Le futur je m'en tape

Publié le 30 Mai 2019

On ne sait pas trop pourquoi mais Il y a des jours où tout va mal comme aujourd’hui.

Pourtant je me lève de bonne humeur. C’est la chandeleur, nous avons nos petits enfants avec nous et j’ai décidé de leur faire leurs plats préférés : spaghetti à la bolognaise et, comme c’est mardi gras,  de bonnes crêpes que je recouvrirai d’une couche de savoureuse pâte à tartiner bio chocolat noisette. Elles vont se régaler, pas moi. Depuis que je fais attention à mon alimentation je ne mange plus de pâtes car comme disait Sophia Loren «mes rondeurs, c’est aux spaghettis que je les dois» et depuis que mon premier amoureux, qui me roulait dans la farine sans que je m’en rende compte, m’a laissé tomber comme une crêpe le jour de la chandeleur après m’avoir sauté, je ne mange plus de crêpes mais il m’arrive de les faire sauter. Avouez que ce n’est pas bon pour ma ligne non plus.

Après un copieux petit déjeuner, le meilleur repas de ma journée, je me sens fin prête à cuisiner. Après avoir sorti  le lait et les œufs du réfrigérateur, j’ouvre la boite métallique où je conserve ma farine enfin pas cette fois ci, la boîte est vide et je n’ai pas de paquet d’avance. Je demande à mon chéri s’il peut aller m’en chercher à la supérette ce qu’il fait  aussitôt sans se plaindre. Pendant ce temps je joue la médiatrice auprès de mes petites filles qui sont en train de se battre comme des chiffonnières pour conquérir le dernier bonbon qui reste dans la bonbonnière. J’attrape l’objet de convoitise et l’enfourne dans ma bouche en leur disant que c’est le bonbon pour Mamie. C’est délicieux cette cochonnerie. Elles arrêtent aussitôt de se chamailler pour un chamallow et se liguent contre moi. C’est le moment que choisit mon époux pour m’appeler sur mon smartphone pour me demander quelle farine il prend de la T45 ou de la T55 ? Je n’avais jamais fait attention qu’il y avait plusieurs sortes de farine, lui si, pourtant il ne fait jamais les courses. Je lui réponds que, comme je m’en moque comme de l’an 40, qu’il prenne de la 55 et qu’il en profite pour acheter des chamallow aux petites. Il revient peu de temps laissant derrière lui la trace enfarinée de son passage ne s’étant même pas aperçu que le paquet, qu’il avait dû quelque peu malmener, fuyait. il pose le sachet de Chamallow sur la table de la cuisine suivie par les 3 petites en manque de sucrerie qui se jettent dessus, comme des fauves sur leur proie, ce qui énerve mon époux qui fait tomber le paquet de farine sur le carrelage de la cuisine, il éclate. « Quand dieu envoie la farine, le diable enlève le sac » (1)

Après avoir nettoyé le sol de la cuisine et récupéré la farine restant dans le sac. Je fais ma pâte à crêpes, la laisse reposer et fait cuire mes crêpes. En voulant épater les petites qui me regardent opérer, au lieu de les retourner à la spatule, je fais sauter une crêpe en l’air et tente de la récupérer dans la poêle, elle  tombe  au sol ou plutôt sur la tête du chat, qui passait par là inconscient du danger. Apeuré, il détale aussitôt aveuglé par ce chapeau tombé du ciel. Mon chéri arrive  à rattraper le chapeauté et récupérer la crêpe qui finit à la poubelle.  Les filles sont mortes de rire, la plus petite en fait même pipi dans sa culotte. Je finis tant bien que mal mes crêpes sans chercher à les faire sauter.

Ensuite je m’attaque à la cuisson des spaghettis. Il y a bien longtemps que je n’en ai pas fait cuire. Je fais bouillir mon eau salée et je jette ma botte de spaghettis dans la casserole, elles sont trop longues, elles dépassent. J’avais oublié ce détail.
 

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Mon époux me regarde goguenard et me dis, tu aurais dû prendre la cocotte-minute, tu n’aurais pas eu à appuyer dessus avec ta fourchette. J’ai horreur qu’on me regarde quand je cuisine et  énervée par mes mésaventures,  je lui réponds «Tu me les brises menues».  Quelle n’est pas ma stupeur de le voir aussitôt prendre le grand ciseau de cuisine qu’il plonge dans l’eau et se mettre à découper rageusement les spaghettis en petits morceaux en criant «je les brise menues». Les petites ne mangeront plus des spaghettis mais du vermicelle à la bolognaise. Comme elles aiment regarder top chef à la télévision et qu’elles connaissent tous les termes utilisés par les MOF, je leur dirai que Papi a « revisité » les spaghettis à la bolognaise et cette pensée me fait éclater de rire. J’ai toujours positivé dans la vie.

Le téléphone sonne dans la maison, je me précipite pour répondre. Habituellement, je ne réponds pas quand aucun numéro connu ne s’affiche mais je ne sais pas pourquoi je décroche. C’est une voyante médium qui me propose de me prédire l’avenir et qui me demande ce que je veux savoir. Je lui réponds avant de raccrocher : "Tant que les paquets de farine fuient encore et que  les spaghettis ne rentrent pas dans la casserole : le futur je m’en tape".

