ecrits divers

Publié le 3 Mai 2021

Quelle couleur suis-je ?

Aujourd'hui les guerres sont le plus souvent urbaines, ce sont des guérilllas autrefois les guerres beaucoup plus meurtrières et sanglantes étaient de campagne. Je suis née après l'une d'entre elles. Aujourd'hui les chimistes inventent des gaz neurotoxiques pour des guerres chimiques autrefois ils mettaient des couleurs à la vie. Même si mon père est français et que je porte le nom d'une ville française et d'une couleur, à l'origine je suis ritale et je le reste. Qui suis-je ?

Martine Martin - Pour le Défi 250 des croqueurs de mots  animé par Gisèle

Les commentaires sont modérés sur cet article pour permettre à tous mes lecteurs de jouer.

Réponse dans un prochain article.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 10 Mars 2021

AGATHANGE et la baie des Anges

Sous le soleil brûlant de cette chaude journée d’été, Agathange, bâton de randonnée en main, monte les marches de l’escalier du château de Nice.

Son esprit flâne et divague. Il rêve qu’il est homme volant et qu’il plane la nuit au-dessus de la Baie des Anges. Une lanterne d’Aladin en main, il éclaire la méditerranée tels, la nuit, les phares d’un avion comme celui rutilant qui vient de décoller de l’aéroport et passe en rase motte au-dessus de sa tête dans un vacarme assourdissant.

Il fait de plus en plus chaud. Il continue à monter. La sueur coulant de son front lui pique les yeux. Le belvédère enfin atteint, il s’approche de la rembarde en tremblant de peur pris par le vertige de l’époustouflant paysage s’étalant sous ses yeux une centaine de mètres plus bas. La vieille ville et sa baie turquoise scintillent au soleil sous un ciel d’azur cerné par les sommets des préalpes. C’est beau et époustouflant. Il laisse échapper quelques larmes.

Disparue la vision clinquante et superficielle qu’il avait de cette ville qu’il n’aimait pas parce que trop bruyante, polluée avec sa plage de galets surmontée par un grand boulevard à quatre voies grouillant d’automobiles.

De sa montée au château, Agathange retiendra l’enseignement suivant :

Il faut faire un effort et prendre de la hauteur pour avoir une autre vision des choses et aussi de ceux qui nous entourent.  

Martine Martin / Mars 2021 Pour les prénoms du mercredi de Jill Bill, aujourd’hui Agathange

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 8 Mars 2021

Pour Défi  247 des croqueurs de mots animé par les Cabardouche 

les Cabardouche nous demandent d'écrire un texte sur la photo ci-dessous en incluant impérativement les mots en gras dans ma participation 

Le vieux qui tricote

Les années passent, j’ai beaucoup changé. Les ans ont écuissé (1) ma carapace comme le tronc d’un vieil arbre. Mon corps, cette machine, se grippe et s’use. Il aurait besoin de la révision des 90 balais. Il faut que je me rende à l’évidence, je suis un « tamalou »... T'as mal où ? Partout.

Rassurez-vous,  je n’ai pas encore perdu la vue,  même si je vois et ne dors plus que d’un seul œil. C’est la raison pour laquelle j’ai renoncé à faire de l’œil aux mamies de la maison de retraite. Je n’ai pas besoin de cela pour leur taper dans l’œil.

Comme je n’ai plus bon œil, vous pouvez imaginer que je n’ai plus bon pied non plus. Mes panards sont fourbus  pleins de cors. Je n’ai plus besoin de me demander sur quel pied danser : aucun, ils sont foutus tous les deux. Je ne peux plus faire du pied aux vieilles commères séniles sous la table de la salle à manger. Leurs ragots me cassent les oreilles qui, hélas, entendent encore bien.  

Je n’ai pas encore perdu la tête heureusement car sinon je ne pourrais plus faire la tête aux aide soignantes bêtes comme leurs pieds. Je ne pourrais pas non plus tenir tête à cette tête à claques de Charlotte, l’aide-soignante, quand elle veut me faire boire de l’eau de force. Ma chambre est une étuve. Hiver comme été, je m’y gèle mes fesses toutes rabougries. Quand je me plains auprès d’elle, elle me répond que je ne devrais pas dormir nu les fesses à l’air. Elle ferait mieux de se mêler de ses fesses que de s’occuper des miennes.

