ecrits divers

Publié le 17 Novembre 2018

La trahison des images / Toile de Magritte

La trahison des images / Toile de Magritte

Je me suis assise devant ce tableau de Magritte et je me suis dit :

"Ceci n'est pas une vraie pipe

Le peintre ne veut pas nous enfumer

Mais est-ce que ceci est un tableau ? "

 

Martine / Octobre 2018 pour le nid de mots d'ABC   (thème : je me suis assise devant ce tableau)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 5 Novembre 2018

Pour le défi 211 des croqueurs de mots Josette nous donne la consigne suivante :  Vous avez reçu une invitation à un vernissage avec un ami. Ravie ou outrée vous partagez vos impressions devant les premières oeuvres exposées

 

 

en insérant dans votre écrit deux expressions contenant le nom d'un animal

Ci-dessous mon texte

Les décharnées déchaînées

En ce bel après-midi d’été au lieu de profiter de la plage, j’avais accepté d’accompagner mon amie Nathalie à une exposition d’un sculpteur qu’elle aimait beaucoup et souhaitait me faire découvrir.

Dans la grande salle municipale improvisée en musée, je suivais mon guide (elle s’appelait Nathalie mon guide comme dans la chanson). Devant la première sculpture de fil de fer et papier elle s’exclama d’admiration devant trois nanas, sortes de girafes squelettiques perchées sur des talons hauts, se tenant par la main tout en portant des ballons comme si elles souhaitaient encore se grandir.

Les décharnées déchaînées
  • Qu’en penses-tu Jeanna ? J’adore ses poms poms girls revisitées s’exclama-t-elle !
  • Des poms poms girls ! Je te l’accorde Nathalie si l’on entend par pommes le fruit du pommier car sinon les poms poms girls sont plus bodybuildées que liposucées. Je vois plutôt dans ces trois grandes bringues maigrichonnes des mannequins anorexiques. Ce pourrait être une revisite des trois grâces de Raphaël et leurs pommes. A la place trois maigres, non pas nues comme des vers telles les grâces , mais habillées de vêtements aux couleurs chamarrées moulant leurs os minces comme des fils Il n’y a pas de titre affiché pour cette œuvre Je l’appellerai bien « les trois décharnées déchainées » tant elles me paraissaient actives malgré leur immobilité statufiée.  
Les décharnées déchaînées
  • Quelle imagination Jeanna ! Mais comment explique tu alors les pommes transformées en ballons ?»
  • Bonne remarque Nathalie mais je n’y vois pas comme toi des ballons qui sont trop légers. J’y vois plutôt des ballots contenant la graisse enlevée lors des liposucions qu’elles ont subies afin de les alourdir pour qu’elles ne s’envolent pas les jours de grand vent. Autre avantage elles portent à la main les formes qu’elles n’ont plus ailleurs. Elles pourront ainsi encore charmer les hommes qui aiment, sans tomber sur des os, caresser les rondeurs féminines qui leur rappellent celles de leur maman.
  • Mais tu aimes cette œuvre ou pas Jeanna ?
  • Je ne peux le dire Nathalie, elle m’interpelle et me met quelque peu mal à l’aise. Ce que j’aime beaucoup c’est qu’elle me fait réfléchir et développe mon imaginaire. Les mannequins ont une chienne de vie. Pour la gagner elles doivent, au prix de leur santé,  se conformer tout à fait aux standards de la beauté et de la mode marketisées. J'aurais peut être préféré que le sculpteur revisite ces trois grâces à la manière de Niki de Saint-Phalle pour montrer la beauté des rondeurs féminines.
     
Niki de Saint Phalle

Niki de Saint Phalle

  • Passons à l’œuvre suivante Nathalie si tu le veux bien.

Nous nous arrêtons devant une seconde œuvre qui elle porte un titre : «La famille Sanchez ».

  • Qu’en penses-tu me demande Nathalie ?
Les décharnées déchaînées
  • C’est étrange Pourquoi ce titre « la famille Sanchez » pour cette sculpture alors que le premier objet qui me saute aux yeux avant même le personnage est une chaise très haute du genre de celles que, ayant de courtes gambettes, j’évite dans les bars pour ne pas avoir les jambes qui pendent !
  • Oui c’est étrange mais, si tu remarques bien Jeanna, Madame ou Mademoiselle SANCHEZ femme échalas n’a pas de chaise adaptée pour s’asseoir. En effet cette chaise est encore trop petite pour elle.  Au lieu de s’installer sur l’assise, elle est appuyée sur le barreau le plus haut du dossier. Les seins pointés vers le ciel comme pour l’implorer. Sa tête, le haut de son buste et ses mains immenses sont tirées en arrière et ces dernières s’agrippent au barreau de la chaise qu’elle a pris soin d’incliner. Elle peut ainsi poser ses pieds à terre et garder ainsi son équilibre qui semble néanmoins des plus précaires dans une position fort inconfortable. Elle est Sanchez et sans chaise à sa taille.
  • Oui tu as raison Nathalie on pourrait dire qu’elle cherche son équilibre dans la vie afin d’arrêter de mener une vie de bâton de chaise, d’être en permanence assise entre deux chaises et d’être considérée par les autres comme un canard boîteux.

