L'histoire : la meilleure et la pire des choses

Publié le 15 Juin 2019

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Quand j’étais enfant j’aimais beaucoup l’histoire. J’ai eu de la chance d’avoir une institutrice puis plus tard un Professeur qui me l’ont racontée avec passion. C’était une belle histoire que celle de notre pays racontée ainsi.

A cette époque, et particulièrement à l’adolescence en 1968, j’étais en révolte contre la Société, contre mon père qui soutenait le général de Gaulle et j’avais peur de l’avenir.

Je passais beaucoup de temps à me renseigner sur l’histoire à rechercher dans des magazines des photos pour illustrer mon cahier qu'on donnait en exemple en classe.

A un moment où la société était divisée je cherchais peut-être dans notre histoire un passé commun qui nous unirait tous dans la fraternité.

Néanmoins je pense que mon intérêt de l’époque pour l’histoire était plus une quête individualiste qu’idéaliste. En effet je me rappelle m’être passionnée pour  certaines héroïnes féminines de notre histoire et particulièrement pour Louise Michel héroïne de la Commune de Paris et Jeanne d’Arc  qui mena victorieusement le combat contre les anglais ! et je rêvais de participer plus tard à l’histoire de mon pays en combattant pour mes idées comme mon père l’avait fait en Indochine par idéal anti-communiste même si mes idées étaient à l’époque à l’opposé des siennes.

Aujourd’hui  je ne m’intéresse plus du tout à l’histoire pour plusieurs raisons :

  • Je jouis trop du présent sans me retourner et sans penser à l’avenir. « L'Histoire, c'est le passé ; or ce n'est jamais impunément qu'on s'arrête trop longtemps à regarder en arrière » Emile de Girardin.  

 

  • Il est bon de s’intéresser au passé pour préparer l’avenir « L’homme de l’avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue » Nietzsche. J’ai toujours aimé participer aux commémorations des morts de nos guerre car cela fait du bien de voir réunis des français de toutes conditions sociales, âges  et idées réunis pour se souvenir et le transmettre aux jeunes générations pour que plus jamais…. Néanmoins j’ai  appris en mûrissant que l’histoire se répétait parce que les hommes même s’ils se souviennent ne tiennent  pas compte des erreurs du passé bien au contraire. Emile Zola l’explique si bien : « Au cours des siècles, l'histoire des peuples n'est qu'une leçon de mutuelle tolérance, si bien que le rêve final sera de les ramener tous à l'universelle fraternité, de les noyer tous dans une commune tendresse, pour les sauver tous le plus possible de la commune douleur. Et, de notre temps, se haïr et se mordre, parce qu'on n'a pas le crâne absolument construit de même, commence à être la plus monstrueuse des folies »

 

  • Le danger d’un intérêt trop important pour l’histoire de son pays peut aussi engendrer une exaltation du sentiment nationalisme qui, quand il est conduit à l’extrême;  peut entraîner le fascisme.

 

L’histoire ne serait-elle comme la langue d'Ésope la meilleure des choses quand elle, donne l’exemple, instruit,  rassemble un peuple dans une culture et des croyances communes mais la pire aussi quand les nationalisme et sectarisme qu’elle a entraînés conduisent aux pires exactions

Je laisse la conclusion de ma réflexion à Raymond Aron

« Les hommes font leur histoire, même s'ils ne savent pas l'histoire qu'ils font »

Martine Martin / Mai 2019 pour le nid de mots d'ABC (Thème l'histoire ? Pour quoi faire ?).

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gz8mj0qqjp 16/12/2019 20:03

After some time, come back to your paper and organize your points into a logical sequence.

LOIKO 19/06/2019 08:52

On peut toujours se poser cette question : l'anti-communisme peut-il être un idéal ? Bon, vous avez quatre heures ...

luciole 83 18/06/2019 14:52

Waouuuh ! C'est magnifique ! De très belles réflexions qui peuvent nous emmener loin.... Pa eu ta chance, notre prof (la même de la 6è à la 3è) prof de français avant tout, qui nous bâclait un cours hitoire-géo en une 1/2 H au tableau et basta ! Je dois certaines connaissances à Historia que j'aimais bcp à l'époque et aux livres historiques... Puis, comme Eglantine, j'ai oublié en vieillissant ! La vie nous occupe tant que le temps manque pour tout faire.
Ton billet est remarquable !
Bisous

Durgalola 17/06/2019 20:05

c'est bien écrit et grâce à ton témoignage personnel, tu nous amènes à réfléchir. bises

jazzy57 16/06/2019 18:55

Whaouh superbe réflexion tu es fin prête pour la dissertation de philosophie . L'histoire j'aime avec un bémol pour les dates à retenir , j'aime me plonger dans les romans historiques , une façon comme une autre de ne pas oublier certaines étapes clés.
Bonne soirée
Bises

mansfield 16/06/2019 17:59

Un beau résumé de l'histoire avec ou sans grand H, elle est de toute manière le reflet du cheminement de l'homme et ce malgré lui!

