Publié le 30 Mai 2019

On ne sait pas trop pourquoi mais Il y a des jours où tout va mal comme aujourd’hui.

Pourtant je me lève de bonne humeur. C’est la chandeleur, nous avons nos petits enfants avec nous et j’ai décidé de leur faire leurs plats préférés : spaghetti à la bolognaise et, comme c’est mardi gras,  de bonnes crêpes que je recouvrirai d’une couche de savoureuse pâte à tartiner bio chocolat noisette. Elles vont se régaler, pas moi. Depuis que je fais attention à mon alimentation je ne mange plus de pâtes car comme disait Sophia Loren «mes rondeurs, c’est aux spaghettis que je les dois» et depuis que mon premier amoureux, qui me roulait dans la farine sans que je m’en rende compte, m’a laissé tomber comme une crêpe le jour de la chandeleur après m’avoir sauté, je ne mange plus de crêpes mais il m’arrive de les faire sauter. Avouez que ce n’est pas bon pour ma ligne non plus.

Après un copieux petit déjeuner, le meilleur repas de ma journée, je me sens fin prête à cuisiner. Après avoir sorti  le lait et les œufs du réfrigérateur, j’ouvre la boite métallique où je conserve ma farine enfin pas cette fois ci, la boîte est vide et je n’ai pas de paquet d’avance. Je demande à mon chéri s’il peut aller m’en chercher à la supérette ce qu’il fait  aussitôt sans se plaindre. Pendant ce temps je joue la médiatrice auprès de mes petites filles qui sont en train de se battre comme des chiffonnières pour conquérir le dernier bonbon qui reste dans la bonbonnière. J’attrape l’objet de convoitise et l’enfourne dans ma bouche en leur disant que c’est le bonbon pour Mamie. C’est délicieux cette cochonnerie. Elles arrêtent aussitôt de se chamailler pour un chamallow et se liguent contre moi. C’est le moment que choisit mon époux pour m’appeler sur mon smartphone pour me demander quelle farine il prend de la T45 ou de la T55 ? Je n’avais jamais fait attention qu’il y avait plusieurs sortes de farine, lui si, pourtant il ne fait jamais les courses. Je lui réponds que, comme je m’en moque comme de l’an 40, qu’il prenne de la 55 et qu’il en profite pour acheter des chamallow aux petites. Il revient peu de temps laissant derrière lui la trace enfarinée de son passage ne s’étant même pas aperçu que le paquet, qu’il avait dû quelque peu malmener, fuyait. il pose le sachet de Chamallow sur la table de la cuisine suivie par les 3 petites en manque de sucrerie qui se jettent dessus, comme des fauves sur leur proie, ce qui énerve mon époux qui fait tomber le paquet de farine sur le carrelage de la cuisine, il éclate. « Quand dieu envoie la farine, le diable enlève le sac » (1)

Après avoir nettoyé le sol de la cuisine et récupéré la farine restant dans le sac. Je fais ma pâte à crêpes, la laisse reposer et fait cuire mes crêpes. En voulant épater les petites qui me regardent opérer, au lieu de les retourner à la spatule, je fais sauter une crêpe en l’air et tente de la récupérer dans la poêle, elle  tombe  au sol ou plutôt sur la tête du chat, qui passait par là inconscient du danger. Apeuré, il détale aussitôt aveuglé par ce chapeau tombé du ciel. Mon chéri arrive  à rattraper le chapeauté et récupérer la crêpe qui finit à la poubelle.  Les filles sont mortes de rire, la plus petite en fait même pipi dans sa culotte. Je finis tant bien que mal mes crêpes sans chercher à les faire sauter.

Ensuite je m’attaque à la cuisson des spaghettis. Il y a bien longtemps que je n’en ai pas fait cuire. Je fais bouillir mon eau salée et je jette ma botte de spaghettis dans la casserole, elles sont trop longues, elles dépassent. J’avais oublié ce détail.
 

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Mon époux me regarde goguenard et me dis, tu aurais dû prendre la cocotte-minute, tu n’aurais pas eu à appuyer dessus avec ta fourchette. J’ai horreur qu’on me regarde quand je cuisine et  énervée par mes mésaventures,  je lui réponds «Tu me les brises menues».  Quelle n’est pas ma stupeur de le voir aussitôt prendre le grand ciseau de cuisine qu’il plonge dans l’eau et se mettre à découper rageusement les spaghettis en petits morceaux en criant «je les brise menues». Les petites ne mangeront plus des spaghettis mais du vermicelle à la bolognaise. Comme elles aiment regarder top chef à la télévision et qu’elles connaissent tous les termes utilisés par les MOF, je leur dirai que Papi a « revisité » les spaghettis à la bolognaise et cette pensée me fait éclater de rire. J’ai toujours positivé dans la vie.