Après avoir passé en revue tous les tableaux du sculpteur et échangé nos impressions nous avons quitté le musée heureuses de cette visite qui nous a enrichies.

Le soir en m’endormant j’ai repensé aux femmes géantes décharnées qu’elles soient déchaînées ou dépressives qui me hantent depuis que j’ai fait leur connaissance. La nuit j’ai fait un cauchemar. Après avoir mangé des épinards comme Popeye j’avais soudain grandi, grandi et en même temps amincie de manière spectaculaire. J’étais devenue une géante décharnée déchainée qui n’avait plus de chaise à sa hauteur mais ce n’était pas grave puisque en même temps j’étais toujours en marche et qu’il m’était impossible de m’arrêter tel un automate dont le moteur se serait bloqué en position de fonctionnement. Le matin en me réveillant je me suis précipitée vers mon miroir.  Ouf ce n’était qu’un mauvais rêve, je n’avais ni grandi ni maigri et je pouvais m’arrêter de marcher et de bouger. La chaise de ma chambre n’avait pas grandi et je pouvais m’y assoir. Ouf je n’aurai pas à changer mon nom de famille même si parfois il est  sujet à des moqueries. Je m’appelle en effet Jeanna de Courtecuisse et c’est vrai que j’ai des cuisses de mouche mais j’assume ce détail physique et suis fière du nom de mes ancêtres.

C’était décidé  j’arrête le régime pour ne pas ressembler à ces décharnées et je vais m’octroyer des moments de repos entre mes longues marches quotidiennes. Il faut que j’arrête d’être hyperactive ce qui fatigue mon entourage.

Martine Martin / Novembre 2018 pour le défi 211 des croqueurs de mots animé par Josette (les expressions avec les animaux sont en gras dans le texte).

N.B.

Josette je voulais te dire, j'ai adoré écrire pour ton défi. Je suis très heureuse car grâce à toi j'ai retrouvé la motivation à écrire (notamment en prose) que j'avais perdue depuis quelques temps

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 17 Octobre 2018

Je suis désolée pour la publicité dans mes articles, mais OVERBLOG l'hébergeur de ce blog a décidé de mettre de la publicité sur les blogs qui ne sont pas premium (sans abonnement payant) sans me prévenir et me demander notre consentement. Je trouve cela inadmissible surtout que j'ai deux autres blogs chez OVERBLOG qui sont premium et pour lesquels je paye.

Si ils mettaient la publicité seulement en entête, après les article ou dans les marges cela pourrait être acceptable mais ce que je n'admets pas du tout et qui me met en colère c'est qu'ils viennent couper mes écrits par des publicités. Vous lisez un poème et vous avez une pub au milieu !

Je ne prendrai pas un abonnement premium sur ce blog (ce n'est pas très onéreux et j'avais l'intention de le faire  en plus) mais c'est une question de principe ce serait pour moi céder à cette sorte de chantage.

Je ne sais pas ce que je vais faire encore, j'y réfléchis :

  • exporter mon blog sur un autre hébergeur quitte à payer un spécialiste pour qu'il le fasse,
  • l'exporter moi même si c'est simple (je l'ai déjà fait) mais cela va me prendre du temps
  • tout simplement en ouvrir un autre ailleurs et laisser celui la vivoter en attendant de recopier mes articles sur le nouveau mais OVERBLOG continuerait à gagner de l'argent sur mes écrits sans me fournir un service complet

Si vous avez des conseils à me donner n'hésitez pas.

Les vacances scolaires arrivent et avec elles ma fille et une de mes petites filles, je n'ai pas le temps d'y réfléchir, me documenter et m'occuper de cette migration actuellement. En attendant je vous prie de m'excuser pour cette publicité importune.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 15 Octobre 2018

A la demande de Domi, J'ai le plaisir de prendre la barre de la goélette des croqueurs de mots pour cette quinzaine. Cette fois ci je ne vous mènerai pas en bateau et pourtant je vous emmène dans une île. Si vous le voulez bien, vous me suivrez à bicyclette.

