poemes coups de coeur

Publié le 18 Juin 2015

La Rochelle

La Rochelle

Oh oui j'aime les ports de l'Atlantique, tous les ports qu'ils soient de pêche ou de plaisance et j'aime m'y promener et y rêver.

 

Pour ces jeudis en poésie sur le thème de l'escale, je vous propose d'écouter ou de lire (pour ceux qui sont plus visuels qu'auditifs) les paroles de la très belle chanson de Serge Lama "j'aime les ports de l'atlantique"

J'aime les ports de l'Atlantique / Serge LAMA

 

Blancheur de brume
Comme une plume
Telle est l'écume

Blancheur de brume
Comme une plume
Telle est l'écume
Qui m'emporte au loin
Quand l'aube danse
Sans discordance
A la cadence
De cet air marin.

J'aime les ports de l'Atlantique
Quand les sirènes vont gueulant
L'inconstance des goélands
Qui m'escortent vers l'Amérique
J'aime les ports de l'Atlantique
Quand grincent les premiers regrets
Dans les remous de la marée
Qui s'étire vers l'Amérique.

La nuit est morte
Devant ta porte
Mais que m'importe
J'ai si mal aux reins
L'aube s'habille
Le long des grilles
Autant pour les filles
Que pour les marins.

J'aime les ports de l'Atlantique
Et cette odeur de fin d'amour
Que dissipe le petit jour
Qui se lève vers l'Amérique
J'aime les ports de l'Atlantique
Avec leurs airs de gigolo
Et l'indifférence de l'eau
Qui s'étire vers l'Amérique.

L'aube s'allume
Couleur de plume
Le vent consume
Le moindre chagrin
La nuit s'achève
Le jour se lève
Va vers ton rêve
Pauvre musicien.

J'aime les ports de l'Atlantique
La grisaille de l'horizon
Où se teignent les illusions
De ceux qui vont en Amérique
J'aime les ports de l'Atlantique
Et le regard de conquérant
De ceux qui se mettent en rang
Pour découvrir leur Amérique.

Je les ai tenus contre moi
Avec leur envie de partir
Avec leur envie de mourir
Tout comme moi, tout comme moi.

J'aime les ports de l'Atlantique

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 13 Novembre 2014

En cette semaine de la commémoration de l'armistice de 1918, Pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots, en hommage à tous ces soldats qui au delà de leurs différences ont étés réunis dans un même combat pour que vive la France, un de mes poèmes préférés  : La rose et le réséda de Louis Aragon

La rose et le réséda
La Rose et le Réséda
 

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

 

Louis Aragon

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 4 Septembre 2014

Pour les jeudis en poésie du défi N° 129 des croqueurs de mots , Enriqueta nous demandait de publier une poésie apprise par coeur à l'école.

"J'aime l'araignée et j'aime l'ortie" de Victor Hugo m'est venue spontanément à l'esprit. Il ne fallait pas tricher et la reporter telle qu'on la connaissait. Ma mémoire me fait défaut et je suis bien incapable de réciter une seule poésie par coeur. J'ai mis en bleu ce dont je me souvenais sans me tromper.

 

"J'aime l'araignée et j'aime l'ortie",


J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,
Parce qu'on les hait ;
Et que rien n'exauce et que tout châtie
Leur morne souhait;


Parce qu'elles sont maudites, chétives,
Noirs êtres rampants ;
Parce qu'elles sont les tristes captives
De leur guet-apens;


Parce qu'elles sont prises dans leur oeuvre ;
Ô sort ! fatals noeuds !
Parce que l'ortie est une couleuvre,
L'araignée un gueux;

Parce qu'elles ont (1) l'ombre des abîmes,
Parce qu'on les fuit,
Parce qu'elles sont toutes deux victimes
De la sombre nuit.


Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! plaignez le mal !


Il n'est rien qui n'ait sa mélancolie ;
Tout veut un baiser.

Dans leur fauve horreur, pour peu qu'on oublie
De les écraser,


Pour peu qu'on leur jette un oeil moins superbe,
Tout bas, loin du jour,
La vilaine bête et la mauvaise herbe
Murmurent : Amour !

 

Victor Hugo (Les contemplations)

        

j'ai écrit "sont" à la place de "ont"

 

J'aime l'araignée et j'aime l'ortie

Ce défi m'a fait réfléchir à la raison pour laquelle cette poésie m'est venue spontanément à l'esprit en lisant le défi d'enriqueta alors que j'ai toujours détesté les araignées et les orties.

 

Elle correspondait bien à ce que je vivais à l'époque. J'étais pleine de complexes. Je me sentais rejetée par ma mère qui ne me pardonnait pas d'être une fille, je ne m'aimais pas. Mes camarades le ressentaient et me rejetaient aussi. Plus je faisais d'efforts pour être aimée, plus j'étais rejetée.

 

Cette poésie m'a marquée. J'étais comme l'araignée ou comme l'ortie qu'on rejette.

J'ai appris ensuite à m'accepter et même à m'aimer cela a été long mais j'y suis arrivée justement en défendant les plus faibles, ceux qu'on rejette et en étant aux services des autres. J'en ai même fait mon métier au service de l'insertion professionnelle des demandeurs d'emploi. Cela a revalorisé mon image personnelle bien dégradée dès le départ.

L'altruisme a finalement une motivation bien égoïste.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 13 Juillet 2011

 Extrait de l'acte I / Scène 1 de Ruy Blas de Victor Hugo

 

 

4681472267_f81f6c2a63.jpg

 

Don Salluste

- Ah ! C'est un coup de foudre ! ...

