Celui qui veut voyager loin doit-il ménager sa monture ?

Publié le 15 Février 2019

Dans les plaideurs de Racine, Petit Jean le portier reproche à son Maître, le juge Perrin Dandin, de se lever trop tôt le matin en lui disant « Qui veut voyager loin ménage sa monture ; Buvez, mangez, dormez, et faisons feu qui dure ».

Au 17ème siècle : ménager sa monture c’était manger grassement, boire, dormir.  C’était considéré comme bon pour la santé et cela a duré jusqu’au vingtième siècle. Je me souviens de mon grand-père qui m’incitait à manger de la viande rouge que je n’aimais pas trop en disant qu’elle était pleine de vitamines et que si je m’en passais j’aurais des carences.

Aujourd’hui les médias vous assènent à outrance que si l’on veut rester en bonne santé et vivre longtemps, il faut manger peu et sain (bio, vegan…) en tous cas éviter de manger trop de viande, de charcuterie, de poisson, de sucre, de sel, ne pas boire d’alcool et bouger en faisant du sport. Ce n’est pas très gai comme programme.

Au-delà de son sens premier, cette citation est souvent exprimée au sens figuré. Voyager loin veut dire avoir des projets à long terme ambitieux  et ménager sa monture signifie qu’il ne faut pas être trop impatient, prendre son temps, réfléchir, se poser,  se ménager au lieu de se presser, de s’ essoufler et d’échouer. On peut citer d’autres citations qui se rapprochent 

  • la morale de la fable de La Fontaine « : Le lion et le rat » « Patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage »
  • Paris ne s’est pas fait en un jour

Effectivement pour réussir, aller loin,  il faut être patient mais je ne pense pas non plus qu’on y arrive en se ménageant comme le montre le pauvre homme qui ménage sa monture en inversant les rôles et en tirant son âne. Gageons qu’il ne tiendra pas longtemps et n’ira pas bien loin.

Celui qui veut voyager loin doit-il ménager sa monture ?

Quand j’étais enfant j’ai souvent vu les huissiers venir chercher les meubles pour payer les dettes de mes parents. Pourtant mon  père avait un bon travail dans une grande banque assez bien payé et avec des avantages sociaux mais il dépensait tout en des choses superflues et au café aussi hélas et ma mère, au lieu de travailler, restait au foyer. Petite fille pauvre parmi les riches à l’école privée ou l’on m’acceptait par charité chrétienne malgré que ma scolarité n’était pas payée, j’ai connu  toutes les vexations des adultes et de mes camarades

J’étais mal partie pour réussir mais je m’étais jurée de m’en sortir de monter dans la hiérarchie sociale. Après le BEPC, j’ai fait des études courtes de secrétariat. J’ai démarré comme sténodactylo. Je n’ai pas ménagé mes efforts au contraire, j’ai été ensuite secrétaire d’un DRH., parfois j’ai travaillé de nuit quand il fallait rapatrier notre personnel de chantier dans des pays en guerre et aller les chercher à l’aéroport avec ma voiture. A la fin des chantiers, j’allais sur place en province, éloignée de mon époux et de nos enfants en semaine pour plusieurs semaines,  pour reclasser le personnel local sur place embauché pour les besoins d’un chantier. C’était difficile de se faire accepter notamment par les élus du personnel (tous des hommes) qui voyaient mal une jeune femme venir les reclasser. Ils n’y croyaient pas et ils ne m’ont pas ménagé au début : une femme sur un chantier envoyée par un homme, qui plus est un patron ce n’était pas la meilleure entrée en matière !!!.  L’hiver je conduisais sur des routes verglacées, enneigées notamment dans le Cotentin pour aller rencontrer les chefs d’entreprise et leur « vendre » nos ouvriers. J’en ai versé des larmes seule le soir dans ma chambre d’hôtel, mes enfants et mon mari me manquaient mais je continuais et à la fin des chantiers ces délégués syndicaux me remerciaient chaleureusement des résultats obtenus auxquels ils n’auraient jamais cru. D’assistante de Direction, je suis devenue Adjointe sociale puis j’ai quitté cette entreprise pour devenir Consultante emploi dans un cabinet conseil en ressources humaines ou j’ai conseillé des ouvriers, employés et cadres dans leur recherche d’emploi. Je conseillais aussi les Directeurs des ressources humaines dans la conception et la conduite de leurs plans sociaux pour y mettre les vraies mesures favorables à l’emploi (pas forcément les plus rémunératrices à court terme pour les salariés). J’ai aussi animé des stages de formation de la maîtrise à conduire des entretiens de séparation le plus humainement possible en évitant de commettre des erreurs qui pourraient nuire à la santé psychologique des salariés. Lors des réunions des comités d’entreprise, je venais présenter nos résultats de reclassements aux élus. Ils ne me ménageaient pas non plus bien au contraire car je représentais la Direction. Parfois après les réunions, je pleurais mais je continuais mon travail pour que tout se termine bien. J’ai terminé ainsi ma carrière en gagnant très bien ma vie mais c’était mérité je le devais qu’à mon travail, à ma volonté, à mon engagement. Cela n’a pas été facile, je n’ai pas été très présente pour mes enfants, je crois que je n’ai pas vu que mon fils en avait particulièrement souffert car tous les efforts que je faisais c’était pour eux pour qu’ils puissent faire des longues études pour avoir le métier qui leur plaisait et comprendre qu’on n’a rien sans travail et qu’il ne faut rien attendre des autres. En  cela j’ai réussi : Ma fille est gastro-entérologue et mon fils ingénieur mais je pense qu’ils se sont sentis délaissés mal aimés.  Pour réussir, je ne me suis pas ménagée et je ne les ai donc pas ménagés non plus.

