Publié le 30 Octobre 2019

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Il a peur de tout Klaus
Peur des espaces clos
Peur d'être dans la foule
Peur en mer de la houle
Peur de tous les reptiles
Surtout des crocodiles
et des  caméléons
Peur de prendre l'avion
Peur quand il n'a pas pied
Peur des sans papiers
et des va-nus-pieds
Peur des noirs, juifs, arabes
Peur du satané crabe
Peur du noir et de la nuit
Et mëme peur de lui
Peur de toutes ses peurs
Klaus a trop de phobies
Il porte bien son nom
Klaus TROFOBIQUE

Martine / Août 2019 pour Les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Klaus)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 25 Octobre 2019

Le mois d'octobre a commencé par une bonne nouvelle : le chirurgien orthopédiste consulté suite à la découverte par hasard sur une radiographie de la jambe d'un endochrome du péroné (tumeur bénigne) m'a indiqué qu'elle n'était pas à retirer car elle n'avait qu'une chance infime d'évoluer mais simplement à surveiller tous les deux ans pour voir si elle ne s'épaississait ce qui pourrait faire courir le risque qu'elle touche un nerf et devienne douloureuse. l'hypocondriaque que je suis devenue depuis mon cancer est totalement rassurée. Il m'a dit que je pouvais continuer mes activités sportives sans problème. J'ai donc repris mes marches et courses matinales mais je préfère l'été car chaque matin je marche et cours de 6 heures à 8 heures et il fait nuit. Je positive néanmoins car la nuit est belle sur le remblai des Sables d'Olonne (voir ci-dessous)

 

Détesté / aimé Octobre 2019
Détesté / aimé Octobre 2019

Début octobre, c'étaient les grandes marées aux Sables d'olonne et c'est un spectacle merveilleux dont je ne me lasserai jamais

Grande marée sur la plage du Tanchet
Grande marée sur la plage du Tanchet

Grande marée sur la plage du Tanchet

Grande marée sur la côte sauvage du château d'OlonneGrande marée sur la côte sauvage du château d'Olonne
Grande marée sur la côte sauvage du château d'Olonne
Grande marée sur la côte sauvage du château d'OlonneGrande marée sur la côte sauvage du château d'Olonne

Grande marée sur la côte sauvage du château d'Olonne

Le 5 octobre nous avons fêté l'anniversaire de Jeff dans un petit restaurant des Sables d'Olonne : Le petit phare à la Chaume où nous avons passé un excellent moment gastronomique

Au restaurant le petit phare aux Sables d'Olonne
Au restaurant le petit phare aux Sables d'Olonne

Au restaurant le petit phare aux Sables d'Olonne

Au restaurant le petit phare aux Sables d'Olonne
Au restaurant le petit phare aux Sables d'Olonne

Au restaurant le petit phare aux Sables d'Olonne

Il faisait très beau, nous aurions pu déjeuner en terrasse mais nous ne l'avons pas fait. Après le déjeuner nous avons fait une promenade digestive sur les quais de la Chaume

Détesté / aimé Octobre 2019
Détesté / aimé Octobre 2019

OOPS notre chat nous comble de bonheur tant il est affectueux. C'est un amour de chat que nous adorons. Il a plus le tempérament d'un chien que d'un chat. Il aime particulièrement se promener à mes côtés dans la rue. Au début j'avais peur qu'il se sauve et je le promenais en laisse (Voir vidéo ci-dessous). Maintenant je le promène sans laisse et il reste à mes côtés. Quand il va dans une direction ou je ne veux pas qu'il aille, je lui dis non fortement et lui montre la direction qu'il doit prendre et il m’obéit. Cela m'étonne d'autant plus que j'ai eu beaucoup de chats dans ma vie et c'est la première fois que j'arrive à en promener un comme un chien ! C'est agréable mais c'est assez prenant car il y prend goût et me demande sans arrêt de sortir alors qu'il peut le faire seul dans le jardin aux clôtures hautes où il est en sécurité.  Je rappelle que OOPS est un chat handicapé. Il a un ligament croisé d'une patte arrière rompu ce qui l'empêche de grimper et de sauter haut. Par contre il court très vite (de travers) et parfois dans la rue je cours avec lui ce qu'il adore car c'est un chat très tonique et dynamique. Maintenant c'est lui qui commence à courir doucement et il me regarde pour que je cours aussi et quand je me mets à courir il accélère et j'ai du mal à suivre. 