Ci-dessous deux de mes photos :

  • La première prise à l'Île de Noirmoutier (paradis pour les cyclistes) devant le passage du Goix à Marée haute
  • La seconde prise dans une petite ville charmante.
Défi 210 des croqueurs de mots
Défi 210 des croqueurs de mots

Pour le défi du lundi 22 octobre, inspirez vous de l'une de ces deux photos pour écrire un texte en vers ou en prose

Pour les jeudis en poésie

  • 18 octobre : Publier un poème sur la bicyclette ou thème libre
  • 25 octobre : Inspirez vous de la photo que vous n'aurez pas choisie pour le défi du lundi pour écrire un court poème, haïku, tanka....  ou thème libre

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

Je m'appelle Mercedes. Je suis maintenant une vieille écrivaine qui n'écrit plus. Je pourrais le faire si je n'étais pas si esseulée sans personne pour m'aider en me stimulant. Parfois on vient me voir. Mes visiteurs semblent s'intéresser à moi mais je sens dans le regard des plus jeunes à la fois du respect pour la mamie au grand âge qui doit les empêcher de m'approcher de trop près mais aussi une sorte de curiosité ironique me faisant comprendre que je suis dépassée, d'un autre siècle. Au temps de ma jeunesse chaque jour on jouait avec moi. certains me touchaient délicatement, d'autres plus brusquement. Certains même ne sentaient pas leur force et me tapaient. Je regrette ce temps où on me malmenait. J'avais besoin de cela pour écrire des lettres, des poèmes, des romans. Je me sentais utile, j'existais. J'ai toujours été un peu masochiste. Aujourd'hui je souffre de solitude et d'indifférence qui me donnent le sentiment de n'être utile à personne moi dont le moteur de ma vie à été le sens du service aux autres avec abnégation. Personne ne voudra de moi dans cette salle des ventes oû je me morfonds. À l'heure de l'informatique qui voudra d'une vieille machine à écrire même une luxueuse Mercedes.

Martine / Juillet 2018 pour les prénoms du mercredi chez Jill Bill .

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 23 Juillet 2018

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Elle n'a jamais avoué à son homme :

  • Que ses yeux sont superbes.... quand ils reflètent les siens
  • Qu'il a un sourire de cocu quand il sourit jaune
  • Qu'avec ses jolies gambettes il pourrait danser le french cancan. Pas certain qu'il le prenne pour un compliment
  • Qu'il ment quand il dit que, à cause d'elle, il se fait des cheveux blancs car il n'en a pas un seul.... des bruns non plus !
  • Que sa queue  était plus longue que la sienne sans préciser qu'elle parlait de sa queue de cheval.
  • Qu'elle a oublié où elle a garé sa voiture et comment la retrouver sans la télécommande qu'elle a égarée. 
  • Qu'il n'a plus besoin de sa voiture puisqu'elle a mis son nom comme conducteur dans le document reçu après avoir été flashé sur l'autoroute et qu’il a perdu les derniers points de son permis de conduire
  • Qu'elle souhaite qu'il lui passe l'aspirateur quand elle veut se détendre. Il serait capable de le sortir du placard et de lui tendre en lui disant "tiens je te le passe n'oublie pas de le ranger après l'avoir passé"
  • Qu'il va être déchiré et envahi par le remord quand elle partira  s'il n'arrête pas de lui faire croire pour la rendre jalouse qu'il déchire grave auprès de ses collègues femmes
  • Qu'elle ne le confiera jamais à la baby-sitter (pas folle la guêpe) même s'il dit sans cesse qu'il a gardé son âme d'enfant
  • Qu'elle aimerait que pour son anniversaire, sa fête, Noël, la Saint Valentin qu'il mette le foulard qu'il va lui offrir dans une pochette surprise afin d'être enfin étonnée
  • Qu'elle jure,  sur la tête de sa belle mère, qu'elle restera silencieuse et saura garder le secret s'il ose enfin lui confier ses sentiments et ressentiments
  • Qu’elle ne sait pas comme lui se taire, il  va maintenant tout savoir quand il lira ceci sur son statut facebook

Martine / Juin 2018 pour l’atelier 70 de Ghislaine (Les mots et la phrase en gras sont imposés)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 19 Juillet 2018

Pour le défi N°9 d'Evy sur les écrivains je réédite un de mes textes de 2014 que j'aime particulièrement et quand j'aime ce que j'écris (c'est rare !) je ne compte plus les rééditions. Ce texte n'est plus d'actualité (nous avons changé de Président) mais les grèves SNCF sont toujours d'actualité hélas ! 

