Publié le 31 Janvier 2018

Singe faisant le mur du zoo des Sables d'olonne (photos martine)
Singe faisant le mur du zoo des Sables d'olonne (photos martine)

Singe faisant le mur du zoo des Sables d'olonne (photos martine)

  • Petit singe comment te prénommes tu ?
  • Je m'appelle Mélusine.
  • Mélusine pourquoi fais tu le mur du zoo ?
  • Pour aller à l'école ? Elle est où l'école, elle est où ?
  • Les singes ne vont pas à l'école, rentre au zoo.
  • Alors je vais à l'usine. Elle est où l'usine, elle est où ?

Martine / Janvier 2018 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 29 Janvier 2018

Pour le défi 199 des croqueurs de mots François et Marie nous demandent, à la manière de Clémentine Mélois dans son livre "sinon j'oublie", de faire parler la personne qui a laissé dans son chariot la liste de courses ci-dessous en photo. J'ai lu  un extrait de ce livre et j'ai beaucoup aimé. Cela me donne envie de le l'acheter.

Pour écrire mon texte, j'ai imaginé quel était le caractère de la personne qui avait écrit cette liste de courses. Cela m'a été facilité par le fait que je me suis intéressée de près à la graphologie quand je faisais du recrutement sans néanmoins me fier complètement à mes analyses qui étaient faites toujours après avoir rencontré les candidats pour me conforter dans mon opinion. J'ai donc imaginé l'auteur de la liste comme une personne, équilibrée, extravertie, mature, idéaliste, organisée, dynamique impatiente qui va de l'avant  entière  et sensible. Je peux me tromper sur certains points mais il fallait bien que je parte d'une base pour écrire mon texte

La liste de courses

La liste de courses

Je déteste faire les courses à l’hyper-marché Avant de partir il faut que je fasse l’inventaire du réfrigérateur et des placards pour compléter la liste où j'ai déjà écrit au fur et à mesure les aliments et produits de toilette et d’entretien qui manquaient.

Aujourd’hui, avec mon  époux nous avions invité à dîner nos voisins et amis, un couple d’octogénaires. La liste de course était plus compliquée à faire. il fallait lire attentivement les recettes choisies et écrire sur la liste les aliments dont j'avais besoin. Ensuite, pour éviter de stocker inutilement, vérifier que je n'avais pas déjà dans mes réserves certains ingrédients. L’important était de ne rien oublier pour ne pas être obligée d’y retourner et j'oubliais toujours quelque-chose !

J'ai eu du mal à trouver le menu. Les personnes âgées ont peu d’appétit et la digestion difficile !  Il fallait que ce soit à la fois pas commun pour les surprendre un peu (j'aime bien étonner) , léger et esthétique dans l'assiette. A l’apéritif, qui servirait aussi d’entrée, J'ai prévu des toasts de rillettes de sardines à la tomate, comme plat principal des quiches individuelles au poulet et courgettes accompagnée d’une salade verte du jardin et pour terminer un bavarois aux marrons.

Avant de me mettre aux fourneaux, Je dois faire ce matin la corvée des courses. Je sors la voiture du garage et me dirige vers l’hypermarché proche. On est vendredi, j'ai du mal à trouver une place de parking pas trop éloignée des caddies. Pourquoi invitons-nous toujours le vendredi ou samedi soir alors que nous sommes à la retraite et nos amis aussi ? Par habitude certainement ; c’est stupide les habitudes. Ne supportant pas l'incivilité, je peste une fois de plus contre ceux qui, pour ne pas qu’on raye leur voiture, prennent deux places au lieu d’une. 

Je dois maintenant trouver un caddie pas trop vieux pour qu’il roule droit et vite sans se bloquer. Une fois le chariot trouvé, j' introduis mon jeton dans la fente prévue à cet usage. Il ne rentre pas. Ce n’est pas mon jour de chance. Il me faut en dénicher un autre. Enfin, caddie en mains, je suis prête à déambuler dans les allées du supermarché.

