Une nuit peut en cacher une autre

Publié le 4 Décembre 2017

Une nuit d’été

Jeanne était heureuse. Son papa l’avait emmenée avec elle en week-end.  C’était la première fois qu’elle partait seule avec lui et qu’elle dormirait à l’hôtel. Où l’avait-il emmenée ? elle ne s’en souvient plus très bien aujourd’hui.

Ils avaient pris le train, étaient arrivés dans une petite gare. Le voyage n’avait pas duré très longtemps

Dans une grande salle, elle avait assisté  à un défilé de belles  jeunes femmes  en maillot de bain sous le  curieux regard de vieux Messieurs  et de son papa. Une d’entre elles avait été élu Reine. On lui avait mis une jolie couronne sur ses longs cheveux blonds et passé une écharpe par-dessus sa tête. 

Le soir ils s’étaient dirigés vers l’hôtel. Après avoir monté un vieil escalier en bois ils s’étaient dirigés vers une chambre assez grande avec un grand lit double.  La perspective de dormir à côté de son papa qu’elle aimait tant à la place de sa maman la réjouissait. Elle se déshabilla, mis son pyjama et se coucha. 

Son papa non seulement restait habillé mais avait remis la veste de son costume. Il se pencha au-dessus d’elle,  lui fit un gros baiser sur la joue et lui dit qu’il allait s’absenter très peu de temps quand elle dormirait et qu’il reviendrait avant qu’elle ne se réveille. Ce serait un secret entre eux, il fallait surtout qu’elle ne dise rien à maman. Elle ne serait pas seule pour dormir. Il lui tendit son ourson en peluche qu’il avait pensé à emmener. A  dix ans,  Elle ne dormait plus avec son doudou mais elle le prit dans ses bras en retenant ses larmes de déception. Elle ne devait pas pleurer cela ferait du mal à Papa. Elle avait confiance en lui,  il ne pouvait pas lui mentir.  Il fallait qu’elle dorme vite et, quand elle se réveillerait demain matin,  il serait couché à ses côtés et ils passeraient la journée ensemble.

La journée avait été fatigante, Elle s’endormit vite. Quand elle se réveilla il faisait encore noir. Elle se rappela qu’elle n’était pas chez elle et tâtonna dans le lit pour trouver son papa. Il n’était pas à ses côtés. Elle alluma la lampe de chevet et constata effrayée qu’il n’était pas rentré.  Elle se leva, se dirigea vers la fenêtre et regarda dehors. Elle ne vit rien sinon l’obscurité qui l'effraya.

Elle se recoucha vite pour se blottir dans son lit protecteur. Où était-son papa ?  Peut-être était- il avec la jolie dame qui était assis hier soir à ses côtés au dîner de banquet et qui lui avait souri. D’habitude elle n’avait pas peur de la nuit, du noir. Au contraire, quand elle ne dormait pas,  elle  aimait écouter le silence de la maison et rêver éveillée à une vie plus belle avec une autre maman qui aurait su l’aimer.  Elle angoissait mais elle faisait confiance à son papa, il reviendrait, il ne pouvait pas l’avoir ainsi abandonnée à moins qu’il lui soit arrivé un accident. Elle pensa un moment à sortir mais elle avait trop peur et ce n’était pas raisonnable. Elle pourrait rencontrer des messieurs méchants qui lui feraient du mal et elle avait promis à sa maman qu’elle ne parlerait jamais à des inconnus. Elle devait donc attendre papa. Elle essaya de se rendormir mais n’y parvint pas.

Son papa revint au petit matin. Il commençait à faire jour. Quand elle le vit entrer dans la chambre, elle fût soulagée mais elle lui en voulait un peu et fit semblant de dormir.  Il avait l’air très fatigué. Il retira sa veste, son pantalon et sa chemise et se coucha à ses côtés. Quand ils se levèrent, elle lui demanda s’il avait été voir la jeune dame du banquet. Il acquiesça en ajoutant  qu’il ne fallait surtout pas le dire à maman. Elle jura qu’elle garderait le secret mais elle voulait savoir si, comme c'était arrivé au papa de sa petite camarade Catherine,  il allait quitter sa mère et partir avec cette dame. Il se mit à rire et lui dit que bien sûr que non. Ils allaient  ce soir rentrer tous les deux à la maison et retrouver maman qui les attendait.