Quand Victor Hugo recontre Anne Roumanoff au bistrot du coin

 

  • Mais c’est ce cher Victor,  ça fait une paye…  Je te paye un coup

 

  • "Veni, Vidi…"

 

  • Qu’est-ce que tu racontes Totor,

 

  • Je suis venu, j’ai vu  et assez vu  demain à l’aube je partirai  Madame

 

  • Qu’est-ce que je t’ai fait …

 

  • « Fier jadis, dominant les lointains horizons,
    Aujourd'hui n'ayant plus que de hideux tronçons,
    Épars, couchés, perdus dans l'obscure vallée ;
    C'est l'épopée humaine, âpre, immense — écroulée ».

 

  • Qu’est ce tu racontes Totor, c’est puissant, on dirait du Fabrice Luchini

 

  • La légende des siècles, les siècles passent et tout se dégrade : des femmes dans les cafés qui boivent du vin rouge.. Mais qui est ce Fabrice ?

 

  • Un acteur … bobo comme on dit aujourd’hui

 

  • Bobo, il est  hypocondriaque

 

  • Qu’est ce tu as dit « hypocon… » Il n’est pas con même pas hypo, c’est un intello comme toi,  juste un petit peu déjanté. Quand il commence à  parler un vrai moulin à paroles mais moi dès la première phrase je ne capte pas alors je réfléchis à ce qu’il a voulu dire mais lui continue sans s’arrêter. On ne nous dit pas tout mais lui est le seul à tout dire mais on ne comprend rien

 

  • Vous pouvez me citer un exemple ou vous n’avez pas compris

 

  • Oh que oui… souvent il te cite, il a répété par exemple une de tes phrases : "La forme, c'est le fond qui revient à la surface." Et pour nous épater il ajoute…. Puissant Hugo,  « Cela va mille fois plus vite et ça prouve un esprit assez humble qui a, en plus,  un sens aigu de la hiérarchie ».

 

  • C’est bien vu :  Je suis modeste et conformiste . Quant à la forme et le fond je vais t’expliquer ce que j’ai écrit… la forme en dit long sur…

 

  • Arrêtes totor…. Les formes je les ai en surface quant au fond je vais bientôt l’atteindre sans qu’il remonte, il tombera encore plus bas  et moi avec lui…

 

  • Tu m’appelles Totor cela me touche, Juliette me surnommait Toto.

 

  • Pourquoi ? Tu n’es pas un zéro même si tu as une tête toto et quelle tête… Chapeau Totor
Défi d'Evy 9 les écrivains : Quand Hugo rencontre Roumanoff
  • C’est que me disait Juliette…

 

  • On ne nous dit pas tout et cela ne nous regarde pas mais on dit que tu la trompais ta Juliette. Si les temps ont changé Totor, les hommes ce sont toujours les mêmes, demain à l’aube tu resteras Totor

 

  • Non je partirai

 

  • Non restes. Tu aimes les femmes, Attends, Il y a un cœur à prendre et à consoler, Une femme de lettres vient d’être larguée par un son mec un politique illustre ancien député comme toi qui lui a préféré une actrice comme toi qui s’appelle Julie Gayet …. Julie, juliette… Drouet, Gayet

 

  • Etonnant en effet, mais qui est cet homme politique ?

 

  • Le commandant du pédalo France qui risque de toucher le fond sans que le capitaine y mette les formes

 

  • La misère existe donc toujours moi qui voulait la voir supprimée et non secourue

 

  • Des Cosette, Gavroche, il y en a plein Totor et en plus ils ne sont même pas secourus

 

  • Tant pis pour la première dame à consoler, Demain à l’aube je partirai. je ne veux pas voir la France sombrer :

« Charme l'Europe et plaît au monde... - Ah ! je voudrais,
Je voudrais n'être pas Français pour pouvoir dire
Que je te choisis, France, et que, dans ton martyre,
Je te proclame, toi que ronge le vautour,
Ma patrie et ma gloire et mon unique amour
! »

 

 

  • Tu ne pourras pas partir totor c’est "le" grève SNCF, à moins que tu veuilles aller à Rocamadour le train du soir est maintenu, désolée ce ne sera pas à l’aube

 

  • Mais qu’est-ce que j’irai faire à rocamadour

 

  • Manger du foie gras, du fromage de biquette avant de repartir

 

  • C’est une bonne idée, je suis un bon vivant, je vais à Rocamadour mais avant de repartir promettez moi Madame de ne plus boire autant, vous allez vraiment tomber au fond et ce n'est pas bon pour votre forme

 

  • Je ne promets jamais rien mais parce que je t’aime bien, je te chante une de tes chansons revisitée à ma sauce

Comme dirait mon beau frère

Si je tombe par terre

Pas la faute à Voltaire

C’est la faute au Jaja

Dont je suis si fada

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 13 Juillet 2018

Le texte ci-dessous que j'ai écrit en 2012 pour le défi des croqueurs de mots est réédité aujourd'hui pour deux raisons :

Répondre au défi 69 de Ghislaine (thème libre)

Lancer un jeu d'écriture pour l'été sur les thèmes astrologiques.

