Publié le 28 Octobre 2009

 

  Photo flickr mise à disposition par OB

 

 

Dans le métro, je l'ai aperçu

Absorbé, il lisait une revue

 

J’avais cessé de le maudire

Je n’avais plus rien à lui dire

 

J’aurais pu vers lui me diriger

J’aurais pu venir le saluer

 

Heureusement il ne m’a pas vu

Je l’ai observé à son insu

 

Sans dessus, dessous, j'étais émue

Comme Ivre,  plus dessous que dessus

 

Après l'absence des sens insensée

Mon volcan s’est soudain réveillé

 

Toutes mes défenses j’ai perdu

A la défense je suis descendue

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 23 Octobre 2009

Nous perdons Mamie NOVA. Notre équipe est scindée en deux : une moitié rejoindra une entreprise concurrente récemment achetée par le groupe et l’autre dont je fais partie :  l’équipe déjà importante de Pierre,  Je suis navrée de perdre une partie de mes collègues et parmi elles celles que je préférais.


Pierre est un ancien Syndicaliste CGT ayant créé et fait évoluer son cabinet de Ressources humaines avant qu’il ne soit racheté par notre groupe, D’origine Méditerranéenne, il déborde d’énergie et d’enthousiasme malgré une soixantaine bien sonnée. Il a une forte personnalité et son  côté bourru cache une grande affectivité.  C’est un vrai commercial qui pourrait vendre un baladeur à un sourd rien qu'avec les gestes. Son management est très directif et beaucoup dans notre équipe sont très inquiets d’être sous sa coupe. Avec Pierre, c’est tout ou rien, on plaît et on a toute sa confiance et sa reconnaissance aussi bien affective que financière ou on ne plaît pas et on est irrémédiablement en disgrâce.


Je sais qu’il aime les personnes de caractère et celles qui se donnent avec abnégation à l’entreprise. Excepté le côté commercial, nous avons beaucoup de choses en commun et une même vision qualitative du métier. J’admire sa compétence. Je me réjouis de rejoindre son équipe. J’espère que cela va améliorer  mon image sérieusement détériorée à cause des coups bas de Mamie NOVA et stopper au moins la descente de l'échelle :



Pourtant cela commence bien mal. Il nous reçoit tous un par un et la première chose qu’il me dit en introduction de notre entretien, « Finie pour toi la relation interpersonnelle avec le candidat, il va falloir être efficace en y passant moins de temps. Saches que lors du découpage de l’équipe en deux, je ne t’ai pas choisi, tu m’as été imposée, je n’ai pas voulu m’y opposer ». Au moins cela a le mérite d’être franc. J'apprends par la suite qu'il a dit la même chose à chacune et chacun de mes collègues.  Une femme n’aurait jamais dit cela même si elle l’avait pensé.


Très choquée et surprise par cet aveu, je le remercie pour sa franchise et lui réponds que nous sommes quitte, que j’ai eu encore moins le choix que lui. Comment aurais-je pu l’avoir ? et je regrette qu’il m’ait été imposé mais que maintenant que cela a été exprimé, nous allons devoir coopérer au mieux. Il sourit. Je sens à ce moment là que je viens de marquer un point. En effet ensuite il me répond qu’il a une très mauvaise réputation chez les consultants mais que je dois me méfier des réputations et faire par moi-même mon opinion.


Il m’annonce ensuite qu’il s’oppose à ce que le bureau de Cergy ferme et qu’il restera ouvert. La seule différence. Ce n’est plus un bureau de l’entreprise mais un bureau appartenant exclusivement au Département emploi puisqu’il le finance seul et qu’il m’interdit d’y accueillir des consultants d’autres services.  Il ajoute qu’il trouve injuste cette décision de notre Directrice Générale qu’il ne semble pas porter dans son cœur.


Je lui parle de mes objectifs complètement irréalistes. Il me dit que je suis trop payée comme beaucoup de seniors et que pour justifier ce salaire, on me fixe des objectifs démesurés. je lui annonce que je suis prête à partir et négocier mon départ et que je ne me représenterai plus aux élections de délégués du personnel pour pouvoir partir plus vite. J'avais oublié de vous dire dans l'épisode précédent que, du temps de Mamie Nova, j'avais été élue délégué du personnel titulaire sur une liste non syndiquée. Sur ce il me dit que c'est une erreur car en étant salariée protégée, je peux toujours partir si je le souhaite et obtenir plus dans la négociation.  Ayant été une déléguée du personnel peu efficace faute de temps à y consacrer, je ne me représenterai pas tout de même.


