Le reste de ma vie (3) - En attendant le premier enfant

Publié le 22 Mai 2010

Après :

Voici  la suite de ma biographie :


Nous avions eu l’impression pendant les quelques semaines précédant le mariage et le voyage de noces de vivre entre parenthèses comme dans un rêve et que ces moments seraient éternels.
La réalité nous rattrapât vite. Je retrouvais mon travail d’assistante d’un Directeur Régional d’un laboratoire pharmaceutique. J’avais 2 bonnes heures de transport par jour et ce poste dans de luxueux locaux en plein cœur du quartier latin m’ennuyait et mes relations avec mon patron étaient de plus en plus conflictuelles. Je ne pouvais pas y rester plus et je décidais donc de partir. J’adressais des candidatures spontanées à ne nombreuses entreprises de Rueil. J’eus  plusieurs entretiens et fut embauchée pour assurer le secrétariat d’un médecin chargé du recrutement et de la formation des visiteurs médicaux.

Jeff de son côté, cherchât aussi un nouvel emploi et trouvât un poste de technicien de maintenance sur téléviseurs dans une entreprise d’électronique grand public à Paris.

Nous venions de nous marier, nous avions changé d’emploi.

Cette nouvelle vie nous convenait bien et maintenant que notre avenir était assuré, nous avions tous les deux fort envie d’avoir des enfants. Pour y arriver, je devais absolument surmonter mes angoisses et mes blocages. Je m’étais rendue compte que je n’y arriverais pas seule. Je décidais donc de consulter un médecin. Elle était à la fois gynécologue et psychothérapeute. Elle mit un nom sur ce blocage : La dyspareunie d’origine psychologique et j’acceptais la psychothérapie qu’elle me proposât. Je la rencontrais toutes les semaines et je lui racontais ma vie, elle écoutait, parlait peu. Cela me faisait beaucoup de bien de lui confier ce que je n’avais jamais confié à quiconque. Néanmoins je suis de nature impatiente et j’avais vraiment cru, qu’après quelques entretiens, le miracle se produirait et il ne se produisit pas.  Mais après un an d’entretiens réguliers, je sentais vraiment que mes blocages, à défaut de s’en aller, s’estompaient. Ils finirent par disparaître au bout d’un an et demi.  Nous pûmes enfin faire l’amour sans crainte. Chaque mois j’espérais ne pas avoir mes règles et quand je les avais c’était la déception enfin fin juin 1975, j’avais trois semaines de retard pour mes règles. J’achetais à la pharmacie le test de grossesse que je fis aussitôt en rentrant chez moi. Quelle joie de voir  l’anneau de couleur se former dans le petit tube : j’étais enceinte.  Nous exultions de joie. Les premiers mois de ma grossesse furent difficile à cause des nausées. En septembre 1975 nous partîmes en vacances en Roumanie au bord de la mer Noire. C’était la première fois de ma vie que je prenais l’avion. J’exultais de joie en décollant d’Orly avec l’avion d’Air France.  Arrivés à Bucarest, nous prîmes un avion de la compagnie russe Tarom pour Constanza. L’avion était en très mauvais état à l’intérieur. Mon siège était cassé. J’avais peur et j’étais assez mal. Jeff voulut me mettre l’aération et au lieu de recevoir de l’air je fus douchée ! Néanmoins l’hôtesse qui avait vu mon malaise et à qui j’avais dit que j’étais enceinte fut aux petits soins pour moi pendant tout le voyage très court heureusement. Arrivés à la Station, nous nous installâmes dans notre hôtel : une tour au bord de la mer noir au 11ème étage. L’eau chaude n’arrivait pas souvent jusqu’à ces étages élevés mais nous étions jeunes, habitués au camping, alors. Les repas étaient faits de viande plus ou moins bouillie, jamais grillée et de légumes que je n’aimais pas à l’époque : poivrons, aubergines, courgettes….

Notre bon vieux camembert était remplacé par un horrible fromage blanc en faisselle.

