lettres

Publié le 2 Mai 2016

Ma douce, mon ardente

Ma douce, Mon ardente,

 

Pardonne-moi mais je suis venue te dire que je te quitte. Je te quitte parce que je t'aime trop.  J’aurais pu partir en silence, te l’annoncer de vive voix mais j’ai préféré confier, sur cette feuille, ces quelques mots d’adieu à toi ma chérie ardente mais fragile comme une rose ou comme le papier de cette feuille que ma plume peut trouer.

 

Je me souviens du jour où tu m’as séduit. J’ai été attiré par ta silhouette longiligne, élégante, ta robe blanche et ton chapeau couleur paille qui me rappelait les roulades de mon enfance dans les bottes de paille de la grange de mes grands-parents. Je t’ai tenue par la main en te regardant avec attirance mais aussi avec une certaine peur de céder à la tentation dangereuse qui me poussait vers toi et qui allait m’entraîner inexorablement dans une aventure dont je ne sortirais peut être pas indemne. J’ai résisté quelques secondes qui m’ont paru interminables et puis j’ai craqué, toi aussi car tu t’es réveillée, comme embrasée soudain et nous nous sommes embrassés.

 

Il y a vingt ans ce premier baiser hésitant, maladroit, assez court m’a laissé dans la bouche un parfum étrange un peu mentholé au goût d’herbe roussie par le soleil. J’ai aimé, je t’ai de nouveau embrassée et ce fut le début d’une longue passion. Tu brûlais aussi d’amour pour moi et tu me procurais beaucoup de plaisir. Après chaque union je me sentais apaisée, détendue mais un peu triste de te quitter.

 

Depuis notre rencontre, j’ai vécu dans un nuage, embrumée, grisée par ton parfum entêtant que tu laisses sur ma peau révélant à mon entourage que j’ai encore cédé à tes charmes même si j’essaye de cacher nos unions de plus en plus fréquentes au goût d’interdit.

 

Notre liaison n’a pas été sans heurts. Je t’ai quittée une première fois quelques jours et je suis revenu à toi rapidement. Je t'ai laissée une seconde fois et, au bout de quelques semaines, j’ai craqué à nouveau ne pouvant plus supporter la souffrance du manque de toi me rendant irritable et triste.

 

Nos unions sont devenues de plus en plus fréquentes, de plus en plus intenses et il était devenu difficile, même impossible pour moi de te quitter. J’ai fini par te haïr, par me haïr aussi de ne pas pouvoir mettre un terme à une liaison dont je ne voulais plus et qui m’était nuisible. « la haine est bien proche de l’amour » mon amour, mon ardente.

 

Et puis la semaine dernière, j’étais au travail, j’ai eu un malaise cardiaque. Les pompiers sont arrivés très vite. J’ai été conduit à l’hôpital. J’ai échappé de justesse à la mort. Le cardiologue m’a vivement conseillé de te quitter car à mon âge ma liaison avec toi qui dure depuis si longtemps pourrait m’être fatale. Je le savais déjà, ce médecin me l'a confirmé.

 

Alors pour te quitter sans le faire vraiment Je t’ai trompée avec une autre sirène plus jeune qui te ressemblait étrangement. Elle était plus sûre d’elle, très élégante. Son parfum était fade, , humide, vaporeux. De plus, elle ne se donnait pas pour moi et restait la même sans se consumer pour moi. Elle n’était qu’un leurre qui ne faisait qu’amplifier le manque de toi. Je n’y prenais aucun plaisir. Alors je viens de laisser cette usurpatrice vapoteuse mais je ne reviendrai pas à toi cette fois ci. Je suis décidé : plus jamais d'herbe à Nicot pour moi même si nous formions un beau couple : Nicolas et sa Nicotine.

Je sais que j’y parviendrai car non seulement j’ai la motivation, la volonté et contrairement à mes précédentes tentatives, je crois profondément que je vais y réussir. Avec la foi en soi tout devient possible.

 

Merci pour le plaisir, la sérénité que tu m’as apportés et dont j’avais besoin. Il ne me reste que peu de temps mais place au nouveau souffle, à la vraie vie authentique sans paradis artificiel.

 

Adieu mon ardente et peut être nous retrouverons nous la haut car si notre ami Gainsbourg dit vrai « Dieu est un fumeur de Havane »…..

 

Nicolas

 

P.S.

Je dédie ce billet à tous ceux qui souhaitent arrêter de fumer. J'y suis arrivée il y a 15 ans de cela sans jamais replonger car j'ai cru profondément en ma victoire.

