Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Escapade dans Paris Monopoly

Je n’aime pas jouer aux jeux de société. C’est trop statique pour moi qui aime bouger en permanence. Je le fais néanmoins de temps en temps avec mes petites filles pour les occuper quand le temps n’est pas clément. Quand Josette nous a demandé de lancer les dés et d’entrer dans le jeu, j’ai failli renoncer car je n’ai à la maison ni jeu de Monopoly, ni dés. J’ai trouvé chez mon ami Google la photo du jeu et même des dés virtuels. Je suis donc prête à jouer.
 

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Je lance virtuellement les 2 dés et je tombe sur 3 et 2, j’avance de 5 cases mon pion. Me voici Gare Montparnasse, quelle chance la gare d’où part le TGV qui dessert Les Sables d’Olonne. C’est amusant, je viens de rentrer à Cergy et je n’ai qu’une envie repartir dans ma chère Vendée. Je ne prendrai pas le train cette fois ci. J’en profite néanmoins pour monter en haut de la tour Montparnasse pour admirer la très jolie vue sur Paris et voir toutes les lignes qui partent de la gare pour aller jusqu’à l’océan.

Escapade dans Paris Monopoly

Je n’irai pas jusqu’à l’océan aujourd’hui et avant de reprendre le jeu je vous propose une escapade, un voyage vers le passé. En effet à Montparnasse je suis tout près du quartier Pernety celui de mon enfance, dans ce 14ème arrondissement où j’ai passé chez ma grand-mère les premières années de ma vie. Suivez-moi nous allons prendre la ligne 13 du métro, deux stations seulement, gaité (je suis gaie comme un pinson et j’aimerais descendre y faire mon nid) mais je vais continuer jusqu’à la station suivant Pernety où nous allons descendre. La station n’a pas changé toujours le même long escalier à monter. Sa façade est toujours la même aussi.

Escapade dans Paris Monopoly

Dirigeons nous vers la Rue Boyer Barret toute proche.

La boulangerie existe toujours à l’angle de la rue Raymond Losserand. Je me souviens : chaque jour je rentrais dans cette boutique et je demandais à la boulangère en lui tendant mes pièces un "petit fendu" bien cuit. Elle me faisait un grand sourire et je ramenais fièrement à ma mamie le pain tout chaud. Je suis triste de voir que beaucoup de commerces sont aujourd’hui fermés. Dans mon enfance il y avait :

  • Une crémière où nous achetions des yaourts à l’unité en pots de verre consignés,
  • Un marchand de journaux ou Mamie prenait chaque jour son «France Soir» dans lequel je suivais avec plaisir les aventures de Chéri Bibi ,
  • Une marchande de couleurs toujours souriante et pimpante comme sa boutique. j’aimais flâner chez elle au milieu d’un bazar hétéroclite fait d’ustensiles ménagers et respirer l’odeur de lessive dont je me souviens encore aujourd’hui.
  • Un café bougnat au pied de notre immeuble tenu par un couple d’auvergnats qui nous livrait le charbon dans la cave et chez qui nous recevions parfois des appels téléphoniques

Arrêtons-nous devant le 3 bis. Ma grand-mère était la concierge de cette immeuble et j'ai vécu mon enfance dans la minuscule loge au fond de la grande entrée qui donnait sur une cour où il y avait les toilettes. Nous n'avions pas non plus de lavabo, d'eau chaude mais j'étais heureuse. Quand ma grand-mère a pris sa retraite, elle a continué à vivre dans cet immeuble au second, les fenêtres avec les stores au 2ème étage.

Escapade dans Paris Monopoly
Escapade dans Paris Monopoly
Escapade dans Paris Monopoly

Après cette escapade dans mon enfance, il me faut retourner au jeu de Monopoly.

Je lance les dés virtuels : 2 et 1. J’avance de 3 cases Je m’arrête sur la case « Rue de Courcelles ». Qu’irais-je faire dans ce quartier bourgeois que je n’aime pas et où il n’y a pas grand-chose à voir si ce n’est au N°45 le bel immeuble haussmannien où a vécu au premier étage Marcel Proust avec ses parents et son frère. Je ne m’y arrêterai pas, je n’accroche pas au style d’écriture de Proust. Je n’ai jamais réussi à lire un de ses livres jusqu’au bout.

