prenoms du mercredi

Publié le 8 Janvier 2020

Martial le martien

Ce matin, je suis mal réveillé,  j’ai fait un cauchemar cette nuit, je me retrouvais seul dans un désert de terre ocre parsemé de cratères où je m’étais égaré.

Il me faut Sortir du rêve et revenir à la triste réalité quotidienne celles des nouvelles économiques catastrophiques, des conséquences dramatiques des dérèglements de notre planète et des faits divers sanglants. C’est ainsi chaque matin mais j’aime lire le journal en avalant mon thé même si ces informations me laissent une impression de malaise.

Comme chaque jour Je me précipite sur ma boîte aux lettre et sort mon journal préféré « Le Marseillais libéré » qu’un livreur a déposé aux aurores. Je me saisis du journal, l’ouvre et … oh surprise de découvrir ma photo en première page avec ce gros titre 

MARTIAL LE MARTIEN

« Martial MARTIN,  quinquagénaire marseillais a remporté notre grand concours d’écriture  « Pourquoi pensez-vous  que vous êtes martien ? ». Le jury, à l’unanimité, l’a désigné comme le Martien Marseillais de l’année.  Lire page 6 »

J’avais complètement oublié que j’avais participé à ce concours d’écriture séduit par le thème inhabituel et par Mars qui m’a toujours fasciné. Je ne  m’imaginais pas pouvoir le gagner. Je tourne les pages vite et sur la page 6  je trouve mon texte que je lis à haute voix.

 

MARTIAL LE MARTIEN

« Mars m’a toujours hanté. Je suis né un 30 mars à Marseille sous le signe du bélier. Mes parents m’ont appelée Martial en souvenir de mon petit frère Martin mort 2 ans avant ma naissance

Je pense souvent à ce petit frère que je n’ai pas connu et je l’imagine, petit habillé de vert avec de grands yeux turquoise. Je le vois vivre sur une autre planète, une planète rouge remplie de cratères, une planète qui pourrait bien être Mars telle que les scientifiques la décrivent.

Depuis que je suis petit, je déborde d’énergie, je suis hyperactif, aime le risque, l’aventure.  On me dit tenace, pugnace, volontaire. Je suis impulsif. Il m’arrivait de me battre dans la cour de l’école. Je porte bien mon prénom, J’ai cet instinct guerrier, viril qu'on prête à Mars dans la symbolique collective : « Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus ».

Je me suis assagi en vieillissant mais je suis resté néanmoins combatif, et je me bas en permanence sans  mes poings mais avec mes convictions. Je me bats pour le respect des valeurs qui sont les miennes et contre l’injustice. Mes causes étant souvent perdues d’avance, je suis souvent vaincu mais le principal n’est-il pas d’avoir combattu. Il m’arrive aussi de gagner ; j’affiche alors mes victoires, il faut que cela se sache, que cela serve d’exemple.

Quand j’étais petit, j’étais très gourmand,  je raffolais des barres de MARS et dès que j’en avalais une je m’écriais en riant « Mars et ça repart ».  Aujourd’hui je n’en mange plus, j’en ai trop mangé de façon boulimique jusqu’à l’écœurement. 

Adolescent, Je passais beaucoup de temps à lire des romans de sciences fiction et des BD : tintin, Spirou avec un attachement particulier pour cette petite bête étrange à la longue queue : le marsupilami qui semblait sorti d'une autre planète.

Je me suis marié à 20 ans avec Martine une jeune femme  rousse rêveuse qui semblait vivre comme moi sur une autre planète. Nous étions en quelque sorte des extra-terrestres, des inadaptés pour nos congénères et c’est ce qui nous a unis.

Nous avons beaucoup voyagé ensemble notamment aux États-Unis.  Je me souviens de Yellowstone, cette immensité de terre orangée semée de cratères d’où jaillissent des geysers majestueux.  J’ai l’impression d’y être déjà allé,  « C’est ainsi que j’imagine Mars » ai-je dit à Martine qui m’a répondu « j’ai la même impression que toi ».  Martine et moi, nous sommes toujours sur la même longueur d’ondes.

Je me souviens de Paris, avec la Tour Eiffel surplombant le champ de Mars verdoyant, Un beau terrain d'atterrissage pour soucoupes volantes ai-je pensé la première fois où j'y suis allée. C'est mon endroit préféré de la Capitale.

Nous avons eu deux enfants : en premier Marceline, puis plus d’un an après : Marceau. Ils sont arrivés un peu comme Mars en carême.  Mais néanmoins nous les avons beaucoup entourés et leur avons beaucoup donné.  Ils nous ont beaucoup apporté.

