l'armoire, il a déboulonné l'arrière. Quand il appris ce tragique accident, Monsieur F...s'est senti coupable alors qu'il n'y était pour rien et j'ai vu des larmes couler sur son visage. Il était le patron des chantiers, il assumait les erreurs de ses hommes. J'aurais dû deviner me répétait il que même s'il y avait une porte, quelqu'un pouvait pénétrer par la fenêtre !!

 

J'organise les élections des délégués du personnel et du comité d'entreprise, vote uniquement par correspondance puisque tout notre personnel est sur chantier. Un jour je vais, escortée d'un représentant de chaque syndicat, relever la boîte postale à la poste de la ville. Le protocole d'accord qui fixe les conditions de l'élection stipule que la boîte postale sera relevée à 8 heures. à 8 heures moins cinq le receveur me dit que tout le courrier est arrivé et qu'il n'y a pas lieu d'attendre 8 heures. Je demande aux délégués présents leur accord pour prendre le courrier qu'ils me donnent facilement. Les élections ont lieu mais un syndicat mécontent de son résultat intente une action d'annulation des élections prétextant que la boîte postale a été relevée à 8heures moins cinq contrairement au protocole d'accord. Heureusement ils sont déboutés.


Je perds ma candeur en découvrant que tout n'est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes et qu'il faut se méfier de tous.


Une complicité, une amitié est née entre Monsieur F et moi. Elle n'est pas sans me poser de problèmes au sein du service avec les autres assistantes surtout et même avec certains collaborateurs de Monsieur F. d'anciens baroudeurs de chantiers qui imaginent des choses qui ne sont pas ce qui me peine beaucoup.


Monsieur F.  m'invite un jour avec mon époux dans sa maison de campagne dans l'Oise, une belle maison toute simple qui lui ressemble. Son épouse italienne à la forte personnalité est charmante et très drôle. Il a deux petites filles.

 

Nous les invitons plusieurs fois à la maison pour des soirées déguisées. Il arrive un jour déguisé en seigneur du désert. Je le trouve superbe ainsi. Il nous raconte qu'il a été obligé d'aller chercher l'essence dans cette tenue. J'imagine la surprise du caissier de la station service.

 

Il organise un samedi une visite de la centrale nucléaire de Paluel, j'y emmène des amis et voisins et nous passons une très agréable journée. Le midi nous allons tous manger ensemble sur le port de Saint Valéry en Caux .


 



 

Monsieur F.... me fait de plus en plus confiance et me confie des responsabilités croissantes. 


30 ans après, je suis encore très émue de raconter ici cette période qui restera parmi les plus belles pages de ma vie professionnelle.  je vais arrêter là aujourd'hui. Je reprendrai bientôt ce récit pour vous raconter la suite de cette aventure professionnelle et pourquoi après 10 ans à ses côtés, j'ai dû quitter Monsieur F.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MONIQUE 03/07/2009 14:54

Je te suis, bisous, Monique

liedich 29/06/2009 17:11

Cette somme continuelle de travail, tel que tu le narres, me fait penser immédiatement aux problèmes de couple qui ne manquent pas d'arriver.
J'ai payé dans ma vie pour cela et c'est certainement pour cela que je dis cela.
Mais je reconnais dans ton texte l'important ce la vie professionnelle représente dans la vie de plein de gens. Et pour moi qui suis aujourd'hui pré retraité après 38 ans d'activité intense et de déplacements pendants 13 ans, je suis heureux d'avoir prévu le remplacmeent de toute cette frénésie par une et plusieurs autres.
vOIL0, je vais devenir aussi bavard que Toi.
Tu me pardonneras le retard à te lire, mais les textes longs me posent problème. Je ne peux lire longtemps.
Mais je lis tout et j'aime ton histoire, elle a le parfum du vrai. J''aime cela. Merci jolie fleur.

sido 28/06/2009 10:03

C'est un beau parcours que celui qui permet de s'affirmer, de progresser en responsabilités, possibilité qui hélas manque à beaucoup et les dégoûte du travail devenu juste un gagne pain.On comprend donc en te lisant ton émotion.
bon dimanche. bises

Alrisha 27/06/2009 22:18

Je vous comprends tous les deux: toi qui te dévoues pour ton job en faisant des horaires à rallonge et ton mari qui se renfrogne sur tes journées sans limite!
Un dilemne qui ne devait pas être facile à vivre!
Bises eglantine, passe un bon dimanche!

Armide 27/06/2009 16:31

Mon père était ingénieur en construction métallique et à conçu des forages de pétrole en mer du nord...
Le travail ne devrait jamais être une abomination : quand on y trouve de l'intérêt, ce n'est plus du "travail". Malheureusement une passion provoque des jaloux...

