La trentaine : cap difficile

Publié le 10 Septembre 2010

Après :

 

Après la mort de ma grand-mère, c’est le vide, le vide complet. Nous vidons son appartement, elle ne gardait pas grand-chose et j’ai tenu cela d’elle. Néanmoins nous conservons les photos dont certaines que je diffuse ici aujourd’hui. J’ai mis 20 ans à pouvoir les regarder sans que cela me fasse trop souffrir. Je mettrai bien un an à me remettre de ce décès. Au bureau je suis insupportable, mes relations avec mon patron que pourtant j’aime beaucoup seront cette année la un peu houleuses car n’étant pas bien, j’ai du mal à supporter son exigence et la pression du travail, des journées de 11 heures. Je fête mes trente ans mais pas dans la joie car j’ai l’impression de rentrer vraiment dans l’âge adulte, cela me fait peur aussi.

 

Les vacances me permettent de prendre du recul et surtout de pouvoir profiter de mes enfants et ce sont de grands moments de bonheur au bord de la mer. Nous partons en camping chaque mois d'août d'abord avec la tente et ensuite nous adopterons la caravane et nous partirons avec elle à travers l'europe jusqu'au sud du Portugal. Je vous raconterai un jour ces voyages.

 

 

img592.jpg

 

 

Je suis à peine remise du décès de ma mamie que je perds mon autre grand-mère maternelle qui était en pleine santé mais qui est morte subitement chez elle. Elle ne m’avait pas élevé, ce n’était pas pareil mais je l’aimais beaucoup.  Nous vidons aussi l’appartement et c’est très long parce qu’elle conservait absolument tout.  Je ne peux pas compter sur ma sœur pour cela. Elle a déjà assez de problèmes personnels à régler.

 

 

J’ai encore ma mère mais nos relations ne sont pas très bonnes et c’est une partie de mon enfance qui s’en va brutalement. Grégorie fait un blocage à l’école. Il ne veut pas apprendre à lire. Il est dans une école ouverte et il a trois ans pour apprendre mais tout de même cela m’inquiète beaucoup. Je pense que cela vient de l’institutrice avec qui je sens que cela ne va pas. Même dans les écoles ouvertes, il peut y avoir des enseignants qui ne sont pas à la hauteur.  Un jour elle me jette et le mot jeter n’est pas trop fort  « vous devriez consulter un psychologue pour votre fils et y aller avec par la même occasion !»… Je suis sous le choc. J’ai l’impression de faire le maximum. Je culpabilise. J’en parle à mon médecin de famille qui me rassure en me disant que je vais bien et que Grégorie aussi mais qu’il fait certainement un complexe par rapport à sa sœur qui est très douée et très en avance. Il ont seulement 20 mois d’écart , il est plus grand qu’elle et est dans la même classe de trois niveaux CP et CE 1 et 2 mais forcément son développement intellectuel est moins avancé. Il me conseille de les mettre « en compétition » sur des sujets où Grégorie est meilleur.

 

Il me conseille de consulter une orthophoniste pour vérifier qu’il n’y a pas de problème de dyslexie et m’en recommande une. C’est une jeune femme très agréable et le contact passe très bien tout de suite avec Grégorie. Elle lui fait passer des tests et me dit qu’il n’y a aucun problème et que c’est un enfant très doué mais qu’il mettra certainement un peu plus de temps que la moyenne à apprendre parce qu’il a son propre rythme… Je me rappelle en riant qu’il était effectivement né avec près d'un mois de retard….

 

Elle me conseille néanmoins une dizaine de séances juste pour essayer de le débloquer sur la lecture. Ces séances seront très efficaces et tout rentre dans l’ordre ensuite. A la rentrée suivante, il change d’institutrice qui arrive très bien à le motiver. Grégorie ne redoublera aucune classe. Il est aujourd'hui ingénieur. 

 

Nous participons aussi activement à la vie de l’école, aidons à préparer les fêtes et participons aux activités pour les parents. Je découvre ainsi les ateliers d’écriture destinés à montrer aux parents comment on apprend l’écriture aux enfants. La directrice de l’école anime cet atelier, elle nous montre une fourchette et nous demande d’écrire un texte sur cet objet. J’ai l’habitude d’écrire mais cet objet banal ne m’inspire pas du tout,  Nos textes sont d’une grande banalité et ne passeront pas à la postérité. Ensuite elle nous demande d’exprimer oralement tous les mots que nous inspire cette fourchette. Elle les écrit au tableau. Ensuite elle nous demande d’écrire un nouveau texte sur cette fourchette. Nous lisons nos textes qui sont ainsi beaucoup plus créatifs et nous nous étonnons de ce que nous avons pu écrire sur cette objet quotidien.

