Arbre

Publié le 4 Avril 2019

Arbre
Guillaume Apollinaire

A Frédéric Boutet.

Tu chantes avec les autres tandis que les phonographes galopent
Où sont les aveugles où sont-ils allés
La seule feuille que j’aie cueillie s’est changé en plusieurs mirage
Ne m’abandonnez pas parmi cette foule de femmes au marché
Ispahan s’est fait un ciel de carreaux émaillés de bleu
Et je remonte avec vous une route aux environs de Lyon

Je n’ai pas oublié le son de la clochette d’un marchand de coco
d’autrefois
J’entends déjà le son aigre de cette voix à venir
Du camarade qui se promène avec toi en Europe
Tout en restant en Amérique

Un enfant
Un veau dépouillé pendu à l’étal
Un enfant
Et cette banlieue de sable autour d’une pauvre ville au fond de l’est
Un douanier se tenait là comme un ange
À la porte d’un misérable paradis
Et ce voyageur épileptique écumait dans la salle d’attente des premières

Engoulevent Blaireau
Et la Taupe-Ariane

Nous avions loué deux coupés dans le transsibérien
Tour à tour nous dormions le voyageur en bijouterie et moi
Mais celui qui veillait ne cachait point un revolver armé

Tu t’es promené à Leipzig avec une femme mince déguisé en homme
Intelligence car voilà ce que c’est qu’une femme intelligente
Et il ne faudrait pas oublier les légendes
Dame-Abonde dans un tramway la nuit au fond d’un quartier désert
Je voyais une chasse tandis que je montais
Et l’ascenseur s’arrêtait à chaque étage

Entre les pierres
Entre les vêtements multicolores de la vitrine
Entre les charbons ardents du marchand de marrons
Entre deux vaisseaux norvégiens amarrés à Rouen
Il y a ton image

Elle pousse entre les bouleaux de la Finlande

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Ce beau nègre en acier

La plus grande tristesse
C’est quand tu reçus une carte postale de La Corogne

Le vent vient du couchant
Le métal des caroubiers
Tout est plus triste qu’autrefois
Tous les dieux terrestres vieillissent
L’univers se plaint par ta voix
Et des êtres nouveaux surgissent
Trois par trois

Guillaume Apollinaire, Ondes, Calligrammes 1918

Pour les jeudis en poésie du défi 210 des croqueurs de mots animé par Durgalola  

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
C'est drôle, avant d'opter pour une publication plus personnelle, j'étais tentée de le publier. Il demande une lecture attentive pour l'apprécier. Apollinaire était un torturé et le mettais en mots. Cet âge nous a valu bien des poètes et des poèmes. Bises
Répondre
L
Ouf ! je ne suis pas la seule à ne pas comprendre grand chose ! sans doute les effets anesthésiants de l'opium dans cet anti-douleur qui m'abat ! ça ira mieux dans 10 jrs, paraît il ! ouch....
Merci Martine
Je vais m'appliquer pour l'article suivant ! promis !
Bcp de bisous
Répondre
J
relire ce beau poème est un ravissement. merci Martine !
Répondre
Q
Je ne me souvenais plus de ce poème...
Merci de me donner envie de relire le recueil.
Bisous et douce soirée, merci pour tout.
Répondre
G
Superbe ! Merci pour ce beau partage . Bonne fin de semaine . Cordiales amitiés & à +
Répondre
É
Bonjour Martine. J'ai relu ce poème deux fois et je dois être hermétique ce matin car je ne comprends pas de quoi parle le poète... Bisous
Répondre
M
Emouvant et triste...
Répondre
M
J'avais bien reconnu le style du poète avant d'avoir vu le nom au bas du poème!
Bonne soirée,
Mo
Répondre
C
Magnifique choix, Martine ! Bravo !!! J'♥ beaucoup ! Bisous♥
Répondre
R
2 en 1 très réussi Martine merci c'est très beau les deux. Bisous
Répondre
M
un double beau partage, la nostalgie d'Apollinaire, le choix de ce poème
Répondre
.
Ne connaissais ..... Bonne journée Martine
Répondre
J
Un tres bon choix Martine , je viens juste de l'écouter Guillaume Apollinaire avec le podcast d l'émission boomerang de France Inter, j'aime beaucoup .
Bonne journée
Bises
Répondre
J
Un très beau choix Martine bises et merci
Répondre
D
Quelle puissance d'évocation dans son poème ! Un regard photographique large. La poésie est nourrie par la vie. Bises et merci.
Répondre
A
C'est beau ! un poème à lire plusieurs fois pour mieux s'en imprégner...
Répondre
M
Je ne me souvenais pas de ce poème pourtant j'ai dû le lire car quelques passages me parlent ! Merci pour ce matin en poésie...Bises et bon jeudi
Répondre
Z
Un magnifique poème de ce poète que j'aime beaucoup Martine. Bises et bon jeudi
Répondre