Publié le 21 Septembre 2012

Pour répondre au jeu d'écriture de la deuxième quinzaine de septembre sur le blog de miletune, voici ma participation :

 

Mamie MADELEINE

 

Extrait du journal de Madeleine / 6 juin 2012

 

Par ce bel après-midi de juin, assise au jardin, je lis cette phrase du livre de Stefan ZWEIG "24 heures de la vie d’une femme" que j’ai relu de nombreuses fois tant je l’aime…... Je relis une nouvelle fois cette phrase qui ne m’avait pas marquée à une lecture précédente. Je pose le livre et lève les yeux et je me souviens il y a longtemps, il y a plus de quarante ans de ce tsunami qui m’a envahi brusquement en croisant un regard, souvenir agréable mais douloureux aussi. Je sors de ma rêverie et je vois Jean, mon petit-fils, m’observer avec tendresse et tristesse à la fois.

Que peut-il penser de moi à ce moment précis, j’espère qu’il n’a pas percé mes pensées les plus profondes. Soudain il sort son appareil photo numérique et immortalise ce moment de complicité entre nous. Je n’aime pas être prise en photo, Jean ne l’ignore pas mais il sait aussi qu’il peut tout se permettre tant je l’aime et l’admire. Avec lui je ne suis jamais la vieille grincheuse que je suis depuis longtemps et cela ne s’arrange pas avec les années.  Je râle après le chat quand il me réveille la nuit alors qu’il dort toute la journée. Je râle après les voisins quand ils font du bruit les soirées d’été. Je râle après les commerçants quand ils n’ouvrent pas à l’heure, je râle après Max mon époux quand il se plaint de ses douleurs. Je râle après ma fille qui m’infantilise et qui s’adresse à moi comme à une gamine « A ton âge maman, il ne faut pas ceci, il ne faut plus cela …» et pire je râle même après moi-même, après ce corps qui ne me permet plus toutes les folies de ma jeunesse et notamment celles de ce fameux jour ….

 

 

Extrait du journal de Madeleine / 20 septembre 2012

 

Pour mon anniversaire, 89 ans déjà, Jean m’a offert hier un cadeau, le plus beau que je n’ai jamais reçu.
Il est arrivé avec un très beau et grand paquet emballé de papier vert pomme avec un ruban en soie violet. Que cela pouvait-il être ?
J’ai retiré le papier avec précaution. Je ne pouvais déchirer un si beau papier et j’ai découvert un tableau, un portrait d’une vieille bourgeoise assise dans le jardin avec un regard à la fois pensif et malicieux, une vieille à la peau burinée par le soleil et les ans  un livre ouvert posé sur ses genoux avec un grand chapeau de paille.  C’est en reconnaissant mon chapeau que je me suis aperçue que c’était moi avec mes seins encore très fermes qui ne tombent pas comme mes joues. Il y avait même pacha le chat entrain de dormir comme d’habitude qui ressemblait plutôt à un chien. 

 

img055.jpgTableau d'un artiste de talent : http://sixte.wordpress.com/


J’ai serré Jean dans mes bras. Les larmes aux yeux je l’ai embrassé et je lui ai murmuré à l’oreille un secret... Je me suis tournée vers Max et je lui ai demandé de l’accrocher tout de suite dans l’entrée. Max très étonné par ma demande me répond moqueur : « ce portrait te ressemble tant, c’est comme un miroir tu sais, toi qui ne les supportes pas et qui les as tous retirés du mas ».  

Max qui ne perd jamais l’occasion de se taire me fait réfléchir néanmoins : « En effet pourquoi accrocher ce tableau ? Simplement pour faire plaisir à Jean mais pourquoi dans l’entrée ou je me verrai plusieurs fois dans la journée. Je crois que c’est aussi pour pouvoir le montrer à tous mes visiteurs de moins en moins nombreux tant je deviens grincheuse. Je suis si fière de Jean, de son intelligence, de sa sensibilité, de son talent, de sa douceur. Ce petit fils est un trésor et je veux que tout le monde le sache. C’est un artiste ce que j’aurais voulu être mais je suis beaucoup trop pragmatique et conventionnelle. Il n’est jamais tard pour réveiller l’artiste qui dort en moi. Peut-être que jean pourrait m’y aider.
C’est vrai que je suis ressemblante hélas. Ce chapeau de paille ridicule me donne un air de vieille propriétaire terrienne moi la citadine qui n’a jamais su retenir le nom des fleurs et reconnaître les arbres. Je suis une vieille « bobo » comme on dit maintenant.


En fait, Je m’aime bien  vu à travers le regard de Jean et je prendrai plaisir à me regarder. Je vais faire remettre des miroirs dans le mas en commençant par celui de la salle de bain ce qui évitera à Max de se couper en se rasant et de me râler dessus.

