Publié le 28 Avril 2022

En ce jeudi en poésie, il nous est demandé d'écrire sur les vacances. Comme je suis depuis 2013 en vacances toute l'année, il m'est difficile d'écrire sur ce sujet . Il nous arrive de partir, mais nous le décidons toujours à la dernière minute. 

J'ai donc repris des haikus écrits il y a assez longtemps qui me font penser aux vacances :

 

Transhumance

Oubli, évasion

Transhumance annuelle

Vie en suspension

Avec mes enfants en vacances en camping à Claouey (près du cap Ferret) il y a environ 35 ans !
Avec mes enfants en vacances en camping à Claouey (près du cap Ferret) il y a environ 35 ans !Avec mes enfants en vacances en camping à Claouey (près du cap Ferret) il y a environ 35 ans !
Avec mes enfants en vacances en camping à Claouey (près du cap Ferret) il y a environ 35 ans !

Avec mes enfants en vacances en camping à Claouey (près du cap Ferret) il y a environ 35 ans !

Vacances en Grèce

Les petits bateaux

qui voguent entre mer et ciel

Peuvent-il voler ?

Deux de mes petites filles en Grèce, la troisième n'était pas encore née

Deux de mes petites filles en Grèce, la troisième n'était pas encore née

Passion tournesol

Fleurs d'or subjuguées

Offrent leur cœur au soleil

Passion Tournesol

Vacances dans le lot
Vacances dans le lot Vacances dans le lot

Vacances dans le lot

Martine Martin / Pour les jeudis en poésie du défi 264 des croqueurs de mots animé par Zaza

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Haïkus

Repost0

Publié le 27 Avril 2022

Auxane et Roman : l'harmonie parfaite

Je m’appelle Roman et je suis Gothique. A 16 ans, je suis un paradoxe vivant. Je déteste ce qui est trop coloré, ce qui brille. Je me suis teint les cheveux couleur geai, je m’habille en noir avec élégance. Je suis attaché à mon apparence même si j’aime choquer. Je n’ai pas peur du regard des autres. Je  suis loin d’être dépressif mais je cultive les idées noires et la mélancolie. Edgar Alan Poe  dont j’adore les nouvelles écrivait « la mélancolie est le plus légitime de tous les tons poétiques ». J’écris des poèmes fantastiques un peu sataniques parfois. J’aime Dracula et Frankenstein.

Vous ne pourriez pas imaginer en me voyant que  je suis un grand romantique. Mon livre culte est les mémoires d’outre-tombe de chateaubriand. Je m’identifie au jeune François René et je lis le soir des histoires effrayantes.  J’aurais tant aimé vivre comme lui dans un vieux château rempli de fantômes la nuit, mais je ne crèche pas à Combourg mais avec ma daronne dans une HLM à la con d’une banlieue sordide où les fantômes la nuit sont remplacés par des dealers. J’adore Baudelaire et à force de le lire et le relire je connais par cœur beaucoup de ces poèmes des Fleurs du mal.

Je sais que la douleur est la noblesse unique
Où ne mordront jamais la terre et les enfers,
Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique
Imposer tous les temps et tous les univers.

Baudelaire / Bénédiction

J’ai une  copine qui partage mes idées et mes goûts particuliers. Elle a de longs cheveux noirs soyeux, de grands yeux sombres comme une nuit sans lune et une bouche aux lèvres pulpeuses et rouges. Elle est habillée de noir avec goût.  Même si elle est gothique et cherche à se différencier, elle reste très élégante. Elle n’a pas succombé aux accessoires qu’on cherche à nous vendre, comme les colliers de chien cloutés et autres pacotilles d’une grande vulgarité.

