Articles avec #carnets de voyage tag

Publié le 20 Novembre 2020

Pour son nid de mots de ce mois, ABC nous demande d'écrire sur le thème de l'eau en écoutant La Moldau de Smetana. Comme vous le savez, je ne supporte pas la musique, a fortiori classique sans parole. Je n'écrirai pas un nouveau texte, mais pour participer néanmoins, vous trouverez ci-dessous mon lien avec mon article de 2010 sur Prague où coule la Vltava (la Moldau)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Carnets de voyage

Repost0

Publié le 22 Juin 2014

Hier après-midi, nous avons fait une longue promenade dans le 15ème arrondissement de Paris de la Porte de Vanves au Pont Mirabeau. Il faisait très chaud. Nous avions déjà vu le pont Mirabeau en passant dessous en bateau mouche très rapidement. Un moment de pure joie de le découvrir autrement. Beaucoup moins flamboyant que le Pont Alexandre III avec ses colonnes, ses statues et ses lampadaires, le Pont Mirabeau est tout aussi beau dans sa simplicité.

Le pont Mirabeau
Le pont Mirabeau
Le pont Mirabeau
Le pont Mirabeau
Le pont Mirabeau

Le Pont Mirabeau

 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine.

 

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

 

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

 

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

 

L’amour s’en va comme cette eau courante
L’amour s’en va
Comme la vie est lente
Et comme l’Espérance est violente

 

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

 

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

 

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

 

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Carnets de voyage

Repost0

Publié le 6 Janvier 2011

Après :

 

Prague: Carnet de voyage (1)

Prague : Carnet de Voyage (2)

 

Voici la suite de mon carnet de Voyage

 

Dimanche 5 Décembre 2010

 

Après le petit déjeuner nous décidons de Traverser le fleuve pour aller sur l'autre rive de la Vtlava pour monter avec le funiculaire en haut de la colline de Pétrin. Cette colline verdoyante  doit être merveilleuse en été. Elle est aujourd'hui recouverte de neige et sert de piste de luge aux enfants.

Nous mettons un bon quart d'heure pour nous rendre aux pieds du funiculaire car les trottoirs sont beaucoup plus glissants de l'autre côté de la Vtlava. Il y a moins de touristes.


Dans la gare du funiculaire, nous prenons nos billets à la machine automatique. Jeff passe le premier il met son billet dans le portillon automatique qui s'ouvre : Oh miracle. Pas vraiment, une Tchèque sort furieuse de sa cabine. Il fallait attendre son signal avant de passer le portillon. Comment aurions nous pu le savoir ne parlant pas le tchèque. Elle prend conscience que nous sommes étrangers et se radoucit. 5 minutes passent, elle ouvre le portillon. et nous pouvons pénétrer dans le funiculaire nous nous plaçons côté ville pour pouvoir prendre des photos de celle-ci vue d'en haut.

 

transport-funiculaire-prague-02.JPG


Le funiculaire part, il y a un arrêt au milieu et quelques passagers supplémentaires rentrent dans le funiculaire. Nous arrivons rapidement au sommet de la colline de Pétrin. Nous sortons du funiculaire. Des contrôleurs nous attendent et là je réalise que j'ai oublié de composter mon billet troublé par le compostage trop rapide de celui de Jeff et par mon impatience à prendre le funiculaire. En haut de Petrin, nous sommes dans le pétrin. Heureusement que le billet de Jetf est composté. J'indique aux deux contrôleurs dans un anglais qu'ils comprennent que j'ai oublié de le composter. Ils me répondent qu'il seront bienveillants cette fois ci mais que j'aurais pu avoir un penalty.... Sans aucun doute des amateurs de foot.

 

Nous montons à pieds au sommet de la colline jusqu'à la tour effel.... Non je n'ai pas abusé de la bière tchèque fort bonne c'est une réelle copie  de notre dame de fer. La petite histoire dit que des tchèques de retour  de l'exposition universelle de Paris en 1889,  ont construit une imitation  :  la Rohzledna  qui a la même altitude (au dessus de la mer) que notre vieille tour parisienne. On se croirait revenus à Paris.... Enfin presque.


Après Paris,  On se croirait au fin fond de la Russie avec l'église Baroque Saint-Laurent fort belle.

En face c'est un retour vers le passé avec la porte du Bludiste  contenant un labyrinthe de miroirs et qui nous fait penser à l'entrée d'un château fort du Moyen-Âge.