 

 

BLOG DE JEAN

 

Mamie Madeleine / 20 Septembre 2012

 

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de ma grand-mère maternelle dont je ne vous ai jamais parlé. Mamie Madeleine est une vieille dame. Elle vient d’entrer dans sa quatre-vingt-dixième année et ne les fait pas tant elle est vive, toujours à s’activer et à booster Papi Max qui, bien que plus jeune s'encroûte à force de savourer l’oisiveté avec délectation ce qui énerve Mamie.


Mamie Madeleine ne sait pas marcher lentement et quand je me promène dans la rue à ses côtés, je dois marcher plus vite que je ne le fais d’habitude. Elle a encore une grande vivacité d’esprit et dépense une énergie considérable à râler après tout le monde sauf après moi et pourtant je m’amuse parfois à la taquiner pour la faire réagir mais en vain.


Cet été elle était en train de lire au jardin 24 heures de la vie d’une femme de Stefan ZWEIG, son roman préféré dont elle ne se lasse pas. Je l’ai lu c’est l’histoire d’une passion entre une jeune femme veuve et un joueur invétéré. Une de ces passions fulgurantes déclenchées par les visions de deux élégantes mains s'agitant sur un tapis jeu. Une passion dévastatrice très courte qui marque une vie pour toujours. Je me suis toujours demandé ce que Mamie pouvait aimer dans ce livre. Je ne l’imaginais pas avoir une telle passion, elle est trop raisonnable, réfléchie. Elle ne se laisse pas prendre par l’émotion d’un instant, tout chez elle est bordé, contrôlé. C’est aussi pour cela que je l’aime aussi car elle sait cadrer ma fougue et me ramener parfois à la raison quand j’idéalise trop. Peut-être avait-elle besoin de vivre ce qu'elle n'avait pas vécu et qu'à son âge elle ne vivrait sans doute pas. Je reviens à cet après-midi d’été, elle était entrain de lire ce roman quand elle a soudain levé la tête après avoir souligné une phrase au crayon dans son livre. Son regard fixe avec ses yeux bleus comme l'azur du ciel provençal s’est perdu au loin devenant à la fois rêveur avec une joie comme contenue. Je l’ai trouvé très belle à cet instant, ce n’était plus la même.  J’ai sorti mon APN impulsivement et je l’ai prise en photo bien que je sais parfaitement qu’elle a horreur de cela. Je n’ai pas pu m’en empêcher.  Je me suis promis d’aller voir discrètement quelle était la phrase qui avait pu la sortir de sa lecture.

J’ai regardé en rentrant la photo sur mon écran et c’est là que j’ai eu l’idée d’en faire une peinture et de lui offrir pour son anniversaire. Une fois la peinture terminée et sèche. Je l’ai enveloppé d’un beau papier et noué le paquet avec un très long ruban en soie mauve acheté pour l’occasion.

 

Je lui ai offert hier. Elle l’a ouvert avec beaucoup de soin pour une fois sans se précipiter et quand elle a découvert son portrait, des larmes ont doucement coulé sur son visage je ne l’avais jamais vu pleurer et j’en ai été tout ému. Elle m’a serré dans ces bras et embrassé en murmurant tout bas « Tu ne sais pas à quel point tu me fais plaisir Jean, ce tableau me rappellera toujours un souvenir très ancien d’un grand bonheur fugace ».


Je lui ai répondu « Excuse-moi  Mamie de te faire pleurer comme une Madeleine et en plus d'avoir transformé PACHA en chien mais  avec son nom je ne pouvais pas en faire un chat ». J'ai réussi à la faire rire à travers ses larmes.

 

Je me suis soudain  rappelé que je n’avais pas encore pris le temps de regarder quelle était la phrase qui avait donné à Mamie ce si beau regard.


Pendant que Papi Max accrochait le tableau, je suis allée discrètement dans la bibliothèque de la chambre de mamie et j’ai trouvé bien en évidence le livre culte.  J'ai recherché la phrase soulignée, il n'y en avait qu'une seule.

Je l'ai lue à haute voix :

 

« Seuls des êtres absolument étrangers à la passion connaissent en des moments tout à fait exceptionnels, ces explosions soudaines d’une passion semblable à une avalanche ou à un ouragan : alors des années entières de force non utilisées se précipitent et roulent dans les profondeurs d’une poitrine humaine »

Stefan ZWEIG.

 

 

Eglantine / Septembre 2013

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 17 Septembre 2012

Avant de venir plaider aujourd’hui, J’ai réalisé un micro-trottoir devant  le palais de justice en tenue d’avocat. J’ai posé une question, une seule question à une cinquantaine de personnes dans la rue : hommes, femmes, jeunes vieux aussi représentatifs de notre Société que vous Messieurs les jurés.