Le téléphone sonne dans la maison, je me précipite pour répondre. Habituellement, je ne réponds pas quand aucun numéro connu ne s’affiche mais je ne sais pas pourquoi je décroche. C’est une voyante médium qui me propose de me prédire l’avenir et qui me demande ce que je veux savoir. Je lui réponds avant de raccrocher : "Tant que les paquets de farine fuient encore et que  les spaghettis ne rentrent pas dans la casserole : le futur je m’en tape".

 

  1. Proverbe français

 

Martine / Mai 2019 pour le défi "spécial élection" des croqueurs de mots proposés par Domi.

Tu m'excuseras Domi mais je n'avais pas du tout envie de parler des élections mais j'ai néanmoins pris une des trois phrases que tu proposais et j'ai construit cette courte nouvelle autour  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 28 Mai 2019

Photo de notre ami Robert B.  Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Photo de notre ami Robert B. Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Il s'agissait d'une démonstration d'hélitreuillage 

Avis à mes amis blogueurs :

Je fais une pause blogs à durée indéterminée pour la conception d'articles et d'au moins une semaine pour les visites de vos blogs.

Heureusement j'ai toujours au moins un mois d'avance d'articles sur Cergyrama et la Gazette des Olonnes qui s'alimentent de mes promenades et randonnées mais le médecin m'a interdit pour plusieurs semaines la marche et bien entendu la course et le fitness. Je positive en me disant que je vais avoir du temps pour lire. 

Sur ce blog d'écriture Quai des Rimes, j'ai peu d'articles en avance mais j'essaierai de répondre au défi des croqueurs de mots et de Ghislaine si l'inspiration me vient car je déprime à devoir rester chez moi et j'ai envie de rien faire.  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 27 Mai 2019

Le fil rouge de Cergy (Atelier 96 de Ghislaine)
Le fil rouge de Cergy (Atelier 96 de Ghislaine)Le fil rouge de Cergy (Atelier 96 de Ghislaine)

Toute rouge est la passerelle

Serait-elle un peu en colère ?

Pense la tour du Belvédère 

Pour quelle raison le serait-elle ?

Répondent les douze colonnes

Que bien peu de choses étonnent

 

Ne soyez  pas aussi altières

D’être ce fil rouge elle est fière.

Avec une réelle élégance

Et dans une belle cohérence,

Elle lie la ville de béton blanc

Au bel écrin vert et aux étangs

 

Martine / Réédition d'un poème de 2008 pour l'atelier 96 de Ghislaine

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 24 Mai 2019

En début de mois deux de nos petites filles nous ont rejoint aux Sables d'Olonne et nous avons passé avec elles une très belle semaine ensoleillée. Elles ont beaucoup apprécié faire du kart à pédales, la nouvelle aire de jeu des Sablotins et jouer dans le jardin qui s'était transformé en salon de massage

Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019

Elles étaient venues par le TGV (voyage accompagné d'animateurs) et nous les avons ramenées en voiture à Paris où nous avons passer une semaine à trier nos affaires, aller à la déchetterie, donner et vendre sur le bon coin. Triste semaine en plus sous la pluie. 

Néanmoins le matin quand le temps l'a permis j'ai repris mes promenades et joggings dans Cergy et les environs. Quelques moments de petits bonheur en bord d'Oise, à Port Cergy et dans les champs maraîchers

 

Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019

Autre moment de bonheur, le 8 mai nous avons invité la maman à Jeff (92 ans) dans un excellent restaurant gastronomique "Au vieux pêcheur" à Limay. De voir son bonheur m'a vraiment émue

Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019

Nous sommes rentrés en Vendée la voiture pleine à ras bord de nos affaires. Les deux semaines qui ont suivi ont passé vite : rangement, fixation de nos tableaux. 

Nous avons néanmoins fait quelques promenades ensoleillées et ventées. Un coup de coeur pour le grand trimaran ULTIM 32/23 de Thomas Coville que nous avons pu admirer à Port Olonna. C'est impressionnant comme il est en grand. Il est plus très beau on dirait un avion.

Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019

Pour nous changer un peu les idées nous avons été déjeuner sur la plage du Tanchet dans la "cabane d'Arthur" où nous avons face à l'océan très bien mangé : wok et tarte au citron revisitée (un vrai délice). Nous nous sommes même offert un cocktail alcoolisé : Un spritz. On avait l'impression d'être en vacances. Nous y sommes toute l'année en fait. 

Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019

Depuis cinq jours j'ai une forte douleur au tibia quand je marche ce qui m'a obligé à arrêter le fitness en piscine, la course à pieds et à adopter l'allure d'un escargot quand je marche. Cela arrive souvent à ceux qui courent à pieds mais ce ne m'était pas encore arrivé. Je déprime à rester à la maison alors je me console en contemplant notre beau jardin des Sables d'Olonne qui au mois de mai est très fleuri et depuis lequel on entend l'océan quand il y a de la houle

Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019
Détesté / aimé Mai 2019Détesté / aimé Mai 2019

Le 26 mai nous remonterons sur Cergy pour aller voter et continuer à vider la maison. Juin va être un mois difficile pour moi : le dernier à Cergy et c'est aussi le mois de mes contrôles annuels à Curie pour voir si le crabe qui dort en moi ne s'est pas réveillé avec toute l'angoisse que cela peut entraîner avant. 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté

Repost0

Publié le 23 Mai 2019

Atwork par Magritte - Les cornes du désir

Atwork par Magritte - Les cornes du désir

Nous sommes deux sœurs jumelles

Abigaëlle et Gwenaëlle

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

Ayant très tôt perdu la boule

Au casino de La Napoule

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

 

Nous sommes deux sœurs fantômes

Venues du ciel notre royaume

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

Nous sommes échouées sur la grève

Le peintre Magritte est en grève

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

 

Nous sommes deux sœurs frustrées

Sur le tableau inachevé

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

Nous attendons  deux pommes vertes

Deux boules par Magritte offertes

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

 

Nous serons deux sœurs ravies

Car le peintre a enfin fini

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

Montage Martine Martin d'après des tableaux de Magritte

Montage Martine Martin d'après des tableaux de Magritte

Nous irons rejoindre au muséum

Le chef d’œuvre  « le fils de l’homme »

Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do

Le fils de l'homme Magritte

Le fils de l'homme Magritte

Martine / Réédition d'un poème de 2016 (parodie de la chanson les soeurs jumelles des demoiselles de Rochefort de Michel Legrand) pour les jeudis en poésie du défi 220 des croqueurs de mots animé par Zaza

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes, #Parodies

Repost0

Publié le 22 Mai 2019

J'ai lu dernièrement le dernier roman "J'ai dû rêver trop fort" d'un de mes écrivains préférés : Michel Bussi sur ma liseuse et une phrase de ce livre m'a tellement plue que je l'ai noté dans ma liseuse. C'est rare que je note ainsi des phrases. Je l'ai accompagnée d'une photo Pixabay pour l'Image citation 44 de Jazzy

cliquez sur la photo pour mieux lire la citation

cliquez sur la photo pour mieux lire la citation

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 21 Mai 2019

Ensemble réalisons le rêve d'un enfant Malade

Nous sommes 106 auteurs et illustrateurs à avoir écrit (Prose et vers) et réalisé un livre "Les métiers improbables" dont le bénéfice ira dans son intégralité à l'association rêve qui réalise le rêve d'enfants malades.

C'est le sixième livre auquel j'ai le plaisir de participer pour cette association .  Les 5 livres précédents

- l'atelier de Mijoty

- La boîte à rêves

- La marguerite des possibles

- Le mariage

- Voyage

sont disponibles sur le site de l'éditeur "the book editions" ICI

Si vous souhaitez acheter notre dernier livre "Métiers improbables" qui n'est pas encore sur le site de l'éditeur (il le sera fin juin), cliquez sur le lien ci-dessous pour avoir tous les renseignements nécessaires

Merci de votre aide pour les enfants.

N'hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux pour qu'un maximum de rêves d'enfants puissent être réalisés.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 20 Mai 2019

Pour le défi 220 des croqueurs de mots animé par Zaza, faute de temps à cause de mon déménagement, je me suis permis de rééditer une nouvelle que j'avais écrite en 2015 en en modifiant néanmoins la fin. 

J'espère Zaza que cette nouvelle répondra au thème (écrire un texte zazatesque) même si l'histoire n'est pas réellement déjantée.

Mon poème du deuxième jeudi en poésie le sera lui je te le promets à tel point qu'il pourra te faire perdre la tête, si, si....