Je connais bien les rayons et cela va aller  vite. Je peste néanmoins contre moi-même. Très organisée, d’habitude Je fais ma liste sur l’ordinateur par type de produits avec des rubriques et des produits préenregistrés ce qui me permet de gagner du temps en parcourant moins de distance dans la grande surface et de vérifier plus facilement au fur et à mesure des rayons que j'ai bien tout pris. En plus j'ai oublié mon stylo et je ne peux pas, sur sa liste, rayer au fur et à mesure ce que j'ai déjà collecté. Je perds du temps. Il y a la queue au rayon boucherie. Tant pis je choisis du poulet préemballé en promotion en tête de gondole en vérifiant la date limite d'achat que je mets du temps à trouver comme d'habitude.

Au passage devant le rayon vêtement, je craque pour un très joli  pyjama en solde à 6,99 euros ! C’est le deuxième que j'achète ce moi ci. Certaines sont addict aux chaussures, moi j'ai la folie des pyjamas. On pourrait croire que je suis pantouflarde ; pas du tout bien au contraire, je suis  hyperactive dans la journée, je ne tiens  pas en place et fais beaucoup de sport. Après l’effort j'aime le réconfort d’un joli vêtement confortable que je retire avant de me coucher puisque j'ai l’habitude de dormir nue comme un ver.  Ce n’est pas vraiment logique mais l’être humain est fait de paradoxes et moi particulièrement ce qui déroute parfois ceux qui m’aiment et croyaient bien me connaître.

Je me dirige vers la caisse en jaugeant le nombre de clients attendant à chaque caisse, scrutant leurs caddies pour voir s’ils n’étaient pas trop pleins et je choisis la caisse où je pense le moins attendre mais, comme presque à chaque fois, je n’ai pas prévu l’incident : le prix manquant par exemple. Cette fois ci c’est un client qui a oublié de peser ses poireaux et qui retourne le faire sans se presser et en se moquant éperdument que les autres pendant ce temps  poireautent. Je rage en scrutant les caisses sans caissière pour voir si ils n’allaient pas, vue l’affluence, en ouvrir une autre.  Beaucoup de personnes âgées payent par chèque qu’elles rédigent le plus lentement possible puis le vérifient avant de le tendre d'une main tremblante à la caissière qui prend tout son temps pour le contrôler  et écrire les coordonnées de la carte d’identité. Je pense qu’on devrait interdire les chèques et je m'en  veux aussitôt de cette idée saugrenue.

Enfin je dépose mes produits sur le tapis et passe à la caisse. La caissière est aimable mais ce n’est pas une rapide. Ici en Province on prend son temps, on parle avec les clients. Ce n’est pas ainsi en Ile de France où j'ai passé ma vie d'avant la retraite.

Je luis tends  mon bon de réduction 10 euros pour 60 euros d'achat aujourd'hui seulement vendredi 13 janvier. Que va t'il m'arriver encore on est le vendredi 13 ! C'est intéressant mais ce que je n'avais pas vu écrit en tout petit caractères  c'est qu'elle n'est valable uniquement aujourd'hui  entre 18 H et 20 H30 et il est 11 heures. Je fulmine et exprime mon mécontentement à la caissière en faisant un effort énorme pour rester aimable car elle n'y est pour rien. Si je n'étais pas si pressée, comme je n'avais pas payé, j'aurais abandonné les produits en lui disant qu'elles les  garde jusqu'à 18 H que je repasserai à la caisse dans le bon créneau horaire !  Je hais les hypermarchés !  je remets rapidement tous mes achats dans les sacs que j'ai mis dans mon caddie et paye. Dommage que je n'ai pas eu de chèque sur moi sinon j'aurais payé en prenant tout mon temps pour faire fulminer la jeune femme qui derrière moi m’avait bousculée sans s’excuser tant elle m'avait collée de près pressée elle aussi de passer à la caisse.

Ouf les courses sont terminées. Je suis heureuse et j'ai hâte de me mettre à cuisiner pour mes amis ce que j'adore. La musique de l'hymne à la joie retentit, c'est mon téléphone. C’est mon époux qui m'annonce dépité qu’il est inutile de faire les courses : leur voisine est venue l'informer que, son époux souffre d'une gastro et qu'ils ne pourront venir ce soir ce qui les désole tant ils se réjouissaient de cette soirée.  Si mon chéri avait appelé deux minutes avant j'aurais pu  laisser mon caddie et mes achats sur place et si ma voisine était venue plutôt, je n'aurais pas eu à faire les courses.... mais avec des si ....

