Publié le 24 Avril 2014

Photo de Doisneau

Photo de Doisneau

Pour les jeudis en poésie

de la communauté des Croqueurs de mots

 

L'HORLOGE TOURNE AU RALENTI

 

L'horloge  tourne au ralenti

Qu'est ce que je m'ennuie ici

 

Je sais tout sans avoir appris

Serais-je un vrai petit génie ?

C'est ce que tout le monde dit

Non ce n'est pas ce que je suis

 

Dis Mamie qu'est-ce qu'un génie ?

Y en t il dans ton paradis  ?

 

Le linge à maman n'a pas bouilli

car elle a toujours son génie

Une lessive non je ne suis

Seule mon ardoise je blanchis

 

Le maître jamais me punit

Tous les élèves me copient

mais je ne suis pas leur ami

car ils n'aiment pas les génies

 

Jamais je ne suis puni

Différent toujours je le suis

 

L'horloge  tourne au ralenti

Qu'est ce que je m'ennuie ici

 

Martine / Novembre 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 21 Avril 2014

L'aragon...Zesse

Dans une volière au sud de l’Arabie

Vit  un Jeune ara vert à la voix de castrat

On lui donne  le surnom  d’aragonzesse

Il crie à tue-tête « mais non je n’ai pas d’S »

Je suis un ara mâle singulier sans S

J’suis  Le Père Roquet qui a beaucoup de chien

J’suis L’arabat-joie quand je sors  de mes gonds

Et que je redeviens l’ara tout simplement.

J’suis  L’arabelaisien , un vrai épicurien

J’suis l’arafuté, aux propos très affutés

J’suis L’aragon qui passe le temps en chantant

J’suis L’aragon qui  chante  pour passer le temps

 

"Un jour Lara
Quand le vent a tourné
Un jour Lara
Ton amour t'a quitté
"

 

Ferme ton bec crie l’arabique à l’aragon..Zesse

Cesse de faire tout un fromage pour un S

Tu me rends encore plus chèvre quand tu crie

Chèvre  l’arabique… Ah ah …. Hara Kiri

S’esclaffe à tue-tête l’Aragon sans son S

 

Hara Kiri, Hara Kiri, Hara Kiri

Reprirent  en chantant en cœur tous les perroquets

L’Aragon ne supporta pas La moquerie

Et d’un coup de bec il se fit hara kiri

 

A son enterrement l’arafabian chanta

"La différence" sa plus jolie chanson

A la mémoire de son ami l’Aragon

Qu'elle aimait sans  avoir osé lui avouer

 

Sans jamais parler sans jamais crier
Ils s'aiment en silence
Sans jamais mentir, ni se retourner
Ils se font confiance
Si vous saviez
Comme ils se foutent de nos injures
Ils préfèrent l'amour, surtout le vrai
À nos murmures

 

Martine / Avril 2014

pour le Défi 121 des croqueurs de mots chez lilou soleil

Elle nous demandait d'écrire un oulipo animalier (Je ne savais pas ce qu'était un oulipo et malgré les explications détaillées, je ne suis pas certaine d'avoir bien compris. Je remercie Lilou car, oulipo ou pas, je me suis bien amusée en écrivant et j'espère vous distraire aussi)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 17 Avril 2014

Egarée en gare

Pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots

 

Égarée en gare

 

Solitude en ville

Une jeune fille

égarée en gare

Gare Saint-Lazare

 

Jeune fille sans voix

qui recherche sa voie

Salle des pas perdus

qu'on ne retrouve plus

 

Fuite vers d'autres gares

Sur le quai de l'espoir

Départ vers d'autres lieux

Sur le quai des adieux

 

Tout au bout de la voie

est le quai de la joie

Joie des retrouvailles

d'un bonheur sans faille

 

Au bout de la Ligne

Elle lui fera signe

Pour aller réunis

tout au bout de la vie

 

Martine / Juin 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 10 Avril 2014

Pour les jeudis en poésie de La communauté des Croqueurs de mots.

img038.jpg

 

 

Souviens-toi Pauline de ce matin d’été

L’astre se consumant, le ciel sanguinolent

Soudain tu émerges : douce brume  lactée

Tel le phénix bleu  poussant un cri d’ahan.