 

  1. Proverbe français

 

Martine / Mai 2019 pour le défi "spécial élection" des croqueurs de mots proposés par Domi.

Tu m'excuseras Domi mais je n'avais pas du tout envie de parler des élections mais j'ai néanmoins pris une des trois phrases que tu proposais et j'ai construit cette courte nouvelle autour  

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Bonjour Martine. Je relis ta nouvelle pleine d'humour, avec plaisir. Bonne journée et bisous
Répondre
D
Tu sais quoi , la politique je m'en tape aussi tout comme du futur hihi, j'ai beaucoup apprécié ta petite histoire qui m'a beaucoup amusée :)
Bisous Martine
Domi.
Répondre
A
Adorable grand-mère qui ne manque pas d’occupations.
Répondre
M
Eh bien quelle aventure j'espère que tu aimes les crêpes aux spaghettis!
Répondre
L
Ecroulée de rire, Martine... cela semble si réel... Génial, le coup des spaghettis brisés menus !

Bisous
Répondre
D
Cela se lit et se dévore... Tu sais mêler l'humour et la vie courante.
Pas eu le temps de participer pour ce défi. Je t'embrasse et te souhaite une bonne soirée.
Répondre
U
Auusi bonne que les spaghettis à la bolonaise cette nouvelle
Répondre
J
Excellent Martine ! J'espère juste que ce n'est pas arrivé réellement au chat ! par les temps qui courent il ne manquerait plus qu'une ligue de défense des animaux s'en mêle ... sourires et belle fin de semaine
Répondre
A
Faire la cuisine peut-être comme ici, une véritable aventure ! C'est un texte amusant, plein de bonne humeur !
Répondre
M
Ton récit est génialement drôle!
Tu en as d'autres?
Bises,
Mo
Répondre
G
Te lire est pour moi, comme d'habitude un réel plaisir ... Mais je vais devoir attendre mon retour pour voir la suite de tes articles . Je prends demain l'avion en direction des Açores ! Passe une bonne soirée . Cordiales amitiés & à +
Répondre
.
merci Martine pour tout cela ...c'est noté pour ton absence ...merci pour l'info .........♥
Répondre
C
Ah ! Tellement agréable de lecture, ton texte, Martine ! Bravo !!!
Bonne poursuite de ce jeudi de l'Ascension,
Bisous♥
Répondre
M
Écroulée de rire , Mr te les a vraisemblablement brisé menu!!! excellent !
Répondre
R
Super excellente participation même si cela ne se dit pas vraiment comme ça. Bisoussss
Répondre
J
Merci Martine pour cette histoire savoureuse ,j'ai vraiment bien ri . Je n'ai jamais fait attention au numéro pour la farine , je découvre , je choisis fluide ou pas . Les brisées de spaghettis valent le détour c'est certain .
Bonne journée
Bises
Répondre
E
Martine merci pour ce beau moment de bonne heure ! je t'ai suivi dans les différentes étapes comme si j'y étais, belle imagination et verve pour quelqu'un qui dit avoir besoin de repos ! bravo à toi
bises et belle journée
Répondre
E
et zut pour mes doigts...de bonne humeur et pas heure !!!!
N
Ah! ah! ah!Qu'est-ce que j'ai ri, Martine, et que ça fait du bien. Oui, ces choses là arrivent de temps en temps et comme toi je m'en tape...C'est si bon d'être ensemble, hein? Gros bisous, ma belle, et prends soin de toi. ♥
Répondre
É
J'aime bien ta nouvelle pleine d'humour. Bonne journée et bisous
Répondre
D
Excellent.....
Je prepare des crêpes pour ce soir, je vais penser à ton histoire...
Bon week-end les amis
Répondre
A
Il y a des jours comme ça !!!! J'ai bien ri, ce texte vos bien un plat de vermicelles parsemées d'humour :-)))
Répondre
Z
C'est un texte savoureux Martine, bravo !
Bises et bon weekend de l'Ascension
Répondre
Q
J'apprends grâce à toi qu'il y a plusieurs farines... je n'avais jamais remarqué, il faudra que je regarde laquelle je prends, c'est toujours la même. ;)
Bon, ceci étant, tu m'as fait rire.
J'ai adoré ton récit... en espérant qu'il ne s'appuie sur aucune réalité si ce n'est que les paquets de farine fuient et que les spaghettis sont toujours trop longs pour les casseroles ordinaires...
(c'est pourquoi il y a des casseroles spéciales avec panier percé pour les en sortir)
Bisous et douce journée.
Répondre
M
J'adore ton texte ! J'ai déjà bien ri en lisant celui d'Eglantine, hier...c'est tellement vrai l'histoire des paquets de farine qui fuient et des spaghettis qui ne rentrent jamais dans la casserole et toi tu en rajoutes pour notre plus grand plaisir. bisous et bon courage
Répondre
L
j'ai bien ri ce matin de tes mésaventures et je me suis reconnue quand tout va mal ça va mal mais les petits on eu des spaghetti cisaillés a la bolognaise, des crêpes avec un reste de farine T 55 et oui j'ai essayé la T 80 et pour les crêpe plus digest, mais pour les crêpes celle que je préfère c'est la farine d'épeautre, mais vraiment bien aimé ce texte
bises amicales
Répondre