Publié le 11 Novembre 2015

Esses de la vie et vertes ailes

Estelle survit à Vittel

Escort  girl dans un hôtel

Esquive vaine en bagatelles

Escarpin en soie et  dentelles

Esclave en  cuir et jarretelle

Esbroufe en rose minitel

Estivants, riches industriels,

Escrocs vicieux en clientèle

Escalade triste et sexuelle

Escalier gare au saut mortel

 

Espoir de travail officiel

Esthéticienne à  Neuchâtel

Estelle speakerine à RTL

Esquisse d’une vie irréelle

Espoir insensé d’Arc en ciel

Escapade donnant des ailes

Espagne : aller à Compostelle

Este et sa villa si belle

Espumas sur tagliatelles

Esses de la vie,  vertes ailes

 

Essentiel d’espérer Estelle

Essentiel de lutter Estelle

 

Martine pour les prénoms du mercredi

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 10 Novembre 2015

La vie rêvée du V

La vie rêvée du V

 

C’est être juste un V

 

C'est le pied d'être un V

 

La vie rêvée du V

un V motivé

un V captivé

un V cultivé

Un V  ravivé

un V retrouvé

comme un U incurvé

La vie rêvée du V

Privé de vie privée

Le V s’est  énervé

 

La vie rêvée du V

Le V bouleversé

s'est soudain renversé

La vie rêvée du V

V va doubler son V

W seront deux V

Deux V accolés

Deux V enjolivés

Deux V éprouvés

 

 

La vie rêvée du V

X seront deux V

Deux V inversés

Deux V dépravés

deux V réprouvés

 

La vie rêvée du V

Sur le I lové

Y sera le V

Un V parachevé

un Super V

La vie rêvée du V

Z seront deux V

En dents de V

Deux V élevés

Deux V observés

 

La vie rêvée du V

MARTINE / Novembre 2015 pour l'annuaire pour les nuls (aujourd'hui rimes V) mais j'ai traité aussi les 4 dernières lettres de l'alphabet (W, X, Y, Z) qui ne m'inspiraient pas assez pour en faire des textes séparés

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 9 Novembre 2015

Les cigognes de Bourg en Bresse

Il y a des moments magiques. Le samedi 24 octobre 2015 en fin de soirée nous étions arrêtés à un feu en voiture dans une grande avenue de Bourg en Bresse. Nous allions à une fête familiale. Dans le ciel nous avons assisté à un beau ballet de grands oiseaux. Nous sommes habitués à celui des goélands au dessus des sables d'Olonne mais ces oiseaux étaient beaucoup plus grands. C'était élégant et beau. A leur bec rouge, j'ai reconnu les cigognes. Je n'ai pas eu le temps de sortir mon appareil photo. Le soir dans le grand parc du lieu de réception aux très grands arbres. J'ai pu admirer et photographier ces oiseaux à la tombée de la nuit (ce qui explique le manque de luminosité des deux premières photos ).

Les cigognes de Bourg en Bresse

Le lendemain matin nous avons été voir, plutôt revoir le monastère royal de Brou (monument préféré des Français 2014) un très beau chef d'oeuvre de l'art gothique flamboyant. Toutes ces sculptures de toits étaient couvertes de cigognes. Pour accompagner mes photos (cliquez dessus pour les voir en grand) j'ai rédigé un poème : ces cigognes sur ce superbe monument valaient bien un alexandrin

Les cigognes de Bourg en Bresse
Les cigognes de Bourg en Bresse

LES CIGOGNES DE BOURG EN BRESSE :

 

Dans les grands arbres à bourg, des cigognes habitent

Elégantes elles planent, dans des valses fortuites

Au-dessus de la ville, l’hiver comme l’été

Sous le regard heureux, des passants épatés

 