Je préfère l'avertir avec franchise que je ne suis pas une « chasseuse » mais que lorsque j'obtiens un client il m'est longtemps fidèle et que d’autre part je suis trop prise par la réalisation de missions pour avoir du temps pour la prospection commerciale. Ne t’inquiète pas me dit-il, je vais te confier de grands projets nationaux pour que tu puisses justifier ton salaire. J’apprécie sa confiance mais d’un autre côté cela me fait très peur. Ma confiance en moi toute relative me fait craindre de le décevoir. De plus je me dis que cela va impliquer des déplacements et  m’éloigner de mes activités extra-professionnelles auxquelles je tiens.


Il me confie aussi des projets mal partis où les relations sont devenues conflictuelles avec le client pour remonter l’image de la Société. Je l’accompagne  chez un de ses clients en Province. Il me présente comme le nouveau chef de projet,  un peu le messie qui va faire des miracles !!! Les clients sourient et rient même. Son tempérament Méditerranéen le rend trop affectif et excessif face à des clients très rationnels et très méfiants vis-à-vis de notre entreprise.. Tout est dans l’excès chez Pierre.


Au retour, notre TGV a du retard, il m’offre un café au buffet de la Gare et nous rencontrons une de ses connaissances : Le Directeur Départemental de l’emploi de ce département. Il les connait presque tous. Son réseau est très important dans le domaine de l'emploi. Il me présente toujours avec un excès de qualificatifs élogieux. Trop c'est trop. Je rougis, je deviens maladroite déjà que lorsque je ne connais pas je ne suis pas à l'aise...


Ils parlent entre eux comme deux vieux camarades qui ne se sont pas vus  depuis longtemps.  Je les écoute. Notre TGV est annoncé, il n’entend pas. Je lui fais remarquer que nous allons le manquer et il continue à parler. Nous le ratons. Il fait ensuite un scandale au guichet de la gare en disant que c’est inadmissible qu’ils ne nous aient  pas prévenus par haut-parleur que notre TGV était enfin arrivé. Je pense réellement que, pris dans sa conversation, il n’a entendu ni le haut-parleur, ni mon avertissement. Nous regagnons Paris. Il me parle de sujets professionnels et de collègues malades ou qui ne sont plus avec les larmes aux yeux. Il se confie et le temps passe vite dans le train.


Je prends la responsabilité de ce projet dont je me serais bien passée. C’est une mission très difficile avec des interlocuteurs qui resteront froids et désagréables.  J’arriverai juste à mener à bien ce projet jusqu’à sa fin sans nouveau conflit et avec même un compliment du DRH sur mes premières actions pour relever la situation.


Entre temps la nouvelle Directrice Générale critiquée par beaucoup nous quitte pour un poste à responsabilité dans un grand groupe. Elle n’est pas remplacée.


Pierre m’apporte aussi des affaires sur un plateau, il ne me reste plus qu’à aller voir le client et négocier ce qui me permet de ne pas démériter au niveau commercial. A la fin de l’année, il augmente mon salaire. Quand je m'étonne avec humour qu'il augmente quelqu'un de déjà trop payé. Il me répond qu’il ne va peut être pas rester longtemps à la tête de ce département et que cela pourra compenser un peu ma prime de responsabilité de bureau que j’ai depuis 5 ans et qu'il a refusé de supprimer aux responsables de bureau mais que son successeur suprimera certainement.


Je suis étonnée des ses confidences. Va-t-il partir à la retraite. Je ne le vois pas du tout retraité. Il s’ennuiera trop. Peu de temps après, on apprend qu’il est nommé Directeur de l’innovation avec une équipe très réduite à manager. Je suis triste, je l'aimais bien Pierre. 


Il est remplacé par un Directeur Régional que j’ai bien connu puisqu’il est issu comme moi de l’entreprise qui a été rachetée par notre Groupe, vous savez l’entreprise aux tournesols. Des souvenirs de « jeunesse » qui devraient nous rapprocher.