Lors de nos promenades il rencontre d'autres chats du quartier mais comme il est nullement agressif cela se passe bien., il s'est même fait un copain de Huggy le chat d'une de mes voisines.

Détesté / aimé Octobre 2019

Nous avons aussi eu le plaisir de revoir nos amis du Finistère Claire-Cerise et Jean-François qui, en revenant d'Espagne, se sont arrêtés déjeuner avec nous. J'ai eu le plaisir de cuisiner pour eux et nous avons passé ensemble un excellent moment

Détesté / aimé Octobre 2019
Détesté / aimé Octobre 2019

Autre grand bonheur du mois : la lecture de "la police des fleurs, des arbres et des forêts" un thriller qui m'a beaucoup plu car la fin est complètement inattendue et j'avoue que je me suis fait avoir tout au long du livre par l'auteur Romain Puertolas (l'auteur de : "L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa") et je crois que je ne suis pas la seule ! C'est un livre que j'aurais tellement aimé écrire moi qui aime tant les fins surprenantes mais je n'aurais pas été jusqu'à ce point je crois.

Détesté / aimé Octobre 2019

Le mois d'octobre dit "rose" parce qu'il est le mois de la lutte contre le cancer du sein s'achève et cette campagne aussi. J'en suis bien heureuse car le cancer du sein n'a rien de rose franchement, quand on voit le nombre de femmes qui en meurent chaque année (en 2017 60000 nouveaux cas et 12000 décès)  il est plutôt noir !!

Même si cette campagne permet de récolter des fonds importants pour la recherche contre le cancer et incite les femmes à faire des mammographies de contrôle et en cela elle permet de pouvoir soigner très tôt certains cancers et ainsi les guérir, certains organismes publics n'arrêtent pas de dire que les facteurs principaux de cause des cancers sont le tabac, l'alcool, l'obésité (donc l'alimentation et le manque d'activité physique). Même si cela peut contribuer au développement des cancers et pas forcément d'ailleurs celui du sein, ces messages véhiculent l'idée dans l'opinion publique que les femmes victimes du cancer fument, sont alcooliques, boulimiques et Monsieur Tout le Monde se dit "elles l'ont bien cherché". Mieux vaudrait que ces organismes mènent la lutte en réclamant des mesures contre les pesticides, produits chimiques dans les cosmétiques, déodorants, le sucre et le gras abusifs dans l'alimentation plutôt que de s'adresser aux victimes. 

Si vous avez un peu de temps, je vous conseille de visionner le message vidéo sur ce sujet paru sur la page Facebook "Les crabes dansent au Croisic" :  https://www.facebook.com/LescrabesdansentauCroisic/videos/407175966818304/  

A l'heure ou je mets cet article en ligne nous attendons nos petites filles et leurs parents ce qui nous comble de bonheur. De quoi bien terminer ce mois d'octobre et débuter Novembre dans la joie.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté, #Vécu

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

Pour toi Mildred

Mille et un cœurs

Mille bonheurs

Mille baisers

Mille caresses

Milles carambars

Mille grands espoirs

Mille doux rêves

Mille belles trêves

Pour toi Mildred

De tout cœur de

Ton Papa Alfred

Ta maman Tancrède

Martine / Août 2019 pour Les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Mildred)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 18 Octobre 2019

C’est le flamboyant automne

Aux matinées embrumées et douces

Qui éclipsent l’aube en cape rousse

Photo Martine Martin

Photo Martine Martin

Au-dessus de l’océan de brume,

Des étangs ensommeillés qui fument

Des sereines vignes en vendange

Se lève l’astre solaire orange

Qui illumine les pampres d’or

Aux toutes premières  heures de l’aurore 

Photo Martine Martin

Photo Martine Martin

Dans la fraîche brise automnale

Un  effluve de rosée s’exhale

Les feuilles étoilées d’or papillonnent

En voletant elles tourbillonnent

S’émoustillent d’Eole et s’étonnent

Avant de mourir ivres et vaincues

Sur l’épais tapis frais et moussu

 

Martine / Octobre 2019 pour l’atelier 108 de Ghislaine (Thème l’automne)a

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 17 Octobre 2019

Quand son amie l'a vue la première fois,

Elle l’a snobée avec maestria

Elle sentait  qu’elle souhaitait la narguer

Pour la punir de l’avoir intriguée

 