Sous leurs hautes pattes, gracieuses et conquérantes

En reines elles trônent, sur les tours flamboyantes

Du royal monastère, un chef d’œuvre gothique

En prolongeant ainsi, les statues drolatiques

Les cigognes de Bourg en Bresse
cliques sur chaque photo pour la voir en grandcliques sur chaque photo pour la voir en grand
cliques sur chaque photo pour la voir en grand

cliques sur chaque photo pour la voir en grand

Comme des coqs en pâte, ou des poulets en Bresse

Heureuses cigognes, qui chaque jour paressent

Redoux climatique, D’hiver il n’y a plus

Déchetterie ouvertes, elles ne voyagent plus

 

Dans le grand nix douillet, du bec claquettement

Printemps temps des amours, Périlleux accouplements

Mâles et femelles couvent, C’est à chacun son tour,

Jusqu’à Naissance à Bourg, des cigogneaux d’amour

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #poèmes

Repost0

Publié le 6 Novembre 2015

Sale guerre

Boire pour éponger

Boire aux déboires de guerre

Mourir inconscient

Sale guerre
Sale guerre

Guerres au féminin

L’usine champ de bataille

Œuvrer pour la France

Sale guerre

Mourir en héro

Pas pour aujourd’hui

Peut-être demain ?

Sale guerre

Imiter papa

Jeu de guerre, jeu de vilain

Pour quel avenir ?

 

Martine / Novembre 2015 pour le coucou du haïku du vendredi

sur des photos et affiches d'une exposition très intéressante "temps (tant) de guerre) qui a lieu en ce moment et jusqu'au 29 novembre 2015 au château de la Roche Guyon (Val d'Oise). Reportage à venir le 11 novembre 2015 sur un de mes autres blogs http://www.cergyrama.com

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Haïkus

Repost0

Publié le 5 Novembre 2015

Naissance

Dans mon bain de douceur, j’attends paisiblement

Loin de l’agitation,  je savoure l’instant.

Des voix familières, feutrées et assourdies,

De douces musiques, qui bercent ma nuit.

Voluptueuse  pause,  je suis si bien ici.

Que puis-je attendre ?  Désir, crainte d’ailleurs.

Jamais satisfaite,  il me faut le meilleur.

Je m’agite soudain, c’est le moment je sors.

Tout au bout du tunnel, Lumière du dehors,

Bouffée d’air vif et frais, je suffoque et crie.

Retourner d’où je viens,  je le veux mais ne peux.

On me prend dans les bras, Ô douceur d’un baiser.

On me parle à mi-voix,  de Joie je suis comblée.

Fin de solitude, Je découvre l’amour.

Aimer et être aimée, je le veux pour toujours.

Ne plus rien attendre, profiter de l'instant

 

Martine / Pour le défi 153 (réédition) des croqueurs de mots de Captain Domi

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 4 Novembre 2015

Oh malheureux Samson

Bienheureux Nourrisson

Ange de Dieu Samson

Sans magique boisson

Force et ruse pour dons

A mains nues sans raison

Il tue un furieux lion

Fauve devient maison

Des abeilles par millions

Faisant miel doux et bon

L’ange devient démon

Et seul sans escadron

Il enflamme Escalon

Il se prend de passion

Pour Dalila, un vrai félon

Et c’est la trahison

Pendant son roupillon

Ses beaux cheveux si longs

Sont coupés sans façon

Le fort et brave garçon

Devient un mollasson

et finit en prison

Oh malheureux Sansom,

Ensemble à l’unisson,

Chantons cette chanson

 

Martine (Novembre 2015) pour les prénoms du Mercredi

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #poèmes

Repost0

Publié le 3 Novembre 2015

Lulu est un hurluberlu

M’as-tu-vu, bourru,  farfelu

Trappu, joufflu et poilu

Il fait ses courses à super U

Combat des minus au jiu-jitsu

Qui de frayeur se chient dessus

De vrai bastringue il est mordu

Alcool, drogue, tous les abus

Le Soir c’est le tohubohu

Chez lui dans son loft à Corps-Nuds

Tout nu avec chapeau pointu

Turlutu, tulututu

C’est un incongru malotru

Dit son voisin abattu

Ursule bossu et barbu

Mais il s’en moque bien Lulu

Ursule à l’usine se tue

Pendant que lui notre lulu

Le malotru le fait cocu

Avec sa voisine ingénue

Chevelue, mamelue, fessue

En Cu majeur, turlute en U

Turlututu,  turlututu

Uursule aux cornes pointues

Tu es foutu, tu es foutu

 