Assis dehors la nuit, main dans la main, nous nous confions  nos pensées les plus secrètes et nos rêves. Je lui dis les poèmes que j’ai écrits pour elle. Nous écoutons du hard rock goth.  Je crois bien que je l’aime, mais je n’en suis pas certain et j’ai trop peur d’être déçu. Ma vision de la liaison amoureuse est à court terme avec une fin tragique. J’espère que je me trompe. Ma copine s’appelle Auxane, prénom qui lui va très bien. Auxane et Roman : l’harmonie parfaite.

Martine Martin / pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui AUXANE)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 25 Avril 2022

Quand je suis rentrée à l'école, je savais déjà lire et écrire, ma grand mère qui m'a élevée m'avait appris. Ma matière préférée était donc le français et surtout les rédactions. Je prenais beaucoup de temps à les écrire en veillant à l'orthographe, les relire, les améliorer. À chaque fois, elles étaient lues par les différentes institutrices qui m'attribuaient d'excellentes notes. C'était une fierté pour moi. Cela compensait les mathématiques que je détestais et qui baissaient mes moyennes.

Quand mes parents m'ont repris, ils m'ont mis dans une école privée. Mon père, un panier percé, ne payait pas la scolarité, ce qui m'a valu beaucoup de brimades de la part d'une institutrice et de la directrice. Par exemple, dès qu'il y avait un vol, j'étais accusée à tort. D'après ces dames, il n'y avait que les pauvres qui pouvaient voler.

Je vais vous raconter la pire des humiliations que j'ai connue dans cette école. Après que nous ayons récité comme chaque matin le traditionnel « Notre père », l'institutrice s'assied sort de son cartable un paquet de copies. Elle les dépose sur son bureau et dit d'une voix froide : Je vais vous rendre vos rédactions « Racontez votre dernier  Noël ». Comme à chaque fois, elle lit les écrits qui ont obtenu les meilleures notes.  Après avoir lu 2  rédactions, elle me regarde d'un air hautain et sévère, s'empare de ma copie  et débute sa lecture :

 

« Le jour commence à poindre derrière les persiennes de métal rouillé, Je  reste quelques minutes blottie bien au chaud sous la couverture écossaise, j'hésite quelques instants à quitter cette douce quiétude et affronter la fraîcheur matinale de la pièce mais je me  souviens que c'est Noël aujourd'hui. Que vais-je  avoir cette année ? Impatiente de découvrir mon cadeau. Cela fait plusieurs jours que je résiste à la grande envie de fouiller les placards du petit appartement. Je me lève et me  dirige pieds nus sur le plancher froid vers la salle à manger. Au pied du sapin, je repère très vite mon paquet. Une boîte bien rigide recouverte d'un joli papier cadeau vert sur lequel des pères-noël sont imprimés. Je dénoue avec soin  le ruban rouge, enlève le papier et découvre un coffre en bois clair vernis. Que peut-il contenir ?  Je  l'ouvre  religieusement et découvre .... un microscope noir et de nombreuses lamelles de verre. Je n'ose pas y croire, me  frotte les yeux. Serait-ce un rêve, On  m'a offert le microscope dont je rêve depuis longtemps. Je me retourne, Papa se tient là derrière moi, me regarde comme à chaque fois avec tendresse et fierté. Je me précipite dans ses bras, l'embrasse. Je pose le coffret sur la table de la salle à manger et je sors le microscope. Que vais-je pouvoir observer. Papa va chercher une épingle, la nettoie avec de l'alcool et se pique le doigt, il dépose une goutte sur une lamelle de verre, l'étale et la recouvre d'une seconde lamelle. Il place le tout sous l'optique du microscope et me demande de regarder. Tout est flou, je règle la molette et soudain  apparaissent  de nombreuses cellules rondes grises et transparentes. C'est magique et merveilleux. Je prends conscience à ce moment là que nous sommes constitués de cellules et que chacune d'entre elle porte la vie.

Je me souviendrai de ce matin la toute ma vie comme mon meilleur souvenir de Noël »

 

J'étais heureuse que l'institutrice l'ait lue, je croyais avoir une bonne note.

