Articles avec #poemes de mes amis tag

Publié le 15 Juin 2017

Je ne pouvais pas terminer cet hommage à Henri pour le défi 188 des croqueurs de mots sans publier un de ses alexandrins. Henri était du beau village de Margaux connu pour ses grands vin alors j'ai choisi celui ci-dessous


 

Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Parfums divers et variés

Etant au pays des meilleurs vins du monde,

Pour en parler les qualificatifs abondent.

Je vais donc tenter de vous parler des saveurs,

Celles-ci s’offrant à nous par l’odeur.

Il faut avoir eu une bonne initiation,

.Pour participer à une dégustation.

Même si cela peut paraître théâtral,

Il ne faut pas que ce soit caricatural.

C’est en priorité l’examen visuel,

Qui n’a naturellement rien de virtuel.

Il permet de contrôler la limpidité,

C’est déjà un premier gage de qualité.

Du violet au brun, en passant par le grenat,

Vision première, c’est déjà le nirvana.

Et puis alors viendront les senteurs sous le nez,

Où il n’est pas question de pouvoir chicaner.

Enfin va arriver l’examen gustatif,

Qui devra donner un avis définitif.

Si déguster un grand vin doit être un plaisir,

Il faut surtout essayer de bien le choisir.

En gardant dans la tête cette citation,

A consommer toujours avec modération.

Henri LANDA (19 Juin 2014)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 15 Décembre 2016

Pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots (défi 176 des croqueurs de mots), je réédite le poème publié sur ce blog qu'une amie Brigitte m'avait écrit un jour de Noël pour me remercier de lui avoir prêté ma maison que j'avais délaissée pour les fêtes  pour qu'elle puisse fêter Noël 2011 avec toute sa famille autour d'elle  (suite à un accident elle ne pouvait accéder à son appartement à cause des escaliers à monter)

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Ce matin de noël….en cadeau !

En regardant par ta fenêtre,  j’ai vu

Un rouge-gorge sur une branche

Juste au dessus de l’appentis moussu

En regardant par ta fenêtre, j’ai vu 

Le ciel se parer de voiles bleu,  et puis

très vite agrippées dans le décor

de longues écharpes de tulle gris

En regardant par ta fenêtre, j’ai su

que la destinée pouvait être ainsi

bleue un jour et l’instant suivant

d’un sinistre décourageant

je n’ai plus voulu voir ceci.

En regardant par ta fenêtre

J’ai apprécié le silence

Juste avant la douce affluence

Et je me suis dit

que je pouvais bien être auteure

mais pas forcément à la hauteur

de ta confiance, de…

alors je me suis mise à démêler les mots

à séparer les vrais, des faux

je voulais au moins te faire ce cadeau

que mes mots soient simples et clairs

uniques et sincères

qu’ils disent mieux que ma bouche

ce que je pensais de telle situation.

En regardant par une autre fenêtre

derrière tes voiles d’organdi

J’ai vu surtout, l’amitié sans contrepartie

la pudeur, des gestes simples et bons, 

Et des sanglots derrière ta voix parfois,

au souvenir de moments amers…

En regardant par ta fenêtre, j’ai vu

j’ai vu le matin devenir banal et doux

et j’ai souri…

en pensant au Champagne que j’allais boire

à l’assemblée réunie, à l’enfant blond

aux cadeaux qu’il allait bientôt ouvrir…

 

Le nez dans mon verre,

les coudes sur ta scintillante nappe verte,

c’est à ta table, là devant ta fenêtre que j’ai su

qu’au seuil de l’été, un souffle nouveau

viendrait encore illuminer d’or, ma vie.

 

Brigitte Lecuyer

En relisant ce poème je suis très émue.

C'était une belle amitié que j'ai brisée. Ayant un amour propre très chatouilleux surtout quand on critique mes valeurs, Je peux être parfois stupidement intolérante et susceptible. J'aurais du te dire que tu m'avais blessée au lieu de t'exclure ainsi mais je suis une taiseuse et je ne me referai pas hélas.