Hellebore95 15/06/2019 21:12

Coucou Martine !
Si l'histoire servait à nos dirigeants pour pendre conscience de leurs actions, elle serait bien utile. Mais je vis au présent, le passé est passé et il ne faut pas s'appesantir. Ne pas oublier, OK, mais toutes ces célébrations avec grand faste me gênent. MERCI pour cet article très intéressant et ces citations. Bisous, bisous. Coryphee
J'aime bien la dernière phrase d'Emile ZOLA, à propos du crâne qui n'est pas absolument construit. Combien y en-a-t-il actuellement ??? That is the question !

Mo 15/06/2019 20:12

Encore faut-il que l'histoire soit enseignée. J'ai lu que la méthode chronologique n'était plus utilisée.

colettedc 15/06/2019 19:23

Une page très intéressante, Martine et une excellente conclusion ! Bonne soirée ! Bisous♥

Ulysse 15/06/2019 14:48

Pour ma part je n'aime pas l'histoire évènementielle où l'on célèbre des "gloires" nationales comme louis XIX et Napoléon qui n'ont été que des tyrans sanguinaires. par contre il ne faut pas oublier des évènements comme les guerres mondiales pour se souvenir des drames que peuvent causer l'égo démesuré et malsain de certains homo sapiens !

Nell 15/06/2019 13:58

Superbe réflexion, ma chère Martine et tu m'en bouches un coin (d'histoire) Excellent week-end!!!

Jeanne Fadosi 15/06/2019 13:34

Trop occupée cette semaine, j'ai encore zappé le nid des mots mais je me rattrape par une photo en guise d'histoire sans paroles sur mon blog photo. J'aurais aussi papoté sur ce qu'on appelle l'Histoire avec un grand H, mais pas forcément l'Histoire de France, m'étant toujours intéressé à l'Histoire des pays et du monde bises

Jeanne Fadosi 15/06/2019 13:34

Trop occupée cette semaine, j'ai encore zappé le nid des mots mais je me rattrape par une photo en guise d'histoire sans paroles sur mon blog photo. J'aurais aussi papoté sur ce qu'on appelle l'Histoire avec un grand H, mais pas forcément l'Histoire de France, m'étant toujours intéressé à l'Histoire des pays et du monde bises

manou 15/06/2019 10:47

Merci pour tes réflexions et tes citations si bien racontées. A la différence de toi je détestais l'histoire (sauf l'Egypte et la Préhistoire) quand j'étais enfant et ados j'ai commencé à m'y intéresser quand nous avons parlé de la Révolution française puis du XXe siècle ce qui m'a permis de mieux comprendre certains événements marquants vécus par ma famille. Je m'y intéresse davantage aujourd'hui parce que je sais d'où je viens :) bisous et une douce journée

Eglantine Lilas 15/06/2019 10:44

je me demande ce qui me reste des cours d'histoires ? Ni aimé ni detesté ces cours...et sans doute ai je enregistré sans en être tout à fait consciente aujourd hui ce qu'on m'a enseigné. Le "passé" est la base de notre présent et tu l'as dit, comme la langue, la meilleure et la pire des choses
bisous et bonne fin de semaine.

aimela 15/06/2019 09:51

J'aime beaucoup l'histoire et surtout les petites dans la grande si bien racontées par Decaux à une époque et certains personnages me sont très attachants telles Jeanne d'Arc, Louise Michel mais surtout Charlotte Corday . J'ai peur des extrêmes que cela soit de droite ou de gauche

ABC 15/06/2019 09:47

j'aime beaucoup ton dernier paragraphe, avant la citation de Raymond Aron...
j'ai toujours beaucoup aimé l'Histoire, malheureusement les hommes n'en tirent pas vraiment les conclusions... Merci pour cette très belle page.

écureuil bleu 15/06/2019 09:03

Tes réflexions sur l'Histoire sont intéressantes. Ce n'était pas ma matière préférée, je préférais les maths ou le français. Bonne journée et bisous

ZAZA 15/06/2019 08:13

Oh mais c'est que tu es tout à fait prête à repasser le bac de philo lundi prochain ! ???? L'histoire à toujours été une passion pour ce qui me concerne, et nullement un retour sur le passé, ni un sentiment d’exaltation qui mène au nationalise... loin de moi ces convictions. L'histoire de notre pays ne fait-elle pas partie de la culture générale, tout comme celle du monde et des civilisations ???? Bien entendu, je suis plus férue dans ce qui concerne les évènements historiques concernant ma propre famille, celles de mes deux grands-pères qui se sont battus aux Dardanelles pour le deux et sur le front quand le grand-père maternel s'est planqué dans sa caserne de Vitré pour ne pas y repartir. Mais aussi celle de mon père FNFL qui a rejoint De Gaulle en 1943. D'ailleurs à ce sujet, j'ai eu des nouvelles de mon journaliste qui va faire paraitre un article dans France Antilles et qui a de bonnes nouvelles concernant le documentaire sur le quel nous avons planché en avril, dans mon île. Il ne reste plus qu'a trouver un producteur, et sur RMC 24, il y a de l'espoir. Bises et bon weekend