Publié le 30 Mars 2017

Joker

Veuillez Dame ABC, sil-vous plait m’excuser

Corsaires ou bien pirates, ne peuvent m’inspirer

Je prends donc un joker, pour me libérer

De ce qui aurait pu, pour moi être corvée

Jeudi prochain, comme vous le voulez

J’espère être capable, d’en barque vous mener

Mais n’en étant pas sûre, je ne peux le jurer

Lundi prochain par contre, Je peux vous assurer

Que sur la Belle France, Ô vous voyagerez !

Si Dieu vous sauvegarde, vous vous en souviendrez !

Martine Pour les jeudi en poésie du défi 183 des croqueurs de mots 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 29 Mars 2017

Je suis un petit garçon de 6 ans.  Fils unique je n’ai  ni frère, ni sœur pour jouer avec moi. Fragile, je n’ai pas une santé de fer et ma maman a préféré me garder avec moi plutôt que me mettre à l’école où je risquais d’attraper des maladies. Je vais avoir six ans et, à la rentrée prochaine, je vais rentrer à l’école. Je suis heureux car je vais pouvoir enfin me faire des camarades et jouer avec eux. D’un autre côté je suis très inquiet car l’institutrice de mon village Madame JILL BILL est réputée pour faire régner une discipline de fer dans sa classe. Maman me dit pour me rassurer que c’est vrai mais que cette dame  c’est une main de fer mais dans un gant de velours. Je ne comprenais pas très bien ce qu’elle voulait dire. Elle m’a expliqué qu’elle savait se faire obéir mais sans coup férir c’est  à dire qu’elle le faisait avec beaucoup de gentillesse sans s’énerver. Elle a ajouté que j’étais un petit garçon très sage à la maison et que si j’étais ainsi à l’école, que j’obéissais à ma maîtresse, ne battait pas le fer avec mes camarades et faisait mes devoirs, je n’aurais aucun problème.  Comme j’avais du mal à la croire, elle m’a dit en souriant « Croix de bois, croix de fer,  si je mens je vais en enfer. Je suis rassuré et je crois dur comme fer ma maman.  Je suis aussi un peu triste d’aller à l’école car je ne pourrai plus souvent aller voir mon papa artisan travailler dans son atelier.

Regarder sa main dessiner les pièces qu’il va réaliser, découper dans les plaques de fer avec beaucoup de précisions le métal au chalumeau dans un nuage d’étincelles de feu et pour finir peindre me fascine. J’y passe des heures. Un jour je lui ai dit que plus tard je ferai le même métier que lui. Je n’avais jamais vu son visage s’illuminer autant. Il m’a simplement dit « mais avant il faut que tu ailles à l’école mon garçon et que tu y travailles bien. Je suis très heureux et fier de ce que tu me dis. J’espère, depuis que tu es né, que tu reprendras plus tard mon atelier et c’est pour cela que ta maman et moi t’avons donné le joli prénom de Ferréol : l’alliance du Fer et d’Éole le dieu du vent C’était à mes yeux le plus beau des prénoms pour un Girouettier à la vie de fer et de vent.

Martine / Mars 2017 pour les   Prénoms du mercredi (aujourd'hui Ferréol)

Une vie de fer et de ....

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 27 Mars 2017

Pour imagecitation 29 de Gisèle, je vous propose les 4 photos de Gisèle accompagnées pour la première d'un texte personnel et pour les 3 suivantes de citations :

Imagecitation 29
Imagecitation 29
Imagecitation 29
Imagecitation 29

Maintenant l'exercice en sens inverse voici les photos Pixabay  choisies pour illustrer les 5 citations proposées par Gisèle

Imagecitation 29
Imagecitation 29
Imagecitation 29
Imagecitation 29
Imagecitation 29

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 25 Mars 2017

Début mars nous avons quitté la Vendée pour 3 semaines à Cergy.

Je suis toujours triste quand je quitte notre petit paradis au bord de l’océan.

J’ai aimé retrouvé ma maison dans notre village de Cergy. Quel plaisir de s’occuper de notre grand jardin et ramasser les dernières feuilles d’automne qui jonchaient la pelouse.

 

Aimé / Détesté Mars 2017Aimé / Détesté Mars 2017
Aimé / Détesté Mars 2017Aimé / Détesté Mars 2017

Quel bonheur de retrouver notre fille et nos petites filles et de fêter en famille mon anniversaire. Chacune de mes petites filles m'avait fait un dessin et un petit cadeau

Aimé / Détesté Mars 2017Aimé / Détesté Mars 2017
Aimé / Détesté Mars 2017Aimé / Détesté Mars 2017

Mon meilleur souvenir du mois je le dois à Agathe ma petite fille de 4ans qui m’a murmuré à l’oreille pendant le repas. Viens dans la chambre, j’ai un secret à te dire.  Je l’ai suivie et elle m’a fait la plus jolie des déclarations « tu es belle mamie ». J’en avais les larmes aux yeux tant j’ai été émue par cette déclaration si soudaine.