Doucepoésie 27/06/2009 11:31

Bonjour c'est sous la brume matinale que je viens sortie de mon brouillard te souhaiter une excellente journée , que les rayons du soleil de mon coeur te vont droit au coeur par mon amitiè , bises amicallement Mimi.

bunny le chti 27/06/2009 07:46

salut
je passe en vitesse
plein de boulot aujourd'hui
bon samedi

chriks 26/06/2009 23:39

Bonsoir,
Belle présentation de votre blog et une activité débordante...Tellement que la famille doit manqué de vous et un trop plein de travail perturbe ce que DIEU prône à tous! L'Amour dans un foyer et une participation avec ses confrères...Là me semble que vous abusez et votre couple doit ressentir de la frustration.
Il serait bon que vous trouviez la foi et la volonté de connaître ce qu'est la vie avant de perdre, par la retraite, cet attachement souvent irrespectueux des personnes.
Je n'ai pas pris le temps de tout lire mais je voulais savoir pourquoi vous êtes fâchée avec la "religion"?

3sites:Quentin-Panoramax-Photomax 26/06/2009 18:51

moi je crois qu'il ne faut pas trop sympatiser avec son patron ...ex manger avec

Doucepoésie 26/06/2009 17:36

Bonjour et bonne journée passe une bonne fin de semaine bises amicalement Mimi.

Nettoue 26/06/2009 15:39

Tu parles de ce morceau de vie là, avec une émotion que tu m'as fais ressentir, vraiment.
Je reviendrai vite savoir pourquoi ?
Bisous à toi
Nettoue

soleil51 26/06/2009 09:45

Que tout cela est bien écrit ! !
bravo et en plus c'est passionnant ! !
j'attends la suite avec impatience !
Bon vendredi et
1001 bisous du pays de Râ
@nne-mar♪e

Djemaa Pascal 26/06/2009 09:12

Bonne journée et bises de la Drôme! Pascal.

françoise 26/06/2009 07:28

La suite est un plaisir à lire, j'adore.
Tu dois le faire éditer
bises
françoise

FrancoiseduVar 26/06/2009 07:09

On te dévore, quel plaisir de te lire, c'est si bien écrit.....

Bisous
Françoise

:0014:dom:0075: 26/06/2009 06:18

Je suis toujours avec beaucoup d'attention tes expériences professionnelles.
Ce n'est pas facile de concilier un travail qui nous passionne et dans lequel nous nous investissons à fond et la vie familiale ... J'en ai fait la triste expérience, mais c'était pour découvrir autre chose "de mieux" !
Bonne fin de semaine ! Bisoux.

dom

fransua 25/06/2009 21:42

un récit très interessabnt et je me demande pourquoi tu as quitté un patron en or mais je verrai la suite

Pilouchi 25/06/2009 21:12

je t'assure que j'ai vraiment plaisir à lire ces pages de ta vie et te tire mon chapeau et pour ton travail et pour la vie que tu donnes à ton article ... un vrai plaisir je le redis ! je te souhaite une bonne soirée et j'attends la suite avec impatience... amicalement bisous de Maria

clementine 25/06/2009 20:56

Il t'aime beaucoup ce monsieur et la jalousie des autres doit être assez piquante..
j'aime beaucoup la façon que tu racontes. On s'y voit.. on t'imagine.. et lui aussi..
bonne soirée
clem

mrcafe 25/06/2009 20:48

encore une belle rencontre professionnelle , bise églantine

flolipo62 25/06/2009 20:42

oh c'est presque dommage que tu t'arrêtes... mais bon... surtout sur cette fin... ça c'est presque sadique... bon ok j'attends.... avec impatience...
bonne journée

Eleonora 25/06/2009 19:51

C'est une jolie page de ton histoire que tu nous racontes avec ce petit plus extraordinaire d'une page de ta vie...à bientôt pour la suite !!!!

Annick 25/06/2009 18:36

ce que tu nous écris se lit comme un roman...mais c'est vrai que la vie est un "roman" et on a chacun le notre!encore faut-il l'écrire?
merci à toi de le faire,c'est "palpitant".
bisous de Cayenne.

Viviane 25/06/2009 18:33

Un régal!
Bisous
Viviane

Lilounette 25/06/2009 14:41

Pas facile de gérer famille et travail quand on est autant investie .. je parle pour toi et le travail ' passion' existe et j'y crois, car mon mari dirigeait une entreprise de TP , en sens inverse de l'aiguille de la montre , donc c'était moi qui était à attendre et m'interroger ..je connais l'ambiance , les doutes, mais le travail appelait le travail en priorité..bon j'ai hâte de lire la suite ceci étant dit .Bisous

MONIQUE 25/06/2009 14:32

Belle journée, à bientôt pout la suite, bises, Monique

corinne 25/06/2009 13:23

coucou, oh et bien oui pourquoi ????