Nous passions notre temps sur la plage et en excursion. Nous visitâmes le delta du Danube en bateau à aube. Quand nous sortions en ville, nous étions souvent abordés par des roumains nous prenant pour des anglais. Jeff était roux et nous avions tous les deux la peau très clair et des tâches de rousseur. Ils voulaient de l’argent : des dollars ou nous acheter nos effets : jeans, collants. Un commerçant un jour me proposât en échange du souvenir que je lui avais acheté de me donner mon porte-monnaie (vide) à la place de l’argent. Nous nous rendîmes compte alors de la misère des habitants des pays de l’est victimes du communisme.

La semaine passât vite et nous étions contents de retrouver la France. Il n’y a qu’en la quittant, qu’on s’aperçoit on y vit bien. J’étais enceinte et j’avais maigri de 2 kilos.  Je les repris vite. Les nausées s’estompèrent et j’étais vraiment en pleine santé et épanouie d’être enceinte. L’automne arrivât. Je m’inscris aux cours d’accouchement sans douleur. J’avais grossi et je pris plaisir à m’acheter des pantalons, des robes et des tuniques de grossesse. Noël arrivât vite notre dernier noël à deux, l’année prochaine nous aurions un enfant et plus ma grossesse avançait plus j’avais l’intime conviction que je portais un garçon. J’avais envie de ce garçon et je ne  l’imaginais pas avec une petite fille. J’étais peut être inconsciemment entrain de reproduire le schéma maternel mais à l’époque je ne m’en rendais pas compte. C’était peut être aussi une façon d’offrir à ma mère , à défaut d’un fils, un petit fils et de me racheter à ses yeux. Le mercredi 18 février, je ressentis les premières contractions et Jeff me conduisit aussitôt à l’hôpital de Saint-Germain en Laye.

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ecureuilbleu 25/04/2021 19:21

Je continue à lire tes souvenirs. Profite bien de tes petites-filles ! Bonne soirée et bisous

Aude Terrienne♫ 16/11/2010 11:49


Hé oui, le communisme tant prôné en France à cette époque n'était pas un conte de fées ailleurs.


mamylilou 27/06/2010 19:39


Petit à petit, je vais reprendre le cours de tes articles...bisous


enriqueta 01/06/2010 23:44


Quand j'étais enceinte j'imaginais attendre un petit Vivien, et finallement j'ai eu une petite Lise.Et j'en suis fort contente.


Flo-Avril 31/05/2010 16:37


Un vrai régal de te lire, mais j'ai l'impression d'entrer chez toi sans y être invitée et ça me gêne un peu
Gros bisous, Flo


eglantine 31/05/2010 17:21



Je comprends que cela puisse te gêner mais tout le monde est invité. Je ne dis pas tout, je garde un jardin secret.



Alrisha 30/05/2010 17:33


C'est le jour de la fête des mères que je viens sur cet article.
Un réel plaisir pour toi que d'être enceinte à ce moment-là.
Je te souhaite une bonne fête des mères Eglantine! Gros bisous !


Ionard 30/05/2010 09:27


Enfin je rattrape le temps perdu!
J'ai lu à l'envers....mais ça m'a plu tout autant.
Drôle aussi de repenser à cette époque. J'ai souvenir d'un voyage en RDA en 1969 et je trouvais l'idée du communisme formidable!
Bises
Dany


Quentin-panoraMAX-phOtOmax 27/05/2010 21:01


donc c'est un garçon ?


Linda & Picasso ::0079::0071:: 27/05/2010 19:16


bonsoir , me voici de retour , merci a ceux qui ont demandé de mes nouvelles , gros soucis vraiment imprevu , mais je reviens ...

mon blog a vecu sans moi avec un article par jour ...

ça fait bizarre quand on pense qu'on est peu de chose .... et que en surface sur le net la vie peut étre "comme d'habitude" ....

bonne soirée gros bisous


katara 27/05/2010 11:40


Une bonne psychothérapie peut parfois faire bien des choses. Ma fille aussi a perdu pas mal de poids au début de sa grossesse. bonne semaine à toi


Quichottine 26/05/2010 21:11


Un début difficile... mais je souhaite de tout cœur que le prochain épisode nous dise ta joie d'être maman.. que ce soit d'une fille ou d'un petit garçon.