Avec un port de reine,  une chevelure d’or

Tu te tournes vers moi  me croyant pharaon

Je ne suis qu’un voyou, je ne suis pas matador.

Je promène mon chien, un très vieux beauceron                                                                                                      

Cheveux en bataille, Joues rouges de honte, 

Je suis un vagabond,  dans Londres égaré

Oh ma Pauline Hair, soudain tu racontes,

Chantes une romance, pour moi le mal aimé

Une chanson d’amour,  pour pauvre Guy Yome

Qui cherche sa muse, pour écrire poème

Un bel alexandrin, de couleurs, d’arôme

Pour sa reine d’un jour, quelque peu bohème

Qui lui un offre tee-shirt, avec des mots écrits

Juste une inspiration, un code à déchiffrer

Ayant peu à dire, il s’en est bien sorti

Pour le remercier, elle  s’est mise à chanter

 

« Mon beau navire ô ma mémoire
Avons-nous assez navigué
Dans une onde mauvaise à boire
Avons-nous assez divagué
De la belle aube au triste soir »

 

Martine / Août 2012 sauf les 5 derniers vers qui sont de Guillaume Apollinaire (la chanson du mal aimé) Apolinnaire mon poète préféré.

Ecrit pour un défi d'écriture

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 7 Avril 2014

Pour le : Défi n° 120 de la COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

" Plat du jour :  Zeux à la coque  "

  Ecrivez un texte court comportant

une majorité de mots

commençant

par "e, eu, oe..."

 

Voici ma participation

Poules de la ferme du Center Park d'Ailette

Poules de la ferme du Center Park d'Ailette

Eugène et Eulalie : une histoire d'oeufs

 

Eugène un africain d’Europe

Désœuvré et chauve comme un œuf,

Eulalie la belle eurasienne

Œnologue gagnant beaucoup d’euros

Croisèrent  leur chemin dans l’Eure

Par un heureux hasard à l’heure bleue.

Subjugué, il lui fit une œillade

Elle lui tendit son bouquet d’œillets.

Eurêka : Lui plus elle égal rien qu’eux

Œil pour œillet sera pas dent pour dent

Zeus son  Dieu et Euterpe sa muse

Bénirent l’union œcuménique

Voyage de noces en Euskadi

Ils bâtirent leur nid douillet à Eu

Eurent des enfants bien à Eux :

Eustache qui ne les trompa jamais

Puis vint Eugénie et ce fut génial.

Eulalie jardinait avec amour

Elle était  si fière de ses oeillets

De ses belles euphorbes jaunes soleil.

Chaque jour elle ramassait les œufs

Que leurs neuf poules avaient pondu pour eux

Quand ils étaient fort joyeux : œufs au riz

Quand en eux ils s’enfermaient : œufs Coque

Quand ils s’étaient disputés : œufs brouillés

Quand il neigeait l’hiver : œufs à la neige

Quand ils étaient fatigués : œufs mollets

Ou bien trop raplapla : œufs sur le plat

Supersticieux,  pas d’omelette chez eux

Car pas d’omelette sans casser d’œufs

Un jour qu’elle déjeunait au restaurant

Elle prit une omelette aux crevettes

Sa tête grossit comme œuf d’autruche

Elle mourut d’un œdème de Quinck

Eugène, Neuf ans après Eulalie

En l’an 2009, Le jour de Pâques,

Fut terrassé par un œdème du Poumon

Leur enfant sur leur tombe gravèrent

« Où il y a Eugène, il n'y a que du plaisir

Où il y a  Eulalie, que des oeufs en folie »

 

Martine / Avril 2014

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 3 Avril 2014

Euphorie

Oeuf au riz Euphorique

Smiley à cuire Mollet

 

Martine (Avril 2014) 

pour les jeudis en poésie du défi 120 des croqueurs de mots

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #poèmes

Repost0