 

Martine

Réédition de ce texte écrit pour le défi 106 des croqueurs de mots le 9 septembre 2013 pour ce défi 165 des croqueurs animé par durgalola . Désolée de n'avoir pas pu écrire un nouveau texte. Je suis en pause à durée indéterminée pour raisons de santé.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Lettres

Repost0

Publié le 12 Janvier 2016

Ma lettre au père Noël

Pour le défi de Noël de l’annuaire pour les nuls, nous devions écrire une lettre au père Noël qui comprenait obligatoirement les mots en gras dans ma lettre ci-dessous :

 

Cher Papa Noël,

Ce sont habituellement les enfants qui t’écrivent. Je ne suis pas une petite fille mais une jeune chatte blanche comme neige appelée Poupougnette et qui a envie elle aussi de déguster la  magie savoureuse de Noël.

Je vis chez un couple à la retraite. J’aime beaucoup ma maîtresse qui me couvre de caresses quand je suis disposée mais sait me laisser tranquille quand elle sent que je n’en ai pas envie. Elle est souvent malade et se met à vomir ce qui me rend très triste. Je me couche alors à côté d’elle dans son lit, je ronronne, la regarde avec des yeux verts de serpent mort d’amour. J’aimerais Papa Noël que tu lui offres pour Noël le médicament qui pourrait non seulement apaiser ses souffrances mais la guérir à jamais.

Mon Maître est un  vieux schnock qui, à défaut de m’aimer, me supporte. Il me chasse du fauteuil dès qu’il m’y voit installé. Je sens qu’il ne m’aime pas même si c’est lui qui m’a offert à son épouse pensant que je pourrais lui apporter un peu de réconfort. Parfois, il me veut me faire quelques caresses mais je me sauve.  Il fume la pipe. Je n’aime pas l’odeur qui imprègne ses vêtements, il dit toujours qu’il va arrêter de fumer.  Pourrais-tu Papa Noël lui apporter une cigarette électronique afin qu’il arrête de puer autant tout en continuant à prendre du plaisir à aspirer avec délectation dans un tuyau. Je pourrais alors accepter ses caresses, m’installer sur son clavier d’ordinateur quand il est entrain de boursicoter sur internet.  Peut-être finirions-nous par nous aimer !

Si tu pouvais aussi apporter  de ma part à mes maîtres 5 rouleaux d’un joli papier peint, déjà encollé (ce sera plus simple pour eux à poser) pour remplacer celui de toute splendeur de l’entrée que j’ai lacéré avec mes griffes. Je te promets Papa Noël que je ne recommencerai plus.

Le dimanche parfois mes maîtres reçoivent leur famille composée de leur fils, son épouse et leur petit stroumpf.  Il est mignon comme tout mais il aime le foutoir, il renverse sa caisse de jouets, les étale partout. C’est un  braillard, qui court partout à quatre pattes, me tripote quand j’ai le malheur de l’approcher. Papa Noël,  J’aimerais que tu lui amènes un chat blanc en peluche au poil aussi doux que le mien. Peut-être  arrêterait-t-il  ainsi de me prendre pour son doudou et de me malmener. Je retrouverais ainsi ma tranquillité.

J’ai un jardin où je peux courir, grimper aux arbres, chasser les oiseaux quand ils prennent leur envol. J’y suis heureux, mais il est trop petit alors j’aime grimper sur le mur et sauter dans le jardin des voisins. Un  beau minet  tigré agressif se l’est approprié. Il n’accepte aucun envahisseur sur ce bout de pelouse qu’il considère comme son territoire national. Il  me pourchasse en feulant pour m’empêcher de m’installer au soleil sur les coussins moelleux d’une jolie balancelle. Pourrais-tu Papa Noël lui offrir une pelle pour qu’il enterre la hache de guerre.  Nous pourrions nous installer tous les deux côte-à-côte dans la paix,  la fraternité et pourquoi pas l’amour.

Je te remercie Papa Noël de ce que tu pourras faire. J’espère que je ne dormirais pas quand tu passeras apporter tous ces cadeaux. Ne crois pas ceux qui disent qu’on ne réveille pas un chat qui dort. S’il-te-plaît, réveille moi.  J’aimerais tant te rencontrer, me frotter à tes pieds en ronronnant, me lover dans tes bras et te faire une grosse lichette sur ta joue avec ma langue bien râpeuse.

Poupougnette

vous trouverez les douze autres lettres en cliquant ici

Merci à celles et ceux qui m’ont donné une voix .

