Articles avec #poemes coups de coeur tag

Publié le 23 Janvier 2020

Pour les jeudis en poésie du défi 230 des croqueurs de mots, voici un poème de Victor Hugo (les contemplations) : Heureux l'homme

Image par Nathan Wright de Pixabay

Image par Nathan Wright de Pixabay

Heureux l'homme, occupé de l'éternel destin,

Qui, tel qu'un voyageur qui part de grand matin,

Se réveille, l'esprit rempli de rêverie,

Et, dès l'aube du jour, se met à lire et prie !

A mesure qu'il lit, le jour vient lentement

Et se fait dans son âme ainsi qu'au firmament.

Il voit distinctement, à cette clarté blême,

Des choses dans sa chambre et d'autres en lui-même ;

Tout dort dans la maison ; il est seul, il le croit ;

Et, cependant, fermant leur bouche de leur doigt,

Derrière lui, tandis que l'extase l'enivre,

Les anges souriants se penchent sur son livre.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 1 Juin 2017

Au diable la varice

Ouille,  Ouille, Ouille

Ouille,  Ouille, Ouille

Au secours

A la bouchère

A la malfaiteuse

Vandale

Vengeance

Je suis démoli

Je suis anéanti

Elle m’a torturé

Elle m’a déchiqueté’

Qu’à t’elle fait de ma jambe ?

Où est la varice ?

Ma belle varice

Sans toi je suis foutu

Je n’en peux plus

Je me laisse mourir

Sans coup férir

Que va-t-elle donc  faire

De ce bout de chair

Qu’elle brandit en l’air

Comme un trophée

Qu’elle va bouffer

Je ne peux plus marcher

Mes amis aidez moi

De grâce, arrêtez-la

C’est une dangereuse folle

Pire que du vitriol

Ne seriez-vous pas complice ?

Rendez-moi ma chère varice

Je vous vois sourire

Certain même rire

Vous  êtes des détrousseurs

Je vais me venger sur l’heure

J’ai dérobé son grand  bistouri

Attention Comptez vos abattis

Je vais tous vous  faire  harakiri


Martine / Juin 2017 pour les jeudis en poésie du défi 187 des croqueurs de mots (une parodie du monologue d'Harpagon de l'Avare de Molière)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Parodies, #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 12 Janvier 2017

Quand j'ai lu les consignes des jeudis en poésie du défi 177 des croqueurs de mots sur le blog de Fanfan qui nous demandait de publier une chanson d'enfance, j'ai immédiatement pensé à la chanson  "le petit chien dans la la vitrine" chanson douce que me chantait ma maman et là c'est le souvenir de la chanson d'Henri Salvador qui me revient !!

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 5 Janvier 2017

Vous savez presque tous que je n'aime pas la musique qui brise le silence que j'aime tant et qui, dans les belles chansons françaises , me gêne souvent pour savourer les mots.

Le rap est donc fait pour moi et J'aime particulièrement Grand corps Malade dont ma chanson préférée est "les voyages en train" qui est assez connue et dont je vous ai déjà parlé ici.

J'ai donc choisi pour les jeudis en poésie du défi 177 des croqueurs de mots animé par Fanfan de publier "le blues de l'instituteur" 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 19 Mai 2016

Photo pixabay

Photo pixabay

Pour un art poétique  de Raymond Queneau

Prenez un mot prenez en deux
faites les cuir' comme des oeufs
prenez un petit bout de sens
puis un grand morceau d'innocence
faites chauffer à petit feu
au petit feu de la technique
versez la sauce énigmatique
saupoudrez de quelques étoiles
poivrez et mettez les voiles
Où voulez vous donc en venir ?
A écrire Vraiment ? A écrire ?

 

Pour les jeudis en poésie défi 166 des Croqueurs de mots animé par Lilousoleil

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 12 Mai 2016

Vous-ai-je déjà dit à quel point j'aimais Aragon ?

Pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots (défi 166 animé par Lilousoleil), je partage avec vous le poème qui "Secousse" avec des jeux de mots qui vont bien avec ce défi de couples de mots

Secousse de Louis Aragon

SECOUSSE DE LOUIS ARAGON

 

BROUF
Fuite à jamais de l'amertume
Les prés magnifiques volants peints de frais
Tournent
Tournent champs qui chancellent
Le point mort
Ma tête tinte et tant de crécelles

Mon cœur est en morceaux
Mon cœur est en morceaux le paysage en miettes

Hop l'Univers verse
Qui chavire L'autre ou moi
L'autre émoi La naissance à cette solitude
Je donne un nom meilleur aux merveilles du jour
J'invente à nouveau le vent tape-joue
Le vent tapageur
Le monde à bas je le bâtis plus beau
Sept soleils de couleur griffent la campagne
Au bout de mes cils tremble un prisme de larmes
Désormais Gouttes d'Eau.

On lit au poteau du chemin vicinal.
ROUTE INTERDITE AUX TERRASSIERS.

Secousse de Louis Aragon

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 7 Avril 2016

Mimi petite souris

Pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots Défi 163 animé par Jill Bill 

Minnie Petite Souris
Henri Salvador
{Bonjour, je m'appelle Minnie}

Minnie petite souris je vais te donner du gâteau
Viens voir petite souris comme il est bon comme il est gros
Je l'ai gardé pour toi il y a de la crème un peu partout
Avec du chocolat, petite souris sors de ton trou !