Cela m’a fait beaucoup de bien moi dont le corps a été mutilé. Mes cheveux sont tombés, ils repoussent blancs.  Mes ongles ont été abîmés par la chimiothérapie. J’essaye de compenser en soignant bien plus qu’avant mon image et ma petite-fille l’a vu.

Il a plu une semaine pendant ces trois semaines à Cergy. Je me suis beaucoup ennuyée ne pouvant sortir. Même quand le beau temps est revenu, mon tendon me faisant encore souffrir, je n’ai pu randonner comme avant. J’ai détesté tourner comme un lion en cage et mon moral en a pris un coup.  J’angoisse à chaque petite douleur que je ressens dans mon corps, j’imagine le pire. Je crois que cette peur  n’est pas prête de me quitter

Pour compenser,  J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire pour les différents défis d’écriture auxquels  je participe et notamment j’ai traité les prénoms du mercredi de Jill Bill jusqu’à fin avril. J’aime particulièrement ce défi même s’il m’empêche parfois de dormir la nuit quand je cherche mes idées. C’est la nuit que je suis le plus créative.   J’ai détesté culpabiliser de  ne pas participer à deux des défis des croqueurs de mots faute de temps pour chercher l’inspiration sur des sujets qui ne m’inspiraient pas spontanément. Il y a de plus en plus de défi  et j’ai de moins en moins de motivation pour mes blogs.  J’ai envie de profiter de la vie au maximum et pour moi elle n’est plus derrière un écran .

Pour ne pas continuer à déprimer, nous nous sommes offert  un séjour au Center Park du lac d’Ailette dans l’Aisne.   Nous avons eu un temps printanier chaud. Quel plaisir de nager et de se prélasser dans les piscines découvertes dans une eau à 30° dans un environnement tropical.  Ce séjour m’a fait un bien fou. Nous sommes rentrés à Cergy détendus et heureux, d’autant plus joyeux que nous sommes rentrés deux jours après en Vendée.

Aimé / Détesté Mars 2017Aimé / Détesté Mars 2017

Joie de retrouver notre petit jardin, découvrir les fleurs écloses en notre absence.

J’ai repris le chemin du Centre Aquatique où je vais un jour sur deux. Le plaisir de nager, de faire du body palm et de l’aqua bike sport dans lequel je progresse, j’arrive maintenant à faire du « rider » et à tenir un peu (cela consiste à pédaler debout sans se tenir au guidon). J’ai retrouvé ma forme d’antan et cela me rassure. 

Mars fut un bon mois et Avril s’annonce bien, nous le passerons en Vendée dont un peu plus d’une semaine avec nos petites filles. Que du plaisir en perspective et promis je ne me découvrirai pas d’un fil.

Martine / Mars 2017 Pour détesté/aimé du mois de mars de Renée 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 23 Mars 2017

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Devant le Mirasol

Sur une couche au sol

La jolie Marie Sol

Au vif soleil rissole

La pluie drue et Eole

Soudain la déboussolent

Très vite elle s’isole

Sous le grand parasol

Immense tournesol

Ce pépin la désole

Mais elle se console

Sous ce dais tournesol

Ce grand soleil luciole

Elle est mieux qu’à l’entresol

Dans sa chambre du Mirasol

Où son amant Léopold

Un fatigant mariolle

L’attend et se désole

Martine / Mars 2017 pour l'atelier 30 de Ghislaine et les jeudis en poésie des croqueurs de mots animé par Lilou

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 22 Mars 2017

Photo pixabay

Photo pixabay

Je suis tombée de mon arbre, plutôt je suis née un beau matin de juillet en Lorraine à Nancy.

Mon prénom « Prune » a été douloureux à porter pendant mes années d’enfance et m’a valu, à l’école, quelques moqueries de mes camarades, du genre « t’es tarte, oh Prune ». Néanmoins, je suis heureuse de m’appeler ainsi. C’est beaucoup mieux que de s’appeler « poire » ou « Banane ». Prune est un joli prénom à la fois doux et acidulé comme le fruit.