LES PÉCHÉS CAPITAUX

Dans son lit Julien entend  les murmures de la ville qui s’éveille soudain après la léthargie du week-end. Il fait un peu froid dans son appartement en ce lundi matin d’automne.  C’est l’heure où il devrait se lever pour aller travailler mais il n’a qu’une seule envie, rester encore dans la douce chaleur de sa couette pour cocooner et paresser. Sa vie peut s’arrêter à tout moment, aujourd’hui il va profiter au maximum des plaisirs qu’elle lui offre « Carpe Diem ». Il n’ira pas travailler. Il téléphonera  à son patron pour l’avertir qu’il est malade. Son patron lui pardonnera d’autant plus que cela ne lui arrive jamais. Il reste au lit une bonne partie de la matinée à sommeiller, rêvasser en imaginant ses collègues dans la folie furieuse et stressante du Centre d’appel « Oh qu’il est doux de ne rien faire » quand tout s’agite autour de vous ».  Il se surprend même à chantonner « le lundi au soleil ».  En fin de matinée,  la faim le sort du lit. Ayant eu la flemme de faire des courses ce week-end, force est de constater que son réfrigérateur et ses placards sont vides, désespérément vides…Plus un seul petit morceau de pain, de beurre ou une lichette de confiture.  Impossible à la cigale qu’il est aujourd’hui d’aller trouver la fourmi sa voisine qui est partie travailler bien entendu.  Tant pis, Il a une forte envie de pâtisserie, de chocolat,  il va déjeuner dehors et se faire plaisir. Il s’habille très vite, sort de chez lui, dévale les marches de l’escalier. Après la pénombre de la cage de l’escalier, la lumière crue de cette belle matinée d’octobre l’éblouit et la rumeur citadine l’étourdit.  Il se dirige vers la pâtisserie / salon de thé proche où le gourmand qu’il est a ses habitudes.

A la porte de la boutique, Un SDF l’interpelle pour lui demander de l’argent ou un ticket restaurant pour déjeuner.  Il pourrait donner une petite pièce au moins mais il est très avare surtout pour les autres.  Il passe devant lui et au lieu de jeter une obole dans le chapeau posé à terre il prend l’homme en photo avec son smartphone. Au fond de lui-même,  peut-être pour se déculpabiliser, il  envie même  ce fainéant qui a la chance de passer ses journées à ne rien faire pendant que lui travaille.  C’est juste de l’envie pas de la jalousie (horrible péché), il n’échangerait tout de même pas sa place avec ce gueux.

Il rentre dans la boutique, La serveuse qui n’est plus toute jeune l’accueille avec un joli sourire. Il commande un grand café bien chaud qu’il accompagne de savoureux petits macarons multicolores.  En attendant d’être servi il poste la photo du SDF sur internet avec comme légende « Péché : La Paresse ». Après avoir avalé ces macarons très vite sans même prendre le temps de les déguster, son envie de sucreries n’étant pas encore assouvie, il commande un saint Honoré et un éclair au chocolat. Avec son smartphone il se prend en photo entrain de croquer dans le saint-honoré et la poste sur facebook avec la légende «Péché : La Gourmandise ».  Après cette boulimie de pâtisserie,  ne risquant plus l’hypoglycémie, il se sent beaucoup mieux.  Avant de héler la serveuse pour payer, il prend en photo les jambes variqueuses de la serveuse qu’il poste sur facebook avec comme légende «Péché : la varice ». Il paye la serveuse sans lui laisser de pourboire et sort dans la rue.

Que faire maintenant  pour chasser l’ennui qui commence à le gagner ! Il passe devant une affiche publicitaire ou une blonde pulpeuse en lingerie sexy à dentelle blanche s’étire devant lui. il se prend en photo entrain de caresser la femme de l’affiche et la poste avec la légende : « Péché : l’envie ». 

Les péchés capitaux

C’est vrai qu’il a une forte envie de sexe, un des autres grands plaisirs de sa vie. Il téléphone à Cathy avec qui il a depuis trois ans des relations épisodiques au gré de leurs envies respectives ou plutôt des siennes. Par chance Cathy est chez elle et a l’air de se réjouir de passer avec lui une après-midi coquine.  Cathy dans un vaporeux déshabillé l’accueille avec un sourire gourmand. Avec son smartphone, il se prend en photo avec elle se promettant de la poster plus tard avec la légende «Péché : la luxure ». Frissonnants de désir partagé, Ils s’étreignent alors avec fougue, roulent sur le tapis du séjour et s’adonnent à de multiples jeux  de domination et soumission décuplant leur plaisir jusqu’à l’apothéose qu’il aurait souhaitée moins précoce ce qui le frustre. cette chienne  en chaleur ne devrait pas l’exciter autant. Elle a de la chance, pense-t-il, d’avoir un amant comme lui aussi beau et performant.  Il sent la haine monter en lui. Cathy sort du champagne du réfrigérateur, en sort deux coupes et lui en tend une en s’écriant narquoise :

  • « À tes exploits Julien,  record de vitesse battu,  encore un effort et tu rentreras au Guiness ». je pourrais prendre ton sexe en photo et le poster sur Facebook avec comme légende « tare : l’impuissance ».