Après avoir terminé sa lecture, elle se lève de son bureau, ma copie à la main, emprunte l'allée centrale entre les pupitres et se dirige vers moi, elle jette la copie sur mon bureau en éructant :

- "Mademoiselle, bien que cette rédaction soit très bien écrite et qu'il n'y ait aucune faute, vous aurez zéro car vous n'avez pas eu un microscope, vous avez menti par vanité"

- "Je ne mens pas j'ai bien eu un microscope, je peux l'amener pour vous le prouver".

- "Taisez vous immédiatement, vous devriez avoir honte, avouez que vous avez menti ! Comment voulez vous que vos parents qui sont pauvres et qui ne peuvent payer votre scolarité puissent avoir les moyens de vous offrir un microscope ? " 

Cette dernière phrase me transperce comme une blessure. Je ne sais quoi répondre à cette injuste humiliation publique. Toutes mes camarades me regardent, certaines avec un cruel air moqueur.

Je ne pourrai même pas amener le microscope de peur qu'on réclame à mon père de payer ce qu'il doit. Je préfère passer pour une menteuse. J'ai honte. Je retiens mes larmes mais je ne baisserai pas les yeux, Papa doit être fière de moi !

 

Martine Martin / Pour le défi 264 des croqueurs de mots animé par Zaza 

Photo pixabay

Photo pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 20 Avril 2022

Photo Pixabay

Photo Pixabay

En Espagne il m’offre sur un plateau

Une belle et riche vie de château

Tous les jours à volonté des gâteaux

 

Des déjeuners et dîners au resto

De belles robes, manteaux et chapeaux

Dans son harem il me mène en bateau

Candide je me suis pris un rateau

Je suis maintenant sur le carreau

Je n’ai pas peur de ses gros biscoteaux

Et c’est promis je vais faire la peau

à ce beau Matéo très mégalo

qui n'a vraiment rien dans le ciboulot

 

Martine Martin /Pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui MATEO)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 15 Avril 2022

Si j’étais un livre, j’offrirais des mots voyageurs voguant sur l’océan agité tels de vaillants vaisseaux, volant dans le ciel tels d’élégants oiseaux, coulant des cimes tels des chutes d’eaux.

Charmer, surprendre à travers une intrigue originale, émouvoir tout en faisant rire, serait mon idéal.

Je ne suis pas un livre, mais je suis écrivaine et c’est ce que j’essaye de réaliser à travers mes romans.

Martine Martin - Pour le nid de mots d'ABC d'avril 2022 (thème : si j'étais un livre, je..)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 14 Avril 2022

Vocalise

Do ré mi fa sol la si do ré

Rémi vocalise, ne plus pleurer

Midi mais encore endormi

Fabule affalé sur le sofa

Soleil absent à l’entre-sol

La si do ré mi fa sol La

Siffler, chanter, Survivre ainsi

Do ré mi fa sol la si do ré

écrire sa vie en do

 

Martine Martin-Cosquer / pour les jeudis en poésie du défi 263 des croqueurs de mots animé par Gisèle 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 13 Avril 2022

image Pixabay

image Pixabay

Chère Maîtresse Jill Bill,

Ma petite friponne Safoine

Rougit comme une pivoine

Est parfois bête comme âne

Aime faire d’affreuses  vannes

A une très forte poigne

Mais tout ça se soigne, se soigne

Et je l’aime ma Safoine

 

Martine Martin / Pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Safoine

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 11 Avril 2022

Nous avons adopté Titus à Pâques à la SPA de Foix. C’est un chat noir gracieux et curieux au pelage soyeux.

Rusé comme un sioux, dehors Il chasse la souris et nous ramène ce qu’il en reste, de piteux détritus. À l’intérieur de notre duplex, plus une mouche ne lui résiste.