Dans le texte ci-dessous j'ai rebaptisé chaque thème astrologique. J'ai mis des dates pour qu'il correspondent au signe du zodiaque mais n'en tenez pas forcément compte par exemple quand j'ai écrit ce texte je me sentais éponge ce qui correspondait à mon signe zodiacal poisson. 6 ans après je me sens beaucoup plus gomme

Pour le défi d'écriture, choisir parmi les 12 signes réinventés celui qui vous correspond le plus (ou tout simplement celui que vous avez envie de traiter) et écrivez un texte en prose ou en vers sur l'objet du signe.  Publiez le sur votre blog avant le 5 septembre. Merci de mettre le lien avec votre écrit en commentaires de cet article. Si vous n'avez pas de blog mais que vous souhaitez écrire un texte, je peux le publier sur quai des rimes. Il vous suffira de me l'envoyer par mail ICI.

LES SIGNES ASTROLOGIQUES A MA FACON

Vous êtes avion  (20 janvier au 19 février)

Vous aimez la liberté et ce besoin d’indépendance vous donne des ailes. Vous aimez les changements, les voyages. Vous aimez aider les autres à réaliser leurs rêves. Sous un aspect un peu froid d’extérieur car vous ne vous livrez pas facilement mais quand on dépasse le côté rigide de la carapace, vous pouvez être très chaleureux. Attention vous êtes un idéaliste qui avez la tête dans les nuages. Il vous arrive souvent d’atterrir mais à peine sur terre, vous repartez déjà dans vos rêves. Attention vous pouvez aussi parfois être un peu nerveux, impulsif et réagir un peu violemment aux turbulences de la vie.

Vous êtes éponge  (20 février au 19 mars)

Très sensible vous faites preuve de capacité de rétention, vous retenez tout. A force de tout capter, vous vous gonflez avec tout ce que vous apprenez et tout ce que vous contenez. Pour vous faire évacuer, il faut vous malmener, vous essorer pour faire sortir toutes les émotions contenues et vous vous mettez facilement à pleurer. Vous essuyez car vous avez une capacité à traiter des problèmes avec ténacité et efficacité pour qu'ils ne réapparaissent pas. Vous êtes un peu "poil à gratter", vous gratter ou cela fait mal. Vous faites peu attention à votre apparence ce qui ne vous rend pas très sexy. Vous aimez aider, rendre service.

Vous êtes crayon (20 mars au 19 avril)

Vous êtes un dur au cœur tendre et fragile. Pour ne pas faire mentir l’expression « il ne faut pas se mélanger les crayons », vous n’êtes pas très sociable et n’aimez pas vous mêler à d’autres crayons, vous préférez la relation individuelle et êtes très sélectif. Vous gagneriez à être moins sélectif, si vous êtes noir, le blanc peut vous atténuer. Vive la diversité "United colors of crayons". Vous supportez facilement les natifs de la gomme à condition que ce soit vous qui leur dictiez leurs actions. Les gommes vous permettent de corriger vos erreurs dues à votre impulsivité, vos divagations et votre envie de recommencer à zéro. Vous êtes actif. Attention parfois vous pouvez porter des coups de manière impulsive. Vous êtes de santé fragile et avez le plus souvent grise mine. Vous ne payez pas de mine non plus car vous ne vous souciez pas des effets de l’âge sur votre look. Vous pouvez être très affûté mais rapidement vous vous usez.

Vous êtes gomme (20 avril au 20 mai)

Vous êtes souple, malléable mais à la fois très résistant et patient, vous vous usez petit à petit mais en fin de compte vous résistez bien. Difficile de vous dégommer comme cela.  Vous êtes tellement adaptable que, tel le caméléon, vous pouvez prendre la couleur de votre environnement et changer de forme, vous arrondir en vieillissant tout en vous mettant en boule parfois car vous êtes un peu impulsif.  Vous n’êtes pas rancunier car vous effacez tout de votre mémoire seule l’action dans le présent compte. Vous formerez un couple uni avec le crayon. Vous êtes très rapide on pourrait dire que vous mettez la gomme tout en étant tenace mais cela vous use à force.