Je ne suis jamais allée dans les pays de l'Est, mais ce que l'on m'a dit est conforme à votre vécu.

... à très bientôt, donc, pour la suite.


Francois Lagane 26/05/2010 14:59


Bonjour EglantineIncroyable de se souvenir de tout cela.Moi j'ai dû "zapper" une bonne partie de ma vie,surement.


sonja 26/05/2010 12:44


Bonjour
La vie au quotidien avec son parcourt en dent de scie. Une histoire qui se lit comme dans un livre. Pourtant la réalité s'y accroche.
Je te souhaite un excellent après-midi à venir
A un autre jour
Sonia


Jackline :0059: 26/05/2010 10:19


Contente de voir que ton état physique et psychologique se sont bien remis d'aplomb avec les entretiens de ce médecin, qui t'on permis d'avoir une vraie vie de femme, et d'attendre ton premier
enfant..la joie pure quoi...j'espère que tout s'est bien passé pour la naissance du bébé et que si ce fut une fille, tu ne fus pas trop déçue..je reviendrai te lire, à bientôt, bises


:0014:dom 26/05/2010 05:30


Contente de te retrouver !
Bon mercredi ! Bisoux


:0010: Lili Flore :0091: 25/05/2010 22:56


c'est simplement raconté et c'est émouvant de te lire. Bonne soirée, bisous de la nuit


marlou 25/05/2010 20:49


Toujours passionnée par ta biographie...
Bisous


mamylilou 25/05/2010 10:54


Et alors, quel est le sexe de l'enfant qui naissait le premier = impatience
c'est fou mais si réel ces blocages, l'important est d'en être conscient et de vouloir assumer l'effort pour les surmonter, il faut une grande volonté que tout le monde ne possède
Je suis peu présente sur les blogs en ce moment, mais je n'oublie personne pour autant
bisous Martine


reinette 25/05/2010 07:22


j'aime beaucoup te lire. malgré des bas il y a quand même beaucoup d'occasions de bonheur.

vite un garçon ou une fille?

bisous et bonne journée


Solange 25/05/2010 02:32


Un grand moment que celui de l'arrivée d'un enfant.


corinne 24/05/2010 21:57


des souvenirs inoubliables l'attente de l'arrivée du premier enfant
bisous


Patrick 24/05/2010 10:22


Il me faudra donc attendre pour savoir, s'il s'agit d'une fille ou d'un garçon.
Bonne fin de vacances.


clementine 23/05/2010 22:28


C'est un récit très vivant, très beau.
C'est ta fille qui arrivait ? Le médecin ? lol
bonne journée
clem


:0014:dom 23/05/2010 08:13


Et voila, faut encore attendre la suite ! Rha la la, t'as le chic pour nous faire languir. Lolll
J'aime bien les détails de ton voyage : il semblerait que ça n'ait pas beaucoup changé.
Bon dimanche ! Bisoux


françoise 23/05/2010 06:31


Un moment de vie magnifique, lorsqu'on attend son premier enfant, que de souvenirs...moi c'était en 76...
bises
françoise


Betty 23/05/2010 01:39


Toujours et encore..un plaisir de lire ces lignes, les lignes de ta vie, chapitre après chapitre qui me ravient plus que tout.Derrière mon écran, je m'imagine, je créé les images, je perçois les
sons tel un film qui défile. Rendez-vous pour la prochaine séance. bise nocturne


patriarchBonne journée chez toi, pour la musiq 22/05/2010 20:37


Et voilà que la vie se transmet !! Belle soirée !


Armide 22/05/2010 19:15


L'attente d'un enfant, c'est un moment miraculeux. Mais parfois, les vieux démons du passé se réveillent. Tu as bien fait de tout mettre en oeuvre pour les remettre à leur place. Ce récit me touche
beaucoup.


:0091: :0010: :0085: 22/05/2010 17:50


helloooooooo....à suivre donc....très bonne soirée