J’ai le cœur brisé quand certains compagnons ou compagnes d’infortune, avec la bouche en cœur, me disent que j’ai un cœur de pierre. Cela doit être pour cela que mon palpitant résiste encore aux assauts du temps et qu’il bat encore la chamade pour Jacqueline, une nonagénaire dynamique et drôle qui me fait rire de bon cœur. Au lieu de bougonner en silence, je dis ce que je pense à mes congénères et au personnel de cette maison. Pourtant, je suis très affectif. Même si je le musse (2), j’ai le cœur sur la main,  façon de parler, car les miennes n’ont plus la force de supporter de porter quoi que ce soit. Je ne vais pas me plaindre, je peux encore tricoter et j’adore car ce geste répétitif me permet de réfléchir, de philosopher.

Je vous ai parlé de tout ce que j’avais perdu. Maintenant, pour finir sur une note positive, je vais vous parler de ce que j’ai gagné en vieillissant : la graisse. À 90 ans, j’ai toujours l’estomac dans les talons, la descente d’organe ne s’arrange pas avec les années !  À mon âge, j’ai fini ma croissance et au contraire, je rapetisse à vue d’œil et la graisse s’accumule sur le peu de corps qui me reste. Je hais le pèse-personne, cette sale balance qui me révèle ce qu’il devrait taire : mon poids. Quand le médecin me demande de monter sur la balance, je renaude (3). Quand on me force ici à faire quelque chose, j’ai l’impression d’être retombé en enfance. Dès fois, j’ai envie de m’enfuir de cette maison de retraite, mais je ferai trop de peine aux miens.

Ma petite fille Manon, que j’adore, vient me voir parfois avec sa jolie petite princesse Jade. Je la prends dans mes bras. Elle s’y endort. Manon, à mes côtés, regarde la télévision. Pendant ce temps, je tricote en fouillant le grenier de ma mémoire ou de nombreux souvenirs se  moirent. Que reste-t-il de mes bonheurs ? Que reste-t-il de mes malheurs ? Jouissances et souffrances ne sont que réminiscences. Ma mémoire devient passoire. Alors à quoi bon fouiller mon passé pour nourrir mon présent comme le sanglier vermille (4) la terre pour s’alimenter ? À quoi bon imaginer l’avenir ? Sans barguigner (5), je jouis du moment présent avec Manon, Jade et ma fille Stéphanie quand elle vient me voir. Cela suffit à me rendre heureux et à me faire oublier le reste.

 

Martine MARTIN (Mars 2021)

 

  1. écuisser : abîmer un tronc d’arbre
  2. musser : se cacher
  3. renauder : renâcler, être en colère
  4. vermiller : fouiller la terre pour se nourrir (pour les animaux)
  5. Barguigner : hésiter

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 4 Mars 2021

Pour le Défi  247 des croqueurs de mots animé par les Cabardouche , voici mes deux logogriphes qui vont ensemble

 

LOGOGRIPHE 1

Sur ses sept pieds, elle ne prend jamais le sien

Sans les quatre avant, son saut ne la mène pas loin

Sans les quatre arrières, elle perd son féminin

 

LOGOGRIPHE 2

Sur mes sept pieds, la femme du premier logoriphe y connut l’apogée

Je brillerai de tous mes feux, si les cinq pieds de queue vous me supprimez

Si vous me laissez que deux pieds, pour faire le mur ce n’est pas assez

Si vous m’otez les quatre pieds de tête, j’en prendrais un chaque année

 

Difficile, certes, mais ce sera plus facile de trouver la solution avec mon poème indice, CLIQUEZ ICI

J'ai modéré les commentaires pour ne pas faire apparaître ceux qui donneraient la solution complète ou partielle. Je les validerai dans quelques jours

Image par Enrique Meseguer de Pixabay

Image par Enrique Meseguer de Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 22 Février 2021

Pour le défi 246 des croqueurs de mots, ABC nous donne la consigne insolite d'écriture suivante :

"Cher Amiral, vos croqueurs sont des « motivores », en passant par mon jardin, ils ont dévoré tous mes mots. Sans mot, mon jardin de mots n’a plus de sens, il est anéanti. Demandez-leur, je vous en conjure, de m’envoyer chacun sa meilleure recette, pour que les mots de mon jardin puissent refleurir dès le début du printemps. Consigne : Écrire une recette simple et efficace pour réparer les dégâts provoqués par tous les motivores."

