Les Vendanges de Victor de Laprade

Publié le 10 Septembre 2020

Les Vendanges de Victor de Laprade

Hier on cueillait à l’arbre une dernière pêche,
Et ce matin voici, dans l’aube épaisse et fraîche,
L’automne qui blanchit sur les coteaux voisins.
Un fin givre a ridé la pourpre des raisins.
Là-bas voyez-vous poindre, au bout de la montée,
Les ceps aux feuilles d’or dans la brume argentée ?
L’horizon s’éclaircit en de vagues rougeurs,
Et le soleil levant conduit les vendangeurs.

Avec des cris joyeux ils entrent dans la vigne ;
Chacun, dans le sillon que le maître désigne,
Serpe en main, sous l’arbuste a posé son panier.
Honte à qui reste en route et finit le dernier !

Les rires, les clameurs stimulent sa paresse.
Aussi, comme chacun dans sa gaîté se presse !
Presqu’au milieu du champ, déjà brille, là-bas,
Plus d’un rouge corset entre les échalas.
Voici qu’un lièvre part ; on a vu ses oreilles.
La grive au cri perçant fuit et rase les treilles.
Malgré les rires fous, les chants à pleine voix,
Tout panier s’est déjà vidé plus d’une fois,
Et bien des chars, ployant sous l’heureuse vendange,
Escortés des enfants, sont partis pour la grange.

Au pas lent des taureaux, les voilà revenus,
Rapportant tout l’essaim des marmots aux pieds nus.
On descend, et la troupe à grand bruit s’éparpille,
Va des chars aux paniers, revient, saute et grappille,
Près des ceps oubliés se livre des combats.
Qu’il est doux de les voir, si vifs dans leurs ébats,
Préludant par des pleurs à de folies risées,
Tout empourprés du jus des grappes écrasées.

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Pour les jeudis en poésie du défi 236 des croqueurs de mots animé par Domi   (Thème : saveurs d'automne)

Rédigé par Martine.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je découvre le poème et son auteur. Il nous emporte dans les allées à vendanger et les odeurs évoquent des saveurs bien vu bises
Répondre
M
Bravo, un souvenir nostalgique et poétique, beaucoup de joie dans ces rimes!
Répondre
.
il fut un temps chez les grands-parents cela se passaient ainsi ....car ils avaient quelques vignes ...qued e souvenir !!!! bon lundi Martine
Répondre
D
Ah les vendanges ! Une saveur incontournable de l'automne. Merci pour ton choix qui répond parfaitement à la consigne donnée. heureuse de te retrouver. Bisous. Domi.
Répondre
L
Waouuuh ! j'adore ! Merci Martine
Bisous
Répondre
E
Tu nous fais découvrir un joli poème. Bonne journée et bisous
Répondre
R
Très beau ce poème bon choix Martine...Bisous bisous
Répondre
M
Bonjour Martine,
on foule toujours les grappes avec les pieds?
Bises à toi et bonne soirée. Mo
Répondre
C
Bonsoir Martine,
Magnifique choix de poème !!! J'♥ beaucoup et l'illustration de même !
Agréable soirée,
Bisous♥
Répondre
J
Un incontournable de l'automne les vendanges qui cette année ont débuté avec beaucoup d'avance .
Merci pour cette découvert et de l'auteur et du poème .
Bonne journée
Bises
Répondre
M
Coucou, un très beau poème qui bien sûr me parle en particulier, on vient de finir les vendanges qui n'ont plus rien à voir a ce qu'elles étaient dans le temps, mais c'est toujours un stress cette période et nous les vignerons on dit OUF quand elles sont achevées Bisous MTH
Répondre
E
une belle découverte , une reprise en fanfare :-)
Répondre
M
Un très beau poème que je ne connaissais pas du tout. Aujourd'hui les vendanges sont stoppées, il est tombé un déluge hier et toute la nuit (ou presque) et du coup les vendangeuses ne peuvent pas entrer dans les vignobles. Bisous et une douce journée
Répondre
D
Un texte magnifique sur ce bel instant de vie.
Très belle journée, bises
Répondre
Q
Je ne connaissais pas ce poème, merci pour la découverte.
Bisous et douce journée.
Répondre
Z
Tu as choisi un très beau poème pour cette reprise chez les Croqueurs de Môts. Merci. Bises
Répondre
R
Un beau texte, j'aime les vendanges...Elles sont terminées dans ma région, j'ai pu les suivre..
Bonne journée Martine gros bisous
Répondre