Le reste de ma vie (4) - C'est une...C'est un.... beau bébé

Publié le 29 Mai 2010

Après :

Voici  la suite de ma biographie :


 Le mercredi 18 février en fin d'après-midi, je ressentis les premières contractions et Jeff me conduisit aussitôt à l’hôpital de Saint-Germain en Laye.

On m’installât dans une chambre, les contractions continuaient mais elles n’étaient pas assez intenses mais suffisamment pour m’empêcher de dormir.

 

Le lendemain matin nous en étions au même point. Je commençais à m’impatienter. On me fit une piqûre pour augmenter les contractions. La piqûre fut efficace,  je souffrais beaucoup plus mais je trouvais cela supportable par rapport à ce que j’avais imaginé. Aucune douleur dans le ventre, tout dans les reins. On me conduisit en salle de travail, Jeff m’accompagnât. On me demandât de pousser, je m’exécutais mais les contractions n’étaient pas assez fortes et le bébé ne sortait pas. On me demandât de pousser plus mais j'étais au maximum de mes possibilités.

 

Quand la sage-femme s’aperçut que le bébé ne sortirait pas elle décidât de m’anesthésier pour le sortir aux forceps. On fit sortir Jeff de la salle,  le médecin anesthésiste arrivât de mauvaise humeur en disant que c’était toujours à l’heure du café qu’on l’appelait.  Le pédiatre arrivât aussi. J’angoissais depuis que j’avais entendu le mot forceps. C’est après un forceps que ma mère avait perdu son premier bébé à la naissance. L’histoire allait-elle se répéter. L’anesthésiste me fit la piqûre et je ne pus assister à la naissance de notre premier enfant.


Je me réveillais dans la salle de travail avec un bébé dans un berceau transparent habillé avec la petite brassière que j’avais tricotée. Je le trouvais très beau. Il y avait une infirmière dans la salle et je lui demandais si tout allait bien pour mon petit garçon. « Elle va très bien. Me dit-elle c’est une fille de 3,4 Kilos ».

 

Je fus très étonnée, un peu déçue je l’avoue mais j’étais tellement contente  d’être maman d’un très joli bébé en pleine santé Elle prit le bébé et me le mit dans les bras. Un des moments inoubliables de ma vie. Je décidais de l’appeler Laurence en souvenir de la poupée que m’avait offerte ma grand-mère et que ma mère avait donnée  quand j’avais eu quinze ans car d’après maman j’étais trop grande pour jouer à la poupée et il fallait mieux qu’une petite fille pauvre qu'elle connaissait puisse en profiter.

Maman était altruiste mais très dure avec elle et avec moi.

 

Un brancardier nous ramenât dans notre chambre. Je retrouvais Jeff qui découvrit sa petite fille. Il était très heureux. Je dormis bien la nuit d’après. L’angoisse était partie, j’étais heureuse. Une aide soignante me réveillât à l’aube le lendemain matin, très tôt et de manière très brutale. En me donnant le thermomètre elle prononçât des mots que je n’oublierai jamais. « Vilaine maman qui n’a pas su sortir toute seule son bébé ». Cela n’a l’air de rien mais je me mis à culpabiliser. J’étais incapable de faire l’amour, incapable d’accoucher sans aide…. Étais-je normale, le voulais je vraiment ce bébé. Quelques mots, juste quelques mots maladroits et le peu de confiance que j'avais dans mes capacités à être maman disparût.

La puéricultrice me montrât comment changer le bébé et moi qui suis horriblement maladroite,  j’y arrivais bien du premier coup ce qui me fit oublier quelques temps ces mots qui reviendront souvent me hanter dans ma vie dans les moments de doute.

 

Je décidais d'allaiter et c’était un plaisir de donner le sein à Laurence tout en lui parlant. Ma mère vint me voir.  Elle fut froide comme à son habitude, se penchât auprès du bébé…. Et oui maman c’est une fille, encore une fille mais c’est ta petite fille. Mon père était à l’hôpital, un séjour de plus, il dépérissait chaque jour tué par l'alcool. Aurais-je le temps de lui montrer sa petite fille.

 


Le 24 février ce fut mon anniversaire, j’avais 23 ans. J’était une bien jeune maman. Jeff vint avec ses parents et il amenèrent une bouteille de champagne et des coupes qu’ils avaient dissimulées. Il était interdit de boire de l’alcool à l’hôpital mais ce champagne bu en cachette pour fêter la naissance de Laurence et mon anniversaire avait un goût exquis.

Mes grand-mères vinrent me voir aussi et furent en admiration devant leur première arrière petite fille. Mes amies vinrent aussi, je reçus des cartes, des fleurs. J’étais comblée.