{Oh dis ! lâche d'abord le marteau
Qui est caché derrière ton dos
Eh ! je te vois venir !}

Minnie petite souris je t'ai gardé un croque-monsieur
Viens voir petite souris y a du jambon c'est délicieux
Et le marteau n'était destiné qu'à planter un clou
Viens donc te régaler, petite souris sors de ton trou !

(Eh dis donc ! Eh ! vas d'abord mettre ailleurs le piège
Qui est à l'intérieur et au chaud)

Minnie petite souris je n'ai que de bons sentiments
Viens voir petite souris ce beau morceau de parmesan
Et pour le piège crois-moi je te jure, je n'étais pas dans le coup
Le parmesan est là, petite souris sors de ton trou !

(Eh ! eh! alors lâche le matou
Que tu tiens par la peau du cou
Dis eh ! tu veux me faire croquer ?)

Minnie petite souris puisque souvent tu bois mon vin
Viens boire petite souris cette bonne bouteille de chambertin
Si j'avais pris le chat c'était pour lui couper le cou
Viens trinquer avec moi, petite souris sors de ton trou !

{Si tu veux boire un verre
T'as pas besoin d'un revolver,
eh assassin !}

Minnie petite souris on est maintenant copain copain
J'ai un poulet rôti tu peux sortir tu ne crains rien
Le revolver tu vois c'est parce que j'ai peur des filous
Viens donc manger tout ça, petite souris sors de ton trou !

{oh ! oh ! alors si tu m'invites
Pourquoi cette cartouche de dynamite
Hé ! idiot ! fais attention ! Tu vas faire sauter la maison !
Attention ! attention !}

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 3 Février 2016

Pour Les prénoms du Mercredi, Beuve ne m'a pas inspirée : j'aurais pu vous écrire un poème dans le genre :

 

Quand Beuve boit

Beuve rit

 

C'était bien léger, il fallait trouver une suite, alors je préfère partager avec vous ce joli sonnet de Charles Sainte-Beuve dit avec talent (vidéo ci-dessous)

Je ne suis pas de ceux

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 21 Janvier 2016

Rosa, rosa, rosam

Pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots, défi 158, une des très belles chansons de Jacques BREL (Rosa, rosa, rosam)

C'est le plus vieux tango du monde
Celui que les têtes blondes
Ânonnent comme une ronde
En apprenant leur latin
C'est le tango du collège
Qui prend les rêves au piège
Et dont il est sacrilège
De ne pas sortir malin
C'est le tango des bons pères
Qui surveillent l'?il sévère
Les Jules et les Prosper
Qui seront la France de demain


Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis


C'est le tango des forts en thème
Boutonneux jusqu'à l'extrême
Et qui recouvrent de laine
Leur c?ur qui est déjà froid
C'est le tango des forts en rien
Qui déclinent de chagrin
Et qui seront pharmaciens
Parce que papa ne l'était pas
C'est le temps où j'étais dernier
Car ce tango rosa rosae
J'inclinais à lui préférer
Déjà ma cousine Rosa


Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis


C'est le tango des promenades
Deux par seul sous les arcades
Cernés de corbeaux et d'alcades
Qui nous protégeaient des pourquoi
C'est le tango de la pluie sur la cour
Le miroir d'une flaque sans amour
Qui m'a fait comprendre un beau jour
Que je ne serais pas Vasco de Gama
Mais c'est le tango du temps béni
Où pour un baiser trop petit
Dans la clairière d'un jeudi


A rosi cousine Rosa
Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis


C'est le tango du temps des zéros
J'en avais tant des minces des gros
Que j'en faisais des tunnels pour Charlot
Des auréoles pour saint François
C'est le tango des récompenses
Qui vont à ceux qui ont la chance
D'apprendre dès leur enfance
Tout ce qui ne leur servira pas
Mais c'est le tango que l'on regrette
Une fois que le temps s'achète
Et que l'on s'aperçoit tout bête
Qu'il y a des épines aux Rosa


Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 21 Septembre 2015

Les vieux amants
  • Armand prend ton temps ne marche pas trop vite. Appuie toi sur moi, je suis la tu sais. Je t'aime
  • Moi aussi je t'aime Jeanne, tu es si frêle et aussi forte que notre amour qui a résisté aux tempêtes de notre vie. Je vais te chanter une chanson, notre chanson Jeanne pour te remercier d'être encore là à mes côtés et de m'aimer autant
  • Non pas ici Armand, nous sommes dans la rue
  • Si ici Jeanne, qui sait si je serai encore la plus tard ! et il se mit à lui chanter doucement


Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d'amour, c'est l'amour fol
Mille fois tu pris ton bagage

Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l'eau
Et moi celui de la conquête

Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime

Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m'as gardé de pièges en pièges
Je t'ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime

Oh, mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore, tu sais, je t'aime

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n'est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
On laisse moins faire le hasard
On se méfie du fil de l'eau
Mais c'est toujours la tendre guerre

Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime

Oh, mon amour...
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime
 
Armand tourna la tête vers Jeanne qui pleurait aussi
 
  • Oh non ne pleure pas ma petite chérie
  • C'est de bonheur mon amour, cette chanson de Brel, notre chanson est si belle, si vraie. J'étais triste ce matin, tu as réchauffé mon vieux coeur. Je t'aime tu sais.
  • Je sais que tu m'aimes Jeanne
  • Il fait un peu froid. Rentrons maintenant Armand. Je ferai du café pour nous remettre. Les émotions ce n'est pas bon à notre âge.
 
Martine / Pour le défi 150 des croqueurs de mots,

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0