Voici ma participation :

LES MOTIVORES GASTRONOMES

Les croqueuses ont envahi ton jardin ABC pour dévorer les mots qui dormaient dans ton nid douillet. Chacune, en gastronome avertie, a choisi les siens :

Aimela, en criant aimez-moi, des mots de haine et d’indifférence.

Chloé, des mots pris au hasard tous azimuts.

Colette, les mots rimant avec son prénom.

Durgalola, les mots issus d’une graine.

Eglantine Lilas, les mots de fleurs.

Fanfan a voulu dévorer le mot tulipe, mais Eglantine Lilas l’ayant déjà croqué, par dépit s’est attaquée aux mots débutant par F.

Jeanne Fadosi, les notes de musique

Jill Bill, les mots évoquant un prénom

Josette, les mots trop voyants pour les dissimuler dans sa cachette

Les Cabardouche, tous les mots insolites et étranges

Lénaïg, les Paris-Brest et autres pâtisseries mais aussi les noms de planètes, d’étoiles, d’astres

Luciole, tous les mots d’objets lumineux qui éclairent nos nuits

M’amzelle Jeanne, tous les noms de fêtes

Marie Chevalier, les jolis mots avec lesquels on peut jouer, rimer

Pimprenelle, les mots météorologiques dont la brume et le soleil bien sûr

Jazzy, les noms d’instruments emblématiques du Jazz bien sûr, mais également les mots évoquant la nature

Renée, les mots au gré de ses envies

Zaza, tous les mots débutant par Z

Moi-même, les mots qui expriment une émotion pour mon mois émoi

Domi trop occupée à tenter de ramener son équipage à la raison n’a rien dévoré du tout

image gerd altmann sur pixabay

image gerd altmann sur pixabay

Face à un tel carnage, de rage tu as croqué ABC toutes les lettres des mots restant. Tu en as fait une indigestion.  Comment ABC peux-tu récupérer dans ton nid les mots disparus ?

Long et Fastidieux mais simple, il te suffit de vomir toutes les lettres que tu as ingurgitées (ton estomac te remerciera) et de reconstituer avec elles les mots dégustés par tes amies motivores. Bon courage ABC.

Martine Martin-Cosquer / pour le défi 246 des croqueurs de mots animé par ABC.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 12 Février 2021

La cage est vide, Colombe s'est envolée

Je m’appelle Colombe. J’aime bien mon prénom. C’est un nom d’oiseau blanc comme celui de ma sœur Swan, de ma jumelle Palombe et de mon frère Corneille. Tout s’explique : notre mère était ornithologue. Difficile tous les jours ce métier qui vous écarte des réalités de la vie. Pour moi le plus pénible est d’être Colombe née à Colomb-Béchar en Algérie. Les gens s’imaginent que je suis blancheur et perfection personnifiées et ne me pardonnent rien, encore moins la couleur de ma peau. Ni blanche, ni noire, ni grise, je suis métisse, enfin marron et blanche. Ma mère est colombienne et mon père péruvien ! Avez-vous déjà vu une colombe une vraie (pas un pigeon) couleur café crème. Un jour, j’irai goûter un café crème à Colombes.

Ce qui ne vous tue pas vous rend plus forte. J’ai gagné en volonté et en combativité. Ma sensibilité se cache sous une indifférence apparente. Éprise de paix et de justice, je défends souvent les causes dites perdues. Aider les autres, les conseiller quand ils sont dans la difficulté ou la peine sont mes moteurs dans la vie. Je fais tout pour me faire aimer, mais peut-on aimer une icône sans la jalouser ? La bave du crapaud n’atteint pas la blanche Colombe. Claustrophobe, j’ai besoin de grands espaces et de liberté. J’aimerais tant voler comme l’oiseau et j’y arrive en faisant pendant les vacances du deltaplane dans mes Pyrénées à Sainte-Colombe.

