Un soir avant son départ

Publié le 9 Novembre 2018

Un soir avant son départ

Juste avant son départ un soir sur un quai de gare à Paris, il nous a dit avec délicatesse je pars mais nous allons bientôt nous revoir.  Nous avons conservé l'espoir. Nous avons refoulé nos pleurs pour ne pas gâcher son bonheur d’avoir trouvé la femme de sa vie.  Nous savions que nous allions le revoir. quand il était heureux nous l’étions aussi  Nous l’aimons follement  sans jamais avoir pu lui dire, le déballage de sentiments, surtout s’ils sont forts, nous est impossible.

Un autre soir, plus tard, sur un quai de gare à Paris, D'un wagon il est descendu. Nous pleurions de joie de le revoir. Nous avions le cœur à la danse.  Avec lui nous avons fait la fête puis il est reparti et revenu plusieurs fois.

Un matin sur le quai d’une gare à Cannes, nous sommes descendus. Il était là à nous attendre. Nous étions heureux de passer une journée avec lui, sa conjointe et nos petits fils, il semblait contrarié de nous revoir mais Il n’a rien dit, nous non plus. L’ambiance c’est pourtant détendue dans l’après-midi. Le soir comme prévu nous sommes repartis.

Un soir d’août dans un joli village ardéchois où nous passions en commun des vacances il nous a soudain impulsivement couverts de reproches en colère parce que son papa ne voulait pas céder au caprice d’un de notre petit fils et que j’osais lui donner raison.

Il est parti dans un état de colère et désordre intime sans nous donner l’espoir d’un retour et la possibilité de parler pour désamorcer le conflit. Toutes nos tentatives ultérieures pour s’expliquer ont échoué et se sont soldées à chaque fois par une fin de non-recevoir.  Pour lui Tout est de notre faute. Nous avons des torts certes mais certains qui nous sont faits sont si injustes et cruels qu’elle bloque toute autre tentative de notre part de réconciliation. Nous pensons chaque jour à lui. Notre porte néanmoins ne lui sera jamais fermée.

Martine MARTIN / Novembre 2018 Pour l'atelier 77 de Ghislaine. Les mots et la phrase imposés sont en gras dans le texte

 

Rédigé par Martine.