Pourtant,  l'avertissement de Pierre liée à une mauvaise intuition m'inquiètent sérieusement. J'ai remonté quelques barreaux que j'avais descendus avec Mamie Nova mais je crains que ce soient les derniers barreaux avant la chute vers la retraite peut être via le palier du pôle emploi..... C'est hélas le lot de beaucoup de seniors que l'on veut faire travailler plus longtemps mais que les entreprises forcent à partir dans des plans de départ volontaire, des plans de sauvegarde de l'emploi ou des licenciements transactionnels.... C'est tout le paradoxe actuel.

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 19 Octobre 2009

Après Danièle,  Agnès est arrivée .... sans se presser. Après la fougue de Danièle, la bonhomie tranquille d'Agnès me surprend tant le contraste est grand... Je ne dirai pas qu'elle est molle ce ne serait pas exact, elle a une force cachée maîtrisée. En apparence, elle paraît zen.

A soixante ans, elle ne cherche pas à cacher ses cheveux gris blancs. Elle affiche en permanence un sourire ridé et avenant dans un visage maigre.

Au début, elle est sur ses gardes. Elle se méfie de sa nouvelle équipe de consultants seniors rebelles puisqu'ils viennent même d'arriver à éjecter leur précédente Directrice. Elle dirigeait auparavant une équipe réduite de jeunes consultants qu'elle environnait comme une maman. Pour une première expérience de management important,  j'avoue que ce n'est pas facile pour elle et qu'elle a des raisons sérieuses d'être inquiète.

Elle nous reçoit chacune, chacun pour mieux faire connaissance et tenter en douceur de nous séduire, de nous amadouer.

La première chose qu'elle me dit c'est  "je sais que tu n'as pas signé la pétition, que tu regrettes Danièle et que tu n'avais pas envie de m'avoir comme manager mais je n'y suis pour rien dans son éviction".

Pourquoi donc a t'elle besoin de se justifier  ? Elle vient sans même s'en rendre compte renforcer  la conviction que j'avais que la pétition était organisée.

Ensuite elle me fait des compliments sur mes compétences tout ce que je déteste. Je pense aussitôt qu'elle n'est pas aussi intelligente et intuitive que Danièle et cela me rassure quelque peu.


Ce n'est pas un manager que nous avons mais une grand-mère attentionnée et gâteau..... Du genre anorexique, elle ne mange pas grand chose mais se réjouit d'organiser des buffets après les réunions. Elle apporte des gâteaux cuisinés et nous devons faire de même. Elle oublie que nos journées sont longues : 10 heures environ quand ce n'est pas plus et que le soir en rentrant nous avons envie de faire autre chose que de cuisiner pour la réunion du lendemain ou même de faire les courses.
Un des consultants la surnomme Mamie Nova et c'est ainsi désormais que nous l'appellerons tous entre nous en chantonnant parfois la chanson de chantal Goya "Mamie Nova" ... merci qui, merci qui, merci Mamie Nova ?




Le fait que je sois autonome à Cergy ne lui plaît pas du tout. Elle cherche au départ à essayer de contrôler mon activité et  à me demander des rapports d'activité que je ne lui envoie pas puisque pour cette activité je dépends du Directeur Général à qui j'adresse régulièrement des comptes.  Alors elle va essayer de tout faire pour m'empêcher de mener correctement mes missions à Cergy en me demandant de venir suivre quelques candidats sur Paris, en refusant de me donner des ressources pour mes affaires.  Je suis même obligée d'aller moi même réaliser des missions dans le Loiret un ou deux jours par semaine alors que nous avons des consultants qui habitent le sud de l'île de France et un bureau à Orléans. Ceci est vraiment stupide car c'est beaucoup de temps perdu en transport et de l'argent dépensé en frais de déplacement. Elle croit m'embêter ainsi mais je prends vraiment un certain plaisir à quitter Cergy, à me déplacer. J'aime conduire dans la campagne et les lever de Soleil sur la Beauce sont merveilleux. Il m'arrive de m'arrêter et de prendre des photos. J'aime aussi venir à Paris ce qui me permet de sortir de mon isolement et d'échanger avec mes collègues. Le midi je déjeune avec eux ou je fais du shopping dans les grands magasins au lieu de déjeuner.
Du temps de Danièle, je signais les contrats avec les clients, elle me faisait confiance. Agnès, exige de voir tous mes contrats et de les signer. Au début je résiste, elle s'en plaint au Directeur Général qui me demande aimablement d'obtempérer. Les contrats me reviennent jamais changé sur le contenu toujours avec des corrections au stylo rouge sur la forme : virgules à rajouter, présentation à changer.
c'est le seul pouvoir qu'elle a sur mon activité et elle en use et abuse.Je trouve cela très mesquin et à vrai dire dérisoire.
Elle connaît l'influence que j'ai sur les autres consultants de l'équipe qui aiment travailler avec moi sur les projets que j'anime. Elle essaiera aussi de casser cela et de m'isoler du reste du groupe. Avec les plus soucieux de ne pas déplaire à leur manager, elle y arrive.