Une semaine après l’accouchement, je sortis de l’hôpital. Jeff vint me chercher en voiture. Nous avions acheté une vieille R10 et nous rentrâmes avec Laurence à la maison… Notre vie de parents commençait. Que nous réservait-elle ?

 

laurence-bebe--640x480-.jpg

 

Les premières semaines, premiers mois furent très difficiles pour moi. J'étais très fatiguée. Laurence était un bébé qui dormait très peu et pleurait beaucoup. J'étais angoissée de la voir ainsi. De ne rien pouvoir faire pour la calmer et ceci m'énervait. Les seuls moments joyeux dont je me souviens ce sont les tétées. Je regardais Laurence dans les yeux avec amour et j'avais l'impression qu'on se comprenait. J'aimais aussi le moment du bain que Laurence appréciait mais c'était aussi angoissant, j'avais peur qu'elle tombe.  dans l'eau.

 

 

laurence-landau--640x480-.jpg

 

La nuit je dormais peu même quand elle ne pleurait pas, j'avais peur qu'elle ne se réveille pas. Un bébé c'est beaucoup de joie mais beaucoup de peur. De plus à la maison, je déprimais, je m'ennuyais de ne pas travailler. Deux mois après la naissance de Laurence, mon père mourût à l'hôpital. Ce fut très difficile pour moi partagée entre l'amour que j'avais pour mon père et le dégoût qu'il m'inspirait. Je dûs l'annoncer à ma grand mère paternelle et son chagrin me fit très mal. Il ne verrait pas sa petite fille grandir. De quoi allait vivre ma mère sans le salaire de mon père ? Tout cela finit par me déprimer encore plus et je pense que Laurence dut le ressentir.

 

Il était urgent pour ma santé morale et celle de ma fille que je reprenne mon travail rapidement. C'était le seul moyen d'aller mieux même si c'était très difficile de laisser Laurence à quelqu'un d'autre. Ma belle mère demandât à une de ses voisines que je connaissais, si elle pouvait prendre Laurence. Elle acceptât et je repris mon travail dans le laboratoire pharmaceutique tranquillisée car cette nourrice que je connaissais était une femme très douce qui avait élevée ses cinq enfants dont la plus jeune des filles avait été à l'école avec moi. J'étais tranquillisée, Laurence serait dans de bonnes mains.

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ecureuilbleu 10/04/2021 13:07

Bonjour Martine. Un grand moment de ta vie, bien raconté....

mamylilou 19/07/2010 21:35


Une grande émotion à te lire, des souvenirs à vifs, curieux ...à noter ta date anniversaire le 24 février, celle de mon mari aussi
Soit, j'ai accouché après avoir perdu les eaux près de 24 h après les premières contractions, on ne pouvait rien faire avant que la sage femme ne prenne son service à 7h du matin me disait-on au
point que je me suis demandée si pour toutes les femmes il en était ainsi ... j'ai souffert le martyr jusqu'à son arrivée le lendemain et que m'a-t-elle dit : que si j'avais eu du plaisir avec mon
corps, je pouvais aussi ' payer' ...en quelques mots c'était çà. Je me suis sentie coupable durant des années au point que je ne voulais plus que mon mari m'approche, la crainte de tomber enceinte
une seconde fois...A 15 mois mon fils a fait sa première convulsion et l'épilepsie l'a suivie jusqu'à la puberté .. j'ai suivi : St Anne , l'orthophiste,le psychologue , l'échec scolaire dû à
l'absentéisme ( malade, malade , fièvre, convulsions ) .... traitement qui le rendait fou et moi aussi ...16 ans durant je me suis interrogée , culpabilsée...je n'étais plus femme mais seulement
mère à me battre....des traces , elles persistent, malgré un diagnostic évolué favorablement puisqu'aujourd'hui, mon n'est perturbé par aucun traitement , un EEG normal, une vie familiale des plus
normales, deux petites filles aux résultats scolaires surprenants...Mais quelque part j'ai très mal en y pensant,il reste des traces , des traces que seule une mère peut garder... alors on se
comprend un peu ...Je lirai la suite un peu plus tard ..Bisous


Alrisha 10/06/2010 00:01


Quand c'est son premier bébé on est angoissé. Je l'étais aussi. La première nuit, je n'ai pas fermé l'oeil. Au moindre petit mouvement de Gabriel, je me demandais si tout était normal ou si quelque
chose clochait. Me voyant si fatiguée, la nuit suivante, on me proposa de mettre Gabriel en nurserie dans une salle plus loin de manière à ce que je puisse dormir un peu.
Tu es rayonnante avec ta fille dans les bras !
Bises de la nuit et bon jeudi Eglantine !