Martine / Novembre 2015 pour l'annuaire pour les nuls (rimes en U)

 

LULU BERLU

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 2 Novembre 2015

Retour de Neptune

Retour de Neptune

Ma mère la lune était déjà bien pleine quand mon père Neptune la rencontra.  Qui l’avait enfantée ? Il ne le sut jamais, il faut dire que Lune était souvent pleine mais n’avait jamais donné naissance à aucun enfant. Elle retrouvait sa ligne très rapidement pour regrossir à nouveau.  Dès qu’elle vit mon père, armé d’un trident avec lequel il combattait les flots bien paisibles de l’océan, menant triomphalement son chalutier « le drakkar ».  Il avait l’air d’un dieu.  Lune en tomba aussitôt amoureuse. Elle se mit à le faire danser et tanguer sur l’océan qu’elle agitait pour lui. Cela rajoutait à sa superbe. Mon père prit goût à danser sur les flots. Il avait souvent rêvé de décrocher la lune et il y était parvenu.  Le dieu de notre univers ne peut rien refuser à ses seigneurs.  Ils s’unirent et Lune une nouvelle fois se mit à grossir jusqu’à devenir toute ronde, elle n’avait jamais été aussi ronde. On aurait dit un ballon, mon père lui dit un soir il serait temps d’accoucher maintenant sinon Lune chérie  tu vas exploser.  Tous les dieux faisant des Miracles, elle n’explosa pas mais mis au monde le lendemain, une nuit de Février sous le signe du poisson,  une jolie étoile qui aussitôt tombât dans les flots obscurs de l’océan !  Cette étoile c’était moi, La mer m’avait engendrée. Ben que l’océan faisait   intimement partie de moi, je  ne pouvais vivre continuellement en son sein  dans une semi-obscurité privée du soleil  le jour et de ma mère la lune la nuit. J’aurais dû crier en naissant mais je restais muette, le gosier encombré de cette eau qui m’étouffait et qui ferait que je vivrais les premières secondes de ma vie en apnée n’osant pas respirer complètement et profiter de cette jolie vie. Mon père le comprit et me sauvât en plongeant et me récupérant dans ses bras éloignant avec son trident les requins qui auraient dévoré  ce bébé, étoile innocente venant de naître dans l’univers. Il me déposât sur le sable de la plage allongé sur le dos et là je vis pour la première fois ma maman la lune, je fus conquise par sa beauté lumineuse qui me réchauffa quelques instants avant que je ne comprenne sa déception qu’elle n’osa prononcer mais que je lus dans son regard « Ce n’est pas une étoile de plus que je te demandais Neptune,  Je voulais un garçon, un homme » et moi qui rêvait de m’envoler dans le ciel la rejoindre avec mes sœurs les autres étoiles, je décidais de rester sur terre, d’être une étoile qui guiderait ici-bas ceux qui avaient besoin d’être éclairés au bord de l'océan, très proche de mon père qui disparut trop tôt dans le naufrage de sa vie. J’aimerais toujours observer le ciel la nuit souhaitant retrouver la lune et le craignant à la fois. C’est pourquoi j’ai toujours préféré les jours d’éclipse trop rares quand la lune est dissimulée par le soleil.  Il y a des souvenirs cruels qu’il vaut mieux se cacher.  

Le fruit de l'océan et de la Lune

Martine / Novembre 2015 pour le défi 153 des croqueurs de mots sur le thème de la naissance avec mots imposés en gras dans le texte ci-dessus. Merci pour ce défi et joyeux anniversaire Domi. Pour toi cette rose

Le fruit de l'océan et de la Lune

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0