A Prague le dépaysement est assuré en permanence.

Nous redescendons lentement vers la gare du funiculaire, cela glisse beaucoup. Pendant la descente, nous prenons quelques photos du parc de Petrin et de Prague. Ce parc est très vert et fleuri l'été et cela nous donne vraiment envie de revenir à Prague aux beaux jours.


Nous retrouvons la ville et sa circulation dense en dessous. Nous suivons la Vtlava que nous traversons par le pont Most Legii. Un bateau de tourisme est dans l'écluse en dessous.

 

Nous suivons l'autre rive en admirant les péniches restaurant et hôtel qui doivent être très agréables l'été :

 

vtlava-17.JPG

 

 

Nous arrivons au but de notre promenade pour la matinée "la maison qui danse" des architectes Frank Gehry et du Tchèque d’origine croate Vlado Milunic. Cet immeuble représente un dialogue entre un homme et une femme qui dansent c'est pourquoi on le surnomme aussi "Ginger et Fred" hommage au couple Fred Astaire et Ginger Rogers. Cette architecture très moderne qui contraste avec les immeubles anciens baroques est surprenante mais personnellement j'aime beaucoup.


 

architecture-15.JPG


Nous revenons vers l'hôtel qui n'est pas loin pour nous réchauffer avant de continuer notre ballade dans Prague. Après cette petite pause, nous revenons vers le centre historique pour retourner au Marché de Noël.


Nous nous arrêtons pour déjeuner au restaurant Puskin Restaurant (cuisine tchèque et internationale) nous avons mangé des tagliatelles à la carbonara. C'était bon, le service est attentionné et le cadre agréable.


Après ce repas, nous sommes revenus vers le marché de Noël et les boutiques de souvenirs. Nous avons acheté des marionnettes très sympathiques pour décorer la nouvelle chambre de nos petites poupettes.

Nous avons flâne encore un peu dans les vieilles rues de Prague avant de rentrer à l'hôtel fatigués mais heureux.


Le soir, nous sommes sortis et avons déjeuné dans un autre restaurant français "l'universal" qui est notre vrai coup de coeur gastronomique à Prague.  Nous sommes arrivés, c'était la Saint Nicolas et il y avait une fête à l'intérieur du restaurant. Des cadeaux étaient offerts aux enfants. Le serveur nous a prévenus mais nous sommes restés. C'était bruyant, les petits enfants couraient partout,  mais il y avait de l'ambiance et nous avons apprécié d'être les spectateurs de cette fête qui est l'équivalent de Noël pour nous. La carte était traduite en français. Le cadre "style bistrot français" était très agréable.
Nous avons dégusté un suprême de poulet qui était moelleux à souhait avec une sauce succulente. Je n'exagère pas en disant que nous n'avions jamais mangé un suprême de poulet aussi bon.   Le serveur très agréable qui ne parlait qu'anglais dans un restaurant français nous a servi un très bon vin tchèque dans des vrais verres à vin. Sur une glace dans le restaurant était écrit "beaujolais nouveau" et il n'y en avait plus. Heureusement car nous avons pu ainsi apprécier ce très bon vin. L'addition fut très raisonnable.


Nous sommes retournés à l'hôtel  pour passer notre dernière nuit à Prague.

 


Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Carnets de voyage

Repost0

Publié le 18 Décembre 2010

Après

Prague: Carnet de voyage 1

 

Voici la suite

 

 

Samedi 8 décembre

 

Après un copieux petit déjeuner à l’américaine : un vrai repas, nous voila partis pour la découverte de Prague. Nous n’avons pas l’habitude de marcher sur des trottoirs enneigés et au départ nous faisons très attention à ne pas glisser ce qui nous empêche de lever la tête.

 

  neige.JPG

 

 

Au bout de 5 minutes de marche, nous sommes un peu plus à  l’aise. Nous avons décidé de descendre jusqu'au fleuve Vltava (Moldau : nom allemand) et le traverser en empruntant le vieux pont de pierres Charles  un des points hautement touristiques de la ville. Il fait très froid – 10 % et une brume fumeuse monte du  long ruban gris de la Vltava  vers la colline. Elle enveloppe les monuments aux toits couverts de neige cachant ainsi leur excès de couleur et de luxe baroques parfois impudiques.