Je conserve néanmoins la sympathie du Directeur de Division qui prend nos différents pour une querelle féminine. Il a aussi d'autres préoccupations. Il est nommé Directeur Général. Il est remplacé par une ancienne Directrice Financière puis DRH dans un grand groupe Français.

C'est une "quadra", une "cost killer"  (tueuse de coûts) qui est la pour rentabiliser. Elle va tenter de le faire et en même temps essayer d'éliminer les "quinquas" ces papis et mamies trop payés à son goût et dont certains font de la résistance. Elle arrive un matin à Cergy. Nous avons un long entretien. Elle m'annonce qu'elle va fermer le bureau qui n'est pas suffisamment rentable et en profite pour me fixer des objectifs commerciaux irréalistes que je refuse de signer.

Mamie Nova n'est pas une "quinqua" mais une "sexa" sans sex-appeal et c'est à elle qu'elle s'attaque en premier... Honneurs aux anciens. Elle lui retire la Direction de notre équipe "Carrière" pour la donner au Directeur Emploi qui est à la tête déjà d'une équipe importante. Malgré sa très mauvaise réputation de manager qui est parait il impitoyable, c'est pour moi la seule bonne nouvelle. Cergy va être fermé mais au moins je suis débarrassée de Mamie Nova, la mémé harceleuse.... Je respire.

A suivre....

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 15 Octobre 2009





Mon esprit était bien vide

Devant moi était Karina

Tu avais un joli nom mon guide

Karina

 

Ton visage carré était noir

Ton regard soudain s’alluma

J’y vis une rivière ce soir

Karina

 

Tu parlais en phrases courtes

Pour me guider sur ma route

Je rêvais déjà

Que lorsque je serai sur le pont

Nous y danserions tous en rond

Karina et  moi

 

En face de l’autre côté du gué

L’autre rive soudain m’attira

Tu te mis soudain à m’ordonner

Halte la, halte la

 

Il est trop tard pour un retour

Le pont je vais emprunter

Au beau milieu m’arrêter

Me retourner, adieu mon amour

Je m’en vais,  je te fuis

Karina eructait

 

Si possible faites demi tour

Et à gauche tournez

Et  à  droite tournez

Et  j’en ai pleuré

 

Surtout ne pas t’écouter

Avancer insconsciente

Toujours tout droit confiante

Et Je suis arrivée

 

La mer surgit intrépide

Mon passé soudain me quitta

Je suis restée seule avec mon guide

Karina

 

Plus question de phrases courtes

Ni de guide sur ma route

Est-ce que tu comprends ça

Finis les amours impossibles

Et les guides inflexibles

Ferme la Karina

 

Ta voix m’est insupportable

Je te jette en mer Karina

Des poissons tu seras guide

Tu te noies, tu te noies

 


J'ai écrit ce poème un soir après avoir maudit dans la journée mon système de navigation  ........et pardon à Gilbert Bécaud que j'aime tant pour avoir parodié sa chanson "Nathalie"


Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 11 Octobre 2009

Nous avons une nouvelle Directrice de département, Daniele,  qui vient de chez un important concurrent. Ce qui me frappe chez elle c’est son sourire en toutes circonstances, son empathie, son ouverture aux autres et aux idées. Elle a une séduction naturelle dont elle use et abuse ce qui me déplait fortement. Elle a sa cour de consultantes qui chaque matin viennent nombreuses lui délivrer des bisous claquants et en recevoir en retour, ce qui ne les empêche dans la journée de la critiquer ouvertement. On rêve d’une pandémie grippale qui viendrait mettre fin à cette pratique hypocrite.