Ils nous ressemblent beaucoup. Ils ont l’air comme nous toujours absents, perdus dans leurs rêves comme s’ils vivaient eux aussi dans la 3ème dimension. Ils sont dynamiques et tenaces comme nous, peut-être plus que nous.

Nous avons acheté un grand appartement rue neuve Saint-Martin à Marseille.  Souvent nous allons en week-end dans le Var.  J’aime me promener en hiver à Saint-Tropez, voir la vieille gendarmerie. Je pense à l’adjudant Cruchot qui a combattu les extra-terrestres et aux fous-rires que nous avons eus avec Martine en le voyant perdu. Difficile parfois de distinguer un humain, d’un martien qui peut parfois prendre apparence humaine.

E.T. restera pour Martine et moi un grand moment de cinéma plaisir. Nous avons été émus aux larmes par E.T. , son envie de retourner à la maison malgré son amitié pour Elliott  petit enfant terrien. Je ne sais pas pourquoi mais E.T. m’a fait penser à mon grand frère MARTIN que je n’ai pas connu.

Nous sommes bien-sûr allés  voir Mars Attack mais nous n’avons pas aimé. Nous ne pouvons pas imaginer des martiens agressifs venant attaquer les terriens. Dans notre imagination ce sont des êtres doux et rêveurs.

Je suis persuadé que les martiens sont discrètement présents sur terre, que j’en côtoie peut-être dans mon environnement quotidien sans m’en apercevoir.

Tellement marqué par mars, les Martin, les martiens, je me dis qu'il y a des coïncidences étranges. Je ne crois pas réellement au hasard et je me dis que peut être j’ai été martien dans une autre vie ou peut-être même dans celle-ci ne serais-je pas un martien envoyé sur terre pour espionner et témoigner à mon retour sur Mars.

Martial MARTIN / Mars 2019

 Je repose le journal sur la table de la cuisine, il est déjà 8 heures, il est temps d’aller travailler. Il faut revenir sur terre et aux activités quotidiennes. J’enfile mon manteau,  mes chaussures et sort de l’appartement. Je prends l’ascenseur pour descendre dans le hall d’accueil. J’ouvre la porte de l’immeuble  et je me dirige vers le parking extérieur encore perdue dans mes rêveries.  Je relève la tête et là je reste stupéfait, tétanisé par la peur

A côté de ma  «Twingo»  verte une soucoupe volante est stationnée.

Un petit être vert aux grands yeux turquoises en sort et me fait signe de monter avec lui. Nous rentrons me dit-il. Je refuse de monter et je crie que je suis très bien sur terre et que je ne veux pas rentrer à la maison.  Il se met à pleurer,  m’embrasse, me fait un signe d’adieu, monte dans la soucoupe et  décolle dans un nuage de feu.

Je lève mes grands yeux noyés de larmes au ciel et je lui envoie un baiser de la main en chuchotant « Adieu mon petit-frère Martin, embrasse bien Maman et Papa  »

 

Martine Martin / pour Les prénoms du mercredi  de Jill Bill (aujourd'hui Martial)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 18 Décembre 2019

Photo Martine Martin / Île de Ré

Photo Martine Martin / Île de Ré

Tout près du vaste océan

A l’aube sous ciel flamboyant

Elle est née dans l’Île de Ré

On l’a appelée Aubrée

C’est une charmante rousse

Pensive, sereine et douce

Elle se nourrit, dort et rêve

Chez elle près de la grève

Quand elle croisât Vêpré

Né au crépuscule en Ré

Il avait beau gabarit

Aussitôt elle s’en éprit

Vêpré fut aussi conquis

Et L’amour fut  dans le pré

Un amour bien vache en Ré

Aubrée

Un midi en Blanche ré

Leur beau petit veau est né

Il fut nommé Midiré

Aube, Midi et Vêprée

Merveilles du jour en Ré

Martine Martin / Octobre 2019 pour Les prénoms du mercredi  de Jill Bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 11 Décembre 2019

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Je m’appelle Pépin. Je suis né à Cassis dans les bouches du Rhône. Quand ma mère Clémentine annonça à mon père qu’elle était enceinte  William ne se fendit pas la poire, comme elle l’aurait cru. il n’était pas prêt à être père et elle ne le revit jamais. Même si elle se réjouissait d’être mère,  elle était mi-figue mi-raisin, elle devrait arrêter ses études et travailler pour pouvoir subvenir à nos besoins. J’étais son plus gros pépin et ne pouvant me prénommer Désiré, elle décida de m’appeler Pépin.  