Je me dirige vers ma voiture,  dépose les sacs dans le coffre. Rageusement chiffonne la liste des courses et la jette dans le caddie ce que je ne fais jamais. Les autres fois je les abandonne dans les poubelles prévues à cet effet. 

La colère et la déception passées, je me console en me disant que je passerai une belle soirée en amoureux avec mon chéri,  Je cocoonerai avec lui  devant la télévision dans mon nouveau pyjama en savourant des crêpes flambées au rhum qui devait parfumer la crème de marrons du bavarois. J'ai acheté des œufs, du beurre et j'ai de la farine et du lait à la maison.  Il faut toujours positiver dans la vie. Ce que je n’ai pas encore réalisé c’est que  je l’aurai  dans le baba… sans rhum puisque j'ai oublié de l'inscrire dans ma liste de courses. Nous devrons nous contenter de crêpes natures 

Martine (janvier 2018) pour le défi 199 des croqueurs de mots animé par François et Marie

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 27 Janvier 2018

J'avais terminé 2017 avec une forte douleur dans l'épaule pendant 3 jours à chaque fois que je bougeais le bras. A peine remise j'ai débuté 2018 malade avec une forte gastro-entérite qui a trainé en longueur. Je n'aime plus être à Cergy et je pense que cela me rend malade d'être loin de l'océan et de ne pouvoir faire d'activités sportives en piscine. Nous sommes rentrés le 3 janvier en Vendée ou ma fille son conjoint et nos petites nous attendaient. Nous leurs avions laissé notre maison pour leurs vacances. Nous avons fêté les 5 ans de notre petite Agathe. Ma fille avait préparé le repas et un super gâteau au chocolat mais j'étais triste de ne pouvoir faire honneur à sa cuisine excellente mais heureuse néanmoins de pouvoir fêter en famille l'anniversaire d'Agathe. Tristesse de les voir rentrer à Paris.

Aimé détesté Janvier 18

Le lendemain une visite chez le médecin s'imposait, rien d'inquiétant d'après lui. Cela m'a rassurée. Nous avons repris nos promenades océanes très ventées et profité des grandes marées le jour du passage d'Eléanore. Les majestueuses tempêtes d'hiver qui nous couvrent d'embrun est un spectacle qui me fascine vraiment et que j'adore. Je n'aime pas voir néanmoins des touristes s'approcher trop près des rochers et de la faille du puits d'enfer et ce jour la il y avait même un couple avec deux jeunes enfants qu'ils tenaient certes par la main mais quel danger !

Cliquez sur les photos pour les voir en grand

Cliquez sur les photos pour les voir en grand

Le bonheur aussi de reprendre le sport en piscine de manière intensive et de retrouver mes amies. 

Jeff a acheté chez Lidl 2 paquets d'1kg de fraises et 2 paquets de fruits rouges surgelés à 2,39 euros le paquet (prix incroyable pour la qualité des fruits) et pendant que j'étais à la piscine il m'a fait des confitures délicieuses : 15 pots en tout. De quoi compléter notre stock fait cet été pour nous régaler tout l'hiver. Il sait tout faire mon Jeff

Aimé détesté Janvier 18Aimé détesté Janvier 18

Quel bonheur  de pouvoir participer avec une amie au bain du 1er janvier reporté au 6 janvier pour cause de tempête Carmen. La température sur la plage était de 10° et de 9° dans l'eau. C'était vivifiant mais nous avons bien ri pendant l'échauffement et la baignade. Quand on ressort de l'eau on ressent un grand bien être durable vraiment. Certains me disent que c'est du courage pour moi non car je suis habituée, je me douche à l'eau très froide chaque matin car cela me réveille et me donne la pêche.

 

Aimé détesté Janvier 18Aimé détesté Janvier 18
Aimé détesté Janvier 18Aimé détesté Janvier 18

J'aime beaucoup découvrir de nouvelles choses. Lors d'une de mes promenades de janvier en passant par le lac du Tanchet en bordure d'océan qui est en cours de vidange et de nettoyage, j'ai eu le plaisir de voir pour la première fois des moules d'eau douce. Elles sont énormes. Un gentil randonneur est allé en chercher une sur le fond du lac et me l'a ouverte au couteau pour que je puisse prendre la photo.