Si tu me lis aujourd'hui Brigitte, je voulais te dire que je le regrette et je te souhaite un très joyeux Noël.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 19 Janvier 2012

Aujourd'hui je publie pour vous chers amis ce poème de Brigitte Lecuyer qu'elle m'a offert en cadeau de Noël en remerciement d'un prêt que je lui avais fait : le prêt de ma maison sans escaliers pour y accéder afin  qu'elle puisse passer Noël en famille avec ses enfants et son petit fils pendant que nous étions aux Sables d'Olonne en famille aussi. J'ai été très touchée par ce poème gage d'amitié.

 

Brigitte va mieux. Elle marche maintenant un peu avec des béquilles et même avec une canne et devrait rentrer prochainement chez elle.

 

Ce matin de noël….en cadeau !

 

En regardant par ta fenêtre,  j’ai vu

Un rouge-gorge sur une branche

Juste au dessus de l’appentis moussu

En regardant par ta fenêtre, j’ai vu 

Le ciel se parer de voiles bleu,  et puis

très vite agrippées dans le décor

de longues écharpes de tulle gris

En regardant par ta fenêtre, j’ai su

que la destinée pouvait être ainsi

bleue un jour et l’instant suivant

d’un sinistre décourageant

je n’ai plus voulu voir ceci.

En regardant par ta fenêtre

J’ai apprécié le silence

Juste avant la douce affluence

Et je me suis dit

que je pouvais bien être auteure

mais pas forcément à la hauteur

de ta confiance, de…

alors je me suis mise à démêler les mots

à séparer les vrais, des faux

je voulais au moins te faire ce cadeau

que mes mots soient simples et clairs

uniques et sincères

qu’ils disent mieux que ma bouche

ce que je pensais de telle situation.

En regardant par une autre fenêtre

derrière tes voiles d’organdi

J’ai vu surtout, l’amitié sans contrepartie

la pudeur, des gestes simples et bons, 

Et des sanglots derrière ta voix parfois,

au souvenir de moments amers…

En regardant par ta fenêtre, j’ai vu

j’ai vu le matin devenir banal et doux

et j’ai souri…

en pensant au Champagne que j’allais boire

à l’assemblée réunie, à l’enfant blond

aux cadeaux qu’il allait bientôt ouvrir…

 

 

Le nez dans mon verre,

les coudes sur ta scintillante nappe verte,

c’est à ta table, là devant ta fenêtre que j’ai su

qu’au seuil de l’été, un souffle nouveau

viendrait encore illuminer d’or, ma vie.

 

Brigitte Lecuyer

 

 

Merci Brigitte pour ce très beau cadeau. Je m'excuse de n'avoir pas compris après deux lectures les deux dernier vers que ton mail a éclairés..... Je te souhaite tout le bonheur possible et un prompt rétablissement complet. Au plaisir de te voir très prochainement.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 24 Août 2011

 

UNE NOUVELLE PARTICIPATION AU THEME "JE ME SOUVIENS" : UN SOUVENIR GOURMAND A LIRE ICI

 

2307676861_a23675bba7.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 10 Août 2011

Merci à Ionard et Mamylilou d'avoir participé au jeu d'écriture sur leur blog.

 

Ionard avec le petit vélo bleu Mamililou avec "je me souviens d'un rêve".

 

Deux textes de qualité qui m'ont  beaucoup émue parce qu'ils m'ont rappelé d'autres souvenirs.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 4 Août 2011

Pour la communauté "Prête moi ta plume" un texte particulièrement beau et émouvant de Pierre  

L’inconscient des souvenirs

 

 

Le cerveau est loin , très loin , d’avoir révélé ses secrets.

 

Il y a les cases d’études qui entassent des millions d’informations et puis

 

Il y a les connections ultra secrète qui enferme des pulsions ou des émotions

 

Et qui parfois lâche un peu de lest , pour les recaser ailleurs illico.

 

Ce sont les souvenirs de joies, d’amour , de tristesse et mélancolies.

 

Chacune classée parfaitement dans votre tête.

 

Sachez que une personne souffrant d’Alzheimer totale et qui dit "Bonjour monsieur" à son fils ,le cerveau à rayé ces informations

 

Mais les cases secrètes sont là et lui rappelle qu’il à aimé un enfant et qu’on l’a aimé , c’est important de le savoir

 

 

 

Une petite histoire courte mais vraie.