- oui, mon règne est passé,
Gudiel ! – renvoyé, disgracié, chassé ! –
Ah ! Tout perdre en un jour ! – l'aventure est secrète
Encor, n'en parle pas. – oui, pour une amourette,
– Chose, à mon âge, sotte et folle, j'en conviens ! –
Avec une suivante, une fille de rien !
.......

On m'exile ! Et vingt ans d'un labeur difficile,
Vingt ans d'ambition, de travaux nuit et jour ;
Le président haï des alcades de cour,
Dont nul ne prononçait le nom sans épouvante ;
Le chef de la maison de Bazan, qui s'en vante ;
Mon crédit, mon pouvoir ; tout ce que je rêvais,
Tout ce que je faisais et tout ce que j'avais,
Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s'écroule
Au milieu des éclats de rire de la foule !

 

Victor Hugo

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 15 Juin 2011

 RONSARD est un de mes poètes préférés. j'aime ses sonnets chantant hommages à l'amour et au plaisir de l'instant  "Cueillez, ceuillez dès aujourd'hui les roses de la vie"
Pendant mes vacances en pays de Loire, j'ai visité Chambord et j'ai eu le plaisir de  le voir en statue....
 
P1030010.jpg
P1030011.jpg
 
et pour vous chez amis, pendant ma pause d'écriture, un poème de Ronsard moins connu mais que j'aime particulièrement :
 
Marie, levez-vous, ma jeune paresseuse

Marie, levez-vous, ma jeune paresseuse :
Jà la gaie alouette au ciel a fredonné,
Et jà le rossignol doucement jargonné,
Dessus l’épine assis, sa complainte amoureuse.

 

Sus ! debout ! allons voir l’herbelette perleuse,
Et votre beau rosier de boutons couronné,
Et vos oeillets mignons auxquels aviez donné,
Hier au soir de l’eau, d’une main si soigneuse.

 

Harsoir en vous couchant vous jurâtes vos yeux
D’être plus tôt que moi ce matin éveillée :
Mais le dormir de l’Aube, aux filles gracieux,

 

Vous tient d’un doux sommeil encor les yeux sillée.
Çà ! çà ! que je les baise et votre beau tétin,
Cent fois, pour vous apprendre à vous lever matin.

 

Pierre de Ronsard

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 8 Juin 2011

Pendant mes vacances, je voulais vous faire connaître ou relire ce petit bijou de poème qu'est

 

LE MOT ET LA CHOSE DE l'ABBE DE L'ATTEIGNANT

Madame quel est votre mot
Et sur le mot et sur la chose
On vous a dit souvent le mot
On vous a fait souvent la chose

 

Ainsi de la chose et du mot
Vous pouvez dire quelque chose
Et je gagerais que le mot
Vous plaît beaucoup moins que la chose

 

Pour moi voici quel est mon mot
Et sur le mot et sur la chose
J'avouerai que j'aime le mot
J'avouerai que j'aime la chose

 

Mais c'est la chose avec le mot
Mais c'est le mot avec la chose
Autrement la chose et le mot
A mes yeux seraient peu de chose

 

Je crois même en faveur du mot
Pouvoir ajouter quelque chose
Une chose qui donne au mot
Tout l'avantage sur la chose

 

C'est qu'on peut dire encore le mot
Alors qu'on ne fait plus la chose
Et pour peu que vaille le mot
Mon Dieu c'est toujours quelque chose

 

De là je conclus que le mot
Doit être mis avant la chose
Qu'il ne faut ajouter au mot
Qu'autant que l'on peut quelque chose

 

Et que pour le jour où le mot
Viendra seul hélas sans la chose
Il faut se réserver le mot
Pour se consoler de la chose

 

Pour vous je crois qu'avec le mot
Vous voyez toujours autre chose
Vous dites si gaiement le mot
Vous méritez si bien la chose

 

Que pour vous la chose et le mot
Doivent être la même chose
Et vous n'avez pas dit le mot
Qu'on est déjà prêt à la chose

 

Mais quand je vous dis que le mot
Doit être mis avant la chose
Vous devez me croire à ce mot
Bien peu connaisseur en la chose

 

Et bien voici mon dernier mot
Et sur le mot et sur la chose
Madame passez-moi le mot
Et je vous passerai la chose

 

 

Merci à Brigitte LECUYER de m'avoir fait découvrir ce poème

 

     

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 23 Décembre 2010

 J'aurais pu vous offrir une chanson de Noël : Je ne crois ni en dieu, ni au père Noël mais je crois toujours en l'amour alors  je vous offre un de mes coups de coeur récent (Diams : par amour) .... écoutez ... C'est triste (Noël me rend triste parce que ceux que j'aime et qui sont absents me manquent encore plus ce jour la) ... 

 

 

 

 

Joyeux Noël à vous tous

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 15 Décembre 2009

A la Foire Saint-Martin à Pontoise, il y avait une exposition de poèmes et de dessins d'enfants....

J'ai eu un vrai coup de coeur pour le poème ci-dessous que j'aime beaucoup. J'ai voulu le partager avec vous. Il a toute sa place ici sur quai des rimes :




Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 6 Novembre 2008

En raison d'une activité professionnelle intense, je n'ai pu écrire. En attendant mes prochains poèmes, je vous propose un premier coup de coeur que je vous laisse découvrir dans cette vidéo :




Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0