Vous êtes ballon  (21 mai au 20 juin)

Vous êtes tout en rondeur, on peut vous malmener mais néanmoins vous faites ce que vous voulez  et savez où vous devez aller "droit au but". Parfois, au gré des vents de la vie, vous vous détournez. Parfois quand vous êtes fatigué, vous avez besoin de souffler et  vous vous dégonflez. Pour repartir, vous envoler à nouveau, rebondir pensez à allez vous aérer, rien de mieux qu'un bol d'air pour repartir. Pensez aussi à vous délester de tous vos soucis pour vous élever, prendre de la hauteur par rapport aux évènements.

Vous êtes Parapluie (21 Juin au 23 juillet)

Vous êtes très attentionné avec les autres et aimez les protéger. Vous soignez en général votre look. Vous avez besoin d’être aimé de ceux que vous protégez, de leur être utile quand ils traversent les intempéries de la vie. Vous essayez de résister mais vous être très fragile et les orages de la vie peuvent vous déstabiliser, vous retourner et même parfois vous briser.

 Quand tout va bien pour ceux que vous aimez vous vous sentez inutile, vous vous fermez et ceux que vous avez tant aimés peuvent même vous oublier et vous perdre.

Vous êtes gratte-ciel  (24 juillet au 23 août)

Même si vous avez les pieds bien sur terre, vous aimez vous élever dans les cieux pas pour rêver mais pour dominer, vous mettre en valeur, vous faire admirer. Vous avez le sens du pouvoir. Vous aimez ce qui brille, ce qui est grandiose. Vous êtes combatif, avez l’esprit de compétition (toujours plus haut).  Vous représentez la force tranquille. Vous aimez néanmoins rendre service, protéger, aider les autres. Vous êtes droit, bien équilibré et il est difficile de vous déstabiliser. Attention toutefois même si vous pouvez vous sentir invulnérable,  le pouvoir que vous représentez peut être jugé insupportable par d’autres qui tenteront de vous éliminer. Attention une union avec l'avion peut être explosive.

Vous êtes pendule (24 aout au 23 septembre)

Vous êtes ordonné, méthodique, rigoureux, précis, d’une grande ponctualité. Vous détestez être en retard et pourquoi seriez-vous en avance. Votre objectif : la précision Vous avancez en permanence sans vous presser avec prudence sans vous arrêter. Vous n’aimez pas vous reposer et restez toujours au service des autres. Vous êtes un coureur de fond. Vous êtes discret, on ne vous entend pas, vous travaillez en silence même si parfois vous avez besoin de vous faire entendre pour montrer que vous existez.

Vous êtes cerf-volant  (24 septembre au 23 octobre)

Vous aimez évoluer en liberté à votre rythme mais supportez néanmoins d’être guidé si ce contrôle n’est pas trop serré. Vous êtes équilibré. Vous avez besoin d’harmonie. Il ne faut pas profiter de votre flexibilité, car si vous le voulez, vous pouvez tirer les choses à votre avantage. Vous soignez votre look, aimez être élégant, charmer. Vous n’avez pas le cerveau lent, bien au contraire. Vous avez de l’intuition et, sachez naturellement évoluer au mieux au gré des vents. Vous ne supportez pas l’injustice.

Vous êtes miroir (24 octobre au 22 novembre)

Vous êtes honnête, sincère mais avez tendance à juger sur les apparences et à retransmettre votre ressenti directement sans précautions à ceux qui vous entourent sans chercher à les ménager, encore moins les séduire. On ne sait pas vraiment qui vous êtes. Il vous est conseillé de bien réfléchir avant de vous exprimer et donner votre ressenti. Attention, vous pouvez vous faire des ennemis dont certains peuvent parfois avoir envie de vous briser afin de ne plus subir l’image que vous leur rendez d’eux. Paradoxalement vous pouvez parfois aussi être trompeur en renvoyant une image trouble, déformée grossissant les défauts ou les diminuant. Vous êtes le plus versatile de tous les signes.