Louis-Paul 05/06/2010 10:17


J'avais du retard de lecture il me semble...
Je t'embrasse, belle fin de semaine.


reinette 03/06/2010 16:03


je reviens te voir et constate que mon premier commentaire n'y est pas qu'à cela ne tienne je t'en laisse un deuxième.
j'ai lu cette naissance une deuxième fois car j'adore les naissances. ça me rappelle les miens, j'ai eu 3 garçons et deux filles et à chaque fois ce fut comme une première fois.
la peur l'angoisse toujours là.

bisous et bonne fin de soirée


katara 03/06/2010 11:41


Quoi de plus beau que l'arrivée d'un enfant. bises et bonne semaine à toi


dany85 03/06/2010 06:27


et avec le soleil, je te souhaite un bon jeudi


Jackline :0059: 03/06/2010 00:28


Après un accouchement difficile, cette idiote d'infirmière aurait pu s'abstenir de ce genre de réflexion..Il est vrai qu'à cette époque dans les hopitaux, elles n'étaient pas réputées pour leur
psychologie ni leur douceur..j'ai quelques souvenirs cuisants aussi de mon côté avec des réflexions très déplacées, mais je suis revenue régler mes comptes, lorsque j'allais à l'hopital voir mes
enfants prématurés (triplés) donc j'avais la possibilité de dire ce que j'avais sur le coeur, et je ne m'en suis pas privée, ni même de faire un compte-rendu au chef du service chirurgie,à Port
Royal.. puisque césarienne...Mais revenons à toi, je comprends que tous ces évènements t'aient tourneboulée, et que le décès de ton père, l'attitude de ta mère, ont encore augmenté ton
desarroi..Sûr qu'à 23 ans, on est encore très jeune et on manque d'expérience, surtout pour le premier enfant..j'avais 24 ans lorsque j'ai eu mes enfants,..je te fais plein de bises, à bientôt


Betty 02/06/2010 23:36


Un cahier de souvenirs comme je les aime, comme si un jour, quelqu'un, un de tes enfants ou autres proches, lira pas à pas pour te, vous, les découvrir. C'est un moment pluss qu'agréable, ce soir,
hier, demain, à te lire, à lire tes bribes d'enfance, d'adolescence, de ta vie.. Bise Eglantine


Linda & Picasso ::0079::0071:: 02/06/2010 19:49


Bonne soirée


lylytop 02/06/2010 07:53


une naissance quel moment merveilleux, ma fille aussi une fille en premier mais c'était mon voeu donc je fut comblé, moi aussi j'ai voulu l'allaiter mais pas de chance pas ce qu'il faut pour et le
peu de lait que je tirait (tirelait) n'était pas nourissant, mais qu'importe on a agit autrementd'autre lait
mais c'est un moment qu'on ne peut partager dans 14 jours elle prend 35 ans
a bientôt
lylytop


enriqueta 01/06/2010 23:41


Le personnel hospitalier n'est pas toujours très "psychologue". J'avais écris une letre à l'hôpital où j'ai accouché après en être sorti. Sous forme de remerciements (à ceux qui le méritaient) j'en
profitait pour évoquer par allusion les mauvais traitements moraux que l'on m'y a fait subir.


Arielle 01/06/2010 22:00


le personnel hospitalier est souvent très maladroit. lorsque ma mère a eu son accident de voiture et après 3 semaines de cauchemar dans un hôpital, ma mère m'a sussuré à l'oreille "je vais
mourrir". je lui ai dit que non. elle m'a répondu qu'elle avait entenu le médecin ordonné que l'on prépare le drap.... moi aussi, ça m'a marqué à vie ! j'ai beaucoup de rancoeurs contre le genre
dit "humain".
bonne soirée à toi
arielle

nota : samedi 5 juin, nous sommes à la foire aux livres de l'isle adam.


Chouette et chouette 01/06/2010 08:28


Quelle conne cette aide-soignante.
Bien sûr, nous sommes différentes et nos vies le sont aussi. je lui aurais claqué le beignet à cette crétine, au moins verbalement...
J'écris ma biographie également. j'e"n suis à un 2è blog, le premier étant en "ravalement" !
Courage et bonne journée grisouille. Cela fait du bien au jardin !


dany85 01/06/2010 06:31


chez nous c'est encore grisaille, au moins jusqu'a demain, j'espère
je te souhaite un excellent mardi.


marlou 31/05/2010 22:28


Les joies et les peines, les peurs qui constituent la trame de toute vie, tout est là ...Merci pour le partage


Corinne 31/05/2010 21:05


sympa de partager avec nous ces magnifiques souvenirs
d'ailleurs beaucoup de souvenirs ressurgissent, c'est tellement beau et fort, la naissance d'un enfant
bisous