Pour répondre à sa fausse indifférence

Bien que conquise par son ascendance

A son égard elle montra de l’inappétence

 

Comme Elles faisaient le même métier

Dans une commune Société

Il y eu bien souvent des retrouvailles

Dans quelques réunions de travail

Elle admirait ses fortes compétences

Et son éblouissante intelligence

 

Malgré son tyrannique comportement

Une amitié est née rapidement

Elles passaient ensemble des  soirées

Dans son studio avec goût décoré

A jouir des mets qu’elle lui cuisinait

Son amie à l’excès  buvait, fumait

 

Elle l’aimait et l’admirait tellement

Qu’elle l’imitait bien imprudemment

Aussi elle mangeait, buvait, fumait

Parodiait, se moquait, et riait

De leurs collègues, managers et clients

Elle était sous sa coupe inconsciemment

 

Son manager l’a un jour avertie

Sur les dangers d’une telle sympathie

Pour son amie qu’il trouvait pervertie

Elle l’a écouté, aucunement cru

Elle lui en a surtout beaucoup voulu

 

Elle connut une passion amoureuse

Son amie en serait bien sûr heureuse

Au contraire elle s’est montrée railleuse

Il en prenait un bon coup son surmoi

Que son amie la juge l’a mis en émoi

En fait  elle crut qu’elle était jalouse

Elle culpabilisait, avait le blues

 

Pour lui montrer sa profonde amitié

En vacances en Espagne elle l’a invitée

Avec son époux et tous ses enfants

Ce fut une fort déplorable idée

Elle l’a tout simplement boudée

Ne s’intéressant qu’à son époux

A qui elle attribuait toutes les qualités

Elle s’est  sentie par tous critiquée

Et a fini un beau soir par craquer

Elle lui a dit durement son ressenti

Son amie en colère est partie

 

A son amie elle gâchait les vacances

Elle s’en est voulu de sa malséance

Quand elle a voulu se faire pardonner

Son amie l’a gravement insultée

L’une de l’autre elles se sont éloignées

Pendant quelques interminables années

 

Puis elles ont décidé de se revoir

Sans oublier mais passer sur leurs déboires

Leurs relations étaient bien  différentes

Mine de rien, elle bandait son arc

En lui faisant  d’insidieuses remarques

Qui toutes s’attaquaient à son moi

« Ma mère aime beaucoup ton mari, pas toi »

« Ton amant te baise parce qu’il est en manque »

Flèches d’arc devenant boules de pétanque !

Les faussaires de l'amitié et de l'amour

Même si elle trouvait son amie suspecte

C’était comme si elle était dans une secte

Elle ne put rompre leur relation

 

Quand elle tomba gravement malade

Son amie cessa ses rebuffades

Fit mine de s’intéresser à elle

En prenant de temps en temps de ses nouvelles

Mais elle ne reçut aucun vrai soutien d’elle

A la place du dédain de distance

Elle lui pardonna son indifférence

Son amie souffrait d’une leucémie

Qui était pour le moment endormie

Mais qui pouvait un jour se réveiller

 

Quand ses traitements furent terminés

Elle a rompu certaines amitiés

Beaucoup d’amies l’avaient laissé tomber

Revenant maintenant qu’elle était guérie

Mais elle garda sa fausse meilleure amie

 

Elle partit même à l’autre bout du pays

Pour l’aider dans son emménagement

Son amie l’invectivât sans ménagement

Pour un petit désaccord simplement

Elle mit fin  à cette relation toxique

Qu’elle ne pouvait plus nommer amitié

 

Rompez avec les pervers narcissiques

De l’amitié ou de l’amour imposteurs

Des faussaires fabuleux qui vous leurrent

Et qui ne veulent que votre malheur

Pour prendre une position de puissance

qui intensifie en eux la confiance

Qui leur fait douloureusement absence

 

Martine / Octobre 2019 pour les jeudis en poésie du défi 225 des croqueurs de mots animé par Jill Bill  (Thème : faussaire)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 16 Octobre 2019

C'est dur dur je m'appelle Edur
J'aimerais être un dur à cuire
Hélas je suis mou du genou
et je suis mou de la branche
On me donne souvent du mou
J'ai bien souvent des coups de mou
C'est dur dur on va me bouffer
Comme mon père, comme ma mère
Je suis Edur un ver de mer

