Départ des terre-neuviers

Publié le 25 Juin 2015

Départ des terre-neuviers

Matin glacial d’hiver, sur l’océan plombé

Le morutier s’éloigne, toutes voiles exhibées

Mère et femmes Sablaises (1) , courageuses et dignes

En retenant leur larmes, de la main font un signe

Aux marins sur le pont partant à Terre-Neuve

C’est le dernier adieu, début d’une autre épreuve

Cinq longs mois d’angoisse, oh bien cruelle absence

Éduquer les enfants, dans une heureuse ambiance

Dans la nuit solitaire, écouter la houle geindre

Seule Dans son grand lit, Ô Pleurer et craindre

Qu’Océan nourricier, dans ses flots meurtriers

Soudain puisse engloutir, le frêle morutier

 

Pendant ce temps, sur l’usine flottante

Dans la houle glaciale, et la pluie dure battante

Chaque nuit, chaque jour, Capitaine et marins

Travaillent réunis, brûlés par les embruns

Tirer les lourds filets, trier les morues vertes

Les laver et saler après les avoir ouvertes

Relancer les filets, dans la sueur et le stress

Et puis Recommencer, Recommencer sans cesse

Pendant les courts repos, sur la dure couchette

Se reposer enfin, Dormir sans sa Mariette

Bercé par le roulis, rêver au quai Chaumois (2)

Au retour espéré, dans la joie et l’émoi

Pouvoir étreindre enfin, Femme, mère et enfants

Sur la terre ferme tout près de l’océan

Oh vivre réunis, chaque jour de la vie

Ne jamais repartir, espoir inassouvi

 

Martine (juin 2015) pour le défi 148 des croqueurs de mots animé par Enriqueta

(1) Habitante des Sables d'Olonne

(2) Chaumois qui vient de la Chaume, village des pêcheurs des Sables d'Olonne

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
C'est vraiment un très bel hommage à ces marins qui ont une vie très difficile et à leurs femmes qui devaient tout assumer seule, sans jamais être certaines que leurs maris ne reviennent...
Je suis en admiration pour leur courage mutuel....
Que tu décris fort bien !
Bises et merci Martine
Répondre
L
C'est très beau , poème comme photo
Répondre
C
Bonsoir Martine ton poème me fait penser à du Victor Hugo tellement il est bien écrit. Mille merci à toi pour ce petit bonheur.Bonne soirée et bon dimanche.
Plein de bisous.
ps pour que j'ai des fruits sur mon Goyavier il me faudrait un deuxième arbre mais comme tu dis je me contente des très belles fleurs.
chatou
Répondre
L
C'est un superbe poème Martine et j'avoue l' adresse que ta plume laisse découvrir, tant par les mots et l'émotion qu'elle commente et qui va droit au coeur
Bon WE
Répondre
M
Un très beau poème, émotion et histoire sont au rendez-vous, bravo!
Répondre
V
un seul mot: bravo
bises du soir
Répondre
E
je pensais trouver la signature d'un auteur célèbre à la fin du poème ...si tu fais de si beaux poèmes, pleins d'émotion, célèbre tu vas le devenir :-) treve de plaisanterie je suis admirative et conquise !

amitiés et encore bravo
Répondre
E
je pensais trouver la signature d'un auteur célèbre à la fin du poème ...si tu fais de si beaux poèmes, pleins d'émotion, célèbre tu vas le devenir :-) treve de plaisanterie je suis admirative et conquise !

amitiés et encore bravo
Répondre
H
Bonjour Martine,

Un seul mot, BRAVO ! ton poème est absolument magnifique. Le défi est parfaitement bien relevé.
Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
E
C'est donc ton texte en illustration de la photo. Oui, des vies rudes pour les hommes et les femmes, mariés, mais qui ne se voyaient pas beaucoup dans l'année. Avec la crainte des tempêtes. Bon défi... Bravo.
Répondre
A
Bonjour Martine,
Un récit bien conté, merci car en tant que fille de marin ( militaire par contre !) j'ai connu les départs et les larmes...Les retrouvailles aussi !
Bonne fin de journée et mon amitié.
Annie
Répondre
S
C'est une très jolie peinture de la vie des marins pécheurs et de leurs familles; bravo! bonne fin de semaine te bises; Simone
Répondre
J
beau poème inspiré par l'océan auprès duquel vous avez choisi de venir à l'heure de la retraite.
Je me souviens des thonniers (je ne sais pas si on dit cela) dans les années 1950 mais aussi des chalutiers de cabotage qui sortaient quotidiennement au gré des marées et du temps pour ramener sardines et maquereaux
bises et belle journée
Répondre
L
Bravo, Martine ! Espoir inassouvi, sauf une fois en retraite, mais certains perdaient la vie avant. Des "âmes bien trempées" si je puis dire, aussi bien les terre-neuviers que leurs femmes restées à terre, comme tu l'écris si bien. Bises.
Répondre
E
Un hommage bien mérité! Merci d'avoir mis ton talent à leur service!
Répondre
Q
Un très bel hommage à ces marins...
Merci, Martine, pour cette magnifique réponse au défi d'Enriqueta.

Passe une douce journée. Bises.
Répondre
J
Ils s'en vont mais revenir nul n'est jamais certain de le dire à sa femme, merci Martine, jill
Répondre
L
la vie dure des pêcheurs
bon jeudi et a bientôt
lyly
Répondre
A
Rude vie, rude métier, la mer les appelle, le poisson les nourrit, ils repartiront sans cesse tant qu'ils seront vaillants et la
es femmes fortes maîtresses à la maison mèneront aussi leur barque en attendant le retour au port....
tu nous fait très bien revivre cette vie âpre des familles de pêcheurs...
Répondre
C
Des mots en force et très puissants pour evoquer ces hommes des mers !!
Merci pour ce très beau texte !
Bonne journée
Bises
Répondre
I
Comme c'est bien dit ressenti... tes mots m'arrachent des larmes ! quelle dure vie pour ces pêcheurs et leur famille!
Bises
Dany
Répondre
L
J'aime bien ton poème qui me rappelle le courage des femmes de descendants de ces marins de Fécamp que j'ai connues lors d'une antenne emploi ! Tu te souviens ? C'était ma première chez Bernard avant Ussel. Une certaine Françoise aussi qui "faisait le saumon" ! Bonne journée et grosses bises.
Répondre
C
Bonjour Martine, quel texte magnifique pour ces hommes qui doivent partir loin de leurs familles pour gagner leur vie !
Je voulais te dire que j'ai voté pour le président actuel car je suis de gauche, mais je considère que lui ne l'est pas et il m'a énormément déçue.
Passe une bonne journée, pour ma part, je vais en montagne.
Répondre