Il rougit, Il bouillonne en s’efforçant de se contenir

  • C’est de ta faute Cathy
  • De ma faute, arrête Julien de masquer ton manque de confiance en toi par un orgueil démesuré, une fausse assurance.
  • Madame joue les psy maintenant, tu lis trop Psycho Magazine
  • Regarde comment tu te tiens droit, comment tu bombes le torse avec excès.  Prends toi en photo et poste la avec la légende « Péché : l’orgueil »
  • Tais-toi Cathy, s’il te plait ferme-la
  • J’ai vu tes selfies lamentables sur Facebook ce matin surtout celui « la paresse » avec le SDF et « La Varice », en plus tu te crois drôle !  je t’assure tu devrais vraiment consulter un psy
  • Arrête, s’il te plait, c’en est trop
  • Non je ne me tairai pas, je ne me tairai plus puisque que tu ne veux pas entendre le message en mode atténué, je vais te le répéter en mode brutal : Tu es un minable complexé, instinctif et impuissant Julien et je te demande de partir tout de suite et de ne jamais plus revenir

Toute la colère contenue en lui  éclate soudain. Julien jette les coupes de champagne à terre qui se brisent en tombant se précipite sur Cathy  tétanisée de stupeur par sa fureur violente,  Il la fait tomber, la bloque en s’asseyant sur elle, la saisit par le cou et serre, serre, serre pour faire taire, taire à jamais cette salope…. Il l'a tuée, il ne le voulait pas mais c'est de sa faute. Il prend son smartphone qu’il avait posé sur la table basse et prend en photo les coupes cassées à terre et les poste sur Facebook avec comme légende «Péché : la colère», il efface le selfie trop compromettant de la luxure de son smartphone.  Il nettoie les traces de son passage,  ramasse le verre brisé le met dans un sac plastique avec la bouteille qu’il jettera dans sa poubelle en rentrant.  Il s’empare du smartphone de Cathy, efface son nom de la liste de ses amis et le met dans la poche de sa veste. Quand il passera sur le pont Mirabeau "sur le pont Mirabeau coule la Seine et nos amours"  il le lancera dans la Seine. Sur son propre téléphone, il raye Cathy de sa liste d’amis.

Enfin calmé et rassuré comme si rien ne s’était passé,  il sort de l’appartement puis de l’immeuble sans que personne ne l’ait vu ni entrer, ni sortir, pressé d’en terminer avec cette épique journée et sans penser que sa colère et sa précipitation lui ont fait oublier d'effacer le selfie de la luxure sur google ou toutes les photos qu'il prend avec son smartphone sont stockées et visibles par tous. 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 17 Mai 2019

 

Je ne veux pas de vacances

tumultueuses

Orgueilleuses

croustilleuses

Sulfureuses

onéreuses

 

Accorde moi  des vacances

Langoureuses

chaleureuses

Généreuses

Savoureuses

Merveilleuses

En creuse, vacances heureuses

Accompagne moi en Creuse

Nous pourrions dans la campagne

Marcher dans les bois,  landes,  tourbières et prairies

Nous pourrions  à Guéret

Aller au musée de la Sénatorerie

Nous pourrions à Aubusson

Admirer de magnifiques tapisseries

Nous pourrions  à la Souterraine

Nous envoyer en l’air mon chéri

 

En Creuse, l'appétit se creuse

Vacances gourmandes et heureuses

 

Martine / Avril 2019 pour le Nid de mots d’ABC     

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 16 Mai 2019

Je préférerais danser le Zouk à Ouerzazate dans les souks

Oh non Zut alors, mille fois Zut

Après l’excès de Zèle pour Jazzy

Pour un défi quelque peu zarbi

Je rêvais d’un atelier plus zen

Mais un drôle de zig est arrivé

Comme Zorro sans se presser

Nous demandant un zoom sur le « Z »

Sans nous proposer ni délai, ni aide

Mais qui est donc ce sacré Zozo

Qui ose se prendre pour Zorro

En rêvant de voir partout des « Z »

Peut-être un drôle de zèbre du zoo

Ce n’est ni un zèbre ni un zozo

Pas de zizi mais une zézette

Est-ce Josette dite Zézette

Mais non c’est Zaza rambette. ;

Avec ses idées «Zazatesques »

Je préfèrerais danser le zouk

A Ouerzazate dans les grands souks

 

Martine / Mai 2019 pour les jeudis en poésie du défi 221 des croqueurs de mots animé par Zaza  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0