Publié le 31 Mai 2018

Graine de liberté

Graine de liberté

Dans un profond silence

et dans l'obscurité

Naîtra la délivrance

 

Martine / Mai 2018 pour les jeudis en poésie du défi 206 des croqueurs de mots animé par Astree sur une photo de Mon ami Gérard prise en 2015 pendant la manifestation "Je suis Charlie" qui faisait suite aux attentats de Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 30 Mai 2018

Rhino c’est rosse au zoo

 

Hippopotame qui se rétame

 

Iguane qui ahane

 

Nandou qui  se bafoue

 

Otarie qui  barrit

 

Coyote qui tremblote

 

Emeu qui s’émeut

 

Rynopythèque qui  défèque

 

Ouistiti qui palit

 

Sagouin de Rhinocéros,

c’est de ta faute Bolos

 

Martine / Mai 2018 pour les haïkus du mercredi chez Lenaig sur des photos Pixabay, à l'exception du rynopytèque (wikipédia)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Acrostiches

Repost0

Publié le 29 Mai 2018

Scènes de rue : La dodoche perce mur

Photo prise à Jard sur Mer Vendée sur la devanture du restaurant  0'Komptoir pour scène de rue chez COVIX  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 25 Mai 2018

Nous avons fini le mois d'avril et débuté le mois de mai avec nos petites filles ce qui fut un grand bonheur. J'ai particulièrement aimé leur faire découvrir la pêche à pieds lors d'une visite guidée de l'estran des Sables d'Olonne avec un Monsieur passionné

Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018

Quelle joie de rendre visite avec elle aux animaux du zoo des Sables d'Olonne.  Pendant qu'un couple de loriquets se bécote, celui d'atèles noirs se boude, un petit singe écureuil attendri devant une fleur, les premières grenouilles de la saison furent des moments coups de coeur pour moi et les petites

Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018

Comme beaucoup le savent je déteste la musique mais c'est paradoxal ce fut une joie d'entendre ma petite fille Léonore (8 ans) jouer au violon et de constater les progrès réalisés depuis Noël. Ma culture musicale étant nulle, je ne connais pas le nom des deux musiques jouées que vous pourrez écouter ci-dessous. Si vous connaissez les titres merci de les indiquer en commentaires. J'ai regretté que notre petite Pauline (l'aînée qui fait ses devoirs derrière la violoniste) n'ait pas emmenée sa flûte traversière dont elle joue très bien

Mon rhododendron particulièrement fleuri cette année m'a comblé de joie ainsi que ce coeur dans une branche de mimosa que nous avons taillée à l'automne

Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018

Nous sommes rentrés une semaine à Cergy pour nous occuper de notre grand jardin laissé à l'abandon pendant que nous sommes en Vendée. Quel plaisir en arrivant d'admirer mes fleurs qui n'ont pas souffert de l'hiver

Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018

Cergy est une ville à la campagne et nous aimons nous y promener. Un coup de coeur pour cette famille de cygne et de ses cygneaux  qui venaient de naître dont certain encore dans le grand nid.

Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018

Le jour de l'ascension notre fille, son époux et les petites nous on rejoint pour un repas familial. Le matin le papa a fait de l'accrobranche avec ses petites. J'ai pu les voir évoluer avec quelque frayeur  (en plus j'ai le vertige) et l'après-midi avec ma fille nous les avons emmené dans l'aire de jeu de la base de loisirs (structures gonflables et différents manèges). Elles étaient ravies et moi aussi de les voir si heureuses

Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018
Aimé, détesté Mai 2018Aimé, détesté Mai 2018

Ce mois de mai fut délicieux avec un temps magnifique à Cergy comme en Vendée, il y a encore beaucoup plus de choses que j'ai aimées mais je ne peux pas tout vous conter ici (ce serait bien trop long) et je ne me souviens de rien que j'ai détesté !

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté

Repost0

Publié le 24 Mai 2018

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Quand la vie est promesse 

Chaque jour est caresse

Qui chasse les nuages

 

Quand la vie est voyage

Chaque jour est présage

Qui indique la voie

 

Quand la vie est désir

Chaque jour est plaisir

Qui vient amour nous dire

 

Quand la vie est verger

Chaque jour est un fruit

Qui régale et réjouit

 

Quand la vie n’est plus ville

Chaque jour est douce île

Sans bruit et sans fumée

 

Quand la vie est une tempête

Chaque nuit est un port

Chaque port est un havre

Havre porteur de paix et rêves

 

Ne croyez pas que chacun est le meneur de sa vie

Prenez la vie comme elle vient sans souhaiter la mener

Vouloir mener sa vie, c’est bien souvent se malmener

 

Martine / Pour l'atelier 64 de Ghislaine (parodie d'un poème de prévert : quand la vie est un collier). Pour intégrer les contraintes de ce défi  (mots et phrases imposés en gras) J'ai complètement modifié un poème que j'avais écrit pour les croqueurs de mots.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 18 Mai 2018

PRENDRE SES JAMBES A SON COU

Tankas pour le nid de mots

Comme c'est le pied

Prendre ses jambes à son cou !

