nouvelles

Publié le 20 Mai 2008

Assise dans le bus elle lit  et butte sur cette phrase  de l'écrivaine parlant de son père :

« peut être sa plus grande fierté, ou même la justification de son existence, que j’appartienne au monde qui l’avait dédaigné »


Un discret parfum de lavande la surprend. Elle abandonne sa lecture, lève les yeux. Un homme, assis en face d’elle dans le bus, fait des mots croisés. 

La blancheur de son visage contraste avec ses cheveux très bruns, brillants, lissés en arrière. Ses yeux vifs et noirs sont cerclés de lunettes rondes aux épaisses montures d’écaille.


la bouche fine affiche une moue perplexe pendant que sa longue main aux ongles courts et soignés s’agite et remplit, hésitante, avec un crayon à papier quelques cases blanches.


L'homme soudain met son crayon dans la poche interne de sa veste bleue marine, referme sa revue de mots croisés et la range dans une serviette plate en cuir noir. Il lève les yeux, l’aperçoit, la contemple avec un regard surpris exprimant à la fois fierté et fragilité. Le bus ralentit, il lui sourit tout en se levant et murmure à son attention : « je t’ai aimé, crois moi »


Elle le suit du regard. Des larmes, qu’elle ne peut retenir, coulent sur son visage. Le bus s’arrête, l’homme descend allume une cigarette. « Papa » crie t’elle sans pouvoir se lever et le suivre.Elle le regarde attendrie disparaître dans la rue.


Une sonnerie stridente vient interrompre le bonheur fugace de l’instant. Elle se réveille, son oreiller est trempé de larmes.  Elle se lève laissant derrière elle son passé pour songer à la journée qui débute.  Elle aime la magie de l’aube , ce moment unique où tout est encore possible.

 

2007

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 20 Mai 2008

Texte écrit pour un atelier d’écriture sur un blog en 2006

 

Thème  :

Hier soir  notre équipe de football féminin du KV recevait amicalement  l’équipe belge du   SK Bruxelles pour un match amical dont le résultat 50 à 1 restera dans les annales du football :  51 buts ont été marqués dont 50 par notre équipe peu habituée aux victoires puisqu’actuellement en queue de championnat.

 

Il fallait écrire la suite, voici Mon texte :

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » . En effet , il n’y a eu aucune résistance des joueuses du SK qui ont été tétanisées à la troisième minute du match.

 

En effet leur jeune gardienne Mélodie APRIL a arrêté un ballon lancé de la tête par  notre avant Jennifer Head. Mélodie a ensuite driblé avec le ballon et a remonté tout le terrain balle au pied pour venir marquer le premier et le seul but du SK à la stupéfaction générale.  Les spectateurs belges ont applaudi cet exploit. Mélodie a  ramassé le ballon, a sorti un carton blanc de la poche de son short sur lequel il était inscrit « je reviens dans un instant », l’a brandi , est sortie en courant du terrain avec le ballon.

Le match s’est poursuivi dans la confusion avec un nouveau ballon mais sans gardien de remplacement.

 

Pendant ce temps à quelques mètres du stade, dans la salle des fêtes comble, L’orchestre philarmonique de Londres dirigé avec maestro Par Hubert Winter interprétait la 3ème symphonie en mi majeur de Beethoven, dite l’héroïque. Cette interprétation talentueuse de cette œuvre majeure, grand moment d’émotion pour les nombreux mélomanes venus à assister à cet évènement, s’est terminée dans l’hilarité générale. En effet une jeune fille en tenue de football est montée sur scène à la fin du concert , a crié « mon père ce héros » en embrassant le Chef d’orchestre  avec fougue et lui a remis un ballon sur lequel elle avait écrit au feutre « Je suis mélodie, ton seul bémol».

 

Peter Joke - La gazette

Le 1er Avril 2006

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Nouvelles

Repost0