Les clowns musicien, la danseuse

Publié le 15 Juin 2018

Bernard Buffet : Clowns musiciens, la danseuse

Bernard Buffet : Clowns musiciens, la danseuse

Nous sommes 4 clowns musiciens Je suis le clown chef d’orchestre avec mon costume à carreau rouge et noir et mon chapeau melon.  Je joue de la musique sur une grosse caisse avec un cœur transpercé d’une flèche comme mon cœur et celui de mes 3 compagnons. Malgré notre tristesse nous devons chaque soir faire rire et chanter les enfants et je suis le seul à réussir à ne pas montrer mon mal être. Ne trouvez-vous pas mes acolytes sinistres ? Ils vont faire peur aux enfants.

A mes côtés la danseuse nattée et couronnée, le regard fixé sur un horizon lointain, sautille sur ses jolies jambes aux pieds chaussés de godillots clownesques à ruban qui contrastent avec son tutu vaporeux. Ses Bras squelettiques aux mains gantées de blanc sont levés vers le ciel,. Elle semble absente. On pourrait penser à le voir que c’est un mime de pantomime. A quoi pense-t-elle ? Ou plutôt, à quoi pense-t-il ?  Il voudrait, comme nous, être ailleurs mais hélas il reviendra demain jouer la danseuse. Il faut bien perdre sa vie à la gagner.

A côté d’elle le clown auguste, sinistre personnage, joue d’un violoncelle de pacotille ressemblant plus à une caisse de transport avec "haut" et "bas" indiqué au cas où le pauvre ne saurait pas dans quel sens jouer de son instrument. Sa veste longue noire et jaune à carreaux n’arrive pas à cacher la maigreur de son corps. Il a toujours été jaloux de ma prestance lui qui se trouve ridicule avec cette casserole en guise de chapeau. Il a préféré la mettre sur sa tête plutôt que de la traîner derrière lui car il en traîne déjà tellement et de très lourdes. Il me regarde avec un air méprisant. Je dirais même assassin. Il porte un objet insolite sur collier autour de son clou : une clef. Ne pensez pas que c’est la clef des songes, il est trop ancré dans son présent et son passé de misère pour pouvoir encore s’autoriser à rêver. Ce n’est pas non plus la clef de son cœur il est trop aigri par la vie pour en avoir encore un.   

A ses côtés «  Berthe » le clown blanc, aux grands pieds nus, coiffé d’un entonnoir porte un costume blanc revêtu de notes de musiques Son visage peint en blanc, avec ses grands yeux fixes et sa bouche béante ressemble au masque de l’assassin de Scream. Il joue du tambourin tout en chantant ou plutôt criant avec sa voix éraillée. Comme la danseuse, c’est un rêveur. Il est présent, actif mais en fait son esprit vogue ailleurs en extérieur bien loin de ce chapiteau de cirque et c'est comme cela qu'il arrive à supporter son quotidien. 

Voilà mes amis j’ai terminé la présentation peu complaisante, je l’avoue, de ma troupe « Les cœurs brisés ».

Martine / Mai 2018 pour le nid de mots d'ABC sur un tableau de Bernard Buffet. Les mots en gras sont les mots imposés

 

Rédigé par Martine.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Coucou Martine, je ne connaissais pas cette toile-là et j'ai beaucoup aimé que tu fasses parler les quatre clowns, l'envers du décor et sa profondeur, ce que cachent les sourires. Gros bisous.
Répondre
E
Belle histoire bonne journée bisous
Répondre
L
Bravo pour ton histoire autour des mots imposés.
Belle interprétation de l'image où les clowns font plus peur que rire !
Répondre
D
je viens de regarder le reportage sur Arte très intéressant ; il a connu le succès très jeune, a été boudé par les critiques (ce fut un symboliste alors que la mode était à l'abstraction) ; on voit beaucoup de ses toiles, il a un trait de génie - par contre ses tableaux sont tristes et tragiques. Bises
Répondre
L
un tableau pas gai du tout-
la troupe des gueules cassées ---
tu as bien analysé la scène -
bonne pause et à bientôt -
bisous-
Répondre
D
tu as très bien présenté le tableau et je partage avec toi tes réflexions. Sur Arte, il y avait un reportage sur Buffet, je vais voir s'il est encore dispo en replay. Bises et bon week end. et bonne fête des pères dimanche.
Répondre
M
C 'est une excellente présentation de ce tableau qui n'inspire pas la gaité en effet...
Bonne soirée,
Mo
Répondre
J
Excellente interprétation , l'ambiance que dégage ce tableau est plutôt angoissante t.
Bonne soirée et bon week -end
Bises
Répondre
M
Un bel instant de vie clownesque, on pourrait débuter un roman!
Répondre
G
Superbe ton article : j'adore !
Je te souhaite de passer une très bonne fin de semaine .
Cordiales amitiés & à +
Répondre
Q
Un nom qui convient... pauvre troupe !
Une description sans concession qui me ravit.
Bravo !
Répondre
N
Wouah! Je pense que Bernard Buffet sera très heureux de voir ou plutôt de lire ton écrit. Superbe description. Tu as un œil averti. Gros bisous, Martine, prends soin de toi et excellent été. A bientôt
Répondre
É
Bonjour Martine. Tu as joliment brodé autour de ce tableau sinistre où tous les personnages font peur. Bonne journée et bisous
Répondre
A
Ils sont sinistres ces clowns et font plus peur que rire
Répondre
A
Sombre cirque et belle inspiration, merci et bon été !
Répondre
M
Tu as été inspiré et comme toujours j'aime venir te lire...Merci pour ce partage. bisous
Répondre
L
Un beau texte sur un tableau en forme de chef d'oeuvre.
Loïc
Répondre
C
Une troupe qui porte bien son nom, Martine ! J'♥ ! Bravo à toi, c'est tout à fait réussi ! Bon vendredi ! Bisous♥
Répondre