Martine / Septembre 2019 pour les Prénoms du Mercredi de Jill Bill (Aujourd'hui : EDUR)

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 15 Octobre 2019

Pour Image Citation 46 voici les photos de  Gisèle que j'ai accompagnées chacune d'une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46

et maintenant voici les citations proposées par Gisèle que j'ai illustrées par une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Photo Martine Martin

Photo Martine Martin

Sur des photos Pixabay toutes libres de droit
Sur des photos Pixabay toutes libres de droit
Sur des photos Pixabay toutes libres de droit
Sur des photos Pixabay toutes libres de droit

Sur des photos Pixabay toutes libres de droit

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 14 Octobre 2019

Ce matin dans ma messagerie, j’ai reçu un email d’une lectrice de mon blog qui m’écrit

De: Flore

à : Martine

Bonjour Martine,

Fidèle lectrice de votre blog, je voulais vous dire que j’ai beaucoup  aimé votre texte «Pauvre Lisa » ci-dessous en lien

Permettez-moi de vous citer :

« Tu a du poser pendant de longues heures, immobile devant Léonardo avec ce sourire figé, forcé avec un soupçon de satisfaction malicieuse et d'admiration amoureuse pour le Maître ».

Je crois sincèrement que vous vous trompez sur Mona Lisa. Derrière la jeune femme qui a l’air si douce et rangée ce cache en vérité une sorcière perverse  qui veut séduire Léonardo pour le mettre sous son emprise et lui jeter des sorts. Je crois que vous l’avez inconsciemment ressenti quand vous écrivez « 

«Je suis venue te saluer aujourd'hui en espérant inconsciemment que tu me confies ton Mystère. Je ne t'aime pas, tu l'as senti et tu ne m'as pas parlé. Je suis déçue mais c'est mieux ainsi ».

Elle ne vous a pas parlé parce qu’elle a senti votre rejet et compris qu’elle ne pourrait vous séduire.

J’avais un ami peintre qui m’a donné ce tableau qui semble  parodier la Joconde  (photo ci-dessous) mais  je  crois qu'en vérité elle montre la vraie Mona Lisa.

Il se trouve que souffrant d’un cancer généralisé, je n’ai plus que quelques jours à vivre et je vous lègue ce tableau. J’ai donné vos coordonnées à mon notaire qui vous contactera après mon décès.

Si vous ne l’aimez pas (la beauté est subjective) vous pourrez le donner ou même le vendre. Vu le nombre croissant de gothiques il trouvera preneur.

Je vous remercie pour les petites joies de lecture que vous m’avez apportées et vous souhaite beaucoup de bonheur dans la vie avec ou sans Mona Lisa.

Amicalement

Flore

Quelques semaines après avoir reçu cette lettre, j’ai été convoquée par le Notaire qui m’a remis le tableau de Mona Lisa avec un air un peu narquois.

De retour à la maison, j’ai déballé le tableau et je l’ai regardé. A la vue de la photo dans le mail je l’avais trouvé morbide mais le voir en vrai était insoutenable et cauchemardesque. Quelle horreur ! Si je gardais ce tableau, c'était certain cette sorcière allait m'emberlucoter. Il fallait que je m'en débarrasse sur le champ.

Mon amie Jill Bill à qui j’écrivais sur son blog que je ne supportais pas ce tableau et que j’aurais dû mal à le vendre, me répondait que le vendre était le meilleur moyen de m’en débarrasser.

C’est certain mais un bon vendeur serait capable de vendre n’importe quoi, à n’importe qui…. Pas moi !

Alors je me suis dirigée vers le fond de mon jardin en friche. J’ai constitué avec du bois entassé et du papier journal un grand bûcher auquel j’ai mis le feu. J’ai jeté le tableau au milieu et il a disparu très rapidement. Au moyen âge on brûlait les sorcières.

Néanmoins Merci à Flore elle m’a permis de me réconcilier avec la Joconde et je trouve maintenant son sourire plus plaisant .Je la plains beaucoup d’être par de nombreux peintres parodiée ainsi. C’est se moquer d’elle et  en même temps du génie qui l’a sortie de l’ombre.  Je vais retourner la voir au Louvre et je suis certaine que je la verrai autrement

Les deux visages de Mona Lisa

Martine Martin / Octobre 2019 pour le défi 224 des croqueurs de mots animé par Jill BIll  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 11 Octobre 2019

Comme chaque matin, je rentrais chez moi après mon travail. Conducteur de ligne de production dans une usine agroalimentaire,   la nuit avait été particulièrement longue et fatigante. Au-delà du bruit assourdissant des machines, de la station debout qui m’était de plus en plus pénible à cause d’une mauvaise circulation sanguine, mon travail avait été rendu encore plus pénible par un arrêt soudain et inexpliqué de la ligne de production. Heureusement j’avais déjà eu cette panne et j’ai pu remettre en route rapidement la production.