Pour conclure J’aimerais voir aussi dans cette expression ou citation : une incitation individuelle et collective à sauvegarder notre monture «la Terre » afin qu’elle continue à « voyager loin » c’est-à-dire à assurer la préservation à long terme de la vie de toutes les espèces humaines, animales, végétales gravement menacées par les pollutions humaines ». Si tous les hommes et femme de la terre pouvaient se donner la main pour ménager notre planète et la sauver, nous sauver et sauver les générations à venir  La encore il ne faut pas tout attendre de ceux qui gouvernent le pays mais c’est à chacun de faire un effort pour diminuer son empreinte écologique.

Martine Martin / Janvier 2019 pour Nid de mots d’ABC   

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Un parcours exemplaire, Martine, je n'ai jamais eu la moitié de ton courage. Et bravo pour ton billet. Gros bisous.
Répondre
D
Bonsoir Martine. Je viens de me réabonner car OB a sucré les abonnements aux news !!! J'étais abonnée à plusieurs OB et voilà que je ne l'étais plus ! C'est Jean-Marc de l'Asso Chats de l'Hôpital de Perpignan qui l'a signalé, et j'ai vu que pour le blog de l'asso et plein d'autres je ne recevais plus rien. Bonne soirée. Bisous ( ps : mail d'abonnement commençant par dilymi .... chez ORANGE, je ne change pas mon adresse d'abonnement ! )
Répondre
J
Un très beau témoignage Martine bises et belle fin de semaine
Répondre
C
Oh ! Quel témoignage d'une vie remplie de force, de courage et de volonté, Martine ! Bravo ! C'est admirable ! Bonne poursuite de ce samedi et beau dimanche ! Bisous♥
Répondre
A
Un très beau témoignage d'une vie bien remplie , Bravo
Répondre
N
Complètement d'accord avec toi, ma chère Martine, pour la fin de ton texte. En ce qui me concerne j'ai fait le choix de prendre quelques années à chaque naissance de mes fils et je ne le regrette pas car nous sommes liés comme c'est pas possible, surtout depuis la disparition de mon époux. Je te trouve bien courageuse. Exellent week-end et gros bisous
Répondre
D
je te remercie pour ce texte où tu as mis toute ta raison et tout ton coeur. Ne rien regretter, j'ai fait un choix un peu différent, celui de travailler à mi-temps pour m'occuper davantage de mes enfants adoptés qui avaient soufferts du traumatisme de l'abandon. Aucun des deux n'a voulu faire d'études (pourtant, ils auraient pû). Nous leur demandions juste de s'intéresser à ce qu'il choisissait. Ma fille est infirmière (par hasard même si après elle a beaucoup travaillé durant son apprentissage), mon fils, malgré ma présence, a fait un dut logistique et a chuté et la vie est cahin, cahas avec lui.Bises et bon dimanche.
Répondre
M
Mais dis donc, tu es quelqu'un de pas ordinaire, toi!
Quelle volonté, quel courage! Je t'admire... Bonne soirée Martine.
Répondre
É
Tu as eu la volonté de t'en sortir et tu as su saisir les opportunités professionnelles, pour offrir le meilleur possible à tes enfants... Bonne soirée et bisous
Répondre
G
Merci beaucoup pour ce beau texte témoignage, que j'ai bien apprécié. Merci aussi pour ta participation, je t'indique que c'est la photo 4 : un anneau qui servait autre fois à attacher les chevaux ... Cordiales amitiés & à +
Répondre
M