Une nuit peut en cacher une autre

26 ans plus tard

Jeanne angoisse, il est 21 heures : son époux n’est pas encore rentré du salon de l’automobile où il tenait le stand de son entreprise.  Il n’a pas appelé. 22 heures, il n’est toujours pas là, ce n’est pas normal. Il a dû lui arriver un accident. Elle monte se coucher pour l’attendre dans son lit. Elle se rappelle à ce moment-là une nuit passée lorsqu’elle était enfant  à attendre son papa qui l’avait laissé seule dans une chambre d’hôtel. C’est insupportable. Elle redescend dans le salon. Pour tuer l’angoisse elle continue une tapisserie représentant une scène de la belle époque à Paris. Cela la calme, elle se plait à penser que, telle Pénélope, elle attend son Ulysse et qu’il reviendra comme son papa il y a longtemps.  

Vers minuit, il arrive dans un état d’énervement inhabituel et lui indique qu’il a rencontré une jeune femme qu’il fréquente depuis 4 ans et qu’il va la quitter. Il a eu beaucoup de mal à choisir mais elle lui a lancé un ultimatum en le menaçant de rompre leur liaison s’il ne la rejoignait pas. Il ne veut pas la perdre et partira demain matin. Quel choc brutal ! Elle lui faisait confiance, jamais elle n’aurait pu imaginer qu’il allait la quitter un jour, cela n’arrivait qu’aux autres.  Elle n’avait rien deviné de cette liaison et pourtant maintenant ... pauvre sotte, on ne voit pas ce qu’on ne veut pas voir !  Comment pouvait-il lui avoir menti ainsi pendant longtemps. Elle pleure intérieurement pour ne pas lui montrer sa souffrance. Il allait la quitter pour une autre pas l’instant d’une nuit mais pour toujours. Tout ce qu’ils avaient construit ensemble s’effondrait subitement.

Comme pour en rajouter, il lui déballe, sans précaution, tout ce qu’il a contenu pendant longtemps. Ces reproches, même si beaucoup sont justifiés, lui font beaucoup de mal. Bien sûr elle n’a pas compté ses heures au travail et l’a un peu délaissé mais c’était pour monter dans l’échelle sociale et pouvoir se payer une jolie maison et satisfaire tous leurs rêves de voyage et offrir à leurs enfant une jolie vie.

Elle passe une nuit détestable mais elle n’arrive pas à imaginer qu’il puisse ainsi la quitter brusquement pour une jeunette. Elle l’aime, il faut qu’elle arrive à le retenir. 

Le lendemain matin, comme il lui avait annoncé, il sort comme un automate, sans un mot,  prend sa voiture   Il est tellement perturbé et pressé de retrouver sa maîtresse pour lui annoncer la bonne nouvelle qu’il sort du garage très vite sans regarder autour de lui et tamponne la voiture d’une voisine qui a eu le malheur de passer à ce moment-là. : Juste de la tôle froissée. Il fait le constat et elle pense qu’il va repartir aussitôt après. Sentant qu'il n'est pas en état réellement de conduire, Il ne part pas et reste toute la journée à la maison couché certainement  pour ne pas avoir à l'affronter.

Les enfants sont perturbés. Elle leur dit que papa est malade mais elle imagine, qu’au fond d’eux-mêmes,  ils savent que quelque chose de grave vient d'arriver mais c’est à lui de leur dire ce qui se passe réellement.  

Il ne le fera pas. Il ne rejoindra pas sa maitresse et restera sans lui dire qu’il avait décidé de rester.  Ils ne reparleront plus jamais de cette nuit qui l’a marquée à jamais comme l’autre nuit de son enfance  où elle avait cru que son papa chéri  pourrait l’abandonner et lui préférer une jeune dame. 

Martine / Décembre 2017 Défi 196 des croqueurs de mots animé par Colette

Rédigé par Martine.

Publié dans #nouvelles

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hellebore95 15/12/2017 17:18

Heureusement que ce n'est qu'un récit, mais hélas, cela se rencontre dans la vie réelle. J'ai deux exemples, dans mes amis et, malheureusement, la décision a été prise. Les enfants sont déboussolés et sont malheureux. Quelle tristesse ! MERCI pour ce récit qui finit mieux, en espérant que les parents se soient retrouvés dans une mutuelle compréhension. Bisous, bisous. Coryphee

mansfield 06/12/2017 21:58

Syndrome de l'abandon, quand on l'a connu enfant, il ne vous quitte jamais plus et ce couple... Je ne donne pas cher de son avenir! très beau, très fataliste mais très réaliste aussi.

écureuil bleu 06/12/2017 07:55

Bonjour Martine. C'est une très jolie nouvelle qui laisse un goût amer. Trahison et faiblesse des hommes. Bonne journée et bisous

Josette 05/12/2017 18:07

revivre une scène à des années de distance... comment garder confiance ensuite... il restera toujours une cicatrice j'espère qu'elle ne s'ouvrira plus !