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Lettres

Repost0

Publié le 25 Novembre 2015

Lettre à Madame Jill Bill : Prudence SAGESSE

Paris, le 25 Novembre 2015

 

Pour Madame JILL BILL

 

OBJET : Prudence SAGESSE

 

Chère Madame Jill Bill,

Vous allez avoir pour la première fois dans votre classe cette année notre fille Prudence SAGESSE. Il m’a semblé important de vous mettre en garde. Prudence est une enfant très souriante, gentille, intelligente qui travaille beaucoup. Néanmoins elle porte très mal son prénom et son nom (on n'a pas toujours les enfants que l'on souhaite). Elle est très irréfléchie, intrépide, risque-tout surtout à l’école. En effet ses camarades de classe se moquent de son prénom, et ne cessent  de lui dire « Attention Prudence ». Alors pour les narguer, elle est prête aux pires folies et peut mettre sa vie en danger. Par exemple l’an dernier elle a grimpé dans un des arbres de la cour de récréation s’est assise sur une branche pour toiser ses camarades aux pieds qui hurlaient en cœur « attention Prudence ». La branche a cassé et elle a chuté sur le béton. Heureusement c’était une branche assez basse et elle s’en est sortie avec une cheville foulée. Elle aurait pu se tuer. Prudence est, depuis qu’elle est petite, attirée par le feu. L’an dernier, elle a allumé des fumigènes dans la cour, lancé des pétards dans les toilettes quand certaines de ses camarades qui se moquaient d’elles y étaient. Toutes ces imprudences lui ont  valu 3 jours d’exclusion de l’école et à la fin de l’année la Directrice nous a demandé de trouver  une autre école pour Prudence ce qui est complètement injuste, c’est l’institutrice qui aurait dû être punie et exclue pour son manque de surveillance qui aurait pu coûter la vie à notre fille. De toute façon, nous ne l’aurions pas laissée dans cette école, elle y était en danger.

Nous sommes heureux d’avoir inscrit Prudence dans votre établissement Notre Dame de la Sagesse. Il porte notre nom et il est très réputé.  Nous savons que vous saurez empêcher les élèves de se moquer de son prénom et par la même assagir notre prudence.

En vous assurant de notre confiance vigilante, recevez, Chère Madame JILL BILL, nos sincères et cordiales salutations  

 

Nymphéa et Olivier SAGESSE

 

Martine / Novembre 2015 pour la  cour de récréation de Jill Bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Lettres

Repost0

Publié le 14 Octobre 2015

Aubépine / Photo wikipédia

Aubépine / Photo wikipédia

Chère Madame Jill Bill

Je viens d’apprendre que vous aurez dans votre  classe cette année ma fille Aubépine UP, une belle pin up. Je m’en réjouis personnellement car votre réputation dans cette école est excellente et en même temps je suis désolée pour vous.  

Il me semblait important de vous prévenir car Aubépine est une petite fille singulière. C’est  une enfant  surdouée rouquine, très câline, aux yeux couleur opaline. J’ai bien peur qu’elle vous fascine et  vous embobine.

A 9 ans elle bouquine des magazines scientifiques et  les œuvres de Darwin. S’intéressant à l’avenir des espèces, elle fait des expériences sur nos lapines. Chère Madame, mieux vaut ne pas avoir d’animaux dans la classe.

Je crains que ma petite Aubépine qui n’aime pas la routine s’ennuie et n’ai pas de petites copines, je ne dis pas de petits copains, elle n’aime que les filles. L’an dernier elle s’est éprise d’Agrippine et s’y est agrippée toute l’année. On ne badine pas avec les amours enfantines même s’ils sont bien sympathiques. Si Agrippine était dans votre classe cette année, il vous faudra les séparer.  J’ai bien peur  que mon Aubépine, si libertine et mystique, ne devienne gouine ou  ursuline. Avouez, qu’Oh belle pin up au couvent cela ferait rire.

Toutefois Je me demande si ce n’est pas préférable que de perdre sa vie à l’usine comme moi ou à côté d’un sale type comme son père qui nous a abandonnées pour partir avec une gourgandine Malouine.  Aubépine en a beaucoup souffert et parfois elle est d’humeur chafouine, sort ses épines,  devient  très mutine ce qui me chagrine.

Je vous préviens, je peux devenir violente si on est injuste envers ma petite Aubépine ma chérubine que, je suis certaine, vous avez hâte de rencontrer. Hélas ce n’est pas réciproque, fragile elle a attrapé une mauvaise angine et sera absente le jour de la rentrée ce qui la réjouit.

Recevez Chère Madame JIL BILL, mes salutations cordiales et attristées.

 

Martine UP (Octobre 2015) pour la cour de récréation de Jill Bill …..

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Lettres

Repost0