 

Quelle était cette question ?

 

Qu'est ce qui peut être indéfendable ?

 

Les réponses sont très variées dans le genre.

 

Parmi les plus courantes :

  • les criminels : violeurs et meurtriers d’enfant, auteurs de génocides, terroristes,
  • Les pervers harceleurs et les entreprises qui les protègent

 

Parmi les plus idéologiques

  • Le capitalisme
  • Les politiciens
  • La peine de mort
  • Le travail des enfants

 

Parmi les plus originales, manière élégante de botter en touche avec un humour

  • Ma belle mère
  • Mon percepteur
  • Mon miroir
  • Mon patron
  • Les avocats qui acceptent de défendre les indéfendables (et l’interviewé de rajouter  pour faire pardonner cette critique)…. Même s’ils ont du courage à plaider des causes perdues d’avance

 

Et c’est vrai qu’il en faut du courage car, comme le disait Pierre DAC, « En bonne justice, il est rare qu’une cause perdue soit retrouvée »

 

 

La réponse que je préfère est humaniste. C’est celle d’un jeune  interviewé me répondant avec une belle assurance : « l’indéfendable n’existe pas ». Tout et chacun peut être défendu. Je me suis dit que  j’étais face peut être à un futur confrère car pour être avocat, il faut être intimement convaincu qu’il n’y a pas de coupable d’action qui ne peut être défendu et à qui l’on ne peut trouver d’excuse, de circonstances atténuantes comme on dit dans notre jargon judiciaire.

 

Qu’est-ce qu’une une action sinon :

  • soit une folle pulsion, impulsion incontrôlable due à la folie,
  • soit une intention transformée en acte  

 

Ce n’est pas l’intention mais l’acte  que nous jugeons et à travers lui la personne qui s’en est rendue coupable.

 

Si nous devions juger l’intention : les tribunaux qui sont déjà pleins déborderaient.

 

En toute sincérité, que ceux qui parmi vous, Monsieur le Président, Monsieur l’avocat général,  Messieurs les Jurés n’ont pas eu un jour l’intention même furtive, de voler, de frapper, de nuire à quelqu’un d’haï, voire de se débarrasser de lui lèvent le doigt.

 

Aucun doigt levé :  merci de votre honnêteté. Pourtant aucun de vous n’est passé à l’acte. Pourquoi ?

 

Tout simplement en raison des valeurs qu’on vous a inculquées, de la raison qui à cet instant vous habitait et vous habite encore, qui vous habitera certainement encore demain mais pouvez-vous en être si certains ?

 

Non n’est-ce-pas ….  l’impulsion folle peut guetter chacun d’entre nous.

 

Attention c’est en tenant compte de ces mêmes valeurs de ce que vous considérez comme bien que vous allez juger ce que vous qualifiez  d’indéfendable donnant raison à Aristote qui écrivait « ce n’est pas le mal mais le bien qui engendre la culpabilité »

 

L’indéfendable que je défends aujourd’hui est coupable à vos yeux, vous attendez peut être ses excuses pour atténuer la peine que vous allez prononcer, il n’en fera vraisemblablement pas car l’indéfendable se sent rarement coupable au nom de ses propres valeurs ou de la perte de la raison. Seuls ceux qui se sentent coupables peuvent s’excuser

 

 « La justice est la forme endimanchée de la vengeance »

de Stephen Hecquet

cette même vengeance qui a conduit mon client à commettre l’irréparable.

 

 

Eglantine / Septembre 2012

http://quaidesrimes.over-blog.com

 

 

P.S.

Merci à mon ami Françoise pour m'avoir inspiré bien involontairement au cours d'une discution cette plaidoierie car cela faisait plusieurs jours que je cherchais une idée sur cette photo du tableau de Daumier qui ne m'inspirait pas du tout

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 12 Septembre 2012

Pour le jeu d'écriture de la première quinzaine de septembre 2012 du blog miletune, voici ma participation :

 

img045.jpg

PLAIDOIERIE POUR DÉFENDRE L'INDÉFENDABLE

 

 

Avant de venir plaider aujourd’hui, J’ai réalisé un micro-trottoir devant  le palais de justice en tenue d’avocat. J’ai posé une question, une seule question à une cinquantaine de personnes dans la rue : hommes, femmes, jeunes vieux aussi représentatifs de notre Société que vous Messieurs les jurés.

 

Quelle était cette question ?

 

Qu'est ce qui peut être indéfendable ?

 

 

Les réponses sont très variées dans le genre.