Publié dans #Vécu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
C'est très dur de se disputer avec ses enfants et j'essaie de ne pas aller jusque là et d'encaisser au mieux mais ils me font de la peine. Bonne journée et bisous
Répondre
S
Il faut toujours garder sa porte ouverte, je suis d'accord
Répondre
H
Pas facile avec la famille et pas facile avec le monde en général. Ils sont susceptibles nos jeunes ! J'espère qu'il se rendra compte que ses reproches étaient un peu "excessifs" et qu'ils reviendront vers vous.<br /> Belle journée et gros bisous. Coryphee
Répondre
I
Mais que c'est triste... garde espoir tout de même...<br /> Je t'embrasse fort<br /> Dany
Répondre
E
Jolie une bonne fin de journée à toi bisous
Répondre
A
Une situation que je connais trop bien, je ne connais pas mes petites filles qui ont maintenant 22 ans et 18 parce-que ma fille ( fâchée) n'a jamais voulu que je les vois alors ta douleur est aussi la mienne
Répondre
L
et oui ! c'est dur de se trouvait confronté a ce genre de souci, mais d'un autre côté on ne peux céder à tout les caprices des enfants, mais je pense que derrière sa façon d'agir il y a eu autre chose, mais il y a des personnes qui interprète mal les mots ou les phrase au lieu de demander ou d'en parler on trouve une affaire anodine pour couper les ponts plutôt que de chercher des explications, nous avons subi la même chose avec une nièce, jamais nous avons su pourquoi, j'ai été la trouver un jour pour lui demander se qu'il y avait et elle m'a répondu c'est trop long a expliquer, mais depuis on croit avoir trouvé une histoire de garçon entre les deux cousines, mais le mal est fait, idem mon frère plus de nouvelles depuis qu'il a trouvé une compagne.<br /> alors j'espère qu'un jour il reviendra vers vous .<br /> très triste pour vous qui êtes des personnes si sympathiques<br /> bises amicales<br /> lyly
Répondre
M
Beaucoup de tristesse dans cet évocation d'un conflit familial. Difficile de s'immiscer dans l'éducation qu'un de nos enfants donne aux siens. Pourtant comme toi, je crois qu'on ne doit pas céder à tous les caprices. Il me semble que ça ne peut pas être le point de départ d'un conflit, c'est disproportionné. Et nos enfants sont sous l'influence de leurs conjoints alors... Il n'y a ni règle, ni loi, seulement le temps qui désamorce les crises.
Répondre
J
Un texte tres émouvant Martine, je comprends ta peine c'est vraiment terrible de ne plus voir son enfant et ses petits enfants. J'espère vraiment que le déclic chez lui pourra venir pour que de nouveau le dialogue soit possible . <br /> Bises
Répondre
D
c'est triste ! j'ai connu les différents familiaux. Heureusement, avec ma fille et sa tribu tout se passe bien ; contrairement avec mon fils. Bises et porte toi bien
Répondre
M
Beau texte pour quelque chose de triste...
Répondre
R
Comme je te comprends c'est une situation si douloureuse....<br /> J'ai vu hier que mon marin de fils se trouve actuellement en Inde ou il va embarquer a nouveau....Via facebook....tu comprend que je te comprends.Bisous
Répondre
C
De tout ♥ avec vous dans cette grande peine et tristesse, Martine ! Douce poursuite de ce vendredi ! Gros bisous♥
Répondre
U
Il faut dire les choses pour apaiser la souffrance qu'elles causent....j'espère que ces mots arriveront un jour sous les yeux de celui qui vous fait souffrir et qu'il comprendra
Répondre
N
Que te dire sinon que c'est un immense chagrin que tu nous confies. L'espoir est peut-être là, Martine. Oui, je sais, c'est si facile de le dire. Espérons qu'un jour il ait cet élan vers vous...Je ne peux que vous le souhaiter. Je t'embrasse, ma belle.
Répondre
D
C'est un texte très émouvant. Je crois que par pudeur on ne leur dit pas assez qu'on les aime et après il est trop tard. Je comprends ta peine.<br /> Bonne journée, bises
Répondre
C
Je ne sais comment résumer un tel texte "sur le quai d'une gare". Beaucoup de réalité passée dans ce récit. Bisous
Répondre
G
Je dois te dire que comme d'habitude je passe un bon moment très agréable à parcourir les pages de ton blog : merci beaucoup ! Pour cet article ton texte est émouvant ... Bonne fin de semaine . Cordiales amitiés & à +
Répondre
Q
Tes mots montrent ton chagrin... et nous émeuvent beaucoup.<br /> Je souhaite de tout coeur qu'un jour il revienne... mais je sais que ça peut-être trop long, trop trop long.<br /> Les liens ne sont plus jamais les mêmes.<br /> Je t'embrasse très fort.
Répondre
É
Bonjour Martine. Ton texte est émouvant. J'étais très proche de mes fils jusqu'à ce qu'ils quittent la maison et trouvent une compagne. Et depuis qu'ils ont des enfants à leur tour les liens se sont encore distendus. Je vais chez eux mais eux ne viennent pas plus d'une ou deux fois par an... Bisous
Répondre
L
Chère Martine, Jeff et toi êtes victimes de ... "l'air du temps", où il faudrait céder à tous les caprices des enfants (les faits divers nous prouvent assez que c'est stupide), maintenant nous ne pouvons nous immiscer dans ce qui est une douloureuse brouille familiale mais moi je dis, parce que je connais d'autres exemples, que le respect des "anciens" devrait quand même empêcher la rupture. Gros bisous.
Répondre
A
C'est tellement compliqué ce qui se passe dans une famille, parfois cela va jusqu'à la folie à cause d'une personne malfaisante et manipulatrice. Mais comment dire les choses sans blesser les êtres qui nous sont chers? Parfois nous les grands parents sommes dans des situations totalement inextricables car nous ne pouvons pas tout dire, la vérité serait souvent pire que le silence. Ton texte me parle et je ne peux qu'espérer que les choses s'arrangeront un jour.
Répondre
M
Et ton commentaire me parle aussi.
G
Oh Martine .Ce texte. Comme il me touche..........<br /> Mes souvenirs resurgissent.La douleur aussi.......<br /> Comme je comprends chaque mot.....<br /> Merci Martine.........<br /> Que ce soit fiction ou vécu, je suis sure que ton texte<br /> va en toucher beaucoup.........<br /> ♥♥♥♥♥
Répondre
Z
Émouvant ton défi et si proche de ce que je vis avec mes deux filles aînées d'un premier mariage qui me coupent ainsi de la joie de m'occuper de mes petits enfants. Les enfants ne se rendent pas compte qu'une mère on n'en à qu'une ! <br /> Bises et bon vendredi
Répondre
J
Enfants ou petits-enfants, céder n'est pas une bonne chose... en tant que père lui aussi il aurait dû le comprendre, que dire... réaction désolante de sa part... ! Il est rancunier, j'espère qu'un jour.... peut-être, bises
Répondre
M
Non Jill je pense que le problème est ailleurs et que ce désaccord qui peut arriver dans toute famille est l’élément déclencheur mais que derrière il y a d'autres choses plus profondes non dites. Nous avons nos torts aussi et le principal de ne pas montrer assez que nous aimons.