Bon je reviendrai alors

bisous

Carolo 25/06/2009 13:16

J'ai hâte de lire la suite et le pourquoi de ton départ auprès de Monsieur F...
Bon après-midi Eglantine
Bises, Laurent

Damien Verhee 25/06/2009 11:44

Petit bisous du matin depuis la réserve de mon magasin où je fais une pause clope...Les 14h de taf d'hier à Paris ont eu raison d ema motivation, on voulait être rassuré par nos paires, et on est reparti chargé à bloc....de travail supplémentaire, lol !!!! Bonne journée Mzelle

Doucepoésie 25/06/2009 11:43

Bonjour et bonne journée je viens d'un pas préssé de saluer car aujourd'hui je suis à la bourg, mais je ne voulais pas ne pas saluer tous mes amis , passe une belle journée bises amicalement Mimi.

patriarch 25/06/2009 10:53

Alors, j'ai du travailler sur certains de ces chantiers, puisque nous travaillions, pour Saint- Gobain, Alsthom, Centrales Thermiques,Sidérurgie,
etc .....

Marc 25/06/2009 10:01

C'est très intéressant, cette description de la vie professionnelle; on perçoit parfaitement comment des êtres humains - très humains, tu le fais bien apparaitre - finissent par être marqués par une espèce de certitude quant au bien-fondé de leur activité, ce qui peut les mener à restreindre leur capacité de jugement sur le plan éthique.

Je pense en particulier à cette initiative que tu rapportes où ton patron invite à déjeuner l'inspecteur du travail sur lequel il compte pour obtenir le licenciement d'un délégué du personnel ; et, visiblement, le fonctionnaire sensible à cette attention semble avoir l'habitude de telles pratiques.

Cette anecdote, étayée par d'autres éléments plus complexes à démonter ici, m'a amené à formaliser cette réflexion que je souhaitais apporter en commentaire. Comme tu l'imagines peut-être, c'est aussi parce que j'ai eu à réfléchir sur ma propre expérience professionnelle que ces thèmes m'importent.

Pour autant, ton témoignage demeure toujours profondément ancré dans la réalité de la vie, et porte comme à chaque fois la marque de ton regard si juste et si attentif, si aimant, sur la tienne et sur celle de ceux qui t'entourent.

eglantine 25/06/2009 17:35


Merci Marc de ton commentaire ..... Mais l'histoire n'est pas terminée que vas tu écrire lors du prochain épisode très  "nucléaire"..... Quant à l'inspecteur du travail, je suis de ton
avis en partie, il était connu pour être acheté par les entreprises. Ils ne sont pas tous cela. Néanmoins mon patron était très honnête, il avait beaucoup de considération pour les élus mais
celui-ci s'était rendu coupable d'une agression physique contre un autre salarié qui a été blessé. la faute lourde était incontestable et il a obtenu son autorisation avant le déjeuner. De toutes
façons il ne pouvait pas faire autrement que de la donner vu l'ampleur des faits. C'est vrai il aurait pu ne pas l'inviter mais il ne fallait pas froisser le Monsieur qui aurait pu faire ensuite un
excès de zèle.


Plume 25/06/2009 09:21

certain laisse des souvenirs impérissables !!

damien verhee 25/06/2009 08:53

Salut j'ai été pris dans ton histoire, et je comprends l'implication de Monsier F dans sa vie Pro, hélas certaines professions le demandent! Je suis liée à l'une d'entre elles. Je t'embrasse en attendant la suite, car effectivement à la vue de cette complicité entre toi et Mr F, on ne voit pas ce qui pourrait te pousser dehors de cette entreprise, à moins d'une déviance et d'une relation?????

lylytop 25/06/2009 08:40

j'attend avec impatience la suite
en lisant je m'apperçoit que ma fille est comme toi fou de travail, on va la voir certain week end elle travaille je l'ai vu travailler 7 jours/7 14 jours d'affilés, trop elle me rétorque qu'elle est seule, peu importe l'heure qu'elle rentre.
autre point commun mais avec moi la peur des chiens et là dure a controler
a bientôt
lylytop

....=O_O=..... 25/06/2009 08:17

hello..no comment ..c'est excellent

vespcondove 25/06/2009 07:47

ciao,
grand roman a lire ce jour sur ton blog.
passe une bonne journée