Vous êtes télescope (22 novembre au 22 décembre)

Les pieds bien sur terre la tête dans les étoiles,  Vous êtes curieux de tout et aimez observer. Tout ce qui est mystérieux vous attire, vous préférez la nuit au jour, la pénombre mais pour rechercher la lumière. Un peu étourdi, vous êtes souvent dans la lune. Vous aimez grossir les choses, leur donner plus d’importance qu’elles en ont ceci allié au fait qu’on vous a à l’œil en permanence vous pouvez avoir parfois quelques tendances paranoïaques. Vous avez besoin d’avoir un objectif clairement fixé et de vous focaliser dessus sinon vous avez tendance à rêver et vous disperser

Vous êtres brosse (22 décembre au 20 janvier)

Vous êtes le contraire du miroir et vous pouvez bien vous entendre avec lui car vous y mettez les formes, vous cherchez toujours à séduire, à passer la brosse à reluire. Vous êtes un peu cigale mettant une énergie folle à rendre tout plus propre, tout plus brillant, plus beau. Vous aimez être aimé et savez donner à vos vrais amis que vous choisissez qui sont peu nombreux. Vous êtes très énergique, très actif, vous pouvez être emmanché et alors vous dansez, vous devenez balai et en plus de faire reluire, vous faites du ménage autour de vous et chassez les indésirables, ceux qui deviennent des tâches tant ils sont inutiles ou dangereux à vos propres yeux. Peut être un peu jaloux parfois. Attention à ce que la séduction ne devienne pas manipulation.

Martine (je me sentais éponge à l'époque où j'ai écrit ce texte ce qui correspondait à mon signe Poissons, maintenant je me sens plus gomme) / Réédition d'un texte d'Octobre 2012 pour le défi 69 de Ghislaine (thème libre)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #A vos plumes, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 14 Mai 2018

Gisèle nous demande  pour le défi n° 205 des croqueurs de mots d'écrire un lipogramme (sans la lettre G) en nous inspirant de sa photo ci-dessous

Les exterminateurs de la lettre maudite

Ci-dessous ma participation un peu délirante et je vous prie par avance de m'en excuser mais n'est t'on pas sur le thème du fantastique !!

Les exterminateurs de la lettre maudite

  • Jaipetto où en es tu de l’élimination de la lettre maudite : la  septième de l’alphabet
  • Je suis fier de moi. J’ai dévoré celle d’un amateur de bonne cuisine ? Elle était succulente. Il peut me remercier,  il va mincir, finie la bonne chair et il est devenu astronome et a maintenant la tête dans les étoiles.
  • C’est tout 
  • C’est déjà pas mal Jairard, tu n’es jamais content
  • Jaipetto arrête tes jérémiades
  • D'accord mais dis-moi où en es-tu de cette élimination ?
  • J’ai dévoré la première lettre maudite de cette couche blanche qui recouvre les arbres en hiver et les alourdit, pour, à défaut de lui donner des ailes, lui offrir à la place un « l ». Les arbres l’hiver seront ainsi remplis de livres. Peut-être mon plus beau projet !
  • Tu me donnes des idées Jairard, je vais m’attaquer à la première lettre maudite de cette pluie lourde et drue qui attaque les cultures pour la remplacer par un « p » et qu’elle se transforme en cette jolie fleur des champs : la prêle
  • Attention néanmoins Jaipetto en voulant éliminer cette lettre maudite nous ne ferons pas que des heureux.
  • A quoi penses-tu Jairard ?
  • Par exemple  j’ai rendu service à une pièce métallique de serrure qui s’ennuie toute la journée en attendant son hôte. j’ai dévoré sa lettre interdite et l’ai remplacée par un « h »  maintenant elle est devenue hache de porte et son pêne compte ses abattis
  • Pauvre pêne il me fait de la peine. Jairare tu n’aurais pas dû remplacer cette lettre maudite. As-tu d’autres exemples de suppression qui ont posé problème ?
  • Non Jaipetto pas pour le moment mais j’ai bien envie de supprimer la lettre de ce point qui porte son nom mais cela va être très difficile de la remplacer
  • Ne t’inquiète pas Jairare, j’ai beaucoup mieux comme lettre nous allons la remplacer par un « Q » et le point Q sera beaucoup plus parlant pour tous et plus facile à trouver  surtout pour toi Jairare au jet rare pour qui ce point de la lettre interdite peut paraître inutile
  • Super, Merci Jaipetto mais attention avec le point Q on pourrait maintenant t’appeler jaipété car ces jets là chez toi ne sont pas rares.

Martine / Avril 2016 (encore mille excuses de temps en temps je me lâche mais c'est rare heureusement)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 16 Avril 2018

Défendre l'indéfendable (Défi 60 de Ghislaine)

Messieurs les jurés,

Ce n’est pas par un discours que je vais terminer ma plaidoirie : tout simplement le court récit du micro-trottoir que j’ai réalisé devant  le palais de justice. avant de venir plaider devant cette cour d’assise aujourd’hui.