Aimé détesté Janvier 18
Aimé détesté Janvier 18Aimé détesté Janvier 18

J'adore voir des choses insolites lors de mes promenades. En longeant le mur du zoo des Sables d'Olonne qui est fermé au public actuellement, j'ai vu de jolis petites singes se promener sur le mur d'enceinte et le descendre presque jusqu'au trottoir pour venir nous saluer (ils sont habitués aux visiteurs).

Aimé détesté Janvier 18Aimé détesté Janvier 18Aimé détesté Janvier 18

Ce que j'aime moins c'est que la route passante est proche. Apparemment ils ne vont pas plus loin. Néanmoins  ils pourraient se faire écraser par une voiture ou voler par des passants tant ils sont familiers. Mais attention surtout ne pas y toucher les singes peuvent mordre gravement. 

Ce mois de janvier a été marqué aussi par la lecture du roman "entre deux mondes" de Olivier Norek. Il y avait longtemps qu'un livre que ma fille m'a offert et que je n'aurais pas acheté spontanément ne m'avait pas plu et émue autant au point que je ne pourrai  jamais l'oublier et qu'il fera partie de la liste très restreinte des livres qui m'ont profondément marquée . C'est un thriller qui se passe dans la jungle de Calais mais C'est beaucoup plus que cela. Pour en savoir plus voir lien ci-dessous :

Une amie nous a invités au restaurant. Nous avons fait une belle découverte en allant déjeuner au restaurant "Le Port" aux Sables d'Olonne. Tout était parfait (service, cuisine, dressage des plats) dans un joli cadre avec vue sur le chenal et le port des Sables d'Olonne à un prix vraiment modique pour la qualité. Menu à 15 euros avec entrée, plat et dessert délicieux.

Vues depuis le restaurant et platsVues depuis le restaurant et plats
Vues depuis le restaurant et platsVues depuis le restaurant et plats

Vues depuis le restaurant et plats

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté, #Vécu

Repost0

Publié le 25 Janvier 2018

Pour ce défi 199 des croqueurs de mots les Cabardouche nous demandent de réécrire le poème de Jacques Prévert la vie le matin en conservant "quand la vie" et "chaque jour" mais en changeant les autres mots. Ci dessous le poème de Jacques Prévert

la vie le matin
 
Quand la vie est un collier,
Chaque jour est une perle.

Quand la vie est une cage,
Chaque jour est une larme.

Quand la vie est une forêt,
Chaque jour est un arbre.

Quand la vie est un arbre,
Chaque jour est une branche.

Quand la vie est une branche,
Chaque jour est une feuille.

Quand la vie est la mer
Chaque jour est une vague
Chaque vague est une plainte
Une chanson, un frisson.

Jacques Prévert

Ci-dessous  ma participation

 

La vie chaque jour ... chaque nuit

 

Quand la vie est une promesse 

Chaque jour est une caresse

 

Quand la vie est un espoir

Chaque jour est un désir

 

Quand la vie est un cadeau

Chaque jour est une aubaine

 

Quand la vie est un jardin

Chaque jour est une fleur

 

Quand la vie est un océan

Chaque jour est une île

 

Quand la vie est une tempête

Chaque nuit est un port

Chaque port est un havre

Un havre de paix et de rêves

 

Martine pour les jeudis en poésie du défi 199 des croqueurs de mots animé par Les cabardouche

Photo pixabay

Photo pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 24 Janvier 2018

Ta chance est en errance

Valsant  avec indolence

En très belle élégance

 

Un soupçon de confiance

Ose entrer dans la danse

Avec preuse défiance

 

Charmée sera ta chance

qui quittant sa prudence

fera avec toi alliance

Pour te combler d’aisance

 

Conjure la malchance

Chante cette romance

La chance est en souffrance

Quand elle n’est qu’espérance

 

 

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine / Janvier 2018 pour lePrénoms du mercredi de Jill Bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 23 Janvier 2018

Pour son atelier 52 , Ghislaine nous propose un choix entre deux jeux d'écriture. L'inspiration étant là j'ai participé aux deux jeux

Le premier consistait à utiliser dans un texte les huit mots en gras dans ma participation ci-dessous :

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Puisse le Vent souffler

 

Sur votre route de vie

Puisse le vent souffler

Le vent qui donne envie

D’avoir confiance et marcher

Avancer, semer l’amour

Plus besoin qu’on vous soutienne

Avancer, semer l’humour

En souriant et étant zen

Oser fuir les rabat-joie

Sous un ciel serein plus clair

Semer la vie, semer la joie

Pour à Chance errante plaire

Martine pour le Défi écriture no 52 Chez Ghislaine

Le second consistait à utiliser dans un texte au minimum 5 mots commençant par "AN".