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jackline :0059: 11/10/2010 10:31


Je reviens voir si tu as continué ton autobiographie..je vois que non, dommage, j'aime bien te lire..la photo avec tes deux enfants est belle, on sent bien la quiétude des vacances, le soleil, et
l'harmonie entre la maman et ses petits..grosses bises Martine et bonne journée


Jackline 05/10/2010 12:16


Encore une page de la vie d'Eglantine, qui a toujours le même intéret de lecture pour moi, et qui me permet de mieux te connaitre...la vie de chacun est ponctuée par ce genre d'évènements
tragiques, ou en relation avec les difficultés de nos enfants...en tous cas, bravo à ton fils pour ses brillantes études et sa réussite professionnelle..je vois qu'il a de qui tenir ! j'espère que
tu ne fermeras pas ce blog, car j'y trouve beaucoup de plaisir à le parcourir..je te fais plein de bises


Armide 28/09/2010 03:02


Il s'agit de prendre parfois les remarques des instituteurs avec une pincée de sel et savoir prendre un peu de distance. Les relations humaines font beaucoup. Cela, nos enfants l'apprennent très
vite


tiot le chti et bunny le chti 24/09/2010 07:38


salut
j'ai pas vu passer la trentaine et mes grands parents sont partis alors que j'étais jeune mais c'est vrai que cela fait un vide surtout quand on a l'habitude de les voir
bonne journée


canelle56 19/09/2010 14:17


Les grands mères de l'époque étaient des personnes exceptionnelles , je regrette aussi beaucoup le départ de
l' une d'elle (elle s'était beaucoup occupée de moi )
Serons- nous être aussi de si bonnes grands mères , je vois en te lisant que la vie n'a pas été toujours clémente avec toi
je crois que d'écrire ainsi permet d'évacuer les choses qui font mal , cela ne se fait surement pas sur le moment de l'écriture , mais en ouvrant la porte des souvenirs enfouis ,
ma vie commence à 13ans alors c'est quoi mon passé.....
Enfin ainsi va la vie ...
bises Eglantine


lylytop 19/09/2010 09:56


moi aussi j'ai perdu mes 2 grand-mères en même temps beaucoup de douleur dans ses pertes.
j'ai commencé mon histoire, trouver les photos de mon enfance pour le moment dans mon pc, est-ce que j'aurais assez de cran pour la publier je ne sais? mais ton histoire je la lis avec plaisir
a bientôt
lylytop


dany85 16/09/2010 08:12


des moments bien triste a passer, je te souhaite un excellent jeudi


marlou 16/09/2010 07:57


Quel plaisir de retrouver tes mots !
Bisous


Viviane 15/09/2010 18:56


Séquence émotion! une tranche vie particulière à laquelle tu dois penser de temps en temps!
Bonne soirée
Bisous
Viviane


Fethi 15/09/2010 13:47


Texte très poignant
Bonne journée


Echecs 15/09/2010 09:14


Ce texte est très émouvant.
Yves


Louis-Paul 14/09/2010 20:29


J'ai lu et ne suis pas très original ici en écrivant que tes souvenirs si bien racontés en font remonter d'autres chez chacun, chacune. C'est aussi cela les (certains du moins ) blogues et à ce
titre, une page d'écriture est aussi pour moi une forme de création artistique.


mentale 14/09/2010 18:42


Impossible d'accéder à OB hier, ça bugait! Alors je passe aujourd'hui te faire mon coucou du jour.
bises martine!


Martine 13/09/2010 06:54


Bonjour ,

tes mots m'ont émue car ils réveillent, encore une fois, mes propres souvenirs. Toujours difficile les pertes de nos êtres chers... d'assurer l'envol de nos petits vers un avenir plein de
promesses. Il faut s'accrocher.

merci pour ce partage si riche et humain

Bises
Martine


:0014:dom 13/09/2010 05:49


Bon début de semaine ! BisouXXX


dom


françoise 13/09/2010 05:41


Je n'ai pas connu le choc de perdre de grands parents, je ne les hélas jamais connus, çà m'a manqué quand même....
bise
françoise


belgique-chine 13/09/2010 04:49


j'ai échapper a ton trauma j'ai juste connu mon grand père maternel
je remarque que souvent le traumatisme des adultes ce répercute sur certain enfant plus sensible, ce qui augmente encore le trauma de l'adulte qui culpabilise.
bonne journée


Alrisha 12/09/2010 22:48


Les relations avec le maître ou la maîtresse sont très importantes. Il est vrai que parfois le courant ne passe pas. L'élève régresse ou stagne. Finalement les conseils que l'on t'a donné ont été
bénéfiques.
Moi ce serait plutôt la période des 40 ans que j'ai mal vécue. Beaucoup de questions sur mon "moi intérieur" et une grande sensation de "mal être".