 

 

vtlava-01.JPG

 

 

La ville se réveille, il y a peu de monde nous passons sous l’arche de la tour gothique qui marque l’entrée du pont…. Quelques touristes toisent avec respect les statues des saints qui surplombent de chaque côté les piliers du pont et les photographient. Est-ce cette protection divine qui a permis à la ville de se relever de tous les assauts qu’elle a connus dont le dernier en 1968 quand les chars russes ont envahi la ville ? Je me souviendrai toujours de cette image des chars sur cette si belle grand place  (Staromestske Namesti)  que je suis pressée de découvrir. Nous nous retrouvons sur l’autre rive et décidons de monter au château. Cela monte bien mais nous ne nous en rendons pas vraiment compte car nous avançons doucement en raison de la neige sur les trottoirs qui nous force à  la prudence. Des boutiques de souvenirs ralentissent aussi notre progression et nous permettent de nous réchauffer. Nous rentrons dans certaines boutiques pour admirer les poupées russes, les marionnettes, le cristal de bohème. Cette rue est très belle sous la neige. Nous terminons la montée par un escalier. Nous sommes arrivés au château et pouvons du haut de la colline admirer Prague enneigée en dessous. Sur la grande place beaucoup de touristes. Le château est orgueilleux. Les monuments à Prague sont si imposants qu’on n’a pas au premier contact envie d’y entrer. Nous passons néanmoins le porche du Palais royal qui nous semble plus accueillant malgré les deux gardes immobiles dans leurs guérites que nous prenons le temps de photographier, traversons au milieu d’une horde de touriste la grande cour rectangulaire et de l’autre côté nous apercevons les tours gothiques de la cathédrale Saint Guy. Elle nous attire malgré la foule qui s’y presse. Je dois surmonter mon agoraphobie pour pouvoir y entrer pour y faire quelques photos rapidement. Nous serons vite stoppés dans notre progression vers le chœur par une dame qui nous demande notre ticket. Pour poursuivre notre chemin, il faut payer et aller faire la queue. Nous nous contentons donc de regarder de loin. Cela nous suffit.

 

Nous sortons et continuons notre progression. Ce qui est merveilleux à Prague, c’est qu’il y a toujours quelque chose à voir de beau, d’insolite ou de baroque. Il suffit de lever les yeux, de passer les porches.  En redescendant nous entrons dans la cour d’un musée. Face à nous un homme noir nu coiffé d’un haut chapeau de neige nous regarde. Son sexe parait en or mais ne nous y trompons pas, c’est certainement parce qu’il a été tellement touché que le noir a disparu….

 

 

statues-prague-02.JPG

 

 

En ressortant un jeune trompetiste ne nous regarde même pas

 

 

 

enseignes-prague-12.JPG

 

Plus loin  une glace sans teint attire tous les photographes, le gardien du palais doit bien s’amuser derrière cette glace….. Chose très agréable, j’ai perdu quelques kilos le temps d’une photo…

 

 

glace.JPG

 

 

Nous redescendons vers la ville qui grouille en dessous de nous par des escaliers enneigés.  Devant nous dans la descente un vieil homme mendie à genoux dans la neige et courbé avec dans le prolongement de sa tête dont le front touche le sol : ses deux bras qui tiennent une soucoupe. Je suis si émue que je détourne le regard tellement cette vision m’est insupportable. Nous verrons d’autres mendiants par la suite dans cette position.

 

 

Il est 11 heures quand nous nous retrouvons au cœur de la ville les tramways très colorés anciens et plus modernes se croisent sur les larges avenues où la circulation commence à être dense.

 

 

transport-tram-prague-05.JPG

 

Les Tchèques ont de belle voiture et nous sommes surpris par le nombre important de porches Cayenne que nous voyons. Nous commençons à avoir froid et nous rentrons dans un bar pour boire un café. C’est un expresso qui est bon mais qui nous est servi tiède.

 

 

Nous ressortons, traversons la Vltava. Nous arrêtons devant l’imposant Rudolfinum, grande salle de concert. Prague ville d’Antonin Dvorak est une des capitales de la musique. Il y a des concerts dans toutes les églises.

Nous traversons ensuite dans les quartiers luxueux de Prague aux grandes avenues et aux très beaux immeubles et aux nombreuses boutiques de grandes marques du luxe.


