Publié le 23 Février 2013

C’est l’été,  Yves se promène pieds nus sur la plage. Perdu dans ses pensées, il ressent néanmoins un  léger souffle qui caresse soudain son visage buriné par quarante ans de travail exposé au soleil et aux intempéries. Il n’y prête pas plus d’attention. Il vient d’entreprendre un long voyage  en noir et blanc vers son passé.

 Il y a 60 ans, sur cette même plage…  Il se voit courir sur le sable brûlant vers la mer son seau à la main, avancer avec précaution  dans l’eau, s’arrêter un instant saisi par le froid, remplir son seau et revenir en courant vers Mamie Jeanne qui l’attend sous son parasol rayé.  Son château est superbe. Les autres enfants le regardent avec envie. Pourtant il n’est pas terminé, il manque une route d’accès, une route comme il les aime, une route qui ressemble à la vie avec des virages qu’il faut bien savoir anticiper, avec des croisements où il ne faut pas s’égarer. Il se voit creuser dans le sable cette route. Le château est maintenant terminé. Plus tard il sera maçon. Il regarde Mamie Jeanne avec fierté. Tout en lui souriant, elle sort de son sac de plage un petit paquet de papier kraft avec un joli ruban.  Elle lui tend. Il dénoue avec précaution le ruban, retire le papier. Une petite voiture cabriolet décapotable en métal bleu surgit soudain à ses yeux. Quelle est belle !  Il prend le plus beau coquillage qu’il a ramassé, le tend à Mamie Jeanne qu’Il  embrasse.  Elle le sert fort dans ses bras en lui disant « Bonne route mon petit». Il prend la petite voiture et la pose sur le sable à un croisement. Quelle  direction va-t-il prendre. Il ne peut hésiter et fait avancer à la main sa petite voiture vers la mer sous le regard attendri de Mamie Jeanne…

Il revient lentement à la réalité, des larmes coulent sur son visage comme à chaque fois qu’il pense à sa grand-mère  trop tôt disparue. Serait-elle fière de lui aujourd’hui, d’Anne sa femme et de ses deux enfants Armelle et Erwan maintenant adultes. C’est à elle qu’il doit ce qu’il est aujourd’hui,  elle qui l’a entouré d’amour, l’a guidé pendant les premières années de sa vie lui évitant de prendre des chemins glissants, elle qui lui a surtout appris à aimer la vie, les autres et à se faire confiance.

Aujourd’hui il est perturbé car il a rencontré Isabelle et ils s’aiment passionnément mais il se refuse à  quitter Anne après 40 ans de vie commune paisible et  heureuse. Il a toujours été discret, silencieux, certains disent « taiseux ». il ne cherche pas à  dissimuler, seulement à ne pas blesser ceux qu’il aime et se protéger en même temps de la douleur qu’il éprouverait à les voir souffrir.

Soudain son pied butte contre un caillou dans le sable, le choc lui fait baisser les yeux.  Ce n’est pas un caillou mais un petit cabriolet en métal bleu turquoise, il n’a plus de capote mais ressemble étrangement à celui que sa grand-mère lui avait offert.  Il est profondément ému,  une larme qu’il a tenté de retenir s’échappe. Ce ne peut être la même voiture puisqu’il a conservé celle de son enfance et qu’elle trône fièrement aujourd’hui dans une des vitrines de sa bibliothèque. 

Il se baisse,  observe la voiture, qui est tournée dans une autre direction que celle ou il se dirigeait. Il prend la voiture avec sa main droite et l’observe. Ce n’est pas un hasard, il n’y a jamais cru. Il est persuadé  que sa chère mamie continue à être présente et à lui parler à sa façon.  Il a senti bien souvent sa présence à certains moments clefs de sa vie ;  elle a continué à le guider à son insu. Mais aujourd’hui elle lui parle, il l’entend murmurer avec tendresse « bonne  route mon petit ».

Aussitôt il ressent comme un soulagement, un bien être intérieur. Il est libéré mais chamboulé.  Le souffle qui a caressé sa joue est devenu en lui tempête.

Ce soir il quittera Anne et partira retrouver Isabelle. Il lui offrira ce petit cabriolet bleu comme les volets de la maison qu’il lui construira au bord de la mer et ils poursuivront  la route ensemble.

 

 

decapotable.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 16 Février 2013

Un texte à lire sur mon nouveau blog : ICI

 

Si vous n'êtes pas encore inscrit à la new's letter de la belle pironniere, vous pouvez vous y inscrire sur le site.

 

Je vais bientôt fermer ce blog et j'espère vous retrouver nombreux sur l'autre.

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Ecrits divers

Repost0