Le vacher et son boeuf (défi 71 de Ghislaine)

Publié le 28 Septembre 2018

Le vacher et son boeuf (défi 71 de Ghislaine)

Jean le vacher est fier aujourd’hui d’emmener son bœuf préféré parader à la fête de l’agriculture de son canton. C’est une belle bête robuste qu’il a surnommé « Dyson » car c’est un gourmand qui ingurgite très vite et à loisir tous les fourrages de l’étable.  Il fait très chaud aujourd’hui et pour éviter que le soleil tape très fort sur son crâne dégarni, il s’est confectionné un couvre-chef avec une chute de tissu.

Jean est toujours souriant mais aujourd’hui particulièrement : Signe qu’il est joyeux de retrouver les autres paysans ses amis et de défiler devant le public. 

Il ne vendra pas Dyson comme ses autres bœufs, il l’aime trop pour s’en séparer et surtout le voir finir aux abattoirs.  Il est si affectueux. C’est la première fois dans sa vie d’éleveur qu’il s’attache ainsi à une de ses bêtes. Même s’il n’est pas à vendre, il aime se montrer à ses côtés.

Son rêve serait de l’emmener à Paris au Salon de l’Agriculture pour que Dyson puisse être vu par des milliers d’enfants. Il n’a pas les moyens. Il faudrait que tel Fatah le petit paysan algérien du film « La vache » qui a traversé la France avec sa vache Jacqueline,  il parte à pieds avec son bœuf. Mais chacun sait que dans les fictions, qu’elles soient comédie ou mélodrame,  on peut tout imaginer et que la réalité est une version bien différente et même parfois contraire.

Dyson, imperturbable,   est comme chaque jour perdu dans ses pensées avec ce regard à la fois insistant et vide qu’ont les bovins curieux de tout. Il parade aux côté de Jean en toute confiance. Même s’il n’aime pas trop défiler ainsi à cause du joug de trait qui alourdit sa tête. Il sait que Jean va l’atteler à une charrue qu’il va devoir tirer pour  montrer à une assistance nombreuse  comment se faisaient les labours autrefois. C’est fatigant mais Il supporte son sort sans se plaindre.

Ce n’est pas sa première fête de l’agriculture et il sait qu’il n’est là que pour le spectacle et qu’il reviendra  à l’étable contrairement à ses frères qu’il a vu partir pour ne jamais revenir. Il ne connaîtra pas le Terrible sort des animaux de boucherie. D’ailleurs il est certainement désormais trop vieux, trop gras pour être vendu pour sa viande. Il a du mal à avancer, il aimerait être aussi mince que son amie la grenouille de la mare de son champ qui aimerait tant être plus grosse que lui mais il ne fera rien pour y arriver car il a appris avec l’âge que dans la vie il fallait se contenter de son sort sous peine de ressembler à quelqu’un de plus malheureux que soi.

Martine / Septembre 2018 pour le défi 71 de Ghislaine  (Les 8 mots imposés sont en gras dans le texte)

Rédigé par Martine.

Publié dans #FABLES ET CONTES

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Q
"sous peine de ressembler à plus malheureux que soi", j'aime beaucoup.
Merci pour cette histoire, Martine, bravo pour le défi si bien relevé.
Bisous et douce journée.
Répondre
M
Bonjour Martine,

ce qu'il est beau ce bœuf! On voit combien son maître est fier avec ce sourire radieux qu'il affiche! :)
j'ai apprécié ta petite histoire
Bises de bon dimanche
;)
Répondre
D
jolie histoire ; maman a quitté le monde de l'agriculture car elle avait de la peine en voyant les vaches vendues et les animaux tués.
Bises par cette histoire qui m'a prise le coeur.
Répondre
G
certains promènent leur chien d'autres leur vache
Répondre
M
Ton texte est très amusant. Le bestiau est balèze (et le vaxher n'est pas maigrichon non plus...)
Bonne soirée,
Mo
Répondre
H
Effectivement, ce boeuf a de la chance, par rapport à ses congénères, d'être choyé et de ne pas finir à l'abattoir ! Il faut dire qu'il a fière allure !
MERCI pour ce moment de lecture et son illustration bien choisie !
Bon WE et gros bisous. Coryphee
Répondre
R
un très joli texte illustré aussi joliment et surtout avec une morale a retenir. Bisous
Répondre
N
Tu m'as fait penser au film avec Fernandel" La vache et le prisonnier" va savoir pourquoi. J'adooooreee!!! Bisous du Tarn où il fait bien chaud
Répondre
J
J'aime beaucoup ton histoire , Dyson a de la chance en effet il coulera des jours heureux en compagnie de Jean . L'abattoir un vrai film d'horreur pour toutes les bêtes qui y entrent .
Bonne journée
Bisous
Répondre
L
un brave homme avec son bel animal-
je ne comprends plus--- Ghislaine disait qu'elle ne faisait plus de défis à cause de son mari hospitalisé ??
je suis abonnée pourtant-
je vais voir-
bisous et bravo !
Répondre
G
On peut dire qu'il a fière allure ! Un plaisir ton article ...Passe une bonne fin de semaine . Cordiales amitiés & à +
Répondre
D
Deux inséparables, l'histoire est belle, bravo.
bonne journée, bises
Répondre
É
Bonjour Martine. J'aime beaucoup ton texte sur ces deux complices improbables et ta chute bien trouvée. Bonne journée et bisous
Répondre
L
J'aime beaucoup la chute
bises amicales
lyly
Répondre
G
coucou Martine

Belle histoire . M$eme si à la fin, ils vont tous au même endroit, ces animaux
sont aussi attachants et la il ne faut pas faire de sentiments.........

C'était le no 72 Martine
Bisous
Répondre
Z
Une magnifique histoire Martine qui vient d me ravir.... merci. Bises et bon vendredi
Répondre
J
Ah la destinée de ces animaux-là, pas dits de compagnie... pourvu qu'ils soient choyés le temps qu'ils passent à la ferme, l'abattoir, je n'aime y penser, c'est le côté sombre de leur histoire... merci Martine, bises
Répondre
C
Défi magnifiquement relevé, Martine ! Bravo ! Bon vendredi ! Bisous♥
Répondre