Je reviens doucement sur les blogs mais je ne sais comment je vais pouvoir gérer tout le travail qui m'attend.
Bises Eglantine et à +


Echecs 12/09/2010 21:10


Il y a de nombreux moments difficiles à vivre dont on se passerait.

Yves


Mamylilou 12/09/2010 19:57


Je n'ai pas connu mes grands-mères mais la perte de ma belle-mère avait été la catastrophe : elle avait su combler un grand vide de ma vie, elle était grand-mère exemplaire de mes enfants et à son
' travers 'elle était devenu celle que j'idéalisais comme telle!
J'ai eu de gros problèmes avec la scolarité de mon fils qui avait été ' mis à l'écart ' dans la classe, trop lent disait l'enseignante, il faut répéter...elle avait refusé qu'il soit sujet aux
convulsions et sous traitement ...Echec dû à l'incompétence de l'enseignante, elle n'acceptait pas ' de cas'..Si je l'avais écoutée il aurait été placé en établissement spécialisé, à 40 ans il
s'est exprimé récemment pour dire ' elle était nulle et je n'étais pas encouragé à travailler.Aujourd'ui il est père de famille et mène une vie équilibrée, ses deux petites filles sont en tête de
classe :il ne faut pas dire que tous les enseignants sont bons même s'ils en sont persuadés, il faut aimer son métier , aimer aussi les enfants..Bises à toi, je suis encore en retard sur les
précédents articles


eva48 12/09/2010 14:37


les étapes de la vie ne sont pas faciles à franchir
j' ai perdu ma maman cet été ,et depuis ,plein de choses mes semblent différentes
bon dimanche
éva


christina 12/09/2010 10:18


Très émue en lisant ce texte.
Des souvenirs ressurgissent,et pas toujours les meilleurs...
Bon dimanche et bisous.


liedich 12/09/2010 08:25


Quand notre jeune vie semble se dissoudre dans la mort de ces Si Proches, nous souffrons. Mais nous avons alors un but et un horizon qui n'est que leur beauté.
J'aime à constater ton engagement dans le social dès cette époque.
Quant à la fourchette, il ne me piquait pas de savoir, je me doutais que la créativité serait au rendez vous. La variété est richesse ET NOUS devons la cultiver.
Bon dimanche.


SYLVIE 11/09/2010 23:38


bonsoir
au fil de la nuit

je viens te souhaite
un bon w yend
bisesssssssssssss


Gérard 11/09/2010 18:01


à chaque décès c'est une cassure de la vie..et pourtant elle reprend son rythme


:0010: Liliflore :0091: 11/09/2010 17:16


les instits encore maintenant ne sont pas toutes à la hauteur avec les enfants qui posent problème, car maintenant les écoles tentent de gérer ces enfants alors qu'avant cela en était bien loin.
Très bon week end tellement ensoleillé que pour un peu je me sens encore en vacances LOL. Bigs bisous


Arielle 11/09/2010 15:45


très bon exercice que le coup de la fourchette.

bon w end à toi.
arielle


Plume 11/09/2010 12:05


La mort de mes grands mères a été aussi un choc...


Monazimba 11/09/2010 11:43


Merci pour ce partage Martine, y'a des périodes comme çà où tout va mal... c'est tellement triste de devoir se séparer des êtres que nous aimons beaucoup
bises, Mona


vivi26 11/09/2010 09:09


bonjour,
une vie est faite de joies et de grandes tristesses , mes grands mères m'ont beaucoup manqué également , nous le sommes à notre tour .. des mamies....nous sommes là pour aider , aimer , gâter nos
petits enfants ainsi va le temps qui passe .
grosses bises viviane / vivi26