J’ai posé une question, une seule à une cinquantaine de personnes dans la rue : hommes, femmes, jeunes vieux aussi représentatifs de notre Société que vous l’êtes.  Quelle était cette question ? Qu'est ce qui peut être indéfendable ? Les réponses qui m’ont été faites spontanément sont très variées et parmi les plus courantes

  • les criminels : violeurs et meurtriers d’enfants, de femmes
  • Les terroristes
  • Les auteurs de génocides
  • Les pervers harceleurs

 Parmi les plus idéologiques

  • Le capitalisme
  • Les politiciens
  • La peine de mort
  • Le travail des enfants 

Parmi les plus originales, manière élégante de botter en touche avec humour

  • Ma belle mère
  • Mon percepteur
  • Mon miroir qui n’a aucune pudeur
  • Mon patron
  • Les avocats qui acceptent de défendre les indéfendables (et l’interviewé de rajouter  pour se faire pardonner cette critique à mon encontre)…. même s’ils ont du courage à plaider des causes perdues d’avance

Et c’est vrai qu’il faut être courageux car, comme le disait Pierre DAC, « En bonne justice, il est rare qu’une cause perdue soit retrouvée » 

La réponse que je préfère est humaniste. C’est celle d’un jeune  interviewé me répondant avec une belle assurance : « l’indéfendable n’existe pas ». Chaque criminel doit être défendu.  Je ne suis pas Mère Thérésa et n’ai aucune vocation à secourir la terre entière mais Je me suis dit que  j’étais peut-être face à un futur confrère car pour être avocat, il faut être intimement convaincu qu’il n’y a pas de coupable de délit ou de crime qui ne peut être défendu et à qui l’on ne peut trouver d’excuse, de circonstances atténuantes comme on dit dans notre jargon judiciaire.

Qu’est-ce qu’une une action sinon :

  • soit une folle pulsion, impulsion incontrôlable due à la folie,
  • soit une intention transformée en acte  

Ce n’est pas l’intention mais l’acte  que vous jugez et à travers lui la personne qui s’en est rendue coupable et que vous allez punir. Si nous devions juger l’intention : les tribunaux déjà pleins déborderaient. 

En toute sincérité, Monsieur le Président, Monsieur l’avocat général, Messieurs les Jurés : : Levez le doigt si vous n’avez jamais eu un jour l’intention, même furtive, de voler, frapper, nuire à quelqu’un d’haï, voire  le tuer. 

Aucun doigt levé : merci de votre honnêteté. Pourtant aucun de vous n’est passé à l’acte. Pourquoi ? 

Tout simplement en raison des valeurs qu’on vous a inculquées, de la raison qui à cet instant vous habitait, vous habite aujourd’hui et vous habitera peut-être encore demain mais pouvez-vous être certains qu’elle ne vous quittera pas un jour ?  L’impulsion folle peut guetter chacun d’entre nous. 

Réfléchissez bien,  c’est en tenant compte de ces mêmes valeurs de ce que vous considérez comme bonnes que vous allez juger quelqu’un que vous qualifiez  peut-être d’indéfendable donnant raison à Aristote qui écrivait « ce n’est pas le mal mais le bien qui engendre la culpabilité » 

L’accusé, que je défends aujourd’hui est coupable d’avoir donné la mort. Tous, vous moi sommes d’accord sur ce point. Vous vous attendez peut être de sa part à des excuses courtoises et repenties pour atténuer la sanction que vous allez prononcer. il n’en fera vraisemblablement pas car les indéfendables se sentent rarement coupables au nom de leurs propres valeurs ou de la perte de la raison. Seuls ceux qui se sentent coupables peuvent s’excuser

Bien entendu, il va vous falloir juger et sanctionner mon client pour ce crime mais faites-le en votre âme et conscience surtout sans écouter les clameurs de la foule accourue en masse pour  réclamer la vengeance suprême et même le retour à la peine de mort. Sachez que c’est vous qui allez décider du sort de l’accusé et qu’aucune autre cour n’allègera ou alourdira la peine que vous allez donner car mon client ne présentera aucun recours devant la cours d'appel.

Et pour conclure en m’excusant de vous avoir un peu bousculés par cette plaidoirie inhabituelle qui, à défaut d’être courtisane, aura su j’espère vous faire réfléchir, je citerai Stephen Hecquet  « La justice est la forme endimanchée de la vengeance »

C’est cette même vengeance sans son habit du dimanche qui a conduit mon client à commettre l’irréparable. 

Martine (Avril 2018)  ancien texte remanié pour le défi 60 de Ghislaine 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0