J’étais une enfant vive hyperactive mais réfléchie. J’ai mûri très vite. On me dit jolie. Malgré mon caractère prononcé, je m’accommode facilement avec beaucoup. Je suis conventionnelle et je ne déroge jamais aux lois et règlement. Je suis certainement un peu narcissique.  Mon fruit préféré, vous l’aurez deviné, est la prune et particulièrement la mirabelle pour son joli nom signifiant « belle à voir », sa peau douce et son goût si délicat et sucré.

Parce que j’ai toujours la pêche et que je suis affriolante, mon époux Olivier me dit souvent en riant : « Tu es juteuse comme une prune ». Je suis très heureuse avec lui. Nous vivons à Paris. Seule ombre à notre bonheur nous ne pouvons pas avoir d’enfants. J’aurais tant aimé en avoir : au moins une petite fille, une petite prunelle avec les yeux en amande.

Je me console chaque jour en m’impliquant beaucoup dans mon métier que j’aime tant car il me permet de distribuer de nombreuses prunes à beaucoup de Parisiens. Non je ne suis ni maraichère, ni primeur, je suis tout simplement contractuelle ou plutôt aubergine, ou pervenche (c’est plus joli). Je porte un bel uniforme couleur quetsche. J’ai ainsi donné, sans aucun scrupule, des milliers de prunes à des automobilistes en stationnement gênant ou non payé. Je suis heureuse car mes prunes sont juteuses pas pour moi mais pour mon employeur la ville de Paris et permettent aussi aux automobilistes respectueux, en diminuant le nombre d'infractions, de se garer plus facilement.

Prune

Martine / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Prune)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 15 Mars 2017

Photo pixabay

Photo pixabay

Cordonnier cherche chaussure à son pied : Vieilles mules s’abstenir

Soyons hilare, rions

N’est-ce pas Hilarion

 

Boulanger qui gagne bien son pain Cherche bonne pâte pas trop tarte

Soyons hilares, rions

N’est-ce pas Hilarion

 

Astronome recherche femme toujours bien lunée ayant yeux en croissants

Soyons hilares, rions

N’est-ce pas Hilarion

 

Poissonnier vieux loup de mer aux yeux de merlan frit cherche jeune femme maigre. Thons et plates comme des limandes s’abstenir.

Soyons hilares, rions

N’est-ce pas Hilarion

 

Hilarion qui a pris le chemin des écoliers cherche Maitresse sympa qui acceptera son hilarité, ses blagues de bon ou de mauvais goût et ses jeux de mots

Soyons hilares, rions

N’est-ce pas Maîtresse Jill Bill

 

Martine / Mars 2017 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui hilarion)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 14 Mars 2017

Pour le nid de mots du mois de Mars 2017, ABC nous demande d'honorer PREVERT à notre façon. J'avais animé pour les croqueurs de mots en septembre 2016 un défi dont le thème était "à la mode PREVERT", je me permets de rééditer ici les deux parodies de poèmes de PREVERT que j'avais écrites pour l'occasion : Peindre  la Girafe et Infernal inventaire à la prévert

Parodies de poèmes de Prévert

PEINDRE LA GIRAFE

Chercher d’abord une girafe

En plein cœur de Paris.

Où la trouver ?

Au parc zoologique

Ne pas craindre de passer pour un zozo au zoo !

Se munir d’un peigne.

Ne pas oublier les bananes,

Les girafes en raffolent.

Devant l’enclos aux girafes, éplucher une banane.

Résister à la tentation de la croquer !

Saisir le fruit par la main.

Tendre le bras au-dessus de la barrière en bois

De l’autre main saisir le peigne,

Le cacher derrière son dos

Attendre que la moins craintive approche

Patience, attendre !

Aucune ne vient.

Se consoler, manger la banane.

En sortir une autre.

Ne pas l’éplucher, c’était une erreur.

La présenter de nouveau

Parodies de poèmes de Prévert

Dame Girafe s’approche enfin,

Tend son long cou Par-dessus l’enclos,

Engloutit brusquement la banane

Puis s’enfuit aussitôt.

Trop rapide la goulue !

Parodies de poèmes de Prévert

Recommencer l’opération.

Tendre une nouvelle banane.

Brandir le peigne.

Obliger l’animal à venir plus près

Reculer un peu la banane dès que la belle avance

Approcher le peigne de sa crinière

Commencer à la peigner

Le peigne trop fin s’accroche dans le crin de la belle

Vous n’avez plus de banane, plus de peigne.

Le gardien s’approche :

« Que faire »

Lui répondre « Je peigne la girafe »

Il s’esclaffe

« On ne peigne pas la girafe on la peint !».

Stupide vous n’y aviez pas pensé.

Il lui manque des tâches sur les pâtes !

Parodies de poèmes de Prévert

Mais vous êtes bien trop fatigué

Par ses tentatives avortées.