J’aurais aimé faire des études, mais petit oiseau tombé du nid trop vite, je n’ai pas pu. J’ai dû trouver rapidement du travail. Factrice, je suis ainsi fidèle à mon image de messagère. J’apporte parfois l’amour, le bonheur, mais bien souvent aussi le malheur et les difficultés. Surtout être libre dans la journée sans personne derrière mon dos à me contrôler est une chance. J’aimerais néanmoins me libérer complètement du joug de l’entreprise.

J’ai épousé il y a dix ans Pierre et, depuis, je suis depuis la colombine de mon Pierrot. Le reste de l’année, nous vivons tout près de Paris dans un pavillon à Colombage à Colombes, rue de la paix : une adresse prédestinée. !  Je ne l’ai pas fait exprès. Le pur hasard existe-t-il ? Peut-être ai-je voulu goûter au café-crème des bistrots de Colombes ? Le doute m’habite, c’est ma philosophie contrairement à ma jumelle palombe que je surnomme « pas l’ombre d’un doute » tant elle est assurée d’avoir toujours raison. Quant à Corneille, mon frère, il passe son temps à bayer aux corneilles en regardant le ciel dans la journée et la lune la nuit comme mon Pierrot.

J’écris des poèmes, mais je ne suis pas poète. Ces derniers sont des musiciens qui savent nous enchanter et nous émouvoir juste par la magie de l’association des mots. Ils n’ont pas grand-chose à nous raconter et nous font jouir de la beauté d’un instant, d’une sensation fugace, de leurs émotions. Les poèmes qui ne racontent rien m’ennuient. Je pense que c’est pour cela que la poésie ne se vend pas bien. C’est ludique de faire chanter les mots avec le fol espoir d’amuser et surprendre. Je suis bavarde comme une pie, j’ai toujours quelque chose à écrire, une cause à défendre, des histoires simples fleurant bon la vie à narrer où chacun peut se reconnaître ou à défaut rêver.

J’ai toujours appris de manière empirique. Pour pouvoir monter les échelons à la Poste, il faudrait que je retourne à l’école comme me l’a fait comprendre la conseillère carrière de la DRH  DIR (direction inhumaine des ressources).

Non, je ne retournerai pas à l’école, il y a longtemps que la cage est vide et que l’oiseau s’est envolé. Après celles de l'école, puissent bientôt les portes de ma prison entreprise s’ouvrir pour créer ma propre activité.

Cette pensée me fait chantonner à voix basse le refrain de la chanson de Pierre Perret :

 « Ouvrez, ouvrez la cage aux Oiseaux,

Regardez les s’envoler, c’est beau »

Martine Martin  pour le nid de mots d’ABC de Février 2020 (Thème : la cage est vide, l’oiseau s’est envolé).

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 25 Janvier 2021

Chambre à louer

Depuis que je loue cette chambre à des hôtes charmants, un couple de dejantés et leur chien fou, tout va à vau l'eau :

  • je leur ai donnés mon adresse.  je suis devenu maladroit.
  • Je n'avais plus de chambre avec vue sur baie, ils ont exigé d'avoir sur le mur un tableau avec  des baies rouges.
  • À marée haute ils n'ont pas pu voir la grève, ils font maintenant la grève de loyers jusqu'à ce que la mer arrête de monter.
  • leur chien a mordu mon index, mon doigt bouffé a été mis à l'index
  • Ils ont percé un immense jour dans les double-rideaux, depuis ils peuvent, sans se lever, voir le jour poindre.


Depuis j'ai changé d'adresse, me suis fait greffer un index, Remplacer les double-rideaux par des rideaux en plastique transparent, j'ai peint l'encadrement et les vitres de la baie de leur chambre en rouge (à défaut de tableau avec des baies rouges). 