 

Parmi les plus courantes :

  • les criminels : violeurs et meurtriers d’enfant, auteurs de génocides, terroristes,
  • Les pervers harceleurs et les entreprises qui les protègent

 

Parmi les plus idéologiques

  • Le capitalisme
  • Les politiciens
  • La peine de mort
  • Le travail des enfants

 

Parmi les plus originales, manière élégante de botter en touche avec un humour

  • Ma belle mère
  • Mon percepteur
  • Mon miroir
  • Mon patron
  • Les avocats qui acceptent de défendre les indéfendables (et l’interviewé de rajouter  pour faire pardonner cette critique)…. Même s’ils ont du courage à plaider des causes perdues d’avance

 

Et c’est vrai qu’il en faut du courage car, comme le disait Pierre DAC, « En bonne justice, il est rare qu’une cause perdue soit retrouvée »

 

 

La réponse que je préfère est humaniste. C’est celle d’un jeune  interviewé me répondant avec une belle assurance : « l’indéfendable n’existe pas ». Tout et chacun peut être défendu. Je me suis dit que  j’étais face peut être à un futur confrère car pour être avocat, il faut être intimement convaincu qu’il n’y a pas de coupable d’action qui ne peut être défendu et à qui l’on ne peut trouver d’excuse, de circonstances atténuantes comme on dit dans notre jargon judiciaire.

 

Qu’est-ce qu’une une action sinon :

  • soit une folle pulsion, impulsion incontrôlable due à la folie,
  • soit une intention transformée en acte  

 

Ce n’est pas l’intention mais l’acte  que nous jugeons et à travers lui la personne qui s’en est rendue coupable.

 

Si nous devions juger l’intention : les tribunaux qui sont déjà pleins déborderaient.

 

En toute sincérité, que ceux qui parmi vous, Monsieur le Président, Monsieur l’avocat général,  Messieurs les Jurés n’ont pas eu un jour l’intention même furtive, de voler, de frapper, de nuire à quelqu’un d’haï, voire de se débarrasser de lui lèvent le doigt.

 

Aucun doigt levé :  merci de votre honnêteté. Pourtant aucun de vous n’est passé à l’acte. Pourquoi ?

 

Tout simplement en raison des valeurs qu’on vous a inculquées, de la raison qui à cet instant vous habitait et vous habite encore, qui vous habitera certainement encore demain mais pouvez-vous en être si certains ?

 

Non n’est-ce-pas ….  l’impulsion folle peut guetter chacun d’entre nous.

 

Attention c’est en tenant compte de ces mêmes valeurs de ce que vous considérez comme bien que vous allez juger ce que vous qualifiez  d’indéfendable donnant raison à Aristote qui écrivait « ce n’est pas le mal mais le bien qui engendre la culpabilité »

 

L’indéfendable que je défends aujourd’hui est coupable à vos yeux, vous attendez peut être ses excuses pour atténuer la peine que vous allez prononcer, il n’en fera vraisemblablement pas car l’indéfendable se sent rarement coupable au nom de ses propres valeurs ou de la perte de la raison. Seuls ceux qui se sentent coupables peuvent s’excuser

 

 « La justice est la forme endimanchée de la vengeance »

de Stephen Hecquet

cette même vengeance qui a conduit mon client à commettre l’irréparable.


 

Eglantine / Septembre 2012

http://quaidesrimes.over-blog.com

 

 

P.S.

Merci à mon ami Françoise pour m'avoir inspiré bien involontairement au cours d'une discution cette plaidoierie car cela faisait plusieurs jours que je cherchais une idée sur cette photo du tableau de Daumier qui ne m'inspirait pas du tout

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #DISCOURS - PLAIDOIRIES

Repost0

Publié le 3 Septembre 2012

Aujourd'hui je voulais vous faire découvrir le blog de plume "des maux aux mots".

Pourquoi parce qu'elle y montre toujours de très belles photos certes mais elle n'est pas la seule. Ce que j'aime chez plume ce sont ces tac au tac. Sur une photo, un tableau elle écrit un haïku, un très très court poème et à chaque lecteur d'y répondre en commentaire en vers, en prose. Le résultat est magnifique. Je suis admirative de ce que Plume a réussià faire : faire écrire un maximum de lecteurs  (même ceux qui n'écrivent pas d'habitude) sur son blog sans autre but que le plaisir de répondre de participer à une oeuvre commune. Bravo à plume qui est la "reine" des jeux d'écriture simples et spontanés.
Allez visiter son blog si vous ne le connaissez pas et prenez plaisir à lui répondre du tac au tac.

 

 

CP-VanGogh-moisson.jpeg

 

Baldaquin azur

oreillers de paille dorée

-douce parenthèse

Plume

 

Voici ma réponse à l'haïku de plume

Moisson en pause
tendresse en coeur de meule
des anges passent

Eglantine Août 2012

 

et celui d'Eliane par exemple

rêves insouciants
loin de la réalité
-repos du guerrier



 


 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Haïkus

Repost0