Publié le 28 Août 2015

Les Sables d'Olonne bénéficient d'un micro climat et le ciel peut rapidement passer du gris au bleu ou du bleu au gris dans la même journée ce qui souvent donnent des ciels superbes comme le prouvent les photos ci-dessous accompagnés de haîkus

Ciel changeant sur les Sables d'Olonne

Gommons, dégommons

Les nuages gris de l’azur

Pour un rêve en bleu

 

 

Ciel changeant sur les Sables d'Olonne

Sous ciel en colère

Pluie et  soleil sur la baie

Sables de lumière

 

 

Ciel changeant sur les Sables d'Olonne

Doux crachin d'hiver

lumière d'or océane

Vite allons surfer

 

Martine (Pour le coucou du haïku du Vendredi ayant pour thème ciel changeant)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Haïkus

Repost0

Publié le 24 Août 2015

C'est l'été . Après m'être occupée trois semaines de mes petites filles, je lézarde au soleil sur la plage et si je n'y écris pas, j'y lis beaucoup face à l'océan.

Ci-dessous un extrait du dernier livre que j'ai lu qui m'a été offert par mon amie Jocelyne que je remercie beaucoup tant le plaisir de lecture fut grand

 

"Mon absence, mon abandon. Même absent je suis toujours là ....Tu m'as murmuré tes mots, je ne dirai pas tes joies, je ne dirai pas les mots. C'est entre toi et moi. Tu as le bon sens de savoir me croire. Respecter mes forces, ma féodalité. Ma susceptibilité. Tu sais que j'abomine ceux qui m'affrontent, ceux qui m'affrontent sans pudeur, avec l'insolence de l'ignorance. Ceux qui me prennent pour un gros jouet à disposition. Tu connais mes meurtres, tu connais mes dons. Nous nous aimons, nous nous redoutons. Tu éviteras avec moi la familiarité. Nous sommes dans une passion. Nous sommes liés..."

 

De qui parle l'auteur  dans son roman autobiographique "ce que l'océan ne dit pas  ? tout simplement de l'océan qu'elle personnifie en le faisant parler même s'il tait beaucoup de secrets.

Hortense DUFOUR raconte son enfance, adolescence bercée par l'océan atlantique à Marennes auprès de sa mère musicienne italienne, ses grands parents maternels et sa tante, son frêre et père Juge en poste à l'étranger très souvent absent qu'elle n'appelle jamais papa mais "le juge". Elle raconte aussi ses débuts d'écrivain dont beaucoup de livres sont inspirés par l'océan.

L'écriture est brève (phrases très courtes, certaines sans verbe) ce qui traduit bien la vie qui s'écoule si vite. Elle y raconte  tous les petits plaisirs de vivre au bord de l'océan, ses peines avec beaucoup de pudeur, la difficulté à se faire accepter quand on est différent étrangère artiste comme sa mère et ses grands parents dans cette France villageoise de l'époque très traditionnelle . J'ai  été émue de retrouver si bien racontés certains de mes souvenirs d'enfance dans cette France des années 50/60.

 

J'avais déjà lu un roman d'Hortense DUFOUR très différent "la Marie Marraine" qui m'avait touché et que j'avais beaucoup aimé. Cette dernière lecture me donne envie d'en lire d'autres.

 

Martine / Août 2015 pou le défi de l'été des Croqueurs de mots d'Enriqueta

Ce que l'océan ne dit pas

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0