Quichottine 05/12/2017 15:14

Je ne sais pas comment le couple peut résister... le mensonge est la pire des choses et c'est terrible pour les enfants !
En tout cas, ton récit et le saut dans le temps m'ont beaucoup plu.
Merci, Martine. Passe une douce journée. Bisous.

covix 05/12/2017 14:28

Bonjour,
Un beau récit poignant, le saut du temps et une nuit identique, pas facile à vivre.
Bonne journée
Bises

Azalaïs 05/12/2017 11:18

Un texte très fort
Mon père était un Casanova maladif qui nous a fait beaucoup de mal si bien que j'avais décidé que je ne me marierais jamais. Dans chaque garçon rencontré je revoyais mon père. Ton texte m'a rappelé une quantité de ces souvenirs: cachotteries, mensonges, disputes, faux et vrais départs ....
Bises et bonne journée

Mo 04/12/2017 21:28

Bonsoir Martine,
c'est un joli récit avec un écho à 26 ans de distance.
Et psychologiquement si vraisemblable.
Bonne soirée,
Mo

colettedc 04/12/2017 19:43

Deux nuits terribles pour Jeanne ! Quelle belle page bien racontée, Martine ! Bonne soirée ! Bisous♥

Jeanne Fadosi 04/12/2017 19:34

Un récit bien émouvant en effet et si ce n'est que fiction, tu es une conteuse de talent. On y croit. Et à sa place, je ne sais pas si j'accepterais qu'il reste. ... bises et belle soirée

Marie Minoza 04/12/2017 18:19

Un récit plein d'émotions!
Merci pour cette belle page!

Durgalola 04/12/2017 16:52

ce que tu écris est bien douloureux. Cela remue en moi des histoires un peu différentes mais quand même sur la fin de la confiance.Une proche a quitté son conjoint ; longtemps elle ne le supportait plus et a attendu que les enfants grandissent.
Bises

Renee 04/12/2017 15:34

2 nuits bien différentes et pourtant su semblable, deux nuits de tourment comme la vie peux nous les faire subir. Très beau texte, j'espère juste que rien de réel, car ça y ressemble tellement. Bisous Martinne

ulysse 04/12/2017 14:22

Une belle nouvelle sur l'amour et ses tourments, la dépendance qu'il crée à l'égard d'un autre être

Nell 04/12/2017 13:54

Des morceaux d'une vie et des chagrins d'enfants. C'est vrai que nous sommes à l'opposé l'une de l'autre aujourd'hui dans nos articles. Gros bisous, Martine,et doux après-midi

jazzy57 04/12/2017 13:49

Deux nuits difficiles pour Jeanne ,un tres beau récit de vie pour cette nouvelle ici ses nuits ne sont pas plus belles que les jours .
Bon lundi
Bisous

Lenaïg 04/12/2017 12:10

Ouf, quelle est dure, ta nouvelle, Martine, qu'elle est belle aussi et réaliste ! Le désormais non-dit va-t-il pourrir la vie de Jeanne ? On ne le sait, chaque femme réagit à sa façon. Bravo, gros bisous.

manou 04/12/2017 11:22

Hélas cela arrive dans la vraie vie et c'est vrai que beaucoup de nos angoisses d'adulte viennent de notre petite enfance et de souvenirs souvent très bien enfouis. Bises une douce journée

LADY MARIANNE 04/12/2017 10:18

une histoire qui arrive souvent--- tant mieux celle-ci se termine bien !!
défi relevé ! j'ai bien aimé ! bisous-

danièle 04/12/2017 09:39

des tranches de vie très bien racontées!
bonne journée, bises

fanfan 04/12/2017 09:08

Des nuits d'angoisse et de chagrin , un secret lourd à garder et la trahison . Parfois les nuits sont difficiles et la lumière du jour n'arrive pas à les effacer. Bravo pour ces belles histoires très réalistes. Bise

ABC 04/12/2017 09:07

Et oui il y a des remake qui sont parfois lourds et difficiles à vivre et à revivre !!!

Ionard 04/12/2017 09:00

Un récit bien mené comme d'habitude quand tu nous racontes des morceaux de vie!
Bises
Dany

Fanfan FL 04/12/2017 07:05

Coucou Martine... une histoire bien racontée... des choses de la vie hélas. Bonne journée

jill bill 04/12/2017 06:37

Bonjour Martine... tjs un choc pour le conjoint qui apprend et l'enfant qui imagine des choses... et ces souvenirs d'enfance, ici... Merci, bon lundi, bises