Adrien_et_Robert_Proust (père et frêre de Marcel proust) sur le balcon du 45 rue de courcelles

Adrien_et_Robert_Proust (père et frêre de Marcel proust) sur le balcon du 45 rue de courcelles

Je relance les dés 4 et 2. J’avance de 6 cases pour me retrouver au paradis, pardon rue de Paradis qui est en prolongement de la rue bleue anciennement rue de l’enfer. On a supprimé l’enfer pour en faire un prolongement bleu du paradis. Je ne m’arrêterais pas non plus rue de Paradis pour l'acheter : Le paradis se mérite, il ne se vend pas.

Je relance les dés 5 et 4. J’avance de 9 cases et me retrouve Boulevard Malesherbes. Cela m’apprendra de ne pas m’être arrêtée au paradis, le mal me poursuit et des mauvaises herbes j’en ai assez à désherber dans mon grand jardin.

Relançons vite les dés : 2 et 1. Je me retrouve rue du Faubourg Saint-Honoré. Je m’arrête devant le Palais de l’Elysée. J’achèterais bien ce luxueux château, j’en ferais un hôtel d’urgence pour SDF et Migrants. Hélas à part les 20000 euros que j’ai reçu au départ je n’ai encore rien gagné dans le jeu, normal je ne travaille pas et je n’ai pas investi. Je ne serais jamais riche mais je suis heureuse de ma vie de bohème à Paris.

Continuons le jeu et relançons les dés : 6 et 4. J’avance de 10 cases et j’arrive sur la case chance. Comme je n’ai pas le jeu, je n'ai pas les cartes associées et ne peut en tirer une.  Je sors du monopoly et je vais au bureau de tabac le plus proche miser 2 euros à l’euro million qui sera tiré ce soir. Ne voulant pas choisir de numéros, je fais un flash. Le lendemain je retourne au bureau de tabac, j’insère mon bulletin dans la machine qui m’indique que j’ai gagné……. Plus de 130 millions d’euros.

C’est un choc. Je n’y crois pas. Je n’arrive même pas à m’en réjouir cela me fait peur. J’ai calculé que j’allais payer 9000 euros d'impôts par jour !!

Ma vie faite de petits bonheurs tous simples me plaisait beaucoup ainsi. Néanmoins je ne renonce pas à cette somme, Je ferai des heureux autour de moi et parmi les plus démunis.

Pour le moment je retourne dans le Monopoly placer cet argent dans l’immobilier. Je Relance les dés virtuels : 4 et 4. Je tombe sur la case impôts sur le revenu….. Mon premier don sera pour l’état. Dépitée je sors définitivement du jeu pour retrouver avec plaisir la réalité et mes nombreuses petites joies gratuites qui font mon bonheur et me donne la joie de vivre.

Martine / Mars 2017 pour le défi 181 des croqueurs de mots animé par Josette.   

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chrisch2 13/03/2017 12:35

Pour Noël mon petit fils a reçu un Momopoly pour les enfants, ce n'est pas trop long. Il a vite compris que pour être riche il fallait acheter la rue de la paix. Bises@+

LADY MARIANNE 09/03/2017 19:57

alors là je suis scotchée !!
rue par rue- souvenir - photos-
un excellent billet- bravo-
je n'aime pas ce jeu-- trop lent----
bonne soirée- bisous-

jazzy57 08/03/2017 18:40

Bonsoir Martine , je ne reçois plus tes news c'est bizarre . En tous cas une superbe promenade avec toi et tes souvenirs dans ce Paris que je ne connais pas tres bien . Je me suis régalée à te lire
Bonne soirée
bisous

écureuil bleu 08/03/2017 11:17

Bonjour Martine. J'ai beaucoup aimé ta partie de monopoly qui t'a permis d'évoquer des souvenirs. Ca se voit que tu ne joues pas car 7 et 3 c'est pas possible, ou alors ton 1er dé est truqué. Bisous