Finalement j'ai pété les plombs. J'ai chargé la chambre de ma carabine avec des plombs et j'ai fait des jours dans leur thorax. Depuis ils sont dans une chambre mortuaire en attendant d'être mis en terre et moi en prison.

 

Martine Martin / Pour le défi 244 des croqueurs de mots animé par Josette. Voir lien ci-dessous pour en connaître le thème.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 13 Janvier 2021

JUDA

Je m’appelle JUDA. Je vis chez papi et mamie que j’aime beaucoup.  

Je n’ai jamais connu mon papa.  Maman m’a abandonnée brutalement pour partir vivre très loin là-haut. Mamie me dit que Dieu l’a appelée pour qu’elle vienne habiter avec lui dans son pays au-dessus des nuages. Quand je lui ai demandé pourquoi maman est partie sans moi, elle me répond que le roi du ciel n’a pas voulu de moi et que Maman est partie seule car on ne peut  s’opposer à la volonté de Dieu. Parce que je m’appelle JUDA on me surnomme « le traite » à l’école mais ce n’est pas moi le traite, c’est dieu qui a trahi la confiance que je lui accordais en me prenant ma maman.

La maman de mon copain Arsène l’a quitté aussi mais pas pour le ciel, juste dans la ville voisine pour rejoindre un Monsieur qui travaille avec elle dans la fabrique de chaussures. Arsène a de la chance il peut voir sa maman. Quand je lui ai demandé si le nouveau mari de sa mère était le roi de l’usine et s’il portait une couronne.  Arsène a rigolé en me répondant que, même si c’était le roi des cons laid comme un crapaud,  il ne portait pas de couronne sur son crâne complètement chauve.

Quand je lui ai répondu, fier comme un coq, que ma maman était partie  pour rejoindre un vrai Roi, celui du Ciel et qu’elle était reine désormais.il m’a rétorqué que j’étais un gros nigaud qui croyait tout ce qu’on me racontait. Ma grand-mère m’avait menti. Ma maman était morte et n’avait pu rejoindre Dieu parce qu’il n’existait pas. Comme je ne le croyais pas le soir en sortant de l’école,  il m’a emmené sur la tombe de maman au cimetière du village où j’ai pu lire son  nom sur une pierre surmontée d’une croix. J’avais encore espoir que ma maman divorce avec Dieu et qu’elle rentre sur terre mais j’ai compris à ce moment-là que je ne la reverrai plus jamais. J’ai pleuré, j’étais si triste mais aussi heureux que ma maman n’ait pas préféré Dieu à moi et qu’elle soit partie sans le vouloir.

En rentrant à la maison le soir, j’ai traité ma mamie de menteuse, de traite. Je lui ai dit que je savais que maman était morte et qu’elle n’était pas au ciel avec Dieu mais en pleine terre dans le cimetière du village. je ne les croirai et ne leur parlerai plus jamais. Mamie m’a répondu en pleurant que, quand Maman est partie, j’étais trop petit et qu’ils n’avaient pas osé me dire la vérité trop douloureuse à supporter. Ils sont si tristes que je ne suis pas fier de les avoir peinés ainsi. Je comprends et je les aime bien. Je boude ce soir assis sur ma chaise en caressant le pull de maman que j’ai mis sur mes genoux  et demain je leur reparle et leur fait un gros bisou pour me faire pardonner. J’irai aussi au cimetière porter une couronne en papier doré sur la tombe de maman : ma reine à moi.

Martine Martin / Novembre 2020 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (Aujourd'hui Judas)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 3 Juillet 2020

Rencontre (défi 272 d'Evy)