Mais prise de tête !

Mon minet Quelle surprise

Mais comme toi j'y arrive

Tankas pour le nid de mots

 

TOMBER DANS LES POMMES

Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Haut comme trois pommes,

Je suis tombé dans les pommes

Bête comme chou

Un singe m'a recueilli

Puis heureux s'est évanoui

 

LE CŒUR SUR LA MAIN

Tankas pour le nid de mots

La main sur sa fesse

Elle a le coeur sur la main

Généreux amour

Tankas pour le nid de mots

Son cœur gelé il lui donne

Elle lui tend son cœur ardent

Tankas pour le nid de mots

Pour d'amour le faire fondre

Martine / Mai 2018 pour le nid de mots d'ABC (avec un jour d'avance, les samedis et dimanches je ne publie pas et ne visite pas les blogs à l'exception de ceux qui ne font paraitre leurs articles que le week-end)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #TANKAS

Repost0

Publié le 17 Mai 2018

J'ai, avant l'heure, participé aux jeudis en poésie du défi 205 des croqueurs de mots animé par Gisèle. Ci-dessous en lien mon poème sur le thème de ce jeudi

Pour celles et ceux qui l'ont déjà lu, je rajoute ici une très belle chanson de Gérard Lenorman : "Entre l'amour et l'infini"

Ci-dessous les paroles de cette chanson

Entre l'amour et l'infini
Il y a des mots que l'on oublie
Qu'on ne dira plus
Une tendresse déguisée
Que le cœur a fini d'user
Et qu'on ne veut plus
On se regarde comme des loups
Plus on s'attarde et plus c'est flou
On devient féroce
On refait le voyage inverse
En repassant par sa jeunesse
On s'fait des bosses

Entre l'amour et l'infini
Il y a le temps qui se déplie
Comme une grand'voile
On se défait des habitudes
Sur un bateau de solitudes
Mais y'à plus d'escales
On tend les bras comme un trémail
Pour ne plus que l'amour s'en aille
Mais il est trop tard
On rentre au port avec ses larmes
Mais le silence nous désarme
On s'verse à boire

Entre l'amour et l'infini
Il reste un peu de poésie
Les mots de l'artiste
De l'âme d'un piano lointain
Monte une valse de Chopin
Mais elle est bien triste
On a le blues au fond des yeux
Qui coule sous la lumière bleue
Dans les projecteurs
Même si l'on n'est pas comédien
Au bout d'une heure on le devient
On devient meilleur

Entre l'amour et l'infini
Il y a les traces de la folie
Entachée de sang
On reste seul au bout du quai
A repeindre la vérité
Celle du temps présent
On fredonne une chanson de Brel
Toujours la même et toujours celle
Qui ramène à l'autre
La vie n'est faite que de chansons
Qui nous ramènent à la raison
La raison de l'autre ...
La raison de l'autre ...
La raison de l'autre ...

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 16 Mai 2018

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Malicieuse Rose marie

Arrête tes taquineries

Loufoque et jolie sauvagesse

Ingénie-toi à la sagesse

Clown si délicieuse et charmante

Irritante mais attachante

Espiègleries sans insolence

Use de ton intelligence

Sans cruellement te moquer

Et de tous tu seras aimée

 

Martine / Mai 2018 pour les acrostiches du mercredi chez Lenaïg

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 15 Mai 2018

Je m’appelle Gaëlle et je suis une  pipe en bruyère rousse sur laquelle est enfilé un tuyau beige. J’ai une sœur jumelle Maëlle fabriquée  de concert avec amour par un artisan jurassien joueur de violoncelle. Nous sommes ses pipes préférées et sommes inséparables.

Comment avons-nous quitté un jour notre belle boîte en bois pour nous retrouver toutes deux prisonnières d’une toile de Magritte « Les deux mystères » ? Je ne m’en souviens plus et Maëlle non plus. Seul le peintre pourrait répondre à cette question mais, hélas, il n’est plus. Cela fait un troisième mystère non élucidé.

Les deux mystères de Magritte

Les deux mystères de Magritte

J’ai été transformée  par  l’artiste qui m’a grossièrement dessinée, agrandie et  osé retirer mes jolies couleurs en me peignant en gris foncé. Je vole, flotte dans la pièce au-dessus de ma sœur Maëlle qui elle est doublement prisonnière,  puisqu’ elle se trouve sur une autre toile de bel effet  « la trahison des images » peinte et encadrée  à l’intérieur même de la toile où nous sommes toutes deux.  Magritte a octroyé à ma sœur une légende surnaturelle  « ceci n’est pas une pipe ».