Martine. 08/03/2017 11:37

Si j'ai joué sans tricher mais je n'ai pas noté les dés que j'avai lancé juste le total. Merci je corrige

dimdamdom59 07/03/2017 23:39

Quelle belle tranche de vie, j'ai aimé me balader avec toi dans cette ville que j'adore. On ne s'y ennuie jamais.
Bravo et merci pour cette belle participation.
Bisous.
Domi.

luciole 83 07/03/2017 20:59

Oh Martine que c'est beau ! Je raffole de ton écriture qui te caractérise si bien ! Un vrai régal de te suivre dans ce Paris si attachant que j'aimerais tellement visiter... J'ai vraiment TOUT aimé !
Un grand coup de chapeau et bcp de bisous

Gabray 31 07/03/2017 16:36

Voila un jeu que je connais bien ... (mes petits fils l'aiment et pour leur faire plaisir j'y joue avec eux!)
J'ai constaté que tu a mis de superbes photos pour illustrer ton article : J'aime beaucoup! Cordiales amitiés & à +

Bon Ap chez Mamounette 07/03/2017 16:00

Coucou Martine, oh oui Paris où je suis née, le monopoly me rappelle plein de bons souvenirs j'adore les jeux en l'occurrence monopoly et scrabble et je joue en ligne avec ce dernier quand j'ai un moment. J'ai demeuré à côté des bureaux de Claude François, ma grand-mère y faisait les ménages, mais ménagère à cette époque c'était respecté et ultra bien payé, un peu comme les anciennes concierges des beaux quartiers. Avec mon mari nous adorions Paris, dommage qu'à l'époque nous n'y avons pas acheté un appartement car les prix étaient vraiment abordables, mais nous avons préféré faire construire une maison plus en retrait en campagne puisque nous travaiillons sur l'aéroport CDG. Comme quoi la vie ! Nos sorties étaient Pigalle bien entendu avec les pubs bien sympa, mais également la tour Montparnasse où nous dégustions un coktail avec la vue panoramique sur Paris. Fallait bien s'accrocher car le coeur oups dans l'ascenseur surtout après avoir vu le film. Ensuite il y avait une boîte de nuit au sous-sol et nous étions bien accueillis. Ensuite la Vendée les Sables et maintenant st Malo dont je rêvais m'installer depuis très longtemps. Paris n'était plus comme d'habitude, mon enfance, mes amis, nos rencontres, nos sorties sans risques ou tout au moins, moins risquées, plus propre, bref le vrai Paris n'existe plus depuis fort longtemps. L'ouverture de nos frontière a tout fichu en l'air et je ne suis pas partisante de loger des migrants dans les beaux quartiers, pourquoi faire ? Les rendre envieux et mauvais ? Ils ont plus besoin de rentrer chez eux aidés.
Enfin voilà Paris comme je l'ai aimé le vrai Paris de mon enfance. Ma fille habite près de giverny mais elle bosse à intra-muros, ça lui convient comme ça. Allez assez barvardé bisous chère Martine et avance encore de 2 cases lollll

Angeline 07/03/2017 14:54

très beau blog sur la littérature. un plaisir de me promener ici.

56M77 A L P 07/03/2017 04:12

Bonjour Martine

je préfere Paris en photo

plutot qu"en réel je suis moins énzeré

la journée de lundi

ayant été très mouvementée

avec la tempête Zeus mais sans pluie

souhaitons que pour aujourd'hui mardi

le temps soit beaucoup plus amical

Amitiés *^¤^* Bisous

56MELDIX77
Le Briard Breton

http://56meldix77.eklablog.com/

Ionard 07/03/2017 00:12

Beaucoup aimé ton parcours avec tous ces jolis souvenirs qui jalonnent les rues de Paris!
Bravo
Bises
Dany

colettedc 06/03/2017 22:20

Excellente participation, Martine ! Mille et un bravos ! Douce fin de ce jour ! Bises♥