En passant 2 statues insolites qui se font face attirent notre regard un jardinier qui semble être venu d’une autre planète

 

 

statues-prague-16.JPG

 

Cette petite promenade nous a donnés faim, il est midi et nous recherchons un restaurant quand soudain devant nos yeux un vieux bistrot avec une enseigne "CHEZ MARCEL" attire notre regard, nous lisons le menu écrit en français, il est très attirant et nous décidons de nous y arrêter. Nous somme accueillis avec un large sourire par un serveur français. Au mur des peintures de Montmartre. Quel dépaysement !!! 


Nous choisissons des filets mignons de porc bien cuisinés accompagnés de frites à la belge et terminons par un fromage blanc au coulis de framboise et miel. Une très bonne adresse à recommander.

 

gastronomie-chez-marcel.JPG

 

Nous nous sommes réchauffées avons repris des calories et sommes prêts pour continuer notre marche dans Prague. Nous nous dirigeons vers la grand place pour visiter le marché de Noël. Plus nous nous approchons de ce centre historique de Prague, plus la foule devient dense.  Le Marché de Noël et la Saint-Nicolas ont fait affluer les touristiques venus de tous horizons.  Nous visitons toutes les petites cabanes en bois aux toits de toile rouge abritant, qui des objets d'artisanats,  petits gâteaux, confiseries, bijoux,  tableaux de Prague. Si nous n'avions pas déjeuné auparavant, nous aurions pu nous y restaurer de saucisses ou cochon rôti accompagné d'un verre de vin chaud. Nous y restons une bonne heure puis flânons dans les vieilles rues du Centre-ville.

Nous marchons depuis 9 heures, il est 15 heures, nous sommes fatigués et décidons de rentrer à l'hôtel nous reposer et nous réchauffer.

 

 

 

STAROMESTSKE-NAMESTI--grand-place---eglise-notre-dame-de-T.JPG

 

 

Nous ressortons le soir pour aller dîner tout près de l'hôtel dans une excellente Pizzeria ou les pizzas sont faites devant vous et cuites au feu de bois. Nous rentrons ensuite nous coucher et nous n'avons pas de mal à nous endormir

 

 

Pour voir toutes les photos : consulter mon autre blog

 

Prague (2) - Le Pont Saint Charles (à paraître demain dimanche 19 décembre)

Prague (1) - Architecture

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Carnets de voyage

Repost0

Publié le 11 Décembre 2010

Chers amis, 

Ce blog est en pause temporaire. je n'arrive pas en ce moment à écrire des tests créatifs étant trop préoccupée par une accumulation de problèmes personnels.

C'est triste un blog qui ne publie plus alors j'ai décidé de vous faire partager mon carnet de voyages de 4 jours merveilleux à Prague grâce à notre fille qui nous a fait ce cadeau à l'occasion des 60 ans de son papa (avion et hôtel compris). Le plus beau qu'on ait pu nous faire :

 

Vendredi 7 décembre

13 heures, nous arrivons à Roissy dans le grand hangar qui sert de terminal aux compagnies de charters.. Tous ceux qui connaissent auront reconnu : le T 3 (anciennement T9).

 

Nous nous dirigeons vers le comptoir d’enregistrement de la « wing » compagnie tchèque. C’est la première fois que nous la prenons et nous sommes un peu inquiets pour avoir eu quelques mésaventures avec certains de leurs concurrents. De plus à chaque fois que nous prenons l’avion, nous n’avons pas de chance.

Une hôtesse au sol polie mais peu souriante nous donne nos cartes d’embarquement.

 

Il faut maintenant passer le contrôle de police. Jeff me précède  et le portique se met à clignoter et sonner. On lui demande de retirer de reprendre le portique dans l’autre sens, de retirer ses chaussures et de repasser sous le portique. Il s’exécute. Je passe et c’est la même chose, je dois aussi retirer mes chaussures ce qui n’est pas une mince affaire car j’ai prévu des chaussures de marche montantes difficile à retirer et à remettre avec une longueur de laçage impressionnante.

 

Nous arrivons dans la salle d’embarquement. Nous embarquons dans des bus qui nous amènent à l’avion. En sortant du bus, je prends une photo de l’avion avec mon petit appareil et me fait sermonner par un employé de piste. C’est interdit. Désolée, comment pouvais-je le savoir. C’est inscrit nulle part.  