Il déborde de tonus, griffe nos fauteuils, lacère nos rideaux, grimpe sur le dessus des meubles et perturbe notre repos ce qui nous rend furax.

Le chien Félix est en permanence aux aguets pour ne pas se retrouver aux abois devant les assauts du petit lynx.

Nous cédons, gâteux, à ses caprices, excusons tous ses travers, ses doux bisous baveux et râpeux sur nos joues sont si affectueux. Quand nous sommes cafardeux, ses mamours sur notre visage avec sa tête et ses vibrisses nous apaisent. Il vient se blottir dans nos bras en ronronnant ce qui nous laisse pantois.

Venez chez nous, nous habitons chez Titus. Nous n’en sommes pas fiers, alors nos amis, s’il-vous-plait, motus.

Martine Martin-Cosquer / avril 2022 pour le défi 263 des croqueurs de mots animé par Gisèle (écrire un texte en insérant des mots qui au singulier se terminent pas S ou X sur la photo de Gisèle ci-dessus).

P.S. excuse-moi Gisèle d'avoir transformé ta jolie Sybelle en Titus.  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 8 Avril 2022

Piège sur la vie de Christine Chateau-Trichet
Piège sur la vie de Christine Chateau-Trichet

Au Printemps du livre de Montaigu, j'ai dédicacé mes romans à côté d'une autre romancière vendéenne Christine Château-Trichet. Je lui ai acheté son thriller Piège sur la vie

Résumé du livre

Gérard d’Amboise est un chercheur talentueux. Dans son entreprise vendéenne il met au point un herbicide biologique révolutionnaire le Chirus ikigaï. 

Après une effraction dans son entreprise vendéenne, il est retrouvé inanimé sur les bords de La Vie. Après deux semaines de coma, il se réveille amnésique incapable de se rappeler ce qui lui est arrivé. 

La volonté de s'en sortir, le motive pour tenter se souvenir de son passé et tenter de comprendre qui a voulu s'emparer de son invention et intenter à sa vie. Laura, son assistante discrètement éprise de lui, tente de l'aider à recouvrer la mémoire et son énergie pour se reconstruire, se battre et trouver un sens à son existence.

 

Mon avis

J'ai lu ce livre à l'écriture fluide très vite tant l'auteure sait faire monter le suspens. Je me suis attachée au personnages principaux :

- Laura, la secrétaire, touchante dans son dévouement et sa discrétion.

- Gérard, chef d'entreprise attentif et fidèle à son équipe. Les drames de sa vie personnelle m'ont beaucoup émue.

J'ai bien aimé le cadre de ce roman dans ces marais vendéens que j'aime tant. 

Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce thriller

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 7 Avril 2022

La belle musique du silence

Je monte dans la ravine

Le vent léger d’été soudain choit

Les oiseaux se taisent dans le bois

Je m’arrête sur la colline

 

En bas la ville, le vacarme

Dans mon petit coin de paradis

tu m’envahis petit à petit

D’émotion coulent quelques larmes

 

Je t’écoute voluptueusement

tu me caresses et tu me souris

Je me détends et je suis ravie

Instant de pur émerveillement

 

Ta musique sur moi s’exerce

Elle m’emporte dans des pays lointains

Sur les bords de l’océan indien

Où  les flots turquoises me bercent

 

Dans l’île déserte où tu règnes

Sur la nature en souverain

Je ne t’entends plus soudain

Dans le lagon ou je me baigne

 

Ne pouvant plus de toi m’imprégner

Dans ce pays imaginaire

Perdue entre firmament et mer

Ma colline je viens retrouver

 

Tu es toujours là, quelle chance

Discret tu tournoies autour de moi

Et je chante et je danse avec toi

J'écris et crie ton nom "silence"

 

Tu es la plus belle des musiques

Qui chante à mon cœur poétique

 

Martine Martin-Cosquer - pour le défi 263 des croqueurs de mots animé par Gisèle (thème poème où la musique est présente)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost1