Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Très chère maman

Pour répondre au défi N° 81 de la communauté des croqueurs de mots lancé par Jeanne FADOSI

 

 

Très chère maman

 

Louis vide la maison de sa grand mère tant aimée qui vient de mourir avec beaucoup d’émotion. C’est fou ce que les vieilles personnes peuvent conserver comme objets et papiers inutiles. Il ouvre un grand et joli coffret en bois de merisier et en sort quelques papiers. Son regard est attiré par une gravure d’un journal de mode représentant un petit garçon sur un tapis de jeux.

 

la-mode-illustree1870-d.JPG

 

 

Une lettre accompagne cette gravure. Il reconnait l'écriture de sa mère, s'en saisit et se met à la lire à voie basse.....

 

 

 

Paris, le 24 juin 1870

 

Très chère Maman,

 

Je t’envoie la page du journal la mode illustré avec ton  petit Louis. Il a été très sage quand  il a fallu qu’il pose sans bouger sur le tapis avec cette jolie robe. Au début il jouait avec la poupée déposée sur le tapis de jeux, je l’en ai empêché. Quelle idée, Louis me surprendra toujours : un vrai garçon ne joue pas avec des poupées. Un vrai garçon ne pleure pas. Louis est très sensible et un rien le fait pleurer. Je me fâche quand il pleure et j’ai beau lui asséner qu’un homme ne pleure pas, il continue de plus belle rien que pour m’embêter.

Dans la malle du grenier, il se plait à sortir les robes de petites filles et à les porter. L’autre jour il m’a même demandé de lui mettre du rouge à lèvres. Tu te rends compte maman du rouge à lèvres ! Dans la rue avec ses cheveux blonds bouclés, son regard d’ange, on le prend pour une fille. Quand une passante le regarde et s’exclame  « oh la belle petite fille ! », j’ai tellement honte que je ne la contredis pas et je lui  réponds en la regardant dans les yeux  « N’est-ce pas qu'elle est belle ma petite louise ? ».

Que va-t-il devenir ?  je suis très inquiète. je n’avais pas besoin de cela. Maman tu sais que je souhaitais une fille pour oublier la mort de Louise, pour apaiser cette douleur insupportable, ce manque que je conserverai à jamais mais le mauvais sort a décidé que j’aurai un garçon et comme pour me narguer il lui a donné des instincts féminins. Ce ne pourra jamais être l’enfant de remplacement que j’avais rêvé. Qu’ai-je fait à Dieu pour mériter cela ?

Louis et son père Valentin, qui est en admiration devant son fils, me rendront folle.

Maman, tu devrais demander à papa d’écrire à Valentin ce que je n’arrête pas de lui dire qu’il doit élever son fils comme un homme, ne pas lui céder tous ses caprices, et être béat d’admiration devant sa beauté et sa douceur.

J’espère ma chère maman que tes rhumatismes ne te font pas trop souffrir et que tout va bien pour toi. Tu me manques beaucoup.


Je t’embrasse tendrement

Ta fille Lucie qui t’aime.

 

 

Louis repose en tremblant la feuille mouillée par ses larmes…..  Il la saisit à nouveau, la  jette dans le feu de la cheminée et la regarde se consumer lentement. il brûle dans l’âtre les autres courriers du coffret sans les lire.

 

Il vient de comprendre pourquoi sa mère ne l'aimait pas et pourquoi il n’était attiré que par les hommes. Inconsciemment il a toujours tout fait pour être la fille que sa maman souhaitait avoir pour être aimée d'elle.

 

Pour la première fois de sa vie il a pitié de sa mère et lui pardonne enfin : "Paix à ton âme maman" murmure t-il en larmes.

 

Il est désormais un homme, un vrai. Il ouvre le tiroir du haut de la commode, saisit une paire de ciseaux, referme le tiroir. Il se regarde dans la glace de l’armoire du grenier et commence à se couper les cheveux très courts.

 

Eglantine / Mai 2012

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeanne Fadosi 14/04/2015 14:31

je me souviens de ce défi et de mes difficultés de l'époque à vous lire juste au moment où mon ordinateur me lâchait ... Un texte émouvant qui fait la part belle à ces préjugés qui empoisonnent la vie des petits et des grands. Je n'avais pas déposé de commentaire. Pourquoi ? Mon problème d'ordi ? Ce sujet m'interpelle et j'ai du mal à en parler d'une manière apaisée. Autant j'ai toujours considéré que l'orientation sexuelle était une affaire privée à respecter (si librement partagée avec le ou la partenaire) autant la revendication militante m'insupporte. Mais une de tes phrases me chafouine 'Il est désormais un homme, un vrai". Une phrase que je crois tu utilise pour désigner tous les hommes, mais cette expression est trop souvent utilisée en opposition aux homosexuels. Encore maintenant.
Merci d'avoir sorti du grenier ce beau texte sensible.

Jeanne Fadosi 14/04/2015 18:44

j'avais bien compris dans ton sens, sans être ou étant, je préciserais. Juste que d'autres l'utilisent bien autrement et c'est justement navrant

Martine85 14/04/2015 18:36

Je suis navrée qu'une de mes phrases t'ait chafouinée. Il est évident que Louis parle de lui-même, il ne se sentait pas un vrai homme et maintenant il assume son côté féminin et se coupe les cheveux. Tout comme une femme peut ne pas se sentir une vraie femme sans être homosexuelle !!!

durgalola 31/03/2015 20:36

un beau texte ; il me semble que Jean Louis Trintignant, enfant, était souvent habillé en petite fille.
Merci pour ton texte poignant
bises

annie 30/03/2015 17:52

Bonjour Martine,
Une histoire peu ordinaire, bien écrite et touchante quand on est une maman...
Mes bravos et bisous.
Annie

Amatxi 30/03/2015 15:59

Bonjour Martine,
C'est très beau et poignant.
Bisous et bonne journée

LADY MARIANNE 30/03/2015 15:40

un très beau texte !! maman voulait une petite fille !!
Ce cas n'est pas unique, ça arrive inversement aussi maman voulait un petit garçon-
belle participation qui méride d'être republi ée !

Quichottine 30/03/2015 12:02

Je me souvenais de ce texte... de ce défi.
Ton récit m'émeut toujours autant.
J'espère que Louis a été heureux ensuite, mais que d'années gâchées !

Bisous et douce journée.

croc 30/03/2015 11:46

C'est un texte magnifique, merci de l'avoir remis au goût du jour

ABC 30/03/2015 09:40

Je me souviens très bien de ce texte que je retrouve avec autant d'émotion.

Azalaïs 30/03/2015 09:06

c'est un thème difficile à traiter.Qui sait l'origine de l'homosexualité, en tous les cas sûrement pas une maladie à traiter comme le pensent certains mais tout faire pour signifier à son fils qu'il est un homme, un vrai, un dur de dur, n'est pas forcément quelque chose de bon non plus.
Mon petit fils a de magnifiques chevaux blonds et bouclés et mon gendre a tellement peur qu'on le prenne pour une fille qu'il l'emmène régulièrement chez le coiffeur pour éradiquer la moindre boucle de même qu'à trois ans il feuillette avec soin le catalogue de jouets pour bien trier ce qui est jouet de fille et jouet de garçon et moi, ça me fait frémir car je vois se profiler un horrible macho!
bises et repose toi un peu

jill bill 30/03/2015 07:36

Je me souviens de cette illustration, fille ou garçon on avait du mal à le dire... défi relevé !!! Bises de JB

Kévin 02/06/2012 22:28


C'est un très joli texte dans lequel on entre facilement.


Bises, bonne soirée et a bientôt.

Santounette 24/05/2012 19:54


Je viens du blog de Quichottine qui a mis un lien et je découvre cet admirable texte, c'est très émouvant.
Bonne soirée

ionard 22/05/2012 10:54


Que c'est bien écrit... vraiment une nouvelle comme je les aime.


Bises


Dany

Vespcondove 19/05/2012 17:57


tres beau texte.


fin du samedi et je profite de cette fin de semaine pour lire les articles de votre blog de ces derniers jours.


 

eleonor 18/05/2012 20:27


j'aime bien ce texte, c'est une mise en condition pour ma veillée de demain soir !

Jackline :0059: 17/05/2012 17:14


Je n'ai malheureusement pas le temps de tout lire, car je passe rapidement sur les blogs, à mon rythme, après notre voyage en Thaïlande qui s'est si mal terminé pour moi, et mon hospitalisation
en France à mon retour, pendant 3 semaines pour une double pneumonie..je suis rentrée à la maison enfin, mais toujours sous traitement, et sous oxygène..mais je vais de mieux en mieux...je te
fais plein de bises chère Martine, à bientôt

Aude Terrienne 17/05/2012 09:05


Oh la méchante mère !


J'aime toujours te lire.


Gros bisous et à bientôt bien sûr.

Arielle 16/05/2012 15:39


je sens là une certaine amertume dissimulée.... quelle découverte pour cet homme !


passe une bonne journée


arielle

•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-• 15/05/2012 15:09


en quelque part cette lettre a été un remède pour lui


parfois la vérité fait mal mais peut aussi guérir


je te souhaite une bonne journée


 


gros bisous


 


.•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•. 

brigitte lecuyer 15/05/2012 11:01


belle histoire aux accents lointains d'une histoire pas si lointaine.. les secrets de famille font de terribles ravages, mais quelle famille n'en a pas un ou deux dans le fond de ses tiroirs ! un
enfant ne devrait naitre que dans la joie et la sérénité et ne pas porter sur son dos tous les malheurs de ses parents.. hélas la vie en va tout autrement, et nous compensons comme nous pouvons
et parfois si maladroitement..


à voir cette semaine à la TV : le secret, une histoire lourde de conséquences..comme celle que tu racontes si bien, Martine et qui te tient tellement à coeur ! à bientot..