 

En sortant de l’usine, il pleuvait des cordes, le vent était violent. Je courais vers ma voiture pour être à l’abri rapidement et rentrer chez moi retrouver ma femme et ma fille dans notre jolie maison.  Je mis la radio pour me tenir compagnie pendant le quart d’heure de route. Aux actualités de 7 H 30, le journaliste annonçait que la tempête annoncée la veille avait bien traversé notre ville en fin de nuit et que les pompiers étaient débordés. Ils annonçaient quelques victimes mais craignaient que le bilan soit plus lourd. Je regardais autour de moi dans la semi obscurité précédant l’aurore. Sur les trottoirs des poubelles étaient renversées, des tuiles étaient tombées parfois même sur la chaussée. Au carrefour le grand sapin penchait dangereusement. J’avais hâte de rentrer.

 

Il faisait presque jour quand j’arrivais devant chez moi et ce que je vis me stupéfia : mes trois arbres, de vieux bouleaux, avaient sauté et gisaient à terre déracinés. Ils étaient pleins de nids. Quelle tristesse ! Où allaient pouvoir nicher les petits oiseaux que j’aimais tant ? Cette pensée me bouleversa tant que je ne pus retenir quelques larmes.

Tempête

Je tournais mon regard vers la maison. Vision d’horreur un arbre du voisin était tombé sur notre maison où dormaient ma femme et ma fille. Je m’évanouis. Je me réveillais à l’hôpital ou l’on m’apprit que mon épouse et ma fille étaient mortes.

 

C’était il y a dix ans, je ne me suis jamais remis de la perte de ma famille et la culpabilité me tenaille. Je m’en voudrais toute ma vie d’avoir pensé aux petits oiseaux avant de me préoccuper du sort de ma femme et de ma fille.

 

Martine Martin / Septembre 2019 pour le Nid de mots d’ABC     

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 10 Octobre 2019

Avant de quitter cette terre

Je te fais ici l’inventaire

Un inventaire à la Prévert

De ce que je veux extraire

De bonheurs et plaisirs divers

Dont je te nomme légataire

Le talkie-walkie que tu m’avais offert

Souvenir de notre amour sur la CB

Notre mariage un samedi de juin

La fête à la ferme du Mont Valérien

Deux enfants souriants Laurence et Grégorie

Du temps où nous étions encore tous unis

Liesse d’un jour : élection de Mitterrand

Et dans une maison neuve emménagement

Notre bain dans la banquise en Laponie

Plaisir intense hors temps entre jour et nuit

Les perles de rosée sur nos roses blanches

La mésange bleue qui chante sur la branche

La grande ourse dans un ciel d’été indigo

Avec une averse d’étoile à gogo 

Notre maison de Cergy restée dans mon cœur

La vie dans la boucle d’Oise quel bonheur

Les ciels tourmentés d’aurore en automne

Qui sur l’océan lascivement moutonnent

Les écumes et embruns des tempêtes d’hiver

Les soubresauts de l’océan en colère

Nos bains nus dans les vagues chaudes d’été

A Sauveterre sur la plage ensoleillée

Nos doux chats leurs ronronnements et câlins

L’amour et la bienveillance  au quotidien

Je ne pourrais pas t’offrir :le temps qui passe

Car Je n’ai pas pu le capturer hélas

Mais j’ai joui intensément de chaque instant

Chaque instant avec toi  un enchantement

Sans notaire Je t’en lègue  les meilleurs

Conservés pour toi  dans ma boite à bonheurs

Et si par malheur bien après toi je meurs

Je conserverai tout cela dans mon cœur

Pour toi quelques extraits de ma boîte à bonheurs

Martine / Octobre 2019 pour les jeudis en poésie du défi 225 des croqueurs de mots animé par Jill Bill  (Thème : héritage)

J'ai écrit ce poème en m'inspirant de la chanson de Léo Ferré (le testament).

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0