La girafe ne point peindre.

Encore moins faire son portrait.

Vous n’êtes pas Prévert .

Ce n’est pas un oiseau.

Tenace, ne pas abandonner.

Coûte que coûte la peigner.

La peigner au sens figuré !

Devant l’enclos aux girafes,

S’allonger sur un banc.

« Qu’il est doux de ne rien faire »

S’endormir dans les bras de Morphée

Se réveiller à cause d’un léger grattement sur votre crâne :

La girafe est entrain de vous peigner

Avec le peigne qu’elle vous a volé !

Votre réveil l’a effrayée, Elle s’en est allée

En vous tirant la langue

Parodies de poèmes de Prévert

Sortir un miroir de votre sac,

Ouf vous ne l’aviez pas oublié !

Vous contempler dedans

Oh surprise, est-ce un rêve ?

Une énorme banane ……

A poussé sur votre tête

Parodies de poèmes de Prévert

INFERNAL INVENTAIRE A LA PREVERT

 

Une goélette

Dix goélands

Un trois mâts

Trois marins

six océans

Six os de seiche

Un ciseau de poissonnier

Huit huîtres

huit huitriers pie

Un sétois qui n’est pas toi

Un cétacé

Cétacé

C’est assez

Parodies de poèmes de Prévert

Un citronnier

Six troncs coupés non pressés

Un gland

Deux glandeurs rêveurs

Cinq cerfs cinglants

Dix sangliers

Six orangers

Un Ciseau de menuisier

Un annamite tue mouche

Sept mouches tsé-tsé

Tsé assez

C’est assez

Parodies de poèmes de Prévert

Un bout de pelouse

Deux statues debout

Des chefs d’œuvre en péril

Déchets urbain

Un boulevard périphérique

Cent africains de nord Afrique

Des pas perdus aux objets trouvés

Des pavillons de banlieue

Mille lieux sous terre

Sept usines chimiques

 

Sais-tu Zin-édine ?

c’est assez.

Parodies de poèmes de Prévert

Treize œufs à la douzaine

Douze énergumènes

Une grosse vache qui devient chèvre

Un chèvrefeuille

Quatre trèfles à quatre feuilles

Sept points noirs de coccinelle

Un coq en pâte

Une patte de lapin

Neuf fers à cheval de trait

Treize chevaux dont un au trot

 

Il y a un cheval de trot en trop

C’est trop

Fin d'infernal inventaire

Parodies de poèmes de Prévert

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 13 Mars 2017

Nous sommes de fiers leaders à poigne.

Nos projets sont de hautes montagnes

Qui accoucheront dans la douleur

d’une souris, ce sont de purs leurres.

Nos serments tirés par les cheveux

Ne tiennent à la fin qu’à un cheveu

Car de nos promesses bien souvent

Il ne s’échappera que du vent.

 

Pour nos adversaires diminuer

Notre langue de bois peut muer

En Belle langue de vipère ;

Dans la critique nous sommes hors-pair.

 

N’en faites donc pas toute une affaire,

Même si nous disons le contraire,

Nous portons des vestes réversibles

Les retourner est alors possible

Sans complexe dans le sens du vent

Qui est bien instable en ce moment.

 

Nous savons toujours avec grand art

Les bobards de nos ennemis voir

Comme nez en milieu de figure.

Nos mensonges sont bonne augure :

Pour les mouches de la confiture.

Dissimuler n’est pas mentir.

Mieux vaut séduire qu’endolorir.

Lorsque l’on nous pose des questions

Nous faisons sourde oreille sans façon.

 

Avez-vous trouvé qui nous sommes ?

Sur votre gauche deux nous sommes,

Sur votre droite deux nous sommes,

Au milieu est un petit dernier

Qui pourrait bien devenir premier.

Ne révélez surtout pas de nom

Même pour faire la rime en on

 

Martine / Mars 2017 pour les expressions du mois de mars chez Clara. (Les expressions imposées sont en gras dans le poème)

Photo PIXABAY - Pensez avant de voter

Photo PIXABAY - Pensez avant de voter

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 9 Mars 2017

La boule

Je lâche d'un seul coup la boule
Soudain, libre, elle se défoule
Elle roule, roule, se saoule
Je la cherche dans la foule
Au secours j'ai perdu la boule
au casino de la Bourboule

La boule veut être plus cool
Elle rêve d'un nid de poule
Je veux un sapin pour la boule
une guirlande qui l'enroule
pour qu'un chat joueur la déroule
Quand il ne sera plus en boule

Martine /  pour les jeudis en Poésie des croqueurs de mots défi 181 animé par Josette (réédition d'un poème de janvier 2014)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0