Publié le 30 Septembre 2021

Sauf-conduit pour aujourd'hui

S’il te plait cher aujourd’hui

Donne-moi un sauf conduit

Pour courir sous un dôme d’or

Dans la douce brise d’aurore

Pour écouter les goélands

Haut perchés face à l’océan

Pour une brioche bien chaude

Nappée de bonne marmelade

Pour une franche rigolade

Avec mes amies de fitness

Pour discuter de tout et de rien

Avec mes voisines et voisins

Pour railler avec gentillesse

Nos  petits soucis de vieillesse

Pour cuisiner des calamars

Et me régaler d’un homard

Pour randonner main dans la main

Et m’émerveiller en chemin

Pour regarder bien installée

Un bon polar à la télé

En dégustant des cannelés

Pour écrire les derniers vers

De cette poésie sincère

Pour m'endormir comme un bébé

Fatiguée mais de joie nimbée

S’il te plait cher aujourd’hui

Donne-moi un sauf conduit

Pour un nouvel aujourd’hui

Mais surtout pas pour demain

Le bonheur est dans l’instant

 

Martine Martin pour les jeudis en poésie du Défi 253 des croqueurs de mots, animé par Jeanne Fadosi

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 29 Septembre 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Quand elle m'aperçut à la SPA
cette chatte ressemblant à un puma
S'approcha et à mes jambes se caressa
Avec prudence,  je la pris dans mes bras
Mes joues elle lécha et mon nez huma
Mon cœur fut conquis et aussitôt l'aima
Je l'adoptais et la prénommais UMA

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui UMAb)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 28 Septembre 2021

Pour scène de rue chez Covix : Dans le bus 96 qu'on n'oublie pas quand on a lu mon roman "Souviens toi du bus 96"

Scène de rue : Dans le bus 96 Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 23 Septembre 2021

Silence, Je rêve

Je monte dans la ravine

Le vent léger d’été soudain choit

Les oiseaux se taisent dans le bois

Je m’arrête sur la colline

 

En bas la ville, le vacarme

Dans mon petit coin de paradis

tu m’envahis petit à petit

D’émotion coulent quelques larmes

 

Je t’écoute voluptueusement

tu me caresses et tu me souris

Je me détends et je suis ravie

Instant de pur émerveillement

 

Ta musique sur moi s’exerce

Elle m’emporte dans des pays lointains

Sur les bords de l’océan indien

Où  les flots turquoises me bercent

 

Martine Martin / Réédition Mars 2012 pour les jeudis en poésie (thème les rêves) du défi des croqueurs de mots animé par Jill Bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 22 Septembre 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Permettez-moi de vous présenter,

Un danseur qui va vous enchanter

Celui que j’ai nommé Donatien

Roi du trapèze, vrai circassien.

 

L’écureuil,  mon jeune et bel ami,

Agile tel un marsupilami,

Elégant, fin comme une belette,

Ne Cassera pas sa margoulette.

 

Dans ce joli bois de Lorraine,

Gracieusement en cassant la graine,

De le dire n’est pas outrecuidant,

Il ne se cassera pas les dents.

 

Cet incomparable casse coup

Fait à tous un amical coucou

 

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Donatien)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 21 Septembre 2021

Pour scène de rue chez Covix : Port de plaisance de l'Arsenal au fond la Bastille. Paris

Scène de rue : Port de plaisance de l'arsenal

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 15 Septembre 2021

Il y a un Nicolas
Non ce n'est pas moi
qui aime sa Carlita
Une chanteuse sans voix

Je suis un Nicolas
Cette fois c'est moi
qui aime sa Carlotta
Qui n'est pas Carlita

Ma belle Carlotta
une chanteuse à voix
Une cantatrice d'opéra
Ne murmure pas
Elle hurle la Traviata

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Mes oreilles assourdies aimeraient parfois
que j'échange ma bruyante Carlotta
contre la Carlita de l'autre Nicolas

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Carlotta)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 14 Septembre 2021

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 10 Septembre 2021

J'aime beaucoup Eveline THOMER, écrivaine des Sables d'Olonne, et ses romans. J'en ai lu deux que je n'avais pas encore eu le temps de lire :

 

La Matouze

C’est un récit autobiographique que nous propose Eveline Thomer dans son émouvant roman « La Matouze »

À travers l’histoire d’Aline. Elle nous raconte avec pudeur son enfance difficile auprès d’une mère impulsive, immature et dépensière à l’excès et un beau-père atteint de schizophrénie. Aline et  ses huit frères et sœurs,  issus de cinq mariages, vivent dans la souffrance affective,  l’angoisse, la  frayeur, l’épuisement.

Mais ce n’est pas du Zola. Aline, l’aînée très protectrice pour ses frères et sœurs, porte un regard critique et humoristique sur les frasques de sa mère et les folies de son beau-père. Ce roman se veut optimiste. Eveline Thomer a voulu montrer, que malgré un mauvais départ dans la vie, avec la volonté de s’en sortir et la joie de vivre, on pouvait réussir dans la vie et être heureux.

 

Voleur de lumière

 

Il y a des cadeaux qui peuvent bouleverser une vie. C’est ce qui arrive à Jeremy, passionné de photographie. Pour ses 30 ans, il reçoit de ses parents 30 appareils photo ayant appartenu à une jeune photographe partie en Russie s’occuper des enfants du Tsar Alexandre III. Subjugué et intrigué par ce présent insolite, il part dans le village natal de cette jeune photographe pour en savoir plus sur elle. Il apprendra beaucoup sur elle, mais aussi sur lui, à travers les rencontres qu’il fera. Trouvera-t-il le grand amour ?

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai lu très vite tant, les nombreux rebondissements qui entretiennent le suspens, m’ont tenue en haleine.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 8 Septembre 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Depuis que je suis petit je chante. À longueur de journée, j’entonne différentes chansons. J’ai un prénom prédestiné, je m’appelle Anton.

Il m’arrive en classe de faire des vocalises sur les lettres de l’alphabet, ou les chiffres. En retour la maîtresse me chante ramona. Je suis obligé de m’arrêter. Je suis un petit garçon poli, je ne lui chante pas pouilles, mais je la maudis intérieurement et parfois je me mets à pleurer quand elle me punit.

Maman aimerait que je puisse apprendre à jouer d’un instrument de musique mais je ne le veux pas, ma voix est le meilleur des instruments. Tant pis pour maman je ne lui jouerai jamais le boléro de Ravel son morceau de musique préféré. Même si j’ai une voix de soprano, je ne lui chanterai pas non plus des airs d’opéra. Non maman, je ne serai pas chanteur lyrique mais de variété comme celui que j’ai vu récemment à la télévision qui m’a enthousiasmé tant il chantait en ouvrant grand la bouche avec une voix très haute comme moi.

Photo Pixabay

Malheureusement maman a éteint la télévision en disant qu’il ne chantait pas mais qu’il hurlait et que cela lui était insupportable !

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Anton)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0