Les trois mystères

Publié le 15 Mai 2018

Je m’appelle Gaëlle et je suis une  pipe en bruyère rousse sur laquelle est enfilé un tuyau beige. J’ai une sœur jumelle Maëlle fabriquée  de concert avec amour par un artisan jurassien joueur de violoncelle. Nous sommes ses pipes préférées et sommes inséparables.

Comment avons-nous quitté un jour notre belle boîte en bois pour nous retrouver toutes deux prisonnières d’une toile de Magritte « Les deux mystères » ? Je ne m’en souviens plus et Maëlle non plus. Seul le peintre pourrait répondre à cette question mais, hélas, il n’est plus. Cela fait un troisième mystère non élucidé.

Les deux mystères de Magritte

Les deux mystères de Magritte

J’ai été transformée  par  l’artiste qui m’a grossièrement dessinée, agrandie et  osé retirer mes jolies couleurs en me peignant en gris foncé. Je vole, flotte dans la pièce au-dessus de ma sœur Maëlle qui elle est doublement prisonnière,  puisqu’ elle se trouve sur une autre toile de bel effet  « la trahison des images » peinte et encadrée  à l’intérieur même de la toile où nous sommes toutes deux.  Magritte a octroyé à ma sœur une légende surnaturelle  « ceci n’est pas une pipe ».

Je me demande comment le peintre a pu ainsi nous séparer et surtout nier l’identité de ma sœur car si elle n’est pas une pipe alors qu’est-elle donc ? Ce doit être le premier mystère de Magritte mais pour  moi  ce n’en est pas un : Maëlle est bien une pipe, nom d’une pipe,  ce n’est pas du pipeau même si elle a la taille de cette petite flûte et qu’on la porte comme elle à la bouche.

Le peintre a reproduit Maëlle d’une manière fidèle et réaliste. Il lui a conservé ses couleurs, ses formes sculptées avec amour par notre créateur.  Si ma sœur n’est pas une pipe qui suis-je donc moi Gaëlle complètement métamorphosée  de manière irréelle dans ce tableau. C’est sans doute cela le second mystère du peintre victime sans doute de difficultés existentielles.

En y réfléchissant bien Magritte a raison ma sœur n’est plus rien privée  de sa fonction essentielle qui est de procurer du plaisir au fumeur qui aime nous bourrer, nous mâcher et  pipailler et moi qui parait être irréelle sur la toile, si je ne peux non plus faire la joie du fumeur,  je peux faire rêver les visiteurs du musée et les faire réfléchir sur ce qui est réel et ce qui le parait mais ne l’est pas forcément et sur ce qu’ils sont entre l’être et le paraître.

 

Martine (Mai 2018) pour l'Atelier 63 de Ghislaine (Les 8 mots imposés sont en gras et les mots contenant "elle" sont en rouge) et aussi pour le tableau du samedi de Lady Mariane (avec un peu de retard ou d'avance) . J'évite de publier le samedi et le dimanche jours de repos pour moi où je ne visite pas les blogs.

Rédigé par Martine.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chatondaniel 16/05/2018 17:30

J'ai fumé la pipe, mais je n'ai jamais rencontré les amis pipes.

écureuil bleu 16/05/2018 09:20

Bravo Martine pour cette interprétation poétique du tableau de Magritte. Bisous

colettedc 16/05/2018 05:30

Mille et un bravos, Martine, c'est vraiment super ! Bonne journée ! Bisous♥

Lenaïg 15/05/2018 22:46

Ouah, excellent, ton double défi ! Bises, Martine.

jazzy57 15/05/2018 18:00

Voilà une revendication bien légitime pour cette pipe . Bravo pour ton texte qui nous plonge en effet dans la réflexion du surréalisme et merci pour Magritte un artiste que j'apprécie beaucoup .
Bonne soirée
Bisous

Durgalola 15/05/2018 17:18

c'est un bien joli texte qui fait réfléchir à ce qui est et ce qui est représenté ; bises et bonne fin de journée.

Gabray 31 15/05/2018 15:23

Superbe ton texte, j'ai passé un bon moment ! Il m'a fait oublier le pluie qui tombe en ce moment ... Cordiales amitiés & à +

Ionard 15/05/2018 15:21

En tout cas très surréaliste!
chapeau nom d'une pipe aurait dit le commissaire....
Bon sang mais c'est bien sûr ............ Bourrel ou Maigret
Bises
Dany

Renée 15/05/2018 13:40

Tu as le tuyau donc tu est bien ce que tu prétend être n'en déplaise a ce peintre ou au contraire lui plait-il car était-il gros fumeur? Nul ne sait mais, ce qu'on sait c'est que ce texte n'est pas lui du pipeau....bravo. Bises

Ghislaine 15/05/2018 13:00

Quelle originalité dans ce texte ! Quelle verve naturelle Martine !
Merc beaucoup, je passe à chaque fois un super moment.........
Merci

aimela 15/05/2018 09:55

Pauvres pipes séparées et privées de leurs fonctions premières par un peintre très talentueux

Quichottine 15/05/2018 09:51

Joli !
J'aime bien les réflexions de cette pipe.
... et j'aime aussi Magritte. :)
Je suis encore en pointillé... Passe une douce journée. Bisous.

covix 15/05/2018 09:41

Bonjour
Merci pour ce tableau, cet article, un artiste que j'aime beaucoup, comme cet art pictural.
bonne journée
Bises

ZAZA 15/05/2018 09:15

Joli support à ton défi que ce tableau "Les deux Mystères de Magritte" Pauvre pipe esseulée qui semble complètement frustrée.
Bisous Martine