Je m’abstiens de le faire, j’ai toujours eu un problème avec la séduction.
Danielle est ouverte à la communication et organise de nombreuses réunions de service ou chacun peut s’exprimer comme il le souhaite… ou presque car son amour-propre est un tantinet chatouilleux en cas de critique. Sachant que je suis sur un terrain favorable et qu’elle est très sensible à la qualité des missions. Je lui explique que nos méthodologies d’outplacement (reclassement de candidats) datent de 15 ans et qu’il serait bon de les faire évoluer sérieusement notamment en termes de bilan de compétences et surtout de recherche d’emploi. Nos films de formation sont d’une autre époque et tous les consultants qui en sont les acteurs sont maintenant partis ou à la concurrence !

Elle me demande alors si je souhaite m’en charger et me nomme Responsable des projets méthodologiques au sein du service ce qui me réjouit vraiment. En contre partie je lui repasse avec plaisir l’animation des secrétaires des consultants et candidats dont j’avais hérité du temps du précédent manager qui n’avait aucune motivation pour cette mission. J’aime animer des équipes au sein d’un projet mais le management hiérarchique direct ne m’intéresse pas vraiment.

Des volontaires me rejoignent dans ce grand projet et nous nous mettons vite à l’œuvre avec implication. Nous réécrivons toute la méthodologie d’accompagnement des salariés. C’est beaucoup de travail supplémentaire mais chacun dans l’équipe s’y investit fortement. Nous décidons de concevoir un premier film de formation sur les entretiens de recrutement pour les cadres. Nous décidons d’y mettre en scène 4 entretiens de recrutements chacun avec un recruteur ayant un type de communication différent. Nous faisons la liste des messages à faire passer : attitudes à avoir et erreurs à ne pas commettre en entretien. Nous écrivons chacun une partie du scénario. Nous décidons que nous jouerons nous même les acteurs. N’étant pas assez nombreux à accepter de se montrer devant les caméras, nous trouvons d’autres volontaires dans l’entreprise dont notre nouvelle directrice générale qui vient d’arriver. Je choisis la société de réalisation, lui présente le scénario. C’est enfin le tournage. Très intéressant, mais stressant. Nous ne nous imaginions pas nous allions devoir refaire la même scène plusieurs fois. Comment vont-ils faire pour sortir un film de toutes ces petites scènes filmées, c’est tout l’art du montage. Nous avons le plaisir de découvrir enfin le film, fruit de notre travail d’équipe. Il correspond tout à fait à ce que nous attendions et même si l’on voit que nous ne sommes pas des acteurs professionnels cela le rend encore plus attachant et parfois drôle. Un des consultants de l’équipe me dit que cette expérience lui a donné l’envie de faire du théâtre et qu’il va s’inscrire à des cours.

Je suis fière de montrer le résultat à ma responsable et à la Directrice Générale  qui sont très satisfaites. J’en profite pour leur proposer de réaliser un second film mais cette fois ci pour les non cadres et j’ai immédiatement leur accord. Il ne nous reste plus qu’à réaliser le guide de l’animateur. Nous le faisons avec plaisir et formons les consultants.

Nous concevons ensuite de nouveaux ateliers de formation. Je conçois un atelier sur la créativité à l’écrit. C’est en fait un atelier d’écriture. On montre une fourchette au groupe et l’animateur écrit au tableau les mots que cette fourchette inspire. Ensuite chacun se sert des mots écrits pour créer son propre texte sur cette fourchette. J’en conçois un second sur comment montrer sa motivation. On demande aux candidats de présenter leurs parcours et projet professionnels en 3 minutes. Ils doivent ensuite devant la caméra de raconter une de leurs passions ou à défaut de narrer un bon souvenir de leur vie. On les enregistre en vidéo et on leur passe ensuite le film pour leur montrer la différence entre les deux présentations. Ils prennent alros conscience que la seule explication rationnelle de leur parcours professionnel n’est pas suffisante et qu’il faut montrer de l’enthousiasme dans le contenu et le non verbal et décrire son parcours comme on décrirait une passion ou un souvenir agréable.

Après près de 2 ans de travail sur la conception des méthodologies et leur mise en œuvre. Je m’ennuie de nouveau. J’aime surtout créer et mettre en place, après il faut que je passe la main ce que je fais volontiers.