Alors qu'il avance d'un pas décidé dans le couloir de la station Les Sablons à Neuilly, Vincent entend le métro approcher. Il est pressé, il a un rendez-vous important et il n’est pas en avance. Il accélère sa marche. Quand il arrive sur le quai il entend la sonnerie stridente de fermeture des portes retentir, il se met à courir mais les portes se referment devant lui. Il devra attendre la prochaine rame. Il s’en veut. S’il avait couru dans le couloir comme il en a eu envie, il n’aurait pas maintenant à attendre désœuvré sur ce quai bondé. Il pense à son rendez-vous qu’il a attendu avec impatience comptant les jours qui l’en séparaient. Une pensée soudaine  l’envahit. Y Tient-il vraiment? Depuis ce matin on dirait que tous les obstacles se mettent sur son chemin pour l’empêcher d’honorer cette entrevue et si c’était lui qui, inconsciemment, dans sa tête, freinait, avançait à reculons vers son avenir. Il est sorti de ses réflexions par une annonce RATP. « Le Trafic est interrompu sur la ligne 1 en raison d’un incident technique». Non ce n’est pas lui qui freine pense-t-il, peut être son ange-gardien qui fait tout pour réduire à néant son envie de métamorphose, de dévier la route que, depuis sa naissance, le destin lui a tracée.

Sur le quai, il est surpris par le regard d’une jeune femme aux cheveux très courts aux traits du visage si fins qui contrastent avec son allure masculine et son corps très musclé. Ému, Il la regarde et lui sourit. Son visage gracieux s’éclaire soudain d’un soupçon d’amusement comme si elle éclatait de rire au plus profond d’elle-même tout en essayant de le masquer.

Pour résister au trouble qui l’envahit dans cette confrontation silencieuse, il lui dit les premiers mots qui lui viennent spontanément

  •  « Je m’appelle Vincent et toi ? ».

Il s’en veut aussitôt. C’est stupide comme début d’une histoire il en convient mais que pouvait-t-il lui dire d’autre. Elle n’a pas l’air de lui en vouloir au contraire et l’ironie de son premier sourire fait place à une grande douceur.

  • "Vincent" : alliance de vingt et de cent, Serais-tu un matheux ? Je m’appelle "Ella" alliance du « L » et du « A », je suis une littéraire ».
  • J’ai toujours été nul en maths. Je suis plutôt un artiste qui a perdu le sens des réalités à force de rêver. Je suis coiffeur et toi ?
  • Coiffeur, est-ce pour cela que tu as un cheveu sur la langue ?

Vincent rougit, elle avait remarqué son léger bégaiement qui s’accentue quand il est ému.

  • Tu as de l’humour Ella, oui je zozote un peu parfois quand je suis stressé. Et toi que fais-tu comme métier ?
  • Je suis jardinière.
  • Tu crées des paysages.
  • Non, j’aimerais bien imaginer et réaliser un nombre infini de jardins, j’ai appris et cela me motiverait beaucoup mais pour le moment je suis élagueuse pour la ville de Paris. Je n’ai rien trouvé d’autre dans mon domaine de compétences et puis je suis sportive, j’aime me dépenser physiquement et aussi parler aux arbres quand je leur fais une beauté ou quand, hélas, je suis obligée de les abattre.
  • Enchantée de te connaître Ella l’élagueuse. Ce n’est pas trop difficile comme métier pour une femme ?
  • Non, en fin de compte on fait le même métier : je taille les arbres comme tu tailles les cheveux. Et toi coiffeur ce n’est pas trop difficile pour un homme de côtoyer toutes ces femmes et de recevoir leurs confidences ?

Vincent rougit encore plus de la stupidité machiste de sa question. mais cette jolie jeune femme à la force douce et si vive d’esprit lui fait perdre tous ses moyens. Étant attiré par les hommes, c’est la première fois que cela lui arrive de ressentir un tel attrait pour une femme et cela le trouble d’autant plus.

La voix d’une hôtesse RATP interrompt quelques instants leur dialogue « le trafic est interrompu sur la ligne 1 entre Charles de Gaulle étoile et la Défense pour une durée d’au moins une heure. Merci de sortir du métro pour prendre le bus 73 afin de rejoindre Étoile ou La Défense.

Ella semble contrariée un moment puis sourit en se tournant vers Vincent et lui dit

  • Au revoir Vincent, J’avais envie, en ce samedi ensoleillé, de faire du shopping sur les Champs Élysées. J’y renonce, je rentre chez moi. Merci la RATP je vais faire des économies aujourd’hui.
  • Je vais regagner mon domicile également. Je renonce à mon rendez-vous. Cela n’a plus d’importance, je n’avais pas vraiment envie d’y aller. Mais avant puis-je t’offrir un verre Ella au Sequoia café ? J’ai envie de mieux te connaître
  • D'accord Vincent mais s’il te plait ne me drague pas, je déteste cela.
  • Tu me fais rire Ella, tu ne risques rien, je suis gay.
  • Merci pour ta confidence Vincent, Bienvenue au club, je suis lesbienne !