Je me demande comment le peintre a pu ainsi nous séparer et surtout nier l’identité de ma sœur car si elle n’est pas une pipe alors qu’est-elle donc ? Ce doit être le premier mystère de Magritte mais pour  moi  ce n’en est pas un : Maëlle est bien une pipe, nom d’une pipe,  ce n’est pas du pipeau même si elle a la taille de cette petite flûte et qu’on la porte comme elle à la bouche.

Le peintre a reproduit Maëlle d’une manière fidèle et réaliste. Il lui a conservé ses couleurs, ses formes sculptées avec amour par notre créateur.  Si ma sœur n’est pas une pipe qui suis-je donc moi Gaëlle complètement métamorphosée  de manière irréelle dans ce tableau. C’est sans doute cela le second mystère du peintre victime sans doute de difficultés existentielles.

En y réfléchissant bien Magritte a raison ma sœur n’est plus rien privée  de sa fonction essentielle qui est de procurer du plaisir au fumeur qui aime nous bourrer, nous mâcher et  pipailler et moi qui parait être irréelle sur la toile, si je ne peux non plus faire la joie du fumeur,  je peux faire rêver les visiteurs du musée et les faire réfléchir sur ce qui est réel et ce qui le parait mais ne l’est pas forcément et sur ce qu’ils sont entre l’être et le paraître.

 

Martine (Mai 2018) pour l'Atelier 63 de Ghislaine (Les 8 mots imposés sont en gras et les mots contenant "elle" sont en rouge) et aussi pour le tableau du samedi de Lady Mariane (avec un peu de retard ou d'avance) . J'évite de publier le samedi et le dimanche jours de repos pour moi où je ne visite pas les blogs.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 14 Mai 2018

Gisèle nous demande  pour le défi n° 205 des croqueurs de mots d'écrire un lipogramme (sans la lettre G) en nous inspirant de sa photo ci-dessous

Les exterminateurs de la lettre maudite

Ci-dessous ma participation un peu délirante et je vous prie par avance de m'en excuser mais n'est t'on pas sur le thème du fantastique !!

Les exterminateurs de la lettre maudite

  • Jaipetto où en es tu de l’élimination de la lettre maudite : la  septième de l’alphabet
  • Je suis fier de moi. J’ai dévoré celle d’un amateur de bonne cuisine ? Elle était succulente. Il peut me remercier,  il va mincir, finie la bonne chair et il est devenu astronome et a maintenant la tête dans les étoiles.
  • C’est tout 
  • C’est déjà pas mal Jairard, tu n’es jamais content
  • Jaipetto arrête tes jérémiades
  • D'accord mais dis-moi où en es-tu de cette élimination ?
  • J’ai dévoré la première lettre maudite de cette couche blanche qui recouvre les arbres en hiver et les alourdit, pour, à défaut de lui donner des ailes, lui offrir à la place un « l ». Les arbres l’hiver seront ainsi remplis de livres. Peut-être mon plus beau projet !
  • Tu me donnes des idées Jairard, je vais m’attaquer à la première lettre maudite de cette pluie lourde et drue qui attaque les cultures pour la remplacer par un « p » et qu’elle se transforme en cette jolie fleur des champs : la prêle
  • Attention néanmoins Jaipetto en voulant éliminer cette lettre maudite nous ne ferons pas que des heureux.
  • A quoi penses-tu Jairard ?
  • Par exemple  j’ai rendu service à une pièce métallique de serrure qui s’ennuie toute la journée en attendant son hôte. j’ai dévoré sa lettre interdite et l’ai remplacée par un « h »  maintenant elle est devenue hache de porte et son pêne compte ses abattis
  • Pauvre pêne il me fait de la peine. Jairare tu n’aurais pas dû remplacer cette lettre maudite. As-tu d’autres exemples de suppression qui ont posé problème ?
  • Non Jaipetto pas pour le moment mais j’ai bien envie de supprimer la lettre de ce point qui porte son nom mais cela va être très difficile de la remplacer
  • Ne t’inquiète pas Jairare, j’ai beaucoup mieux comme lettre nous allons la remplacer par un « Q » et le point Q sera beaucoup plus parlant pour tous et plus facile à trouver  surtout pour toi Jairare au jet rare pour qui ce point de la lettre interdite peut paraître inutile
  • Super, Merci Jaipetto mais attention avec le point Q on pourrait maintenant t’appeler jaipété car ces jets là chez toi ne sont pas rares.

Martine / Avril 2016 (encore mille excuses de temps en temps je me lâche mais c'est rare heureusement)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0