 

 

Mai 98

 

Mon épouse 49 ans est à l’hôpital en phase terminale d’un cancer fulgurant

 

Cancer du sein devenant très vite généralisé .

 

Moi je dois travailler, mais mon boss m’à trouvé un job restant sur Bruxelles.

 

Normalement je suis routier inter et partis pour plusieurs jours ,parfois même un mois.

 

Et puis c’est le trou noir.

 

L’angoisse, le stress ,les soucis car encore des enfants, je ne sais pas!!!

 

Les médecins m’ont dit , c’est le hasard , moi je reste persuadé que ces trois mois passés m’ont miné mon corps , bref mes intestins explosent , péritonite diverticulite septicémique

 

Le hasard là , bien réel c’est que ça se passe près de l’hôpital de mon épouse.

 

J’ai été trois jours dans le coma et quand je me suis réveillé , elle était la soutenue par des infirmières

 

Faible, si faible incapable de me parler , moi qui était avec des tuyaux dans le nez et la bouche

 

On s’est parlé si intensément juste par le regard pendant quelques minutes

 

Je suis retombé dans un sommeil , mais la vie à voulu de moi encore

 

Deux jours après , elle est tombée enfin dans son dernier sommeil emportant ses souffrances

 

Si dans la mort , on devient esprit, ce souvenir y sera à jamais

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 2 Août 2011

Merci à Arielle , Solange, Reinette, Caramba d'avoir participé au jeu d'écriture : "Je me souviens" :

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 21 Février 2011

Merci à Arielle d'avoir répondu à mon jeu d'écriture avec les mots que vous m'avez tous offerts.

 

Vous pourrez lire son écrit que j'aime beaucoup directement sur son blog et y laisser vos commentaires ICI

 

Il n'est pas trop tard pour participer et d'écrire un texte avec les mots donnés.

 

Le mot offert par Liedich arrivé trop tard pour l'écrire dans mon texte était "Tendrement". Bravo à Corinne et Fransua de l'avoir trouvé.

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 2 Décembre 2009

Sur la photo du Badaud de Sarlat, la participation de FRANSUA


Un jour d’été je me suis assis là

Je ne faisais que passer à Sarlat

Je voulais juste me reposer un peu

Avec le paysage me rincer les yeux

 

Il y avait tant à voir dans ce village

Que je n’ai pas vu arriver l’orage

Pas le temps de me mettre à l’abri

Ma vie et mon corps, la foudre m’a pris

 

Depuis je suis là, je fais bonne figure

Pas très confortable la pierre, trop dure

Vous croyez qu’au soleil  je me prélasse

Mais  d’être un homme de bronze, je suis las

 

Etre prisonnier sur la place même de la liberté

Je ne pense pas, je rêve juste de la déserter

Je voudrais prendre mes jambes à mon cou

J’en ai marre de sentir les cabécous

 

Si je pouvais parler, je demanderai  à la foudre

De me liquéfier pour avec la mort en découdre

Non vraiment,  ceci n’est point une vie supportable

Etre le badaud de Sarlat vraiment m’accable !

http://les-collages-et-poesies-de-fransua.over-blog.com/

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 30 Novembre 2009

Sur la photo du Badaud de Sarlat, la participation de Mamylilou-Lilounette

 

Rêveur, du haut de mon piédestal.

 

Solitaire, ou presque, dans la foule

 

Qui se presse à me voir asocial

 

Et figuratif : œuvre d’un moule !

 

 

 

Seulement badaud des badauds

 

Pour éviter que ma peine empire

 

Et que moindres soient mes maux

 

Le devoir m’oblige à vous dire

 

 

 

Que d’équilibre je n’ai point

 

Dans mon âme architecturale.

 

Et combien je suis mal-en-point

 

A célébrer tant de festivals.

 

 

 

Assis Place de la Liberté.Liberté

 

Où nulle part celle-là est en moi :

 

Des décennies ainsi agenouillé

 

A l’attendre, que vaine ma pensée !


 


 

 

Mamylilou-Lilounette

 

Mamylilou2@orange.fr

 

http://reveries.over-blog.net/

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0