Merci Martine pour ce témoignage qui me touche beaucoup. Tu a en effet eu un parcours particulier mais tu es arrivée à avancer aussi dans la vie et à atteindre le but dont tu avais besoin pour que les vexations passées ne soient plus que de mauvais souvenirs. Une sorte de réparation finalement dont tu avais besoin. C'est dommage que ton fils ne comprenne pas que tu as souffert toi aussi de les avoir délaissé...Cela s'arrangera je te le souhaite de tout mon coeur. Moi j'ai passé beaucoup d'années à la maison ou à mi-temps parce que c'était mon mari qui partait et je ne pouvais pas faire de même (en bibliothèque à l'époque c'était le soir jusqu'à 19 heures, mercredi et samedi obligatoire donc avec des enfants ce n'était pas possible) et finalement je ne regrette rien mais par contre ma retraite est minimale. Nous avons fait ces choix parce qu'ils nous paraissaient les bons. Bisous et une douce fin de semaine
Répondre
J
Un tres beau témoignage Martine qui en dit long sur ta détermination pour mener à bien ce que tu entreprenais . Personnellement comme Quichottine j'ai choisi de m’arrêter de travailler pour élever mes enfants plus tard quand j'ai repris une activité professionnelle j'ai opté pour une toute autre activité que celle que j'exerçais .
Bon vendredi
Bises
Répondre
Q
Ton témoignage est très émouvant.
J'ai choisi de rester chez moi de longues années pour élever mes enfants. Si je devais vivre seule aujourd'hui, je n'en aurais pas les moyens.
Les choix que nous faisons nous semblent toujours les meilleurs au moment où nous devons choisir, mais ils ont des impacts sur l'avenir que nous ne voyons pas.
J'espère qu'un jour tout s'arrangera entre ton fils et toi. Il ne sait pas ce qu'il manque... tu es quelqu'un de merveilleux.
Passe une douce journée. Bisous.
Répondre
Q
Je viens de me réabonner à ton blog... je ne reçois plus rien d'OB.
Bisous et douce journée.
Q
Concernant ta participation possible à notre projet à venir... Tu pourrais être "ravaudeuse de carrière"... ne crois-tu pas ?
A
Un beau témoignage qui démontre s'il le fallait que l'on a jamais rien sans rien... Quant à ménager sa monture, tu pourras lire chez moi que je n'en suis pas plus convaincue que toi.
Bon week-end et merci de ta participation.
Répondre
U
Cet article émouvant montre votre résilience et les sacrifices que vous avez dû faire dans l'attention portée à vos enfants et qui sont pour vous je crois une cause de peine. J'espère qu'avec le temps qui passe viendra le temps de la compréhension. S'agissant de la planète il est réconfortant de voir les étudiants se mobiliser !
Répondre
Z
Toi aussi Martine tu t'es servi de Petit Jean des Plaideurs de Racine pour introduire dans ton texte !
Une belle carrière et quand il faut s'imposer dans ce monde du travail masculin, dans beaucoup de cas, ce n'est pas facile ... Il faut cravacher dur... j'ai connu cela ! Et tout comme toi, je me demande si je n'ai pas loupé quelque chose avec mes filles.
Bises et bon vendredi
Répondre
J
Bonjour Martine... un billet qui en dit long sur un caractère, qui se forge dans l'adversité, eh oui côté parents... papa irresponsable ! Pour la planète ayons les bons gestes citoyens, tous, pour sa personne on aspire à une vie longue et bonne, légitime envie ! Belle journée, bises
Répondre