Quand à la maternité, elle me vit pour la première fois : gros comme une pastèque,  rouge comme une tomate avec les yeux en amande elle fut conquise même si je ressemblais plus à un noyau qu’à un pépin.

Elle trouva un travail d’employée libre-service au rayon fruits et légumes d’un super marché où pour des queues de cerise, elle fut pressée comme un citron. Même si elle était très fatiguée le soir, elle s’occupait avec tendresse et amour de son petit bonhomme haut comme trois pommes comme elle disait auquel elle tenait comme à la prunelle de ses yeux.

A l’école  J’appris qu’il y eut un le roi des Francs qui s’appelait Pépin le Bref parce qu’il était de petite taille comme moi.  J’en avais gros sur la citrouille car on se moquait de moi à cause de mon prénom. Dès que je ramenais ma fraise certains de mes camarades entonnaient en chœur « bref comme disait pépin ». Je me sentais un peu courge

Au temps de mes premières amours, certaines filles aussi se moquaient de moi quand j’éjaculais précocement et me surnommaient «  Pépin le Bref ». Bonne pomme j’étais pris pour une poire. Néanmoins je gardais la pêche.

A Menton, à la fête du citron,  je fis la connaissance de Myrtille. Ce fut un coup de foudre mutuel. Nous nous marièrent et n’eurent pas beaucoup d’enfants. Juste une petite Cerise sur le gâteau de notre vie qui nous combla de bonheur.

Le soir au coucher nous lui chantions en choeur la chanson de Bourvil : Salade de fruits

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 4 Décembre 2019

Ta tata Tabatha

Ta tata Tabatha

Une vraie Conchita

Venant de Calcutta

A fait l’affreux constat

Beaucoup trop de fiesta

Le soir en taffetas

Avec  chipolatas

Cocktails Margarita

 

Pour perdre tout son gras

Elle fait du tabata

Avec Fatoumata

Bien triste résultat

Moulue en sale état

Pas perdu un iota

 

Martine Martin / Octobre 2019 pour Les prénoms du mercredi de Jill Bill  

N.B. : Le tabata est une méthode sportive qui consistent à faire des efforts physiques intenses pendant un temps très court alternée avec des pauses très courtes. J'en fait plusieurs fois par semaine à la piscine. Le tabata termine bien souvent les séances d'aquafitness et de bodypalm. Il parait que c'est beaucoup plus efficace pour perdre du gras qu'un effort physique plus long et je le crois vraiment même si dans mon poème je dis le contraire.

Pour en savoir plus voir lien ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 27 Novembre 2019

Photos Pixabay

Photos Pixabay

A 16 ans, je suis un paradoxe vivant. Je déteste ce qui est trop coloré, ce qui brille. Je me suis teint les cheveux en noir geai,  je m’habille en noir mais avec élégance car je suis attaché à mon apparence  même si j’aime choquer. Je n’ai pas peur du regard des autres. Je  suis loin d’être dépressif mais je cultive les idées noires et la mélancolie. Edgar Alan Poe  dont j’adore les nouvelles écrivait « la mélancolie est le plus légitime de tous les tons poétiques ». J’écris des poèmes fantastiques un peu sataniques parfois. J’aime Dracula et Frankenstein.

Vous ne pourriez pas imaginer en me voyant que  je suis un grand romantique. Mon livre culte est les mémoires d’outre-tombe de chateaubriand. Je m’identifie au jeune François René et comme lui je lis le soir des histoires effrayantes.  J’aurais tant aimé vivre comme lui dans un vieux château rempli de fantômes la nuit mais je ne crèche pas à Combourg mais avec ma mère dans une HLM à la con d’une banlieue sordide où les fantômes la nuit sont remplacés par des dealers. J’adore Baudelaire et à force de le lire et le relire je connais par cœur beaucoup de ces poèmes des fleurs du mal.

Je sais que la douleur est la noblesse unique
Où ne mordront jamais la terre et les enfers,
Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique
Imposer tous les temps et tous les univers.

Baudelaire / Bénédiction

J’ai une  copine qui partage mes idées et mes goûts particuliers. Elle a de longs cheveux noirs soyeux, de grands yeux sombres comme une nuit sans lune et une bouche aux lèvres pulpeuses et rouges. Elle est habillée de noir avec goût.  Même si elle est gothique et cherche à se différencier, elle reste très élégante. Elle n’a pas succombé aux accessoires qu’on cherche à nous vendre comme par exemple les colliers de chien cloutés et autres pacotilles d’une grande vulgarité.