Ils continuèrent leur conversation en se dirigeant vers la sortie du métro

  • Tu avais rendez-vous avec ton compagnon Vincent ?
  • Non pas du tout, je n’en ai pas en ce moment. Je suis dans une période de remise en question.
  • Je suis curieuse. Est-ce que ce rendez-vous avait un rapport avec ton état actuel ?
  • Oui Ella. J’ai l’impression d’être sur une balançoire qui ne s’arrête plus et qui oscille entre « je vais le faire » et « non je ne peux pas »
  • Tu allais chez un psy.
  • Non mais tu brûles.
  • Tu allais chez un médecin ?
  • Oui.
  • Ton généraliste ?
  • Non un spécialiste à l’hôpital Saint-Louis qui ne soigne pas mais change ton image.
  • Un chirurgien esthétique ?
  • En quelque sorte !
  • Je ne devine pas dis-moi.
  • Normal c’est impossible à trouver et même si tu le trouvais oserais-tu me l’avouer ?
  • Allez dis-moi Vincent !
  • Si je te le dis tu ne viendras plus jamais boire un verre avec moi.
  • Mais si je te le promets.
  • J’allais voir un chirurgien qui allait me transformer en femme ? Je suis coiffeur pour transsexuels. A force de les côtoyer j’avais envie de changer de sexe. Maintenant finalement je crois qu’inconsciemment, je ne le souhaite plus. Je me réjouis que cette panne m’ait empêché d’y aller. Je crois aux signes du destin. Ella si tu reviens sur ta promesse et que tu prends tes jambes à ton cou, je comprendrais car les gens bien ne peuvent admettre cela
  • Sauve qui peut ! Non je plaisante, je reste. Te rencontrer Vincent m’a comblée de joie et je me réjouis de cette panne dans le métro qui m’a permis de faire ta connaissance. Je crois qu’une belle amitié est née.

Sur ce, Ella lui fait un petit baiser furtif sur la joue, le prend par le bras et ils sortent ensemble sur l’avenue Charles de Gaulle. Elle le regarde en souriant et lui dit

  • Tu sais Vincent Je n’aime pas les gens biens et comme dirait Emile ZOLA dont j’ai lu tous les livres et que j’adore « quels gredins les honnêtes gens »

Martine Martin / Pour le défi 272 d’Evy sur le thème « rencontre ». Les mots imposés sont en gras

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers, #Nouvelles

Repost0

Publié le 13 Avril 2020

Anne Roumanoff et Victor Hugo sont au comptoir d'un bistrot :

