Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Sous la plage : les pavés

Sous la plage : les pavés

En Soixante-huit sous les  pavés

La plage j'ai longtemps cherchée

Hélas je ne l'ai pas trouvée.

 

Quarante années ont passé

sur le sable je suis échoué.

Non pas le sable de la plage,

Celui plus glacial  du chômage.

Je cherche à délaisser le sable

Mais cela parait  infaisable :

Trop vieux, je n'ai  plus le profil ;

J'aborde la vie de face.

Trop vieux, je suis indocile

Que voulez vous que j'y fasse

Je souhaite encore travailler

Mais à quoi bon s'illusionner

 

Quand je serai trop enlisé,

Quand je serai désespéré,

Au fond du sable : les pavés

 

Martine / Réédition d'un poème de 2009 (remanié) Pour le Défi 191 des Croqueurs de mots 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dimdamdom59 03/10/2017 23:15

Bien vu Martine, en effet nous sommes sur la même longueur d'onde dans notre récit ;)
Bisous et bonne soirée.
Domi.

Jeanne Fadosi 30/09/2017 18:56

Glaçant mais hélas toujours autant d'actualité ! bises

Mo 29/09/2017 20:18

Si tu as vraiment connu Mai 68, nous sommes contemporaines... C'est loin tout ça...
Bonne soirée,
Mo

Martine 85 29/09/2017 22:07

Et oui j'ai connu j'avais 15 ans.

Durgalola 29/09/2017 19:10

en 68, c'était l'euphorie ... à 16 ans, nous ne pensions pas au chômage ... aujourd'hui, j'en connais des seniors qui tirent la langue ... soit parce que leur travail ne leur convient pas du tout, soit parce qu'il ne leur rapporte rien du tout, ou parce qu'ils n'en ont pas.
Tu as toujours beaucoup d'imagination et de mémoire. Bises

luciole 83 29/09/2017 16:38

Tu as bien fait de rééditer : ne connaissais pas et ce poème en vaut la peine ! Combien de nos jours sont enlisés dans le chômage total ou partiel... Nos jeunes avec des boulots successifs à n'en plus finir .... tjrs chez les parents à plus de 30 ans !

Merci et bisous

colettedc 28/09/2017 16:16

Bien triste réalité, Martine ! Une bonne réédition !!! Bonne poursuite de ce jeudi ! Bisous♥

les Caphys 28/09/2017 14:22

quand le réel rattrape les slogans !

danièle 28/09/2017 11:46

Affreuse réalité de la vie! il est terrible ton poème.
bonne journée, bises

Lenaïg 28/09/2017 11:04

Coucou Martine, cri qui saisit ! Quand je pense que tu m'as mis hier que tu ne te posais pas trop de questions et que tu t'appliquais juste à être heureuse, voici la preuve que tu as pleine conscience du monde autour de toi, ce que je savais déjà. Gros bisous.

Lenaïg 28/09/2017 11:47

Oui, je comprends parfaitement, Martine.

Martine 85 28/09/2017 11:26

C'est un poème qui date de 8 ans et je travaillais comme conseillère emploi confrontée chaque jour au problème du chômage. A cette époque tout me touchait plus maintenant. Bisous

Ionard 28/09/2017 09:55

Ah 68! J'avais 20 ans et je manifestais!
triste réalité hélas!
Bises
Dany

écureuilbleu 28/09/2017 09:45

Bonjour Martine. Un joli poème qui retrace une réalité difficile à vivre. Bisous et bonne journée

ABC 28/09/2017 09:01

Oh comme je m'en souviens ! La vie tourne et les réalités quotidiennes restent pour beaucoup compliquées et difficiles à vivre...

Quichottine 28/09/2017 08:43

Une réalité pour beaucoup trop... et je crois que le nombre ne cessera pas d'augmenter.
En tout cas, j'aime beaucoup ton poème, Martine.
Bises et douce journée.

ZAZA 28/09/2017 08:43

Un poème qui me rappelle de mauvais souvenirs Martine. Rechercher du boulot à 50 ans passés est bien souvent une galère, et il faut savoir s'assoir sur son amour propre pour redémarrer à la planche ! L'inactivité est la pire chose qui puisse arriver à un actif ! Bravo pour ce défi. Bises et bon jeudi

manou 28/09/2017 07:50

C'est le quotidien de tant de personnes aujourd'hui...hélas ! Toutes les entreprises s'en vont...Bisous

lyly 28/09/2017 06:28

la réalité hélas
bises
lyly

jill bill 28/09/2017 05:24

Bonjour Martine, réalité de nos sociétés, à un certain âge au ban... on pointe en attendant la retraite, on accepte ou pas, et parfois on retrouve de ces personnes au bout d'une corde... cette société sans pitié en recherche de profits ne se soucie pas de ses ouvriers !! Merci pour le tout, bises de jill