Lolita 15/05/2012 09:59


Un très joli texte. J'aime beaucoup la fin et l'affiramation de Louis. Il faut parfois peu de choses pour débloquer des situations qui semblent inextricables...

patriarch 15/05/2012 06:29


Belle histoire, mais très triste.....Tous les deux sont passés à côté d'une belle vie, pour n'avoir pas parler.....


 


Belle journée avec bises

Solange 15/05/2012 00:40


Que de souffrance dans cet écrit. Bravo pour ce texte.

Cendrine 14/05/2012 22:27


Bonsoir Eglantine,


Ce texte est magnifique! Tu décris et analyses finement les traumatismes d'enfance et la révélation du "secret" qui a ravagé la vie d'un enfant, le poids sur ses frêles épaules et la délivrance,
enfin...


J'aime profondément, merci beaucoup! Bravo!


Gros bisous


Cendrine

anyly83.over-blog.com 14/05/2012 18:27


BIEN SUR ! JE COMPRENDS MIEUX !


TOUT A L'HEURE , J'AVAIS UN TEXTE INDECHIFFRABLE !! des signes , des lettres , des chiffres .... ! MYSTERE !


Mais je reagis bien sur comme les copinautes !


MERCI


any

:0091: :0010: :0085: 14/05/2012 17:43


c'était ok pour moi...ce matin !! merci Martine et très bonne soirée....

La Guyanaise 14/05/2012 17:08


on dit: les paroles passent, mais les écrits restent...


très émouvante cette histoire!


bisous du lundi.

armide+Pistol 14/05/2012 16:53


Confidence pour confidence


Je jette en ce moment des tonnes de papiers "inutiles ( les miens y compris) ...Souvent dévastateurs


Pas le moral : excuse moi.

sittelle 14/05/2012 14:24


Décryptage impossible, clic droit bloqué, alors... j'imagine... de toute façon, c'est toujours la faute de la Mère,
n'est-ce pas ?! une grande chaine qui remonte à ... Eve ! très joli texte auquel chacun s'identifie finalement, comme tu le souhaitais ! merci, mes amitiés

Simone L.V. 14/05/2012 13:41


Une lettre, quelques mots qui surgissent à l'imprévu des secrets ou des non-dits de notre passé; une découverte comme une révélation et qui peut nous aider à comprendre enfin cette part de
nous-même qui nous fait nous sentir 'différent' ... des autres ou de ce que nous aurions voulu être; ce peut-être, en effet la chance de savoir  comment accéder au pardon et poser
l'acte  libérateur ... "naître enfin à nous-même!".


Merci pour  cette 'histoire' pleine de délicatesse et de psychologie ... et, comme à ton habitude, tellement bien écrite. Bisous ensolleillés. Simone

lamée 14/05/2012 12:08


Bonjour Martine


Triste histoire et que d'émotion.Les paroles font parfois enormement de mal.Bien sur,les parents parfait n'existent pas et on peu faire mal sans vouloir....Trés beau texte.Bravo!!Bisous.Aimée

:0091: :0010: :0085: 14/05/2012 12:00


il n'y a que les écrits qui restent......hello.....

anyly83.over-blog.com 14/05/2012 10:29


EGLANTINE  , y avait il quelque chose a comprendre dans ce TEXTE INDECHIFFRABLE ?


 Est-ce moi QUI AIT FAIT DES DEGATS CHEZ MA FILLE AINEE ? ( oui je lis d@net ) ?!


En tout cas , IL Y A PLEIN D'EMOTION DES TES ECRITS !


BISOUS


any


 

M'annette 14/05/2012 09:36


une très belle histoire, qui marque bien les difficultés de vivre, de répondre aux "attentes" inconscientes (ou pas) des parents, et le besoin de trouver sa place..


Merci, et gros bisous

Plume 14/05/2012 09:33


Quel beau texte Martine ! une analyse profonde et émouvante de la fragilité de l'enfance et de l'influence toxique des non-dits et des traumatismes qui compromettent le développement de l'enfant
...


Bisous, Plume .

Quichottine 14/05/2012 08:45


Ce défi est incroyable... Il t'a permis d'écrire une très belle histoire, qui finit bien malgré ce qui a dû être une longue détresse.


Merci pour ce moment,Eglantine.


Bises et douce journée.

D@net 14/05/2012 08:27


Bonjour Martine,


Tous les psychologues disent, et je le crois, que les années d'enfance sont déterminantes pour l'avenir de tout être humain, les jeunes parents ne sont pas toujours conscients des dégâts qu'ils
peuvent faire, sur leur enfants, souvent avec beaucoup d'amour...


A tout à l'heure Martine.


D@net.

Martine 14/05/2012 08:17


Bonjour Martine,


Ouf! C'est très fort en émotions ce billet. Une belle écriture comme d'habitude, beaucoup de profondeur derrière les mots. J'ai apprécié. merci pour ce partage. défi superbement relevé.


Bises de bonne journée


Martine

unsoirbleu 14/05/2012 08:16


Comme quoi les traumatismes de l'enfance peuvent parfois être vaincus. Très beau.