 

Nous sommes à la rangée 7 dans l’avions. Pas de chance c’est la seule qui n’a pas de hublot. L’avion part à l’heure. Le Commandant de bord est bavard mais il parle très vite en tchèque et en anglais et avec un fort accent si bien que nous ne comprenons pas grand-chose ce qui est angoissant quand il se met à parler en plein vol et qu’on ne voit rien de ce qui se passe à l’extérieur. Je saisis tout de même quelques mots au passage et comprends que nous survolons le Luxembourg puis Francfort et qu’il y a de la neige à Prague.

 

On nous sert une collation : un sandwich tout mou avec du jambon et une sorte de pâte flasque qui ressemble à du fromage. Nous n’avons pas faim mais l’avalons avec un verre de coca pour passer le temps et surtout calmer notre angoisse.

 

Après une heure et demie de vol nous atterrissons en douceur à Prague. Je m’aperçois que je me suis fait voler mon petit appareil photo dans la poche de mon manteau dans le coffre à bagage de l’avion. C’est de ma faute je n’avais pas à l’y laisser mais je l'ai fait parce que je n'avais pas de hublot !!!

 

 

aeroport-prague-00.JPG

 

Nous n’avons pas à prendre de bus, l’aéroport est équipé de passerelles couvertes. Nous récupérons rapidement nos bagages et sortons de l’aéroport pour attraper un taxi. Il y a une couche de neige impressionnante sur les trottoirs et la chaussée.

 

Nous montons dans le taxi jaune de la compagnie AAA, le chauffeur parle l’anglais mais ne prononcera pas un mot de tout le parcours : pas de chance nous sommes tombés sur un timide et comme nous le sommes aussi.

 

Après des zones industrielles enneigées, la banlieue praguoise apparaît. Ce sont de longues avenues coupées en 2 par le tramway…. Il fait nuit. Quelques rares passants pressés rentrent chez eux.

 

Une impression de tristesse se dégage de ce paysage. La circulation est intense. C’est l’heure de la sortie des bureaux. Nous rentrons dans les faubourgs de Prague et passons sur la Vltava, le fleuve qui traverse Prague. De l’autre côté du pont, les immeubles sont plus cossus.

 

Nous nous arrêtons devant l’hôtel Best Western Pav. En descendant de la voiture, je m’enfonce dans la neige jusqu’aux chevilles et nous apprécions d’avoir fait le choix de chaussures de marche de montagne qui montent haut sur la cheville.

 

hotel-best-western-PAV-Pragues.JPG

 

L’accueil de la réceptionniste en anglais est poli mais sans plus. Les tchèques dans leur grande majorité sont ainsi : courtois mais froids.

 

 

Nous montons dans notre chambre qui est très spacieuse et confortable et qui dispose même d’un petit balcon mais avec la neige, le froid ( - 8), nous n’en profiterons pas.

 

Nous nous reposons en regardant la télévision et l’unique chaîne en Français : France 24 qui pendant tout le week-end va nous répéter les mêmes informations en boucle. Nous verrons certaines interviews au moins 10 fois. Nous regrettons TV5 Monde qui est vraiment très précieuse lorsque l'on veut avoir des nouvelles à l'étranger.

 

hotel-best-wertern-pav-pragues-chambre.JPG

 

 

Nous décidons d’aller dîner. Les trottoirs sont recouverts d’une épaisse couche de neige, il fait nuit. Nous découvrirons Prague demain. Il y a beaucoup de restaurants à proximité de l’hôtel. Nous décidons de goûter à la cuisine tchèque. Nous rentrons dans un restaurant sans prétention. L’accueil est sympathique. Il fait également bar, la télévision est allumée en permanence et les gens fument ce qui nous gêne beaucoup. Nous n’avons pu l’habitude en France et nous ne somme pas (plus en ce qui me concerne) fumeurs.

 

Nous choisissons le bœuf goulasch. La serveuse nous amène peu de temps après des assiettes copieusement servies. La viande est bonne bien cuite, la sauce délicieuse mais les oignons sont crus et 4 tranches rondes de pain de mie baignent dans la sauce. Ce n’est pas mauvais mais cela tient au corps et, outre les oignons, il n’y a pas de légumes. On comprendra le lendemain qu’en République Tchèque il faut demander les légumes en plus du plat.

 

Nous goûtons aussi à une très bonne bière tchèque. Nous sortons du restaurant et rentrons à l’hôtel où nous dormons très bien.

 

A suivre... mais pour vous faire patienter voir mes premières photos sur mon autre blog .. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Carnets de voyage

Repost0