Ci-dessous ma participation, je sais qu'elle va déplaire à certains mais j'assume mes idées et cela fait du bien parfois quand on est en colère de l'exprimer.

Photo Pixabay

Photo Pixabay

L'anti tout

Ange l’angevin au visage angélique est un anti tout. Il est anticonformiste, antimilitariste, antipatriotique, antilibéral, antinucléaire, anti aéroport, anti christ athée.  Néanmoins, Il se prend pour le christ aux cheveux longs mais c’est surtout un antéchrist  Quand il était petit,  il voulait être antiquaire comme un de ses ancêtres. Aujourd’hui il est paysan sur des terres qui ne lui appartiennent pas et qu’il ne veut pas quitter.  Il se prend pour un héros prêt pour un combat violent pour défendre ce qu’il croit être une noble cause  mais ce n’est qu’un anti-héros anarchiste

Martine pour le Défi écriture no 52 Chez Ghislaine

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 22 Janvier 2018

Pour Image Citation 35 voici les photos de  Gisèle complétées par des citations choisies (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Image Citation 35
Image Citation 35
Image Citation 35
Image Citation 35
Image Citation 35

Maintenant voici les citations proposées par Gisèle et que j'ai illustrées par des photos choisies sur le site Pixabay (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Image Citation 35
Image Citation 35
Image Citation 35
Image Citation 35
Image Citation 35

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 18 Janvier 2018

Sourire d'hiver

Fier de ses espiègleries

Le Bonhomme hiver nous sourit

D’un air quelque peu malicieux

Ô quel sourire délicieux

Qui tenant lieu d’astre Soleil

D’un style à nul autre pareil

Nous offre un instant de bonheur

En chauffant notre cœur flâneur

 

Martine / Janvier 2018 pour les jeudis en poésie du défi 198  croqueurs de mots animé par ABC (Thème : sourire hivernal)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 17 Janvier 2018

Ils iront tous au Sahara

L’ara bleu azur Azora

Pleure son amour Amara

Parti avec l'ara Sarah

Dans le désert du Sahara

Déprimée la belle Azora

Chante pour lui un jour Lara

Un jour Lara
Quand le vent a tourné
Un jour Lara
Ton amour t'a quitté

 

une chanson de Barbara

Dis !
Quand reviendras-tu ?
Dis ! au moins le sais-tu ?
Que tout le temps qui passe
Ne se rattrape guère...
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus !

 

Et Du Mozart Rock opéra

On se reverra
On se reverra
Là où rien n'est plus rien
On comprendra d'où l'on vient

 

Dans le zoo plus aucun ara

Pour fuir les crieries d'Azora

Ils sont partis au Sahara

Rejoindre Amara et Sarah

 

Depuis la belle et triste Azora

Ne chantonne plus  Barbara

Elle chante Michel Polnareff

 

Nous irons tous au  Sahara

mêm'moi, mêm'moi, mêm'moi

aim'moi, aim'moi, mon Amara

 

Martine / Janvier 2018 pour Prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Azora)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 16 Janvier 2018

Pour me faire pardonner de n'avoir pas participé au défi d'hier des croqueurs de mots animé par ABC, je réédite ici une nouvelle que j'ai écrite il y a deux ans pour les prénoms du mercredi qui convient bien au thème surprise et dont je me suis souvenue cette nuit tant j'étais perturbée par ma non participation au défi des croqueurs de mots. Désolée Écureuil bleu je ne peux te l'envoyer pour ton défi de janvier car c'est une réédition ce qui pourrait fausser le classement de tes lecteurs qui s'en souviendraient.