Assis dehors la nuit, main dans la main, nous nous confions  nos pensées les plus secrètes et nos rêves. Je lui dis les poèmes que j’ai écrits pour elle. Nous écoutons du hard rock goth.  Je crois bien que je l’aime mais je n’en suis pas certaine et j’ai trop peur d’être déçu. Ma vision de la liaison amoureuse est à court terme avec une fin tragique. J’espère que je me trompe. Ma copine s’appelle Roxane, prénom qui lui va très bien. Roxane et Roman : l’harmonie parfaite.

Je ne vous avais pas dit je m’appelle Roman et je suis Gothique. Quand je vous disais au début que j’étais un paradoxe vivant.

 

Martine / Septembre 2019 pour les prénoms du mercredi animés par Jill Bill (aujourd'hui Roman)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 20 Novembre 2019

 

Vie qui m’a été donnée

Sans que je n’ai rien demandé

Vie qui  était belle et aisée

Avec des parents bien aimés

Vie qui m’a au début comblée

Épouse travail et bébé

Vie qui m’a très vite enrichi

Ascension dans la hiérarchie

 

Vie qui m’a un jour endeuillé

Femme et fils soudain disparus

Vie qui m’a tout à fait détruit

Dépression, alcool, peur d’autrui

Vie qui m’a tout retiré

Travail, famille, copains aimés

Vie qui m’a mis dans la rue

Pour les SDF un intrus

Pour les pauvres un riche déchu

 

Vie qui se serait terminée

Si on ne m’avait pas donné

Vicky mon chien câlin et beau

Qui l’hiver me tient chaud

Vicky mon chien si fort et vif

Qui éloigne les offensifs

Vicky mon chien que j’aime tant

Qui attendrit tous les passants

Qui pour lui donnent de l’argent

Alors que je n’ai jamais ému

Vicky mon chien grâce à qui

J’ai un petit portable acquis

Sur Facebook on ne me voit pas

Et j’ai des amis ici-bas

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine / Septembre 2019 pour les prénoms du mercredi animés par Jill Bill (aujourd'hui Vicky)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 13 Novembre 2019

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Mon cher petit frère AGENOR
Fais comme-moi ton ALIENOR
s'il te plait balance ton NOR
Nous perdrions ainsi le nord
Je te surnommerais AGÉ
Tu gagnerais quelques années
Tu me surnommerais ALIÉ
Je deviendrais  folle à lier
Nous émigrerions vers le sud
Sur cette autre latitude
Finies l'école, les études
Finis les hivers froids et rudes
Dans une chaude quiétude
Notre vie serait zénitude

Martine / Septembre 2019 pour les prénoms du mercredi  de Jill Bill (Aujourd'hui AGENOR)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 6 Novembre 2019

S’il te plait Zélie

Oublie Ophélie

Fait un peu de Zèle

Déploie tes belles ailes

De très grand  vautour

Pour faire le tour

De l’amphithéâtre

Devant tes idolâtres

Oh effraie un peu

Ces craintifs curieux

Oh éblouis les

De Grâce inégalée

 

Martine / Septembre 2019 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Zélie)  

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS CI-DESSOUS POUR LES VOIR EN GRAND

Photos Jeff (2 premières photos) Martine (dernière photo) - Le Puy du fou Août 2019
Photos Jeff (2 premières photos) Martine (dernière photo) - Le Puy du fou Août 2019
Photos Jeff (2 premières photos) Martine (dernière photo) - Le Puy du fou Août 2019

Photos Jeff (2 premières photos) Martine (dernière photo) - Le Puy du fou Août 2019

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 30 Octobre 2019

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Il a peur de tout Klaus
Peur des espaces clos
Peur d'être dans la foule
Peur en mer de la houle
Peur de tous les reptiles
Surtout des crocodiles
et des  caméléons
Peur de prendre l'avion
Peur quand il n'a pas pied
Peur des sans papiers
et des va-nus-pieds
Peur des noirs, juifs, arabes
Peur du satané crabe
Peur du noir et de la nuit
Et mëme peur de lui
Peur de toutes ses peurs
Klaus a trop de phobies
Il porte bien son nom
Klaus TROFOBIQUE

Martine / Août 2019 pour Les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Klaus)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

Pour toi Mildred

Mille et un cœurs

Mille bonheurs

Mille baisers

Mille caresses

Milles carambars

Mille grands espoirs

Mille doux rêves

Mille belles trêves

Pour toi Mildred

De tout cœur de

Ton Papa Alfred

Ta maman Tancrède

Martine / Août 2019 pour Les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Mildred)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0