Nell 06/03/2017 20:42

Un vrai régal, Martine. Je t'ai suivie, pas à pas et je t'ai vu dans cette cour où tu devais jouer, enfant. Tes souvenirs ont un merveilleux goût. Merci de nous les avoir fait revivre autant de force et d'amour. Hier, justement, je jouais au Monopoly avec mes petits-enfants: et je n'ai pas triché. Je t'embrasse et te dis à bientôt

Jeanne Fadosi 06/03/2017 19:31

Pour quelqu'un qui a failli renoncer, ton escapade à Paris nous a emmené par la main de manière bien agréable et tes états d'âme concernant les bonnes et mauvaises fortunes m'gréent aussi. bises et belle soirée

cheznous62 06/03/2017 16:56

Je ne me souviens plus d'avoir jouer au monopoly et j'ai aimé ta façon de le retrouver !
Ton imagination a bien vagabondé pour notre plus grand plaisir !!
Mes bises de mon nord encore bien frisquet mais pas de tempête à l'horizon chez nous cette fois !
Belle semaine Martine !
Nicole

Josette 06/03/2017 13:37

superbe j'aime ta vie parisienne Martine mon jeu était en francs c'est dire qu'il date d'un certain temps peu importe de gagner c'est bien connu l'argent ne fait pas le bonheur mais les soucis pour le garder...
bises et bonne journée loin de la tempête

scoobydu41 06/03/2017 12:57

Les gares c'est ce qu'il y a de mieux..

Maria-Lina 06/03/2017 12:20

Cool, quel beau billet, c'est super!!! Bise, bon lundi tout en douceur!

kprice 06/03/2017 12:02

Un délicieux moment passé sur le plateau de tes souvenirs ... en un coup de dés se retrouver dans ces lieux chargés d'émotions, tu as les mots tellement justes pour nous faire ressentir les tiennes.
J'aime ce méli-mélo jeu/souvenirs ... avec toi rien n'est jamais ordinaire.
Bises et bonne journée.

Quichottine 06/03/2017 11:17

Oups... j'ai frémi en pensant aux impôts à payer par jour...
Mais tu m'as emmenée bien loin avec ce jeu.
Merci, Martine.
Bisous et douce journée.

Amatxi 06/03/2017 10:57

Comme d'habitude, c'est excellent. J'aime beaucoup le moment où tu parles de ton enfance. On sent bien que tu aimerais en parler beaucoup plus que de la rue de Paradis ....
Bisous

fanfan 06/03/2017 10:20

Beaucoup de joueuses sont tombes sur la gare Montparnasse et chacune a suivi un chemin différent .
Tu nous fais voyager dans le Paris de ta jeunesse qui semblait plus agréable que celui d'aujourd'hui.
Jolie photo avec ta grand-mère .
Moi, non plus je n'ai jamais réussi à lire Proust jusqu'au bout!
Bonne semaine

Lenaïg 06/03/2017 09:39

Coucou Martine, magnifique participation, le 5 et la gare Montparnasse en commun pour toi et moi mais la comparaison s'arrête là, moi ce n'est qu'une pirouette mais je me suis amusée quand même, toi c'est un défi soigné, parfaitement réussi, du vécu dans lequel tu nous embarques complètement (je me souvenais de ta grand-mère, que tu as déjà évoquée). Bravo et merci beaucoup, bisous.

danièle 06/03/2017 08:29

Comme quoi une simple partie de monopoly fait remonter à la surface de merveilleux moments.
Très belle jourée, bises
danièle

Clara65 06/03/2017 07:44

Justement, la finance dans le monde, joue au monopoly et quand tout l'argent sera ramassé par une seule personne (ou quelques-unes) ce fluide ne circulera plus et le monde sera asphyxié !
Contentons-nous de peu et nous serons assurément plus heureux.
Bon début de semaine.

jill bill 06/03/2017 06:32

Ah toute une belle histoire ici, vraie et merci à mamie d'avoir été là pour sa petit-fille, une époque où il y avait sans doute plus de concierges, merci Martine, bises