Nettoue 31/05/2010 17:25


23 ans ma chérie et tu étais très belle ! Tu l'es toujours, le charme des année et de l'expérience y ajoute !
Bises mon amie


Flo-Avril 31/05/2010 16:39


Une jolie maman, toute jeune et une superbe petite fille
Gros bisous, Flo


Linda & Picasso ::0079::0071:: 31/05/2010 13:26


ho quel jeunesse souriante sur les photos ....le temps passe vite ...moi je suis tombée enceinte a 17 ans ...et c'est a 6 ans quand de suis rentrée a l'école primaire que ma grand-mère a viré tout
les jouets et méme les crayons de couleurs ... mais je ne peux rien comparer de moi avec quelqu'un d'autre , m'a fallut du temps pour m'en rendre compte ...
et encore bien plus pour l'accepter ...


dany85 31/05/2010 07:13


de beaux moments quand même, pas facile sans doute, et les docteurs n'aimes pas être dérangés pendant le café ou la pause!!, je te souhaite un bon début de semaine.


françoise 31/05/2010 06:17


Et oui, un enfant c'est beaucoup de joie et beaucoup de souci aussi, tu le décris très bien.
Tu étais toute jeune !
bise
françoise


Solange 31/05/2010 05:01


Le premier enfant c'est très énervant on n'a pas d'expérience et on veut bien faire. Et c'est le début d'une inquiétude qui ne nous lâche plus.


:0014:dom 31/05/2010 04:46


Bon début de semaine ! Bisoux pluvieux et venteux


SONYA 972 31/05/2010 02:55


je te souhaite une très belle nuit

je viens tout juste d'arriver et je tenais à te faire un coucou

gros bisous


fransua 30/05/2010 22:33


je le prends par épisode mais je vois que ton chemein de vie comme tous n'a pas été facile mais c'est ce qui en fait aussi sa richesse
Bonne soirée


SONYA 972 30/05/2010 18:23


une bonne fête et un bon dimanche


Loic 30/05/2010 12:47


Moments fêtés aujourd’hui. Mais les enfants sont-ils reconnaissants à leur mère d’avoir été mis au monde ? Sûrement bien que le monde ne soit pas toujours aussi accueillant qu’on le souhaiterait.
Fête des mères, fête du monde et de l’humanité ! Pas celle de La Courneuve, non. Celle des peuples. Avec amitié. Loic


Ionard 30/05/2010 09:34


Voilà une belle page pour la fête des mamans... que nous n'avons jamais fêté vraiment.
Fête imposée par Pétain et reprise beaucoup plus tard pour le porte monnaie des commerçants... ça ne le faisait pas; et ça nous a toujours donné une grande liberté... fêter nos mères trop tôt
disparues en toutes occasions;
Bises et belle journée à toi
juste comme ça.... le ât ne convient pas au passé simple!un petit a tout seul


Quichottine 30/05/2010 08:16


Devenir maman, c'est un vrai changement dans nos vies.

... tu étais si jeune... Mais tu as su faire tout ce qu'il fallait dans des conditions qui n'étaient sans doute pas les meilleures rapport à l'environnement familial.

Tu as bien fait de reprendre le travail.

Passe une belle journée, Églantine, et bonne fête des mamans.


:0014:dom 30/05/2010 07:57


De très beaux moments d'une grande intensité !
Merci pour ce partage.
Cet article tombe à point pour te souhaiter un bon dimanche de fête des mères ! Bisoux


phOtOmax 29/05/2010 22:58


mais tu etais vachement jeune......mon gars a eu les forceps la tete un peu deformee @6+++


Philoplume 29/05/2010 22:57


Alors bonne fête des mères. C'est toujours joyeux d'avoir un enfant. Mais le forceps, çà fait mal après. Mais on oublie, heureusement


Armide et Pistol 29/05/2010 22:22


A propos : Joyeuse fête des mères !


Armide et Pistol 29/05/2010 22:21


Une naissance est un miracle. Le bébé, fille ou garçon et ce quelques soient les circonstances de la naissance est un éclat de tendresse qui nous submerge. Le ressenti est tellement fort qu'on en
est bouleversée, d'autant que le passé surgit et tend à vouloir s'accrocher désespérément au présent.


Plume 29/05/2010 21:17


Ah! être maman! quelque chose de .... pas de mot pour le dire! mais je le pense. biz


:0091: :0010: :0085: 29/05/2010 19:35


tout s'est bien passé ouf....très belles photos...c'est génial !!! bonne fête Martine


clementine 29/05/2010 17:55


De beaux souvenirs que l'on partage intensément avec toi.
Elle t'a fait une bonne surprise ta fille !
Elle est fille et non garçon ! lol..
Tu étais très jeune.. une bien jolie maman et bien gentille..
bisous
clem