C'est à ce moment là  que notre Directrice Générale démissionne pour rejoindre une grande administration et qu'un nouveau Directeur Général vient d'être nommé. Daniele est très peinée d'avoir perdu la Directrice générale qui était pour elle plus qu'un soutien, presque une amie.

Le nouveau Directeur me demande d'ouvrir un nouveau bureau à Cergy et d'en prendre la responsabilité. Je suis très fière de cette autonomie retrouvée et de la confiance qu'il me fait. Cela ne plait pas du tout à Daniele car elle continue à me manager sans avoir de pouvoir sur mon activité à Cergy qui dépend du Directeur Général. Nos relations s'en ressentent.

Le climat se détériore dans le service à Paris. Il ya peu d’hommes et Danièle notre Directrice joue aussi de sa séduction auprès d’eux et s’efforce de leur plaire d’une manière assez exclusive. Il y a d’autres consultantes très attirantes et qui jouent aussi la séduction.

C’est un véritable combat de poules aussi cruel qu’un combat de coqs qui s’engage. Danièle se retrouve soudain assez seule avec juste une de ses fidèles lieutenantes pour la suivre, une dame très classique qui ne lui fait pas d’ombre. Elle perd aussi le soutien du nouveau Directeur Général peu sensible aux charmes féminins  et à qui son côté superficiel ne doit pas plaire.



Je prends une semaine de vacances et quand je reviens c’est la révolution dans le service. Une de ses concurrentes devant la gent masculine, une consultante qui est en plus déléguée du personnel, vient déposer sur mon bureau une pétition contre notre Directrice, pétition qu’elle va envoyer au Président et au Directeur Général avec qui elle est très bien. Toutes les consultantes et toutes celles qui lui faisaient la bise le matin l’ont signé. Je refuse de signer. Heureusement je ne suis pas la seule. Une autre consultante ne signe pas non plus. Même si le management de notre Directrice est critiquable, Je trouve cette pétition scandaleuse surtout qu’elle a été faite à l'insu de Daniele  et qu’aucun échange oral pour tenter de trouver des solutions n’a eu lieu. Je  met en garde mes collègues en disant qu'elles savent qui elles perdent mais elles ne savent pas qui elles vont retrouver….. C’est une dénonciation qui n’honore pas ceux qui l’ont lancée et qui n’honore pas notre Directeur Général qui profite de l’occasion pour muter notre Directrice à un an de la retraite à un poste de simple consultante. Même inconsciemment, La Direction n’aurait elle pas un peu suscité cette pétition ? Une nouvelle Directrice est nommée. Je la connais bien et nous venons d'ailleurs de nous accrocher sur un sujet professionnel. Le Directeur de Division a dû arbitrer et il l'a fait en ma faveur ...... Mes relations avec ma nouvelle directrice débutent donc mal. Je sens que je suis arrivée en haut de l'échelle professionnelle et que je ne peux que redescendre.

A suivre........

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 7 Octobre 2009



Planète vivante

Expressive

je dérive

invisible

 

Planète grouillante

Anonyme

Je m’anime

Indicible

 

Planète insolente

désinvolte

Je m’révolte

Inflexible

 

Sur ma mire

Des sourires

Des fous rire

 

Sur ma sphère

Des colères

Des misères

 

Sur mon ciel

Du miel

Du fiel

 

D’interminables rameaux de mots

Perles de joie, larmes de maux,

Tissent doucement ma toile,

Du Web invincible étoile

Je me nomme "blogosphère"

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 3 Octobre 2009

Brigitte Lecuyer m'a offfert ce poème. Il est beau, il m'a ému et je ne pouvais que le partager avec vous :
















Elle pleurait au téléphone

Au beau milieu de la rue

Agonisait de noms d’oiseaux 

Le sale type

Qui ne la méritait pas

Elle était trop jolie

Adossée au mur d’en face

Comme si,

Comme si la peine

L’avait brisée menu, menu

Avait sapé son bel avenir

Et ses illusions d’aimer. 

J’aurai voulu voler vers elle

La serrer dans mes bras

Juste comme une amie

Une sœur, une mère,

Une femme qui compatit

J’aurai voulu lui dire des mots gentils

Un de perdu  

Dix à ses pieds dans la soirée.

Mais le joli minois   

Avait filé vers d’autres rues

Vers d’autres amours toujours.

Brigitte Lecuyer

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Brigitte Lécuyer

Repost0