Les oiseaux furibards

Publié le 1 Mai 2017

Les oiseaux furibards

Regardez-moi ces vieilles andouilles

Elles Paraissent dans le coaltar.

Mais Qu’est-ce donc qu’elles magouillent ?

Avec leur tête d’avatar

Peut-être bien qu’ils nous zigouillent

En voulant nous nourrir ces lascars

Ils devraient filer la quenouille

Ou bien s’enfuir à Zanzibar

On ne peut voir sans un sonar

Le sac secret de ses pedzouilles

Ont-ils emporté leurs dollars

Avant de partir en vadrouille ?

Pour les enfants des malabars ?

Devinons Cette carambouille

De ces bien singuliers vieillards

C’est horrible ça nous chatouille

Nous sommes oiseaux furibards

Du poil à gratter, ouille ouille ouille !

 

Martine / Mai 2017 pour le défi 185 des croqueurs de mots animé par Fanfan de faire, sur la photo ci-dessus une poésie avec les 12 mots imposés en gras dans mon poème qui devaient être la terminaison  des vers.  Extrêmement difficile de faire un texte qui se tient !

Rédigé par Martine.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Waouh, il vaut mieux ne pas figurer sur le cliché!
Répondre
L
Des vieilles andouilles ... Méfions nous de l'eau qui dort.
Répondre
É
Bonjour Martine. Les consignes étaient difficiles à respecter et tu l'as fait avec brio.
Répondre
F
Bonjour<br /> Huuummm ce qui se passe dans la tête des zoisios!!!<br /> Douce soirée à toi<br /> Frieda
Répondre
G
Bonjour, bravo pour le texte poème sur ce thème imposé, c'est très agréable à lire! Nous sommes toujours fixés (hélas!) à Toulouse et fort occupé à cause des soins pour mon épouse qui va bien mais très fatiguée . Il nous faudra attendre vers la mi juillet pour je pense être plus disponible en pensant que tout sera bon ! Ici à Toulouse le vent et la pluie se sont invités ... Cordiales amitiés & à +
Répondre
L
Bel humour décapant ! Les pigeons ont du souci à se faire : on ne leur dit pas tout... on les appâte et puis, par des magouilles infâmes, on les entourloupe sans états d'âme ! ......<br /> Bravo Martine et bisous amusés
Répondre
M
Les colombophiles vont se réjouir du toupet de ces pigeons, bravo Martine, ce moment de lecture a été des plus agréables.<br /> Bonne journée de la part des Cabardouche !
Répondre
S
Belle réflexion!
Répondre
C
Bravo Martine ! Défi tout à fait bien relevé ! Bon matin de ce mardi ! Bisous♥
Répondre
P
Je vois la scène et j'entends les pigeons ! Il faut reconnaître qu'ils n'ont pas tort ! Quel humour Martine.<br /> Bonne soirée
Répondre
J
Bien vu du côté pigeons , bravo pour ton interprétation <br /> Bon premier mai <br /> Bisous
Répondre
K
Difficile, je n'en doute pas ... mais ton poème m'a vraiment amusée. Bien imaginé de voir "la chose" du côté des pigeons ... une fois n'est pas coutume. <br /> Merci pour ce petit moment de plaisir. Bisous.
Répondre
C
Bonjour, <br /> J'adore l'humour grinçant qui en ressort... <br /> Bon 1 er mai<br /> Bises
Répondre
.
bon premier mai
Répondre
C
Excellent! Je note le pedzouille, j'aime trop! Bisous et passe un très bon 1er mai. Chloé
Répondre
J
J'aime beaucoup bravo Martine et heureux 1er mai
Répondre
Q
Défi réussi !<br /> Pauvres oiseaux !<br /> Bisous et douce journée.
Répondre
L
Le point de vue des pigeons ! Et pas tendre, c'est le moins qu'on puisse dire. Bravo Martine tu donnes une lėgende très rigolote à la photo. Bisous !
Répondre
F
Décidément , tout le monde se méfie de ces retraités !Tu as été bien inspirée; j'aime bien ton texte très cohérent ! Ce n'était pas évident du tout ! Bon premier mai.Bises
Répondre
D
j'aime beaucoup cette photo, belle créativité pour ton texte! bravo<br /> bon 1er Mai, bises<br /> danièle
Répondre
I
Ou là plutôt duraille ce thème là!<br /> Bises<br /> Dany
Répondre
Z
Bravo Marine, défi mené avec brio. Bises et bon 1er mai<br /> http://zazarambette.fr/wp-content/uploads/2017/05/c7022cab.gif
Répondre
L
toujours inspiré pour les croqueurs de mots !<br /> bises amicales<br /> lyly<br /> ps: en ce moment sur mon blog la sortie que nous avions fait ensemble mais sans le brouillard
Répondre
J
La photo est assez marrante il faut le reconnaître, de quoi se laisser aller en écriture, pauvres de ces vieilles andouilles, j'espère qu'ils nous pardonneront... ;-)
Répondre