Monter plus haut, trop haut

Publié le 19 Mai 2022

J'ai voulu monter plus haut

Plus haut, encore plus haut

Quitter mes verts rivages

Traverser les nuages

Etreindre le firmament

Caresser l'azur d'argent

 

 

Je suis tombée de bien haut

C'est la faute aux idéaux

Un incroyable rêve

Qui brusquement s'achève

Sans parachute doré

 

J'ai voulu monter plus haut

Plus haut, encore plus haut

Gravir l'ascenseur social

Briguer un piédestal

Travailler sans relâche

Briller avec panache

 

 

Je suis tombée de bien haut

C'est la faute aux idéaux

Un incroyable rêve

Qui brusquement s'achève

Sans parachute doré

 

J'ai voulu monter plus haut

Plus haut, encore plus haut

Gravir l'escalier d'amour

Pour rimer avec toujours

Quand J'ai cessé de monter

Soudain j'ai dégringolé

 

 

Je veux les pieds sur terre

Mon chemin continuer

A mon rythme avancer

Jamais plus escalader

Sans parachute doré

 

Martine Martin / Pour les jeudis en poésie du défi 265 des croqueurs de mots animé par Josette  (écrire un poème qui fait prendre de la hauteur)

Rédigé par Martine.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Tu as bien su trouver les mots qu'il fallait pour illustrer les dents longues qui ne savent pas s'accrocher tellement ils ont laissé poussé leur arrogance en écrasant certains. Par contre, si on a la chance de monter très haut, avec simplicité et correction, on ne peut qu'avancer et réussir à s'accrocher, et là : on y reste jusqu'au bout !<br /> Bisous ma chère Martine, chacun peut interpréter ta poésie à sa façon, moi j'aime les deux mais surtout ce qui me fait rire ce sont ceux, les fils à papa, qui se la pètent et n'ont rien dans le ciboulot et retombent vite fait quand papa n'est plus là.<br /> Bon dimanche le temps se grise par chez moi, il fait moins chaud.
Répondre
A
chouette ton poème ! à vouloir monter trop haut .. et oui risque de la chute. Bises
Répondre
C
Tout à fait, Martine, à notre rythme, montons !!! Magnifique poème, bravo !!! Bonne soirée. Bisous♥
Répondre
Z
A vouloir monter plus haut, la chute peur être dramatique:! Aille, ouille...<br /> Bises et bon jeudi - Zaza
Répondre
P
Il faut savoir garder un juste milieu dans l'ascension, peut-être. <br /> Garder les pieds sur terre en toute occasion est important, cela n'empêche absolument pas de rêver.<br /> Bises
Répondre
A
Oh, que oui, surtout garder les pieds sur terre.<br /> La chute est très, très difficile.<br /> Bisous Martine ♥
Répondre
M
Bonjour Martine,<br /> oui, garder les pieds sur terre, un bonne méthode pour ne pas dégringoler...<br /> Bisous,<br /> Bon après-midi,<br /> Mo
Répondre
M
C'est un très très beau poème, et oui ça fait mal quand on dégringole. La fierté en prend un coup. Ne jamais renier d'où l'on vie t. Bonne journée. Bisous
Répondre
J
Bravo Martine un tres beau poème qui met en garde contre ce désir d'ascension permanent.<br /> Bonne journée <br /> Bises
Répondre
A
C'est très beau de monter haut, très haut mais il faut garder les pieds sur terre sinon c'est la chute assurée et les désillusions au bout
Répondre
E
waouh beau poème !... après à chacun ses rêves et sa réalité...il ne faut pas courir après la lune, quoique de nos jours tous es possible :-)<br /> bises
Répondre
E
euh ...tout est possible ...
E
Bonjour Martine. Ca fait du bien de rêver, d'oser, mais il faut revenir sur terre aussi de temps en temps pour ne pas tomber de trop haut. Bonne journée et bisous
Répondre
C
Là-haut sur la montagne... Tu as voulu l'impossible et tu es revenu sur terre. Bonne journée. Daniel
Répondre
Q
Je ne sais pas... Lorsque je lis les commentaires, je suis assez d'accord. Garder les pieds sur terre permet d'éviter certaines désillusions... mais c'est tellement bon de rêver aussi. :)
Répondre
D
Un grand bravo !<br /> Très belle journée.<br /> bises
Répondre
M
Super Martine bien trouvé bisous bon jeudi MTH
Répondre
M
Ton poème est bien trouvé comme d'habitude et il nous fait monter bien haut !! Tu as raison mieux vaut garder les pieds sur terre :) bisous et bonne journée
Répondre
J
Oui mieux vaut que la désillusion ! Bises jill
Répondre