Je m’appelle Abraham. J’aime bien mon prénom avec ces trois A. Ce matin de septembre  devant la glace de la salle de bain je fais des vocalises :  

  • « Abraham do ré mi…. Abraham fa sol la …. « 

Ce qui excède mon épouse, ma petite biche  Sarah  qui s’est réveillée  de mauvaise humeur et qui ne supporte pas la musique. Elle interrompt mes exercices vocaux en me criant.

  • « Arrête Abraham, tu ne chantes pas, tu brames  comme un cerf en rut».

Je souris  en continuant  mes vocalises en montant d’un ton  

  • « do ré mi fa sol la : Abraham il  brame »  

Je sors de la salle de bain, je suis mal réveillé ce matin, je suis en retard. Dans une semi-obscurité, J’enfile en vitesse une chemise blanche et mon complet noir corbeau.  Pour touche finale une cravate rouge pour exprimer discrètement mon anticonformisme et ne pas ressembler à un croque-mort comme mes collègues de la banque de la City de Londres où je travaille. J’attrape machinalement mon chapeau melon comme je le fais chaque jour et je m’apprête à bien l’enfoncer sur ma tête pour éviter qu’il ne s’envole au vent. Curieuse sensation, j’ai l’impression que mon chapeau s’est trop enfoncé,  m’a recouvert le visage et va m’étouffer.  Non, Je ne suis pas complètement  dans le noir, j’aperçois l’armoire en merisier de notre chambre et la grande psyché. Je m’approche d’elle pour me contempler.  Oh stupéfaction pas de chapeau. A la place des bois de cerf ont poussé sur ma tête, non pas sur ma tête, horreur ce n’est plus la mienne mais celle d’un cerf posée sur mon corps d’homme... Horrible vision je suis devenu un cervidé, un homme cerf vidé de toute vie. 

Surprise... Surprise

Je vais m’évanouir tant cette vision est insupportable. Je m’éloigne du miroir, m’assois sur mon lit. Je vis dans un rêve, peut-être est-ce un cauchemar ? Je me donne des claques pour me réveiller.  Mes joues dodues sont devenues bien maigres mais si soyeuses. Je devrais maintenant sortir prendre le métro pour aller travailler mais c’est impossible. Je vais effrayer tous ceux que je rencontrerai et je vais me faire tirer comme un lapin. Que faire ? Et ma biche comment va-t-elle réagir en voyant son cerf en rut qui brame devenu réalité ? Septembre, pleine période des amours : peut-être vais-je lui sauter dessus comme un animal. Elle sera surprise, je ne suis pas très chaud d’habitude. Justement je l’entends dans le couloir, elle arrive. Je n’ai pas le temps de me cacher.  Je crie ou plutôt je brame « attention ma biche,  je suis devenu un cerf » . Elle pousse la porte, entre dans la chambre. Elle va crier de frayeur… Non, elle éclate de rire

  • Oh Abraham tu es trop drôle avec le masque de cerf que je t’ai acheté pour la soirée déguisée prévue samedi soir….. J’ai aussi acheté le corps de cerf en fourrure. Je n’aurais pas dû c’est beaucoup mieux avec ton complet et ta cravate.
  • Oh Sarah, je croyais vraiment que j’étais devenu un cerf, rassure moi
  • Mais non Abraham, encore moins un taureau mais si tu continues à être aussi sot pauvre pomme, il pourrait t’en pousser des cornes. Retire vite ton masque tu vas être en retard à la banque

D’un geste brusque je retire ma tête de cerf. Je respire mieux d’un seul coup. Il faut que j’arrête le soir de prendre de l’alcool,  des somnifères et de lire "La métamorphose" de Kafka.  Oh oui quelle pomme je suis d’avoir mis un masque au lieu de mon chapeau et surtout pensé que j’étais devenu un homme cerf.  Soudain J’entends ma biche crier, je me tourne vers elle, Sarah est livide. Elle me regarde effarée et s’affaisse. J’ai  juste le temps de la retenir dans mes bras avant qu’elle ne tombe au sol. Je me dirige avec ma biche dans les bras. Je la pose sur le lit. Je sors mon téléphone mobile de ma poche pour appeler les secours, et à ce moment je me vois dans la  psyché,  je vacille. Une grosse pomme a poussé au milieu de mon visage.

Surprise... Surprise

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0