Publié le 5 Novembre 2018

Pour le défi 211 des croqueurs de mots Josette nous donne la consigne suivante :  Vous avez reçu une invitation à un vernissage avec un ami. Ravie ou outrée vous partagez vos impressions devant les premières oeuvres exposées

 

 

en insérant dans votre écrit deux expressions contenant le nom d'un animal

Ci-dessous mon texte

Les décharnées déchaînées

En ce bel après-midi d’été au lieu de profiter de la plage, j’avais accepté d’accompagner mon amie Nathalie à une exposition d’un sculpteur qu’elle aimait beaucoup et souhaitait me faire découvrir.

Dans la grande salle municipale improvisée en musée, je suivais mon guide (elle s’appelait Nathalie mon guide comme dans la chanson). Devant la première sculpture de fil de fer et papier elle s’exclama d’admiration devant trois nanas, sortes de girafes squelettiques perchées sur des talons hauts, se tenant par la main tout en portant des ballons comme si elles souhaitaient encore se grandir.

Les décharnées déchaînées
  • Qu’en penses-tu Jeanna ? J’adore ses poms poms girls revisitées s’exclama-t-elle !
  • Des poms poms girls ! Je te l’accorde Nathalie si l’on entend par pommes le fruit du pommier car sinon les poms poms girls sont plus bodybuildées que liposucées. Je vois plutôt dans ces trois grandes bringues maigrichonnes des mannequins anorexiques. Ce pourrait être une revisite des trois grâces de Raphaël et leurs pommes. A la place trois maigres, non pas nues comme des vers telles les grâces , mais habillées de vêtements aux couleurs chamarrées moulant leurs os minces comme des fils Il n’y a pas de titre affiché pour cette œuvre Je l’appellerai bien « les trois décharnées déchainées » tant elles me paraissaient actives malgré leur immobilité statufiée.  
Les décharnées déchaînées
  • Quelle imagination Jeanna ! Mais comment explique tu alors les pommes transformées en ballons ?»
  • Bonne remarque Nathalie mais je n’y vois pas comme toi des ballons qui sont trop légers. J’y vois plutôt des ballots contenant la graisse enlevée lors des liposucions qu’elles ont subies afin de les alourdir pour qu’elles ne s’envolent pas les jours de grand vent. Autre avantage elles portent à la main les formes qu’elles n’ont plus ailleurs. Elles pourront ainsi encore charmer les hommes qui aiment, sans tomber sur des os, caresser les rondeurs féminines qui leur rappellent celles de leur maman.
  • Mais tu aimes cette œuvre ou pas Jeanna ?
  • Je ne peux le dire Nathalie, elle m’interpelle et me met quelque peu mal à l’aise. Ce que j’aime beaucoup c’est qu’elle me fait réfléchir et développe mon imaginaire. Les mannequins ont une chienne de vie. Pour la gagner elles doivent, au prix de leur santé,  se conformer tout à fait aux standards de la beauté et de la mode marketisées. J'aurais peut être préféré que le sculpteur revisite ces trois grâces à la manière de Niki de Saint-Phalle pour montrer la beauté des rondeurs féminines.
     
Niki de Saint Phalle

Niki de Saint Phalle

  • Passons à l’œuvre suivante Nathalie si tu le veux bien.

Nous nous arrêtons devant une seconde œuvre qui elle porte un titre : «La famille Sanchez ».

  • Qu’en penses-tu me demande Nathalie ?
Les décharnées déchaînées
  • C’est étrange Pourquoi ce titre « la famille Sanchez » pour cette sculpture alors que le premier objet qui me saute aux yeux avant même le personnage est une chaise très haute du genre de celles que, ayant de courtes gambettes, j’évite dans les bars pour ne pas avoir les jambes qui pendent !
  • Oui c’est étrange mais, si tu remarques bien Jeanna, Madame ou Mademoiselle SANCHEZ femme échalas n’a pas de chaise adaptée pour s’asseoir. En effet cette chaise est encore trop petite pour elle.  Au lieu de s’installer sur l’assise, elle est appuyée sur le barreau le plus haut du dossier. Les seins pointés vers le ciel comme pour l’implorer. Sa tête, le haut de son buste et ses mains immenses sont tirées en arrière et ces dernières s’agrippent au barreau de la chaise qu’elle a pris soin d’incliner. Elle peut ainsi poser ses pieds à terre et garder ainsi son équilibre qui semble néanmoins des plus précaires dans une position fort inconfortable. Elle est Sanchez et sans chaise à sa taille.
  • Oui tu as raison Nathalie on pourrait dire qu’elle cherche son équilibre dans la vie afin d’arrêter de mener une vie de bâton de chaise, d’être en permanence assise entre deux chaises et d’être considérée par les autres comme un canard boîteux.

Après avoir passé en revue tous les tableaux du sculpteur et échangé nos impressions nous avons quitté le musée heureuses de cette visite qui nous a enrichies.

Le soir en m’endormant j’ai repensé aux femmes géantes décharnées qu’elles soient déchaînées ou dépressives qui me hantent depuis que j’ai fait leur connaissance. La nuit j’ai fait un cauchemar. Après avoir mangé des épinards comme Popeye j’avais soudain grandi, grandi et en même temps amincie de manière spectaculaire. J’étais devenue une géante décharnée déchainée qui n’avait plus de chaise à sa hauteur mais ce n’était pas grave puisque en même temps j’étais toujours en marche et qu’il m’était impossible de m’arrêter tel un automate dont le moteur se serait bloqué en position de fonctionnement. Le matin en me réveillant je me suis précipitée vers mon miroir.  Ouf ce n’était qu’un mauvais rêve, je n’avais ni grandi ni maigri et je pouvais m’arrêter de marcher et de bouger. La chaise de ma chambre n’avait pas grandi et je pouvais m’y assoir. Ouf je n’aurai pas à changer mon nom de famille même si parfois il est  sujet à des moqueries. Je m’appelle en effet Jeanna de Courtecuisse et c’est vrai que j’ai des cuisses de mouche mais j’assume ce détail physique et suis fière du nom de mes ancêtres.

C’était décidé  j’arrête le régime pour ne pas ressembler à ces décharnées et je vais m’octroyer des moments de repos entre mes longues marches quotidiennes. Il faut que j’arrête d’être hyperactive ce qui fatigue mon entourage.

Martine Martin / Novembre 2018 pour le défi 211 des croqueurs de mots animé par Josette (les expressions avec les animaux sont en gras dans le texte).

N.B.

Josette je voulais te dire, j'ai adoré écrire pour ton défi. Je suis très heureuse car grâce à toi j'ai retrouvé la motivation à écrire (notamment en prose) que j'avais perdue depuis quelques temps

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 1 Novembre 2018

La porte grince

Soudain J’entends une porte qui grince

Une plainte, un insupportable cri

C’est effrayant au milieu de la nuit

Et si c’était lui, je l’attends mon prince

 

Soudain un léger souffle, un courant d’air

J’ai froid, je me blottis sous ma couette

Il m’a trouvé, je le sens il me guette

Maintenant dans l’obscurité, il erre

 

Soudain Un souffle. Est ce son cœur qui bat ?

Sous la couette, il se glisse avec grâce

S’allonge tout contre moi, je l’enlace

Il est enfin là, sa majesté mon chat

 

Martine / Octobre 2018 pour les jeudis en poésie du défi 211 des croqueurs de mots animé par Josette

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0