  • Mais c’est ce cher Victor,  ça fait une paye…  Je te paye un coup
  • "Veni, Vidi…"
  • Qu’est-ce que tu racontes Totor,
  • Je suis venu, j’ai vu  et assez vu  demain à l’aube je partirai  Madame Roumanoff
  • Appelle moi Anne. Qu’est-ce que je t’ai fait ?
  • « Fier jadis, dominant les lointains horizons,
    Aujourd'hui n'ayant plus que de hideux tronçons,
    Épars, couchés, perdus dans l'obscure vallée ;
    C'est l'épopée humaine, âpre, immense — écroulée ».
  • Qu’est ce tu racontes encore Totor, c’est puissant, on dirait du Fabrice Luchini
  • La légende des siècles, les siècles passent et tout se dégrade : des femmes dans les cafés qui boivent du vin rouge.. Mais qui est ce Fabrice ?
  • Un acteur … bobo comme on dit aujourd’hui
  • Bobo, il a bobo partout, il est  hypocondriaque !
  • Qu’est ce tu as dit « hypocon… » Il n’est pas con même pas hypo, c’est un intello comme toi et pas con au contraire, juste un petit peu déjanté. Quand il commence à  parler, c’est un vrai moulin à paroles, mais moi ,dès la première phrase, je ne capte pas alors je réfléchis à ce qu’il a voulu dire mais lui continue sans s’arrêter. On ne nous dit pas tout mais lui est le seul à tout dire mais je ne comprends rien.
  • Anne, citez moi un exemple ou vous n’avez pas compris
  • Oh que oui ! souvent il te cite Totor, il a répété par exemple une de tes phrases : "La forme, c'est le fond qui revient à la surface." Et pour nous épater encore plus,  il ajoute…. Puissant Hugo,  « Cela va mille fois plus vite et ça prouve un esprit assez humble qui a, en plus,  un sens aigu de la hiérarchie ».
  • C’est bien vu : Je suis modeste et conformiste . Quant à la forme et le fond je vais t’expliquer Anne ce que j’ai écrit… la forme en dit long sur…
  • Arrête Totor, ne perds pas ton temps…. Les formes je les ai en surface quant au fond je vais bientôt l’atteindre sans qu’il remonte, il tombera encore plus bas  et moi avec lui.
  • Tu m’appelles Totor, cela me touche, Juliette me surnommait Toto.
  • Pourquoi ? Tu n’es pas un zéro même si tu as une tête Toto, et quelle tête ! Chapeau Totor

 

  • C’est que me disait Juliette.
  • On ne nous dit pas tout et cela ne me regarde pas mais on dit que tu la trompais ta Juliette. Si les temps ont changé Totor, les hommes  sont toujours les mêmes. Demain à l’aube, tu resteras Totor.
  • Non je partirai Anne.
  • Non restes Totor ! Tu aimes les femmes, Attends, Il y a un cœur à prendre et à consoler. Une femme de lettres vient d’être larguée par son mec, un politique illustre, ancien député comme toi. Il lui a préféré une actrice Julie Gayet comme ta Juliette Drouet ! Julie, juliette… Drouet, Gayet... Que de coïncidences !
  • Les coïncidences sont les facéties du destin ! C’est étonnant en effet, Anne, mais qui est cet homme politique ? 
  • Le commandant du pédalo France. Il risque de toucher le fond avec nous sans y mettre les formes.
  • La misère existe donc toujours moi qui voulait la voir supprimée et non secourue.
  • Des Cosette, Gavroche, il y en a toujours plein Totor et de plus en plus et ils ne sont même pas secourus
  • Tant pis pour la première dame à consoler, Demain à l’aube je partirai. je ne veux pas voir la France sombrer :

« Charme l'Europe et plaît au monde... - Ah ! je voudrais,
Je voudrais n'être pas Français pour pouvoir dire
Que je te choisis, France, et que, dans ton martyre,
Je te proclame, toi que ronge le vautour,
Ma patrie et ma gloire et mon unique amour
! » 

  • Tu ne pourras pas partir Totor c’est "le" grève SNCF, à moins que tu veuilles aller à Rocamadour, le seul train maintenu, désolée ce ne sera pas à l’aube il part ce soir !
  • Mais qu’est-ce que j’irai faire à Rocamadour
  • Manger du foie gras et du fromage de biquette avant de repartir 
  • C’est une bonne idée Anne, je suis un bon vivant, je vais à Rocamadour mais avant de repartir promettez moi  de ne plus boire autant, vous allez vraiment tomber au fond et ce n'est pas bon pour votre forme.
  • Je ne promets jamais rien mais, parce que je t’aime bien, je te chante une de tes chansons revisitée à ma sauce

Comme dirait mon beau frère

Si je tombe par terre

Pas la faute à Voltaire

C’est la faute au Jaja

Dont je suis si fada

 

Martine Martin-Cosquer/ Rediffusion d'un article de Février 2014 pour le défi 235 des croqueurs de mots animé par Dominique du blog les antidotes

Toutes mes excuses à Fabrice Luchini, Anne Roumanoff (qui ne boit que dans ses sketches Radio Bistrot) ; je les aime beaucoup tous les deux mais c'était pour les besoins du texte.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Humour, #Ecrits divers

Repost0