l'Angevine 11/09/2010 08:18


je suis émue,je suis tellement sensible que ça me fait penser à mon grand-père,j'avais 16 ans lorsqu'il est décédé,j'ai fait une fugue car je n'acceptais pas son décès,on était très proche,il était
vraiment tout pour moi,mon modèle,un père,un ami,un confident.
Mon grand-père me manque souvent,il apparaît dans mes rêves lorsque j'ai besoin d'aide psychologique,je suis sûre qu'il me protège encore,je l'aime tellement si tu savais,ça y est je suis en
larmes,bon il faut que je me secoue et que je me dise qu'il est là d'une autre manière.
j'ai la trentaine d'années,j'ai eu 36 ans au mois de mai,le plus dur en ce moment pour moi,c'est de savoir que je ne pourrais jamais féconder,être maman....heureusement que j'ai mon homme qui me
soutient,sans lui je serais vraiment perdue.
Passe d'agréables moments et bisous


eglantine 11/09/2010 09:40



Je suis désolée de t'avoir fait pleuré.... tu peux peut être adopter un enfant



panoramax 11/09/2010 08:11


il y a des profs qui n'ont pas le don de faire apprendre


panoramax 11/09/2010 08:09


il y a un air de ressemblance....c'est drole pas d'Y grecque a greg


:0014:dom 11/09/2010 07:28


Merci pour ce partage.
L'histoire de Grégorie me rappelle celle de mon frangin, mais lui était myope et personne ne s'en était rendu compte : il était relégué au fond de la classe ... Il est devenu ingénieur en
informatique.
Bon week-end ! Bisoux.


sittelle 11/09/2010 06:53


C'est un grand déchirement de devoir trier, fouiller dans les affaires personnelles de nos parents et grands-parents, et de s'en séparer... chaque objet parle si fort. J'ai tant de nostalgie de la
maison et des jardins de mes grands-parents à Pontoise, rue des fortes Terres. Ton texte est beau et juste, merci Martine. Mes amitiés


Annick 10/09/2010 22:26


coucou,je suis à la campagne chez ma soeur et ça peut aller.
moi aussi,j'ai eu beaucoup de mal après la mort de ma grand mère maternelle décédée 3 ans après maman...
et avec Papa, malgré mon age,je me sens orpheline.
bisous.


Solange 10/09/2010 20:40


Cette institutrice ne méritait pas sont titre d'enseignante. Tu as bien fait de persister. La perte de ceux qu'on aime est toujours difficile, raison de plus quand il y en a deux. Je suis heureuse
de ton retour.


clementine 10/09/2010 20:00


L'instit.. était vraiment très dure avec ton fils et toi..
Heureusement que tu ne l'as pas écouté.
Un texte très vivant..
bonne soirée
clem


Quichottine 10/09/2010 18:37


La perte d'un être cher est toujours déstabilisante... alors deux, à la fois, c'est encore plus dur.

Ton fils a eu de la chance que tu ne cèdes pas. Certains adultes (enseignants ou médecins) ne sont pas conscients du mal qu'ils peuvent faire. (enfin, je l'espère)

Merci pour la suite de ta biographie.

Passe une belle soirée, Églantine.


:0091: :0010: :0085: 10/09/2010 12:44


merci Martine ... pour le texte et la photo........trop bien comme d'hab !!!


corinne 10/09/2010 09:14


Moi je n'ai pas connu mes grands-père
Quand ma grand-mère maternelle est décédée j'avais une dizaine d'année mais nous n'étions pas très proche quand nous y allions, on devait s'asseoir et ne plus bouger, et on avait reçu l'ordre de ne
réclamer ni à manger, ni à boire, quel changement maintenant les mômes vont se servir tout seul chez les papi et mami
Ma grand-mère maternelle, ne m'aimait pas, ben non,elle n'aimait que mes frères alors j'étais été triste quand elle partie mais seulement pour ma maman, c'est dommage, j'aurai bien aimé avoir des
grands parents comme Océane à la chance d'en avoir
On ne peut malheureusement pas refaire le monde

C'est à l'âge de 3 ans 1/2 que l'instit nous a dit de consulter une ortophoniste pour la miss, elle ne prononçait pas les R, nous avons donc suivi quelques cours et maintenant Océane n'a aucun
problème, certaines personnes ne connaissent pas la diplomatie pour nous parler
Je te souhaite une belle journée
Bisous


reinette 10/09/2010 07:08


la perte des êtres aimés sont toujours difficiles à gérer.
je me rappelle de la mort de ma grand-mère, j'avais 16 ans , je n'ai plus passé une nuit complète jusqu'à la naissance de mon fils, j'avais alors 22 ans. c'est dire si cette mort m'avait perturbée.
il faut dire qu'elle remplacait souvent notre mère qui était malade.
bisous et bonne journée